Tag

marseille

Browsing

Si vous avez regardé la version « professionnelle » de l’émission Le Meilleur pâtissier, vous vous souvenez peut-être que parmi les équipes, une était de Marseille. L’un d’eux est le chef pâtissier des Bricoleurs de Douceurs (j’adore le nom !), une pâtisserie/salon de thé que je suis depuis longtemps sur les réseaux sociaux. Pour ceux et celles qui ne liraient pas ce blog depuis longtemps, j’ai la manie de choisir mes destinations de vacances en fonction des potentielles adresses sucrées à tester. Du coup, au programme de mon dernier week-end marseillais, je me suis arrangée pour que l’une de nos ballades passe devant cette adresse.

Nous nous sommes arrêtés à la boutique des Bricoleurs de Douceurs ( situé dans le quartier de Roucas à deux pas d’Endoume), sur notre trajet retour à pied Bonne Mère-Vieux Port. C’était une manière parfaite de motiver les troupes. Comme il était encore tôt dans l’après-midi, nous avions quasi la boutique à nous seuls et j’ai eu le temps d’échanger avec Clément Higgins qui s’est installé ici avec sa femme Aurélie Poletto. Il m’a même guidé dans mon choix car j’avoue que face à la vitrine, j’avais bien du mal à me décider, d’autant plus que je savais que je n’y retournerais pas de sitôt. 

L’avantage quand on est plusieurs à s’attabler dans un salon de thé est que l’on peut goûter plusieurs pâtisseries. Notre choix s’est donc arrêté sur le « best of » de la maison à savoir le Marseille Brest, que la fan de pâtisserie à base de pâte à choux que je suis a adoré. Il est composé d’un chou croustillant, d’un praliné pur noisettes, d’une ganache montée noisettes et de noisettes caramélisées. C’est ma fille qui avait ce Marseille Brest devant elle mais autant vous dire que j’ai bien pioché dedans : )

Le fou de tartes et de desserts au citron qui se cachait parmi nous ne pouvait pas passer à côté de Kalamanquoi. Composée d’une pâte sucrée croustillante, d’un confit de citron kalamansi, d’un crémeux kalamansi, de meringue et d’une poudre de citron noir, elle présente une belle acidité juste contrebalancée par la présente discrète de la meringue. L’ensemble est « pepsy » (désolée pour l’anglicanisme mais je ne trouve pas de terme équivalent) et bien frais. Il faisait chaud ce jour là, ce qui explique que parmi nos choix, nous avons sélectionné Jack Attack. Composée d’une pâte sucrée croustillante, d’un moelleux aux noisettes, d’une compote de pommes au basilic, de pommes pochées et de poudre de basilic, cette douceur est celle qui me laissera le moins de souvenirs mais si vous adorez les tartes aux pommes alors c’est un choix incontournable. Enfin j’ai suivi le conseil de Clément Higgins en choisissant What Else avec sa pâte sucrée croustillante, son moelleux aux noisettes, son crémeux café, sa ganache montée vanille, son praliné coulant noisettes/café. Je n’ai jamais été fan de desserts au café mais depuis que j’ai goûté et beaucoup aimé la tartelette tiramisu de Signé Extrait à Lyon, je sais que tout est une question de dosage. Je n’ai pas regretté mon choix : cette douceur est gourmande, au niveau des textures c’est une vraie caresse et le mariage praliné/café/vanille crée une belle harmonie. Parmi les autres pâtisseries présentes à ce moment là en vitrine (elles changent régulièrement), j’aurais bien goûté le Choc Norris (biscuit croquant aux éclats de noisettes, chocolat et fleur de sel, crémeux chocolat noir, confit de praliné noisettes), le mille feuilles du printemps (pâte feuilletée caramélisée, ganache montée fleur d’oranger, confit de fraises et rhubarbe, fraises fraîches), le Chizeucake de chez nous (un cheesecake avec un fromage d’un producteur local) …mais je n’ai qu’un estomac.

Si j’ai l’occasion de retourner à Marseille, j’irai tester d’autres pâtisseries des Bricoleurs de Douceurs au Jardin Montgrand (situé dans le 6ème arrondissement) où ils sont prestataires de service car le cadre a l’air très agréable.

