train Archives - Chroniques d'une Chocoladdict
Tag

train

Browsing

travel

Je m’excuse auprès de la poignée de fidèles de ce blog qui auront l’impression en lisant les lignes qui suivent que je radote mais pour les lecteurs et les lectrices qui arriveraient ici suite à une requête google une mise en contexte s’impose. Je fais partie des personnes qui se déplacent exclusivement ou presque en train (en tous cas en France) et cela depuis des années et le fait d’avoir eu un puis deux enfants n’a rien changé.

Cet été quand le choix de la destination de vacances s’est porté sur la Bretagne (un peu à l’opposé de Lyon quand même), les 5h30 de train aller et 7h retour avec changement ne m’ont même pas découragé. Bien-sûr j’avais un peu peur que le trajet paraisse long voir interminable pour les enfants et quand j’ai constaté que le service TGV Family (testé et approuvé par le passé) n’était pas disponible sur les TGV empruntés, j’en menais pas large mais en 7 ans de voyage en train, j’ai acquis quelques réflexes bien utiles. Et puis soyons honnêtes, les enfants grandissent : exit la poussette qu’on arrive pas à caser convenablement sans embêter tout le wagon, exit l’enfant qui pleure parce qu’il n’arrive pas à s’endormir, exit les gens qu’on entend dire en cherchant sa place « mon dieu ils sont avec un bébé, ça va être l’horreur » (c’est du vécu et tout de suite en arrivant, ça détend bien !).

La nouveauté c’est que cet été, la SNCF m’a proposé de tester l’un de leurs services bien utiles pour les familles (mais pas réservé qu’à elles) : le service de bagages à domicile. Bien que j’ai appris par la force des choses à voyager léger, deux semaines en Bretagne c’est à dire des k-ways, des bottes de pluie, des parka, des parapluies, des pulls, des gilets (eh oh je plaisante on n’a pas eu une goutte de pluie en vérité) à caser dans une seule valise, je ne le sentais pas trop. J’avais prévu d’emmener un notebook (ça c’était avant de réaliser très rapidement que je n’avais quasiment aucune connexion dans l’appartement), une tonne de livres de poches parce que les vacances ça sert aussi à ça (même si certains ne seront au final jamais ouverts faute de temps), un mini-lecteur DVD pour occuper les enfants dans le train et autres trucs indispensables (batteries de téléphone, batterie d’appareil photo, médicaments de première urgence même si on ne partait dans la jungle …). Ajoutez à cela les doudous et couette (oui vous avez bien lu ma fille ne peut pas dormir sans sa turbulette et c’est tellement pratique à transporter partout), quelques tours de magie pour la survie du grand (15 jours sans magie vous n’y songez pas), des activités et des jeux pour les jours de pluie (pas un seul je vous dis ) et un pique-nique histoire d’occuper le petit monde au moins 20 minutes (youpi!).

La veille du départ j’ai donc confié une grosse valise (plus remplie était-ce possible ? ) spécial parents et une valise plus petite mais tout aussi lourde à la SNCF et c’est donc le coeur beaucoup plus léger que le voyage vers la Bretagne s’est effectué. Cela nous a permis à l’aller de changer de gare (gare de Lyon à gare Montparnasse) sans suer eau et sangs dans les couloirs du métro (les ascenseurs étant toujours aussi peu nombreux à Paris) et même d’aller visiter la Tour Montparnasse. Une fois arrivés à Saint Malo, la livraison des bagages s’est effectuée selon un créneau horaire défini à l’avance, les valises étaient bien protégées (j’ai donc mis sans me poser de questions mes pots de salidou dans une des valises au retour) et les choses se sont déroulées de manière identique dans le sens Bretagne-Lyon.

Niveau fatigue, même si les valises aujourd’hui sont sur roulettes, plus ou moins maniables, cela fait une grande différence de ne pas avoir à se les trimballer dans les transports en commun ou dans les gares. Les correspondances, les montées et les descentes du train, tout est tellement plus facile ainsi.

