Tag

tête d’or

Browsing

Parmi les endroits qui m’ont fait aimer Lyon, se trouve, sans conteste le parc de la tête d’Or, avec ses roseraies, son lac et ses pédalos, ses serres magiques et ses cactus pas loin, son jardin botanique, ses arbres centenaires (pour le zoo, je suis très mitigée, les enfants adorent se balader dans la plaine africaine, se planter devant les singes ou tenter d’apercevoir le crocodile mais quand je vois des animaux sauvages dans de si petites surfaces tourner en rond, je ne peux pas croire qu’ils sont heureux), ses joggers, ses pelouses immenses qui permettent de ne jamais faire (ou presque) de nappe à nappe, ses lumières, ses familles de canards, ses expositions, ses vélos et rosalies….à chaque fois que j’y vais (et en plus de 10 ans à Lyon, je suis déjà allée un paquet de fois), j’ai l’impression de découvrir quelque chose de nouveau et de différent.

#2

Happy lundi! #lyon #monlyon #nature #parcdelatetedor #pink #colour

Une photo publiée par @matinbonheur le

#3

#4

Le coin bird wash 🐦🚿 #france #lyon #monlyon #parcdelatetedor #parc #oiseau #bird

Une photo publiée par Ronimours (@geronimo1er) le

#5

#6

🚂#Lyon #monlyon #onlylyon #igerslyon #parcdelatetedor #petittrain

Une photo publiée par Em✨ (@em_n_simon) le

#7

#8

#9

#passioncactus🌵 #nofilter #monlyon

Une photo publiée par gaellitta (@gaellitta) le

#10

Enregistrer

Enregistrer

Si on passait par le parc ? on venait de goûter à pas mal de chocolats (au Salon du Chocolat dont je reparle bientôt) et dans un sursaut de culpabilité, j’ai proposé au fiston de prolonger notre tête à tête par une balade dans notre central parc à nous lyonnais, le parc de la Tête d’Or. Alors que j’essayais de calculer le nombre de calories que j’étais susceptible de dépenser en empruntant le chemin le plus long, on n’arrêtait pas de croiser des joggers et le chérubin m’a demandé :

« pourquoi ils courent? où vont-ils?  »
J’en sais rien mais tu parles comme une pub de la société générale, je lui ai répondu.

On a admiré les oiseaux sur leurs branches, les couleurs de l’automne comme dans la chanson de Joe Dassin (ou d’Alexis HK vu qu’ils ont exactement la même voix), je donnais des réponses évasives aux questions animalières (note pour plus tard : emporter la zoologie pour les nuls la prochaine fois).

A l’entrée du zoo, j’ai pensé à la chanson de Delerm, La vipère du Gabon alors que devant la cage des mangoustes, le fiston ne m’a dit pas « ah bon? « mais « y en a dans Kirikou« . A chacun ses références …

Visiblement on est arrivé à l’heure du déjeuner, beaucoup d’animaux étaient sortis mais le parc était relativement désert (à part les fameux joggers) …on a eu notre quart d’heure Out of Africa.

En arrivant devant la fosse aux ours, j’ai dit au fiston « Tu as vu comment il mange sa pomme en une bouchée ? pas de « tu peux me la peler maman?  » « tu peux me la couper en morceaux ?« .
Je sais pas, maman, je parle pas ours, il m’a rétorqué.

 

non mais laissez moi, mangez ma banane, tout seul sur…enfin bref quoi )

Il faisait un temps à écouter le poème de Victor Hugo Si vous n’avez rien à me dire chanté par Françoise Hardy dans son dernier album L’amour fou…

…mais je crois que j’aurais un peu casser ce moment de complicité filiale ) Alors on a rejoint doucement la sortie en passant devant le parc aux daims (et aux autruches) et on n’a même pas évoqué Bambi.

