Si maman si

Il existe vraiment le Père Noël, maman ?

Cette année, question Père Noël, on marche sur des branches de houx. Le fiston pose beaucoup de questions sur cet être barbu sensé être très occupé en cette période mais qui se ballade dans les centres commerciaux le postiche de travers et le revers du jean qui dépasse du costume (c’est un faux bien-sûr chéri !). On a intérêt à être au taquet, pas du genre la tête dans le brouillard un lundi matin après avoir raté la sonnerie du réveil et ouvert les yeux à 7h40 alors qu’on est sensé tous décoller à 8h10 (non non ce n’est pas du vécu).

De l’organisation de l’atelier à la généalogie des lutins (ils ont des parents les lutins? pourquoi ils  ne vivent pas avec eux ?), tout y passe. La dernière question en date concernait la motivation même du Père Noël : il en a pas marre de faire toujours le même métier ? (tout lien avec la configuration parentale et le changement d’orientation professionnelle de la maman est purement fortuit).

Autant il n’a aucun doute sur la petite souris et mes sms pour qu’elle n’oublie pas de passer la nuit succédant la dent tombée, autant question Père Noël, je vois bien qu’il commence à trouver des incohérences dans les discours.

On a même frôlé la révélation. Un matin, alors que les yeux dans le vague, je tentais d’apercevoir mon reflet dans mon mug de café, il me lance «  Rodolphe* il m’a dit que le Père Noël ça n’existe pas, que c’est les parents en fait ! » Gloups, retour en arrière en deux secondes le jour où un morveux de la même espèce a prononcé exactement la même phrase.

Je sais qu’il y a des partisans de la real politik appliquée aux enfants, je sais qu’il a 6 ans, qu’il grandit mais j’ai envie que cette année il rêve encore parce que paradoxalement Noël, le traineau, les rennes ça lui met des étoiles plein les yeux quand il en parle.

Du coup, j’ai répondu le plus naturellement possible, sans trace d’hystérie dans ma voix à l’égard dudit copain « et toi qu’est ce que tu en penses ?« (c’est mon côté psy, répondre à une question par une autre question, merci la série En analyse )

Il a conclu que c’était n’importe quoi puisque par chance le morveux raconte souvent des trucs énormes sans aucun fondement…j’ai eu un peu le sentiment d’un sauvetage in extremis et je croise les doigts pour que son envie d’y croire soit plus forte que le reste au moins jusqu’au 25 décembre )

Et vous, vous avez cru au Père Noël jusqu’à quel âge ? comment avez vous découvert la vérité ?

* le prénom a été modifié au cas où la maman, par le plus grand des hasards lise mon blog, reconnaisse son morveux et vienne me demander d’arrêter de traiter son fils de morveux (paranoïa inside).

crédit photo : We heart it.

29 Comments

  1. Achète vite le livre « Dictionnaire du père Noël » de Grégoire Solotareff. Ca répondra à TOUTES ses questions. 😉
  2. Génialissime, ce billet !

    Ah là là, on a parfois aussi frôlé la catastrophe. On a répondu des trucs de dingue pour garder encore la magie de Noël. Finalement, il n’en a pas fallu beaucoup car notre grande fille, malgré ses doutes de temps en temps, veut coûte que coûte rester dans le monde à part de l’enfance. Pour nous assurer que tout continue dans les paillettes, nous avons montré récemment aux choupinets « Le Pôle Express » et « l’Apprenti Père Noël ».
    Ce fut grandiose : Noël est reparti pour un tour cette année encore !