Pour info, à partir du 17 septembre au départ de Lyon Part-Dieu ou Lyon Perrache, est mis en plus un service SNCF porte à porte pour les voyageurs minis d’un billet TGV. Il s’agit d’un taxi payable en ligne , le prix est fixe selon la distance et l’heure (à partir de 9.90 euros) sans coût supplémentaire s’il y a des embouteillages (et le compteur qui tourne) ou s’il y a des bagages. En plus le chauffeur attend l’arrivée du train même s’il est en retard.

Bref je ne suis pas prête à renoncer au train, seule ou accompagnée, chargée ou pas : )

Crédit photo : TeterayKiwi, etsy.com

 Vous jetez un oeil par la fenêtre quand vous êtes assis dans un train ? je voyage rarement sans les enfants, coloriage, goûter, lecture, il faut souvent les occuper. Cette fois c’était différent, l’escapade était sans eux, le trajet durait plus de 4h alors pour m’amuser, j’ai pris quelques photos du paysage à travers la vitre du TGV même si c’était un peu flou, même si les couleurs étaient un peu déformées.

par la fenetre

En laissant défiler les paysages qui m’éloignaient de Lyon, j’ai d’abord vu le ciel de plus en plus bleu et le soleil de plus en plus franc, des plaines, des collines, un fleuve, des gens qui debout sur les quais de gare où le TGV s’arrêtait…attendaient-ils quelqu’un ou allaient-ils monter dans le wagon ? les vêtements étaient plus légers que 100 kilomètres avant, je me suis dit que j’étais trop habillée et que je n’avais rien pris de vraiment adapté à la douceur du Sud dans ma valise.

J’ai vu la mer scintiller, les palmiers s’agiter sous le vent, les toits des maisons de vacances, les belles piscines, les pins, Toulon où j’aurais aimé m’arrêter pour déjeuner avec Arwen et Jeff, j’ai pensé à cette traversée inoubliable avec Corsica Ferries, …j’ai vu les rochers ocres, les murs blancs, l’étendue bleue, les bateaux alignés, les tableaux peints par Catelina sur les murs de la gare de Cannes

vues du train2

vues du train 3

vues du train 7

vues du train 8

vues du train 9

vues du train 10

Au retour, tout était à la même place mais le paysage défilait dans l’autre sens et le soleil perdait de son éclat avec la fin du jour …en arrivant à Marseille, la nuit était presque tombée, je tenais toujours mon appareil photo dans les mains mais bientôt par la fenêtre je ne voyais plus que des ombres…

vues du train 11

vues du train 12

Et pourquoi pas des supermarchés pour les petits vieux exclusivement (au moins ils ne voudraient plus me passer devant sous prétexte qu’ils n’ont trois fois rien EUX ), des lotissements pour seniors (ça existe aux Etats Unis je crois), des créneaux dans les piscines municipales réservés aux différentes confessions, des métros pour femmes enceintes seulement (au moins on serait sûres d’avoir une place assise) ?

Vivre en société ce n’est pas apprendre à vivre ensemble malgré nos différences? sauf que je voyage en train quasiment exclusivement depuis maintenant 5 ans avec des enfants et que quand tu débarques dans un wagon avec un bébé, tu as le droit quasiment systématiquement à des regards lourds, quand ce n’est pas à des réflexions (pourvu qu’il ne passe pas le trajet à pleurer entendu à peine un pied posé dans le train…le genre de phrase qui te détend tout de suite). Sauf qu’un enfant, même s’il est sage, même si tu l’occupes, même si tu as prévu coloriage, goûter, histoires, petits jouets, ça parle et parfois un peu fort. Sauf qu’un bébé, même fatigué, ne dort pas à coup sûr et que quelque soit l’heure à laquelle je prends le TGV j’ai l’impression que tous les dormeurs diurnes et adorateurs de la sieste se sont donnés rendez-vous dans mon wagon. En conséquence, je ne sais pas comment tu vis ça si tu es dans mon cas mais j’espère toujours intérieurement qu’ils ne vont ni crier, ni hurler, ni piquer une crise surtout quand on est la seule famille présente. Je ne suis pas à mon niveau maximum de détente pour résumer la situation.