Scoop : Les Bricoleurs de Douceurs seront présents en septembre prochain au Street Food Festival aux Subsistances à Lyon avec des propositions « finger food » sucrées. Hâte de voir ce qu’ils vont imaginer !

Ce que j’ai aimé :

-le lieu un peu caché mais à quelques mètres de la Corniche Kennedy que je vous conseille d’emprunter pour admirer les points de vue sur la mer et les belles villas
-la possibilité de déguster sur place
-la variété des propositions sucrées
-l’identité des Bricoleurs des Douceurs (dans le « look » des pâtisseries comme dans leur intitulé)
-l’accueil souriant
-de la gourmandise au rendez vous !

Bricoleurs de Douceurs
202 Chemin du Vallon de l’Oriol,
13007 Marseille
Tel : 09 86 35 23 92

Edit : et merci à Funny Fully avec qui j’ai échangé sur les pâtisseries marseillaises et qui m’a convaincu définitivement de tester cette adresse

 

 

Le Vieux Panier, quartier historique de Marseille, est un incontournable de toute visite dans la cité phocéenne. C’est en début de soirée que nous l’avons rejoint ayant repéré une adresse pour dîner. On avait dans l’idée de se balader un peu avant le repas mais comme  à la Pizzaria (c’est écrit comme cela sur la devanture et visiblement ils tiennent à garder la faute) Etienne, la réservation n’est pas possible (et ils ne prennent ni cb ni chèque), nous nous sommes attablés un peu plus tôt que prévu. Entourés de photos de stars (locales ? ou trop anciennes pour qu’on les reconnaisse ? )), on a dégusté grillades, gnocchi et raviolis (les pizza ce sera pour une autre fois) et c’est repus, que nous sommes ensuite allés marcher. On n’avait aucun plan, pas de programme particulier et si la balade a tourné à la découverte du street art dans le vieux panier c’est un pur hasard (mais cela a bien motivé les enfants qui avaient déjà pas mal crapahuté dans la journée).

La découverte d’une première fresque puis d’une seconde s’est transformé en jeu de pistes même si nous sommes loin d’avoir tout vu. Je ne me souviens pas lors de ma dernière visite à Marseille que le vieux panier accueillait autant de graffitis et de fresques sur ses murs.

street art dans le vieux panier Gamo – Difuz – Stom500street art dans le vieux panier Nhobistreet art dans le vieux panier Nhobistreet art dans le vieux panierstreet art dans le vieux panier Gamo – Eazy – Difuz – street art dans le vieux panierstreet art dans le vieux panierstreet art dans le vieux panierstreet art dans le vieux panierstreet art dans le vieux panier

 

 

A un moment de ce parcours improvisé « street art dans le vieux panier », et alors que je photographiais cette oeuvre d’Acet ci-dessous, un jeune garçon assis sur des marches m’a apostrophé m’affirmant que la fresque était de lui. J’ai répondu étonnée (cela aurait été quand même un sacré hasard) et alors que je m’éloignais de quelques pas, un autre garçon s’est adressé à lui et moi  » c’est un mytho Madame (ces Madame qui me rappellent que je fais vieille désormais), il est même pas capable de dessiner avec un papier calque« .  Le sens de la répartie : ) street art dans le vieux panierGamo et Joke street art dans le vieux panierRoneonestreet art dans le vieux panierstreet art dans le vieux panierstreet art dans le vieux panierLoin de ma Croix-Rousse, je me retrouve dans un quartier avec des grandes montées d’escaliers : ) street art dans le vieux panierstreet art dans le vieux panierstreet art dans le vieux panierstreet art dans le vieux panierstreet art dans le vieux panierstreet art dans le vieux panierstreet art dans le vieux panierstreet art dans le vieux panierIl me manque pas mal de noms sous les graffitis et les dessins (j’ai cherché sur internet mais je n’ai pas trouvé plus que les noms précisés dans l’article) alors si vous savez qui est l’auteur de quoi, n’hésitez pas à laisser un commentaire, que je puisse compléter.

