Tag

timidité

Browsing

Je n’ai jamais aimé les exposés. Pour une personne timide, un exposé c’est un peu le supplice de la chèvre qui lèche le sel des pieds d’un chatouilleux. A science-po, cela faisait partie du package et je me souviens du mal de bide, des mains moites et de ma tête rouge écarlate en début de topo devant la classe.

Plus de 10 ans plus tard, les choses ont-t-elles changé? j’ai pris un peu d’assurance mais parler devant un groupe n’est toujours pas un exercice qui me procure beaucoup de plaisir. Je suis plutôt dans le mood « qu’on en finisse et vite ». Manque de pot, dans le cadre de ma formation, je n’ai jamais eu autant de travaux à exposer à mes petits camarades.

Je ne me suis malheureusement pas transformée en pro du discours, haranguant la foule, provoquant les rires de mon auditoire là où je l’avais prédit, captant tous les regards. Non en vrai je ne peux pas me séparer de mon papier que j’ai limite appris par cœur, je ne sais pas qui regarder (les élèves, la prof ?), j’ai abandonné les méthodes à deux balles (imagine tout le monde nu ) pour me détendre et entreprendre des exercices de respiration une fois au tableau passe difficilement inaperçu.

Ce qui me rassure c’est qu’à part deux ou trois orateurs nés dans la classe, on est plus ou moins logés à la même enseigne. Certains gesticulent, d’autres bafouillent, d’autres encore rougissent, certains tentent de désamorcer la tension (ou de réveiller ceux du fond qui luttent pour ne pas s’endormir…enchainer 3 exposés à la suite a un effet soporifique indéniable, quelque soit l’intérêt de ces derniers) en lançant des pointes d’humour.

J’ai aussi découvert le powerpoint, illustration d’une pratique qui consiste à résumer ta pensée avec le moins de mots possibles, une sorte de filet pour ton auditoire au cas où celui ci aurait décroché quand tu as prononcé le terme accessibilité sociale et pense à ce qu’il va bien pouvoir manger ce soir au moment où tu abordes le concept d’appropriation culturelle. J’avais réussi à me passer des powerpoints pendant mes 11 ans de vie professionnelle mais cette fois on m’a mise au pied du mur : le powerpoint ou la vie !

Alors j’ai fourni mon lot de diapositives au look ringard et dont certains codes m’exaspèrent (par exemple, la dernière diapositive est sensée être toujours la même : Merci de votre attention, avez vous des questions? comme s’il fallait absolument siffler le coup final de l’exposé)

Allez je sens que tu meurs d’envie d‘une démonstration :

la citation apporte toujours une certaine légitimité à ton propos..enfin ça dépend qui tu cites

 

l’historique ou partie  la plus barbante de l’exposé…abrège !

l’argumentaire doit être synthétique…évite les phrases surtout

la conclusion ou ce qu’il faut absolument retenir une fois que tu vaques à d’autres occupations

Et toi, pour les exposés tu assures ou pas ?

 

Qui suis-je? je bafouille, je rougis,  j’ai les jambes en coton et le cœur qui bat à 100 à l’heure…je suis, je suis.. une émotive !...si je ne m’évanouis pas (quoique cela m’est arrivé une fois dans un hôpital, endroit qui me terrifie) comme Isabelle Carré, je déteste répondre au téléphone quand je ne sais pas qui m’appelle comme Benoit Poelvoorde dans les Emotifs anonymes.

Contrairement à ce que montre le film, je préfère largement les têtes à têtes aux réunions de groupe mais je ne trouve pas exagérée les scènes dans lesquelles Benoit Poelvoorde se surpasse (en embrassant Isabelle Carré ou en lui chantant une chanson dans un restaurant)…l’audace du timide, je connais 🙂

La timidité est-ce avoir peur de tout? est-ce avoir peur de prendre des risques comme le suggère le réalisateur Améris ou tout simplement un manque de confiance en soi, le sentiment récurrent d’être un imposteur, la difficulté à dire non?

Alors qu’Isabelle Carré assiste à des réunions d’émotifs anonymes, Benoit Poelvoorde suit une thérapie avec un psy…en ce qui me concerne, je me suis lancée, au fil de la vie, des petits défis : prendre la parole devant des groupes quand je travaillais étudiante dans une fabrique de nougat et que je montrais les coulisses aux touristes, ou en public avec mon travail (mon filet c’est mon texte que je connais par cœur comme une actrice! ), accepter d’être filmée et parler devant une caméra. Les enfants, les années, le blog m’aident à m’affirmer même si la peur d’être ridicule et donc d’oser n’est jamais loin.

Les émotifs anonymes vaut aussi par  ses scènes liées au chocolat (dégustation, réconfort ou création…) quand on aime ça et par le plaisir de découvrir un Poelvoorde , amoureux et attachant.

Et toi, la timidité, l’émotivité tu connais ou pas?

Edit 1 : vous avez été plusieurs à réclamer la recette du risotto aux légumes verts de Moo lors de son ITW gourmande, elle est en ligne chez elle aujourd’hui !

Pin It