Tag

street art

Browsing

Hasard ou pas, il y a, parmi mes proches, une concentration d’anniversaires au mois de septembre alors tous les ans, on a un petit rituel : on les fête tous en même temps pendant un week-end. Samedi on a donc soufflé un nombre incalculables de bougies sur une tarte au citron maison et un fondant au chocolat. D’habitude l’idée de prendre un an de plus ne me ravit pas plus que cela mais cette année, je n’y ai attaché aucune importance. On a en reparle au prochain changement de dizaine ? 🙂

Et puis cette semaine en vrac il y a eu :

Un déjeuner chez Tipico, un restaurant épicerie au 10 rue la Martinière dont j’avais envie de pousser la porte depuis leur ouverture en juin dernier. D’abord l’adresse est tenue par des italiens (avec le petit accent chantant charmant qui va avec) et il se trouve qu’ils sont très accueillants, qu’ils prennent le temps d’échanger, ce qui, pour moi, est le critère le plus important. Ensuite ils proposent une formule déjeuner à 14 euros (entrée +plat du jour ou plat du jour +dessert), ce qui me parait un bon rapport qualité prix pour manger chaud, frais, maison. C’est une cuisine simple, familiale, comme je l’aime. 

Vous savez si vous me suivez depuis quelques temps que je pourrais sans problème manger des pâtes tous les jours. La meilleure cuisine du monde pour moi c’est la cuisine italienne (et il faut croire que mon goût pour la botte a déteint sur les enfants car mon fils a choisi italien en seconde langue alors que plein de personnes lui ont seriné que c’était idiot car on ne parle italien qu’en Italie …et alors ? ; et ma fille m’a dit plusieurs fois, avec le plus grand sérieux, qu’elle épouserait un italien).  Bref on s’est régalé avec les fusilli au pesto rouge de Sicile et les spaghetti aux légumes méditerranéens et à la burrata. 

 

En desserts les douceurs (réalisées par des artisans italiens) se bousculent : des baci de dama, des amaretti moelleux (trop bon!) , ses babas au limoncello (pas trop alcoolisés), des cannoli au gianduja  ou à la crème de noisettes ((dans une coque croustillante aux éclats de noisettes) et un gâteau avec une génoise, un peu de ricotta, des oranges confites et une couverture chocolat blanc (delizia si j’ai bien retenu).

Entre les lasagnes et le tiramisu (en version traditionnelle et en une autre version avec de l’amaretto et un amaretti que je suis très curieuse de goûter) préparées sur place et proposés au rayon frais, la piadina en formule déjeuner et la sympathie de l’équipe, j’ai au moins 4 raisons d’y retourner très vite !

-Les oiseaux rouges d’Alex Nihilo qui parsèment les murs des pentes de la croix rousse. J’en ai vu au hasard puis un autre et après j’ai presque commencé à la chercher sciemment. J’ai horreur des jeux de société, des jeux de carte mais les jeux de piste j’y prends goût très vite.

 

– Le compte Instagram Amours solitaires dont j’attends chaque texte (eh oui c’est un peu l’anti-Instagram, que des mots, pas des photos, pas de selfies ) avec impatience #cellequiaimaitleslovestory

Je voulais aussi vous parler de la provenance des produits et de la démarche locale de l’enseigne Ninkasi mais je n’ai pas eu le temps de mettre mes notes au propre alors ce sera pour la semaine prochaine : )

Bon lundi !

 

Une version « courte » de j’aime de la semaine non pas par manque d’inspiration mais par manque de temps (la preuve normalement ce billet aurait du être publié dimanche soir). J’aurais bien d’autres choses à partager mais les vacances scolaires ont débuté et je dois caser dans une journée mes missions de freelance / des activités pour occuper les enfants / mon blog alors je suis obligée de faire des choix. Voici donc les 3 j’aime de la semaine :

1- Donner une formation Instagram

Mardi j’étais à Saint-Etienne pour donner une formation en bibliothèque sur Instagram. C’est une nouvelle expérience professionnelle pour moi et j’ai autant aimé construire le support de cours, cherché des exemples que transmettre mes connaissances.

J’espère trouver d’autres opportunités de délivrer cette formation à la fois pratique et stratégique et de mettre ainsi à profit aussi bien mon expérience passée en bibliothèque que ma pratique professionnelle des réseaux sociaux.

2-Déjeuner chez Les Boulistes

Assez étrangement, je déjeune rarement à l’extérieur dans mon propre quartier. Il a fallu que Stéphanie @carnetsdemode me propose de tenter Les boulistes pour que je teste cette adresse à deux pas de chez moi. Premier bon point, dès qu’il fait beau, le restaurant a une grande terrasse agréable et ombragée sur la place Tabareau (peu bruyante car peu fréquentée par les voitures).