Alors le TGV family qu’est ce ça change ?

Quand la porte du wagon s’est ouverte, une animatrice nous a accueilli avec une pancarte et nous a indiqué où il y avait de place pour les bagages et ça quand on déborde chacun de sacs, valises, poussette, enfant c’est plus qu’appréciable (Messieurs de la SNCF si cela pouvait être le cas pour tous les wagons au moins lors des vacances scolaires et des gros week-end en employant des étudiants par exemple, cela éviterait la panique à pas mal de monde).

Puis nous avons vite compris que dans notre espace, il n’y avait que des parents avec des enfants plutôt jeunes voire des bébés. Un papa baladait un tout petit dans ses bras pour l’endormir, d’autres bambins circulaient, d’autres encore étaient rassemblés ensemble au fond du wagon et tout de suite je me suis sentie beaucoup plus relax qu’à l’accoutumée.

Les enfants étant assis, l’animatrice leur a donné un coloriage et des crayons de couleur et leur a proposé de venir la rejoindre quand ils en avaient envie. Elle m’a précisé que, pour ma fille, elle avait des jouets plus adaptés à son âge dans sa grande valise ouverte. Elle lui a d’ailleurs apporté par la suite un Monsieur Patate et une ardoise magique. Comme mon fils jouait au timide de service, elle a un peu insisté et il a fini par rejoindre le groupe de fillettes pour une séance ciné puis un atelier ballons. Il n’a plus quitté le chat qu’elle avait gonflé pour lui alors que sa soeur réclamait une fleur.

Au final, le trajet ne leur a pas paru long et ils étaient ravis qu’on s’occupe d’eux tout le temps. Des revues étaient même prévues pour que les parents bouquinent tranquillement.

Malheureusement le service TGV family concerne assez peu de TGV et seulement les week-end pendant  les périodes scolaires. Note aussi qu’il te faudra débourser 5 euros supplémentaires par billet de train y compris pour les adultes (ce qui me chiffonne un peu car même si par ricochet on apprécie le service, il concerne les enfants).

Verdict : pour les longs trajets, je dis OUI au TGV family car cela m’a permis de voyager sans penser « vivement qu’on arrive! »

Et toi, qu’en penses-tu ?

Prendre le bus et succomber au coup de foudre, c’est sur cette idée que la compagnie Arriva mise depuis le 3 mai 2010 pour promouvoir les transports en commun au Danemark. 103 bus sillonnent ainsi Copenhague, avec à  leur bord deux fauteuils recouverts d’un bandeau rouge sur lequel on peut lire pour les plus distraits, sièges de l’amour.

Si tu veux bouquiner tranquillement, écouter le dernier album de Mélody Gardot sans être dérangée, évite de t’assoir sur ces places réservées aux personnes en quête de conversation et plus si affinités ou ne vient pas te plaindre si ton voisin te lance des regards de biche effarouchée …tu es en train d’expérimenter le speed dating roulant !

Pas si bête si on pense à la rubrique « transports amoureux » de Libération (qui est même devenu l’objet d’un livre) que je lis toujours d’un oeil amusé. Pas idiot si on en croit le site transport-amoureux (projet de Sophie Calle) sur lequel on peut poster des messages suite  à une rencontre furtive sur un quai ou dans un wagon quand on aimerait la prolonger.

Qui n’a jamais croisé le regard d’un inconnu dans un métro? qui n’a jamais été troublé le temps d’un voyage en train?   Les moins timides ont peut-être osé le premier pas (et se sont pris pas mal de râteaux j’imagine) mais le plus souvent les histoires sont restées au stade de scénarios, chacun s’imaginant les suites les plus belles.