    Jingle Bells, Jingle Bells…
    Nathalie

  3. Je ne m’en souviens pas du tout mais ça devait être à cause/grâce à des camarades de classe… Ca n’a pas eu l’air de me traumatiser, mais je comprends ton envie de faire durer la magie du Père Noël! ;o)
  4. Junior ne pose bizarrement aucune question pour l’instant, je vais donc tout faire pour que ça marche encore au moins cette année… Moi j’y ai cru jusqu’à 8 ans, le jour où j’ai trouvé ma mère en train de faire des paquets cadeaux dans la cuisine !
  5. Je n’ai pas le souvenir d’y avoir cru, donc pas de souvenir de la découverte du pot aux roses…
    En revanche Mouflette y a cru jusqu’à assez tard, 8 ans, mais elle voulait y croire tout en sachant, au fond, que c’était un mirage… C’était assez émouvant d’ailleurs, car elle voulait rester petite encore un peu.
  6. C’est ça la magie de Noël … s’il y croit encore tant mieux,, profitons de cette innocence et de ces beaux moments…
    Moi j’y ai cru jusqu’à 7 ou 8 ans c’est mon frère qu’il me l’a avoué et pour que j’y crois on s’est caché derrière le canapé et donc là j’ai vu mes parents déposer les cadeaux… le choc et la petite souris j’ai su en même temps ! mes parents étaient fachés que je n’y crois plus… c’est tellement bien la magie de Noël. Poupinette va avoir 30 mois donc j’ai encore le temps de profiter de ces moments avec elle !
    • ah les enfants qui se cachent derrière le canapé carrément ! terrible ! j’imagine ma tête si mes enfants font ça )
  7. Comme ton fils, j’ai découvert la vérité avec une réflexion d’une autre enfant. le soir, j’en parle à ma mère et lui demande si ce sont eux qui placent les joutes sous le sapin… ma mère m’a répondu par l’affirmative et je suis passée à autre chose! Cela ne m’a vraiment pas traumatisée. J’avais 6 1/2 je crois…
  8. Je fais exactement comme toi, quand il me pose des questions directes, je rétorque : « et toi, tu en penses quoi ? » . Cette année, j’ai pensé que ce serait fini, mais bizarrement je sens qu’il a encore envie (besoin ?) d’y croire.
    Quant à moi je ne me souviens plus qui m’a révélé le pot aux roses (mon frère, probablement), par contre je me souviens d’avoir été déçue… mais pas traumatisée !
  9. moi j’ai été un peu traumatisée d’apprendre la vérité étant petite, vers 6 ans je crois. Ma mère m’a laissé écouter un disque vinyl qui racontait la vraie histoire du père noel. Une explication qui est sensé révéler en douceur la supercherie. Je crois que tous mes frères et soeur ont eu la même méthode pour l’explication, mais ils n’en sont pas spécialement traumatisés. Par contre moi de ce jour là j’ai commencé à douter de ce que pouvaient me raconter les gens, et pas seulement mes parents. à tout remettre en cause. à chercher la petite bête pour être sûre qu’on me dise la vérité. Bref…Comme tu comprendras, je ne veux pas faire ça à ma fille, j’estime que c’est du mensonge, et tous les bobards qu’il faut inventer par la suite pour que le mouflard croit à l’histoire et n’en doute surtout pas. Je suis peut être trop psy, tous les enfants ne réagissent pas mal en découvrant la vérité. Mon neveu y a cru longtemps, puis un jour nous a posé la question. à 8 ans je me disait qu’il était temps qu’il sache la vérité, sa mère n’osait pas lui dire…On lui a dit de demander directement au père noel en lui laissant un mot à côté du verre de lait et du biscuit. On a ensuit lu le mot: « père noel, est-ce que tu existes? ». Le lendemain, il a trouvé le mot au même endroit, le lait pas bu, le biscuit pas mangé. Il a compris. ça m’a fait mal pour lui tant il était déçu. Ma fille a des yeux plein d’étoiles quand je lui montre les décos sur les maison, dans les jardins, les lumières féériques dans les rues, le sapin, la déco de la maison, la crèche etc. Je lui offre du beau, des chants de noël, mais je ne lui mentirai pas. Un choix très contesté dans mon entourage mais j’assume. En plus pour nous, c’est l’anniversaire de Jésus, et il y’a un côté spirituel tout aussi exaltant. Il faut voir le coeur qu’elle y met pour allumer sa petite bougie, mettre le petit Jésus dans la crèche. Des traditions qui sont aussi belles, et au moins l’enchantement ne s’arrêtera pas à un âge donné! Il continue toute la vie. Pour ma part je me sens comme une enfant en perpétuant cette tradition, en entretenant cette ambiance festive et joyeuse. Bref, chacun son truc. Je lui ai quand même dit de ne pas faire de gaffe avec ses petits camarades. Je respecte le fait que les autres y croient. C’est mignon, même si j’ai mal pour eux pour le jour où ils sauront la vérité!
    • ce que je trouve un peu « dommage » dans ton histoire comme dans celle de ton neveu c’est d’avoir laissé quelqu’un d’autre (un support en l’occurence, disque ou papier) dire la « vérité », je pense que le message serait bien mieux passé si le message était passé par les parents, en accompagnant vraiment l’enfant…
  10. Je ne me souviens plus jusqu’à quel âge j’ai cru au père Noël mais j’étais grande…enfin, 9/10 ans je crois! Chacun pense ce qu’il veut mais pour ma part, j’ai envie que ma fille croit le plus longtemps possible au Père Noël! Elle n’a que 4 ans mais dès l’entrée en primaire je pense que ce sera plus compliqué. J’ai regardé avec elle la semaine dernière le joli film « Nicolas Noël, mon histoire magique » et j’ai trouvé ça très bien fait et très mignon pour répondre aux questions que les enfants se posent sur notre cher père noël!!!! 😉
  11. Rose-Amoureuse Reply
    Ton histoire est touchante, c’est trop mignon. Perso, je ne sais plus jusqu’à quel âge j’ai cru au Père Noel, mais je crois que j’avais 8 ans et que c’était justement mon dernier Noel avec mon grand-père. Le pourquoi du comment j’ai découvert la vérité, je ne le sais plus, mais peu importe. Aujourd’hui, bien sur, je n’y crois plus, mais cette période est tellement magique que ca donnes envie que les enfants y croient, etc. D’ailleurs, j’espère que mes enfants y croiront jusqu’à la fin de l’école primaire, car voila, c’est vraiment une période de fêtes extraordinaire, en famille. Et je veux que mes enfants connaissent cela… Enfin bref. En tout cas, j’ai une autre chose à rajouter : Moi, je n’y crois plus, c’est sur, mais j’ai quand même un rêve… Et celui-ci, c’est d’aller en Laponie Finlandaise, et plus précisément, à Rovaniemi, dans le village du Père Noel. C’est niais, oui, mais j’en rêve.
    • je connais quelqu’un qui l’a fait le voyage en Laponie, je crois qu’il y a des tours opérateurs qui font ça, je ne trouve pas ça particulièrement niais, on a peut-être tous un côté grand enfant en nous qui s’exprime différemment, non?
  12. J’y ai cru jusqu’à 6 ans je crois, c’est une cousine qui m’a vendu la mèche, pensant que je n’y croyais plus, elle m’a dit: « Moi j’ai compris qu’il n’existait pas, parce que j’ai vu maman poser les cadeaux ». Je n’ai pas été traumatisée.
    Et je compte laisser mon fils y croire, ça reste magique 🙂 Bisous
  13. Mon fils, de 7 ans, y croit encore. Quand il me pose la question, je lui réponds oui, existe ce à quoi l’on croit au fond du cœur et qui apporte du bonheur. le reste est une question d ‘interprétation 🙂 Cette année, nous préparerons encore des cookies pour le gouter de minuit du Père Noël !

Write A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It