Second bon point Les Boulistes propose une formule à 17 euros entrée-plat-dessert avec uniquement du fait maison et des produits frais. Ce jour là au menu : terrine de lapin à l’estragon / filet de mostelle poëlée et risotto de petites pâtes à la provençales (poivrons, pignons, oignons, courgettes) / abricots rôtis au romarin, sablé breton & chantilly (ou faisselle, option plus raisonnable )) et nous avons tout trouvé très bons.

3-Visiter  Zoo Art Show

Je vous en ai parlé dans les 30 choses à faire à Lyon cet été mais je n’avais pas encore eu le temps d’y aller. Situé dans un local désaffecté dans le 6ème arrondissement juste derrière la place Puvis de Chavanne (métro plus proche : Foch) , Zoo Art Show réunit 40 artistes de Street Art et l’expo est gratuite (attention seulement jusqu’au 29 juillet et le week-end uniquement). J’ai pris pas mal de photos mais en écrivant ces lignes, je me dis que je préfère laisser la surprise et ne pas montrer trop d’œuvres.

Sur ce, je vous souhaite une belle semaine !

Le Vieux Panier, quartier historique de Marseille, est un incontournable de toute visite dans la cité phocéenne. C’est en début de soirée que nous l’avons rejoint ayant repéré une adresse pour dîner. On avait dans l’idée de se balader un peu avant le repas mais comme  à la Pizzaria (c’est écrit comme cela sur la devanture et visiblement ils tiennent à garder la faute) Etienne, la réservation n’est pas possible (et ils ne prennent ni cb ni chèque), nous nous sommes attablés un peu plus tôt que prévu. Entourés de photos de stars (locales ? ou trop anciennes pour qu’on les reconnaisse ? )), on a dégusté grillades, gnocchi et raviolis (les pizza ce sera pour une autre fois) et c’est repus, que nous sommes ensuite allés marcher. On n’avait aucun plan, pas de programme particulier et si la balade a tourné à la découverte du street art dans le vieux panier c’est un pur hasard (mais cela a bien motivé les enfants qui avaient déjà pas mal crapahuté dans la journée).

La découverte d’une première fresque puis d’une seconde s’est transformé en jeu de pistes même si nous sommes loin d’avoir tout vu. Je ne me souviens pas lors de ma dernière visite à Marseille que le vieux panier accueillait autant de graffitis et de fresques sur ses murs.

street art dans le vieux panier Gamo – Difuz – Stom500street art dans le vieux panier Nhobistreet art dans le vieux panier Nhobistreet art dans le vieux panierstreet art dans le vieux panier Gamo – Eazy – Difuz – street art dans le vieux panierstreet art dans le vieux panierstreet art dans le vieux panierstreet art dans le vieux panierstreet art dans le vieux panier

 

 

A un moment de ce parcours improvisé « street art dans le vieux panier », et alors que je photographiais cette oeuvre d’Acet ci-dessous, un jeune garçon assis sur des marches m’a apostrophé m’affirmant que la fresque était de lui. J’ai répondu étonnée (cela aurait été quand même un sacré hasard) et alors que je m’éloignais de quelques pas, un autre garçon s’est adressé à lui et moi  » c’est un mytho Madame (ces Madame qui me rappellent que je fais vieille désormais), il est même pas capable de dessiner avec un papier calque« .  Le sens de la répartie : ) street art dans le vieux panierGamo et Joke street art dans le vieux panierRoneonestreet art dans le vieux panierstreet art dans le vieux panierstreet art dans le vieux panierLoin de ma Croix-Rousse, je me retrouve dans un quartier avec des grandes montées d’escaliers : ) street art dans le vieux panierstreet art dans le vieux panierstreet art dans le vieux panierstreet art dans le vieux panierstreet art dans le vieux panierstreet art dans le vieux panierstreet art dans le vieux panierstreet art dans le vieux panierIl me manque pas mal de noms sous les graffitis et les dessins (j’ai cherché sur internet mais je n’ai pas trouvé plus que les noms précisés dans l’article) alors si vous savez qui est l’auteur de quoi, n’hésitez pas à laisser un commentaire, que je puisse compléter.

Visiblement le street art ne se limite pas au quartier du Vieux Panier , une raison de retourner dans cette belle ville de Marseille en choisissant un hôtel avec Trivago (outil bien pratique pour comparer les prix).

fresque en Une : Nhobi et Seek 313

 

 

Semaine de reprise, je me la joue motivée mais mon agenda est à l’envers, j’accompagne la classe de ma fille voir Asi Masi Masa de José Montalvo (et ça me donne carrément envie de retourner voir un de ses autres ballets), le street art met de la couleur dans les rues de mon quartier, je m’offre une bonne tranche de rire avec Riad Sattouf et un petit tour au forum du miel, rituel annuel du mois de janvier.

20160104_084316

20160105_142231

week

week 1

week 2

week 3

week 5

week 6

week 7

Bonne semaine !

Pin It