Tag

préparation

Browsing

A J-des cacahouètes, je me suis enfin décidée à pousser la porte d’un cabinet de sage-femme pour suivre in extremis quelques cours de préparation à l’accouchement.

Je n’avais pas un souvenir impérissable de ma première fois en la matière : j’avais passé des heures à apprendre les différentes façons de respirer pour tout oublier sous le coup de la douleur le moment venu; la sage-femme m’avait seriné séance après séance à propos de mon non-allaitement « comment , je ne voulais pas ce qui était le mieux pour mon bébé? » et elle avait un discours sur la péridurale que je trouvais légèrement dépassée. Cela dit, c’était plutôt marrant cette assemblée de ventres énormes…avec certaines, j’étais même allée boire un verre une ou deux fois…non alcoolisé bien-sûr.

Cette fois, j’avais envie d’une préparation un peu moins traditionnelle…pour tout dire, je me voyais bien trempouiller dans une piscine et oublier une ou deux fois par semaine le poids du locataire. Mais comme je suis une fille très mal organisée, sans voiture, avec déjà un enfant sur les bras, pas motivée pour faire une heure de transport en commun minimum pour me rendre à la piscine la plus proche proposant ce genre de cours, le temps a passé et j’ai laissé tomber.

Et puis je suis tombée sur un livre « Se préparer à l’accouchement » et précisément sur un passage que je suis trop flemmarde pour citer en intégralité mais pour résumer l’auteur t’explique que si tu respires mal parce que tu as trop mal ou parce que tu es soulagée par la péridurale, tu n’offres pas assez d’oxygène à ton bébé. Or, ajoute-t-elle, cette oxygénation est déterminante pour la santé de son cerveau !

Est-ce pour cela que le chérubin a marché très tard? qu’il ne connaît pas ses couleurs? qu’il n’est pas trilingue à 3 ans? me suis-je alors demandée…non sérieusement t’as pas l’impression Francine que ce genre de propos est légèrement flippant?

Voilà comment je me suis retrouvée à faire la danse du ventre sur un gros ballon, à dessiner à quatre pattes des étoiles avec mes hanches, à réviser la poussée en expiration forcée (pas bien) et la poussée en expiration bloquée (bien) ou à me servir d’une galette pour préserver mon périnée….j’ai même des exos à répéter à la maison pour que cela devienne un réflexe dans le feu de l’action..on y croit, on y croit….

Et vous, chochotte comme moi face à la douleur ou plutôt résistant(e) ?

Pin It