C'est un beau roman

5 livres à lire cet été (ou quand vous voulez)

 Des livres de poche, du suspense, une autobiographie, mes dernières lectures ont été assez diverses. Certains livres n’ont pas quitté ma table de chevet, d’autres sont restés au fond de mon sac à main pour accompagner mes trajets en transports en commun. Lus en quelques heures ou en quelques soirées, je n’en ai abandonné aucun (oui c’est plutôt rare !).

 

tu me plais

Le plus inquiétant : Tu me plais

 Il se peut qu’après avoir lu Tu me plais, vous n’osiez  plus échanger quelques regards séducteurs avec un charmant inconnu assis(e) sur votre strapontin (si vous n’avez pas déjà les yeux rivés sur votre écran de téléphone bien-sûr )). Jouez le jeu et ouvrez ce livre dans le métro où l’histoire se déroule sur la même ligne et en quelques stations. Jacques Expert, qui m’avait fait bien marcher avec Deux gouttes d’eau, a décidément le don pour instaurer un suspense crescendo. D’un côté, un beau jeune homme beaucoup plus dangereux que ne le laissent croire les apparences. De l’autre, une jeune fille qui rentre chez elle et qui devient sa proie idéale. Sera-elle sauvée par le jeu des hasards et des coïncidences ? ou par le flic qui poursuit le serial killer depuis des mois ? Attention à ne pas rater votre station pour connaitre la fin.

Et si vous en voulez une dose supplémentaire, un QR code à la dernière page du livre vous permet de découvrir une suite ou un autre dénouement.

dieu-me-deteste

 Le plus « humour noir » : Dieu me déteste

Je n’ai ni lu ni vu Nos étoiles contraires mais j’imagine que Dieu me déteste a de sérieux liens de parenté avec ce titre, l’humour grinçant en plus. Le héros est un ado qui raconte son quotidien dans un service de soins palliatifs. Il souligne bien l’ironie d’une vie où on lui interdit à peu près tout alors qu’il ne risque plus grand chose. Mais voilà quand on a 17 ans, on n’est pas raisonnable et on a envie de faire la fête, des conneries, l’amour aussi alors Richard va bousculer la routine du service et mettre de la vie là on l’on ne s’y attendrait pas forcément. Si j’ai 15 ans dans ma tête pour certaines choses, j’avoue que j’ai un peu de mal avec les histoires d’ado mais le livre n’est ni gnangnan ni mièvre, c’est souvent drôle et décrit avec une telle justesse qu’on a l’impression d’être dans le corps et la tête de ce jeune homme en fin de vie.

rachel

Le plus désabusé : 40 tentatives pour trouver l’homme de sa vie

Je pensais lire un roman qui comblerait mon côté fleur bleue sans être cucul la praline, j’étais totalement à côté de la plaque. Je ne sais pas si l’auteur a en bavé personnellement avec les hommes (ou si elle a des copines dans son entourage particulièrement aigries) mais le moins qu’on puisse dire c’est qu’elle ne leur fait pas de cadeaux. Elle me fait penser à ces féministes qui donnent le sentiment qu’elles haïssent les hommes (je vais pas me faire des copines je sens )). Scène après scène, Lucie décrit toutes les situations potentielles où elle pourrait rencontrer si ce n’est l’homme de sa vie, quelqu’un avec qui partageait la sienne mais c’est surtout de solitude finalement dont il est question. Dans un des chapitres, un homme prend enfin la parole et tend un miroir à Lucie :

Les filles comme toi, qui arpentent leur vie sans un regard pour les autres. Qui passent leur temps à guetter les hommes sans les voir. […] Tu crois que tu m’intéresses, tu crois que j’essaie de te séduire, que mon objectif, en ce moment, c’est de ramener une fille chez moi, de l’emballer, de faire ma vie avec elle pour finir d’être seul mais je préfère rester seul que m’approcher de toi. Tu es froide. Tu es laide. Et tu fais peur. […] Tu es la laideur du désespoir de ces femmes qui n’ont rien à donner, que des baisers tièdes, des baisers mous, des baisers de femmes araignées jamais satisfaites, jamais contentées.

Rude le discours mais c’est peut-être une étape nécessaire pour que Lucie s’ouvre enfin à l’autre.

 

003370246

Le plus  machiavélique : Les réponses

Janie Jenkins sort de prison suite à un vice de procédure après avoir été condamnée pour le meurtre de sa mère. Problème elle ne se souvient absolument d’aucun détail concernant cette soirée qui a fait basculer sa vie, difficile pour elle de se défendre. Elle part alors à la recherche de la vérité au fin fond des Etats Unis. Si j’ai eu un peu de mal à trouver attachant ce personnage de gosse de riche cynique, il faut avouer que le livre est bien ficelé, les rebondissements nombreux et qu’on ne s’ennuie pas. Le retournement final Des réponses n’est t il pas celui de trop ? en tous cas on a envie de savoir si Janie Jenkins est coupable ou pas et l’auteur sait y faire pour embrouiller les pistes et ménager le suspense.