 

 Il est coutume de s’extasier sur les joies de la grande ville en Août quand elle est déserte. Il y a en effet quelques avantages (personne dans les transports, personne dans les squares, personne dans les rues…personne quoi). Bien que tout le monde ne parte pas en vacances, tous les commerçants – ou presque – ferment leur boutique à cette période de l’année…c’est un peu la double peine : non seulement tu ne pars pas mais en plus tu manges des biscottes.

Heureusement le parc de la tête d’Or, notre Hyde Park à nous les lyonnais, ne ferme pas ses portes et pense à tous ces parents désœuvrés qui se demandent comment occuper leurs chères têtes blondes tout en leur permettant d’être au grand air malgré la chaleur, en proposant une exposition intitulée Rouge de plaisir.

Hier matin, dès l’aube quand tout le monde fut enfin levé, direction le poumon vert de Lyon et plus précisément le jardin botanique au sein duquel je crois n’être jamais entrée auparavant. Quelques photos en préambule suspendues dans les arbres, le trombinoscope de toutes celles et ceux qui rendent ce parc si agréable et  si riche et voici allées et parterres où le rouge des plantes, des fleurs domine.

Chic le rouge se mange aussi : on découvre fraisier, framboisier ainsi que tomates, canneberges ou piments. Rien n’est mûr et j’ai envie de dire heureusement car quatre petites mains s’affolent déjà autour des plantations.

Le jardin botanique est frais, largement ombragé, c’est plus agréable que le ventilateur de ton salon et la végétation est dépaysante. On est même plongé dans un paysage aride, en entrant dans la serre de Madagascar où les plantes grasses sont reines. Mieux vaut regarder où l’on se pose, attention ça pique !

 

Alors que les enfants courent, mon regard attrape au vol :

[typography font= »Molengo » size= »24″ size_format= »px »]Une fleur au coeur pas banal [/typography]

 

[typography font= »Molengo » size= »24″ size_format= »px »]Des nénuphars XXL [/typography]

 

[typography font= »Molengo » size= »24″ size_format= »px »]Un oranger qui ne donne pas d’oranges [/typography]

 

[typography font= »Molengo » size= »24″ size_format= »px »]Des plantes qui semblent sortir d’une teinture [/typography]

Miss Zen a aimé les fleurs rrrroses (oui il y en avait aussi), le fiston s’est pris d’une soudaine passion pour les plantes carnivores en visitant une serre en présentant un nombre impressionnant. Le parc en plein mois d’août fera peut-être partie de leurs souvenirs d’enfance de vacances d’été,  qui sait ?

Exposition Rouge de plaisir du 24 mai au 4 novembre, jardin botanique extérieur du parc de la tête d’Or (entrée porte du Lycée du parc)

Allez pour le coup, une expression avec rouge? (attention, rien à gagner)





Dimanche matin, peut-être étiez-vous partis au marché, regardiez-vous téléfoot ou Petitrenaud, dormiez-vous toujours pour les plus chanceux…nous, on s’est emmitouflés autant qu’on a pu et on est allés faire un tour à l’édition 2008 de la fête des feuilles au parc de la tête d’or. Comme il avait beaucoup plu la veille, on a un peu pataugés dans la gadoue, mieux vaut donc prévoir de vieilles chaussures pour vous et des bottes de pluie pour les enfants.


Il suffit de suivre les panneaux à l’entrée du parc, l’exposition à l’air libre se trouve dans les sous-bois entre le lac et la plaine africaine. Le chérubin qui adore ramasser toutes les feuilles qui peuvent croiser sa route était heureux comme un pape et ne savait plus où donnait de la tête.



1- Dame des bois. 3- Cabane poétique

A la base, comme son nom l’indique il s’agit de créer des oeuvres éphémères avec des feuilles :




1-Doudou. 2- Compte-mouton. 3- Canon à rêves

Mais il n’y a pas de limites à l’imagination :


Les toiles d’araignée géantes ont beaucoup plu au chérubin !

Et vous, vous êtes ballades en forêt ou pas?

Edit 1 : Pour les lyonnais, dépêchez-vous, le 30 novembre c’est fini !

Pin It