Tag

spectacles

Browsing

Mardi dernier, je te montrais mes carnets de voyage et avouais avoir pousser le vice jusqu’au carnet de spectacle du temps où je vivais à Paris sans enfant.

L’homme à l’époque consacrait une partie de son énergie non pas dans les jeux concours mais dans l’obtention d‘invitations ou de places à tarif réduit à divers spectacles (on en a quand même payé un certain nombre et on allait aussi souvent au kiosque). Je dois avouer que cela fait partie des choses qui m’ont séduite chez lui..moi la provinciale qui n’avait quasiment jamais mis les pieds dans un théâtre.

Le rythme de nos sorties étant assez impressionnant pendant quasiment 4 ans et comme je conservais précieusement tous les tickets de nos sorties, l’idée d’un petit carnet les rassemblant s’imposa.


En dessous de chaque ticket, quelques annotations sur une anecdote liée à la soirée, une appréciation sur la pièce

En les feuilletant pour écrire ce billet, je me suis souvenue de certaines pièces alors que d’autres ne me laissent aucun souvenir. J’ai vu ces années-là pas mal de one-man show : Tomer Sisley (pas connu du tout à l’époque si ce n’est comme acteur dans une série sur la danse sur M6), Dany Mauro, Elie Sémoun (dans la toute petite salle du point virgule, ce qui était vraiment génial), Christophe Guybet (le fils de), Jean-Luc Lemoine, Stéphane Guillon, Titoff, Gad Elmaleh, Roland Madgane, Christophe Alevêque, Cartouche…

J’ai assisté à des concerts de chanteurs ou de groupes connus et inconnus : Dikès à l’Européen, Nicolas Ciccone au sentier des Halles, Tom Mc Rae au New Morning, Keren Ann à l’Elysée Montmartre, Michal à la maroquinerie (il interpréta Porte des Lilas et quelques semaines plus tard, fut un des candidats d’une des star ac !), Les Wriggles…

J’ai vu des acteurs et des actrices sur les planches : Niels Arestrup, François Morel, Roland Giraud, Michel Picoli, Muriel Robin, Bernard Lecoq, Annie Dupeyret, Robert Hirsh, Isabelle Carré, Sam Karmann, Eric Métayer, Pierre Arditi, Ariane Ascaride, Olivier Sitruck, Catherine Jacob…

J’ai posé mes fesses dans presque tous les théâtres parisiens : les blancs manteaux, théâtre rive gauche, théâtre d’Edgar, théâtre de la Main d’or, théâtre de la Renaissance, Chaillot, Comédie Caumartin, Mogado, studio des champs elysées, théâtre Edouard VII, Marigny, Palais des glaces, le trianon, théâtre fontaine, théâtre trévise, comédie de Paris, Palais Royal, théâtre du rond point, le splendid… je crois qu’à l’époque j’aurais pu écrire un guide avec des critères comme le confort des sièges, la propreté des toilettes, l’amabilité du personnel et le petit resto pas cher dans le quartier …

J’ai même vu des comédies musicales : Gumboots, Chicago (au deuxième rang, génial !), Autant en emporte le vent et une avec Rose Laurens (souviens-toi, Africa j’ai envie de danser comme moi)

J’ai poussé l’homme à assister à des spectacles de danse : Drop it (hip hop), Béjart, Mickaël Clark, Cunningham, Fosse, Alvin Ailey…


Je suis même montée sur scène une fois lors du spectacle de l’illusionniste, Gary Kurtz…l’horreur !! (et tout ça à cause de l’homme qui s’est porté volontaire pour s’assurer que les numéros n’étaient pas truqués!)

La pièce maîtresse de ces deux carnets de spectacle est un article du parisien avec nos tronches et nos avis à propos de la pièce Etat critique avec Gérard Jugnot …la photo est très drôle car on voit nos deux têtes béates et au dessus le néon du théâtre avec le titre « Etat critique » comme une légende à nos mines )…quant aux citations qui nous sont attribuées, elles sont d’une banalité assez affligeante…

J’avoue que ces soirées parisiennes me manquent un peu aujourd’hui mais  je les revis un peu à chaque fois que je me plonge dans mes carnets spectacles….

En vrai c’est pas la guitare qui me démange comme dirait l’autre c’est le stylo...alors depuis bien longtemps, je trimballe avec moi des petits carnets. Ado, j’ai eu mon lot de journaux intimes mis soigneusement sous clef au cas où ma mère aurait été passionnée par le fait que j’avais croisé le regard de David X., objet alors de tous mes fantasmes (je revis bien plus tard le fameux David qui avait bien mal vieilli et ne regrettait plus que nos échanges se soient limités à quelques œillades appuyées).

Au collège, un voyage scolaire en Grèce fut l’occasion d’écrire mon premier carnet de voyage. Chaque soir, je prenais des notes d’une richesse extraordinaire : détails scrupuleux des petits déjeuners, déjeuners et dîners; heures des levers et des couchers; suivi des amourettes entre élèves…au moins quelques années plus tard, je pouvais affirmer que j’avais goûté là-bas une fabuleuse moussaka et que Tête de Rat avait fait le mur pour rejoindre une élève de 4ème.

 

L’habitude était prise : chaque voyage autre qu’un séjour prolongé sur la plage serait l’occasion de rassembler, outre les photos, des impressions, les billets d’avion, des cartes postales, des tickets de bus ou de métro, des entrées au musée….


Mais mon esprit malade ne s’arrêta pas là : ayant la chance de découvrir pendant 3 ans , grâce à l’homme, l’abondance de l’offre culturelle parisienne, je décidais de tenir un carnet de spectacles…mais ça, je te le raconterai dans un autre billet….

Edit : Ce billet m’a été inspiré par George qui nous parlait récemment de ses carnets de lecture

Edit 2 : petite pause vacances pour les ITW Thierry Pastor, ça te laisse le temps de te décider à venir te poser sur mon canapé.

Pin It