Je me demande si ces bouteilles à la mer écrites dans les journaux ou sur le net rencontrent parfois leur destinataire et si le hasard connait des prolongements heureux.

Et toi, as-tu déjà connu un transport amoureux?

Dans la série, il gagne des lots pourris, je demande « Brocoli Bill« , la version années 2010 des crados pour les trentenaires qui les ont connus, l’odeur en plus. Comme son nom l’indique, Brocoli Bill a une figure dont la chevelure évoque une tête de brocoli et malheur à toi si tu appuies dessus, tu comprendras pourquoi en lisant la suite de l’histoire.

Ne me demande pas pourquoi mais lors de notre dernier voyage en train en famille, l’homme avait emporté Brocoli Bill dans un sac et n’a pas trouvé meilleure idée que de l’actionner en plein wagon pour, je cite, « occuper notre fils ». Jusqu’à ce jour, j’avais refusé totalement d’aller coller mon nez sous le gadget et je m’étais enfuie dans une autre pièce dès qu’on appuyait dessus. Cette fois, j’étais piégée et la chochotte olfactive que j’ai toujours été a vite senti, malgré un rhume carabiné, une odeur infecte à côté de laquelle l’odeur du brocoli cuit est du Chanel numéro 5.

Mais la puanteur ne s’est pas contentée de se localiser dans notre carré TGV, elle a commencé à circuler autour et j’ai vu ma voisine de l’autre côté du couloir qui se tamponnait les narines et se cachait le nez dans son foulard en plissant les yeux de dégoût. A côté d’elle, ses 3 enfants se bidonnaient et lançaient des « ça pue » enthousiastes alors que j’exhortais l’homme de ranger au plus vite son cadeau schlingueur.

Est-ce un total hasard si quelques temps après, le chérubin a commencé à se plaindre de mal au cœur et d’envie de vomir? Là j’avoue j’ai laissé l’homme prendre la situation en main 1) c’était lui qui avait brandi Brocoli Bill 2) étant limite phobique du vomi, nous avons fait un deal avant de nous lancer dans la grande aventure parentale, je m’occuperais des cacas et lui des gerbouilles (imagine un peu la discussion ultra excitante)….4 ans après, je peux t’affirmer qu’il n’est pas perdant sur l’affaire.

Le temps de courir jusqu’aux toilettes qui, bien entendu, étaient fermées en haut et en bas et le chérubin se délesta du contenu de son estomac en plein couloir (et là les mères parfaites de m’interpeler « fallait prendre un sac en plastique »). Les voyageurs du wagon nous maudirent jusqu’à l’arrivée en gare et le contrôleur nous confia « et en plus il y a en un qui a vomi dans le couloir » (et moi de répondre d’une petite voix « oui je sais c’est mon fils »).

Non seulement Brocoli Bill dégoûte probablement les enfants dudit légume mais en plus en cas d’estomac barbouillé il a un effet vomitif incontestable. Cela dit, je me demande si nous n’avons pas reçu le moins pire des  figurines de la série (en l’occurrence ici celle des végétariens) je te laisse juger :

– dans la série des crados : Mathis jus de chaussettes ou Yanis chaussettes qui puent

– dans la série Haleine d’Hyène : Alex pue du bec

– dans la série Les gazeurs : Gabriel le roteur ou Joy le gazeur silencieux

– dans la série les frères schlingueurs : Ethan le gerbeur, Raphaël l’accro du pot ou Clément le camion poubelle

Tu peux me traiter de rabat-joie né mais moi les mauvaises odeurs ça m’a jamais fait rire !

et toi, sensible aux mauvaises odeurs?

Edit 1 : quand je serai grande, je mettrai du parfum...