Une_jeunesse_au_Moyen_Orient_1984_1985_L_Arabe_du_futur_tome

Le plus touchant  et passionnant : l’Arabe du futur

 C’est incontestablement mon gros coup de cœur du moment et pourtant je ne suis pas particulièrement branchée bande dessinée. J’avais hâte de retrouver l’enfance de Riad Sattouf dont le récit avait commencé avec le tome 1 et je n’ai pas été du tout déçue. C’est toujours aussi drôle et touchant à la fois. A travers deux années, Riad Sattouf nous décrit un village paumée de Syrie où à part l’école et une échoppe dans laquelle acheter un cartable en carton et un uniforme en plastique, il n’y a rien. L’Arabe du futur dit la pauvreté d’une société inégalitaire (illustrée par les épisodes à Palmyre, station balnéaire où les syriens riches vivent comme des occidentaux), sa rudesse aussi. On imagine combien cet enfant devait être terrorisé par l’école quand chaque mauvaise réponse ou attitude jugée incorrecte était sanctionnée par la violence des maîtres (étonnée par contre qu’il ne dise jamais rien à sa mère). Ce second tome est aussi le portrait d’un père aux rêves de grandeur et plutôt naïf, sans véritable discernement sur ce qui l’entoure mais pour qui on a quand même une certaine tendresse surtout lorsqu’il se met en quête d’une machine à laver, d’une gazinière et …de pâté hénaff pour sa femme. Cette dernière (d’origine bretonne) est plutôt effacée (déprimée ? ) : isolée, elle est acceptée sans voile par la communauté alors que le discours sur les femmes à travers la bouche des enfants est assez affolant.

 Riad Sattouf réussit le pari une nouvelle fois de rendre une autobiographie passionnante avec un sens du détail qui fait mouche, une voix off qui donne des explications supplémentaires par rapport aux dessins et aux dialogues, un humour qui s’incarne aussi bien dans les expressions faciales des personnages que dans le contraste des situations (épisode des Galeries Lafayette, temple de la consommation et de l’opulence et des vacances au ski en complet décalage avec la vie quotidienne dans la Syrie rurale près de Homs où vit le jeune garçon avec sa famille). Le tableau qu’il dresse de la Syrie n’est pas forcément très positif (même s’il s’en défend dans les interviews ) mais vivement la suite ! (car il y aura au moins un tome 3 et peut-être un tome 4 ).

Et vous, vos dernières lectures marquantes ?

25 Comments

  1. Je suis en train de lire « qui es tu Alaska ? » de John green, c’est pas mal (j’espère que ça ne fait pas trop pleurer :-))
    J’ai lu dernièrement « nymphéas noirs » de bussi, c’est celui que j’ai préféré de lui (même si son côté jeu de miroirs et rebondissements me fatigue un peu)
    • nymphéas noirs je l’avais noté d’autant plus que je me souviens bien de Giverny où le livre se passe je crois
  2. Je suis dans une phase où je lis peu (oui, la lecture en grosse quantité, c’est par vagues chez moi… je peux être carrément boulimique de livres… )…
    Le dernier livre lu et bien aimé, c’était au début du mois, « Les Suprêmes » d’Edward Kesley Moore…
    Pour cet été, j’ai une PAL style Himalaya, et je n’ai aucune idée par quelle face je vais l’attaquer… 🙂
    • l’été est une période plus propice à la lecture selon ton programme
      je vais aller voir de quoi parle le livre dont tu me parles : )
  3. J’ai acheté dernièrement « l’Arabe du futur 2 » et « Le dernier gardien d’Ellis Island », qui seront vraisemblablement mes prochaines lectures! 😉 Bon week-end!
  4. La dernière lecture qui m’a marqué c’est « La Part de l’autre » D’Eric Emmanuel Schmitt 🙂 « L’arabe du futur » a l’air bien, merci pour le partage !
  5. Après avoir beaucoup aimé le Tome 1 de L’arabe du futur, j’avoue que j’attendais avec impatience le 2. Mais la frustration de ne pas pouvoir lire la suite va peut être me freiner. Je les lirai tous d’un coup! 😉
  6. Coucou,

    J’avais pas encore trouvé mes lecture de plage, tu viens de me tenter avec Tu me plais et Les réponses! Merci infiniment!
    En ce moment je jongle avec Girl Online (en anglais), #EnjoyMarie, Sherlock l’intégrale (lu lu et relu, mais je l’aime mon petit Sherlock) et le dernier Anna Gavalda! (les deux derniers « livres » sont sur mon téléphone. Faut vraiment que je me prenne une liseuse!)
    Bisous bisous!

    • depuis le temps que je dis qu’il faut que je lise en anglais, il faudrait que je commence par quelque chose de simple
  7. Pingback: Ma pile à lire spécial été 2015 | Chroniques d'une Chocoladdict

  8. Je note précieusement les deux premiers.

    Actuellement, je suis plongée dans un roman absolument envoûtant : L’invention de nos vies, de Karine Tuil.
    Sinon ma dernière lecture marquante, c’était Rosa Candida, d’Audur Ava Olafsdottir. Je l’ai trouvé bouleversant. J’ai relu au moins vingt fois le dernier paragraphe, rarement mots m’ont procuré autant d’émotions. Bref, j’ai pleuré comme une madeleine.
    L’exception, du même auteur, cité plus haut dans les commentaires est aussi très bon.

    Bonne lecture !

    *

    • ah l’invention de nos vies est dans ma bibliothèque, il faut que je le remette sur le dessus de la pile alors !
      et tu me donnes très très envie avec Rosa Candida !

Write A Comment

Pin It