Aujourd’hui allongée sur mon sofa, je reçois Dgina qui comme le laisse présager son blog ne tient pas en place…reine des autoportraits, impitoyable de lucidité sur sa condition de jeune maman, intriguée par la féminité, elle s’éloigne pourtant de ces clichés, Dgina la parole est à vous….

1) Incroyablement sage, toujours raisonnable, gentiment timbré(e)) ou carrément secoué(e), comment vous définiriez-vous ? Secouement timbrée, on peut comme combinaison?

Je crois que j’ai les neurones flexibles, je passe par toutes les possibilités, du pire au meilleur.. Bon, souvent le pire il paraît… Hum…

2) Qu’est-ce qui peut vous rendre fou/folle furieux(se) ? Je ne supporte pas qu’un con reste dans l’ignorance de sa connerie. Pas possible pour moi de me taire si quelqu’un dit ou fait des choses que j’estime fausses, je ne suis pas capable de « laisser » raison à une personne si justement elle a tort. C’est plus fort que moi, je mords le bifteak jusqu’à repartir avec les os.

(Tiens c’est sympathique comme image…)

(et tu fais pas une overdose de viande au final? )

3) Qu’est ce qui peut vous rendre fou/folle de joie ? Entendre à la radio, au volant de ma voiture, LA chanson. Celle que j’aime, celle qui me met la pêche ou qui me fait rêver. Celle que je n’entends que par hasard.

(Je peux rajouter « Jude Law nu sur la plage »?)

(personnellement Jude Law a plus de chance de me rendre hystérique de joie même habillé…)

4) Avez-vous déjà fait une petite ou une grande folie par amour ? Déjà, deux gosses c’est pas mal comme démonstration.

Et le mariage en soi, je n’en parle même pas. Huhuhu.

Mais allez, on ne retiendra que la fois où j’ai fait, sur un week-end de deux jours, 12h de train pour traverser la France et rejoindre un petit ***** qui m’a dit qu’avec moi il appliquait la méthode Téfal (« rien n’adhère »). Juste avant que je reprenne les 12h de train dans les gencives en sens inverse. Je précise que, évidemment, il ne s’agit pas de mon mari.

(t’es sûr que le mec s’appelait pas grand corps malade et qu’il n’en a pas fait une chanson avec une métaphore avec les voyages en train et les histoires d’amour? ))

5) Vous gagnez le jackpot à l’Euromillion. Quelle est votre première folie ?  Je m’achète un palace, une propriété de folie avec maison d’amis, salle de sport, piscine, 8 chambres avec salle de bain privative, deux bureaux équipés du sol au plafond et une immense cuisine sans un seul objet qui dépasse…

Bon, au passage je prévois de mettre une petite somme de côté pour payer les impôts fonciers qui vont avec..

Et peut-être bien une aide-ménagère, au cas où. Au cas où hein.

(euh je crois qu’il y a une propriété quin s’appelle Neverland qui recherche un repreneur )….L’aide-ménagère me parait en effet indispensable, sans ça tes huits salles de bain avec tes huits baignoires à récurer et tes huits wc à nettoyer vont vite te rendre insupportable ton palace)

6) Champ libre : Vous en êtes fou (folle) de …….. L’intelligence.

Non mais, vraiment je veux dire.

Pas le sérieux j’ai dit, ni les intellectuels, encore moins les pompeux. Juste l’intelligence que je respire dans certaines réparties, même dans certaines blagues vaseuses et surtout dans le cynisme un peu aigri. Je suis fan des gens intelligents, voilà c’est dit!!

(mais qu’est ce que tu fous sur ce blog?)

Edit 1 : Mille excuses pour avoir écorché ton prénom/pseudo….la correction est faite )

Merci Dgina de t’être prêtée au jeu… grâce à toi j’ai pu trouver un prétexte pour mettre en ligne une nouvelle photo de Jude Law…si vous aussi, vous avez envie de venir vous vautrer sur mon canapé, n’hésitez pas les boissons sont offertes !

Pin It