Visiblement le street art ne se limite pas au quartier du Vieux Panier , une raison de retourner dans cette belle ville de Marseille en choisissant un hôtel avec Trivago (outil bien pratique pour comparer les prix).

fresque en Une : Nhobi et Seek 313

 

 

Il y a une certaine effervescence lyonnaise en cette fin mai début juin avant les vacances d’été et la semaine qui vient de s’écouler a été bien remplie. J’ai l’impression quand je relis ce qui suit que j’ai passé mon temps à manger, ce qui n’est pas totalement faux : ). Voici donc les 6 j’aime de la semaine :

1-Passer le week-end à Marseille

Le ciel était mitigé mais il n’est pas tombé une goutte et il faisait très bon, la durée du séjour était très courte mais qu’est ce que c’était bien de changer d’air et de décor le temps d’un week-end. Je vous reparlerai de mes balades marseillaises et d’une adresse sucrée que j’ai testée bientôt.

2-Etre une maman très gâtée

Cette année pour la fête des mères, mes enfants ont cassé leur tirelire et pour me donner mes cadeaux, ils ont imaginé une chasse aux trésors avec une carte, des indices et des énigmes dans chaque pièce de l’appartement. Je ne sais pas qui d’eux ou de moi s’est le plus amusé : )

3-M’initier au dessin de fleurs avec le livre Doodling créatif de Julie Adore

Si jamais vous suivez parfois mes stories sur Instagram, vous avez peut-être vu qu’il m’arrive de dessiner. Je trouve dans cette activité une façon de me détendre, de me vider l’esprit de ces listes perpétuelles de choses à faire et à penser. Quand j’ai appris que @julieadore dont j’aime l’univers créatif et poétique publiait un livre pour apprendre à dessiner des fleurs, je me suis dit que c’était l’occasion de progresser (je suis nulle en dessin) et de méditer à ma manière (dans le sens où je ne pense à rien d’autre que les mouvements du crayon).

Le livre est très bien fait avec plein d’exemples, d’exercices et des petites choses à découper aussi. Julie Adore lance un challenge basé sur son livre et je vais essayer de le suivre à mon rythme.

Bien que Julie soit un « gros compte » sur Instagram, elle prend toujours le temps de répondre aux commentaires et elle me parait à la fois simple (c’est assez rare finalement pour être soulignée) et bienveillante.

4-Inaugurer un nouveau repère gourmand sucré

Paris avait sa boutique Fou de pâtisserie qui permet à tout bec sucré de trouver à la même adresse une sélection des meilleures pâtisseries parisiennes. Lyon a désormais son repère pour becs sucrés avec des pâtisseries Taffin, Piece of Cake, des viennoiseries du Kitchen Café, des glaces et des sorbets du foodtruck sucré Page Glaces et gâteaux, des macarons choupi Sunny Délices, les babas de Saint Malo, des pâtes à tartiner dont la fameuse noisettine et autres douceurs. Le tout en plein coeur de Lyon juste à côté de Violette & Berlingot  et avec le même souci d’Anne Claire de choisir ce qui se fait de meilleur.

5-Passer une soirée entre Lyon et Caen

Cela sonne comme un discours de Miss France mais sans le blog, il y a pas mal de personnes que je n’aurais jamais rencontré. C’est le cas d’Anne-Laure que j’ai connu d’abord virtuellement avant de la rencontrer en vrai, elle et son chéri, à Lyon puis de la revoir en Normandie. Mardi on a eu l’occasion avec Marion de trinquer et dîner tous ensemble et finalement de tout ce qu’on lit sur les réseaux sociaux et les blogs, les belles rencontres c’est la seule chose que j’ai envie de retenir.

6-Etre encore plus convaincue que les pâtes c’est la vie !

Je ne comprends pas bien pourquoi mais les pâtes sont souvent associées à fin de mois difficiles, à « pour partir en vacances, on va manger des pâtes » (personnellement les pâtes je pourrais en manger tous les jours, je ne vivrais jamais cela comme une punition).

Les pâtes tristes ? Au contraire, on peut les associer à une multitude de produits, les travailler de manière très différentes, les servir en apéro ou en plat.

Démonstration de cet art de déguster les pâtes à la française dit pastronomie :

-avec le menu concocté par Floriant Remont le chef du Bistrot du Potager et son équipe lors d’une soirée autour des produits Saint Jean.

– avec les installations comestibles de Miit Studio dont le lasagna painting qui consistait à garnir comme on le souhaitait des petites plaques de lasagnes passées au four et présentées comme des crackers – en s’inspirant des recettes Saint Jean qu’on a glissées dans un carnet de recettes réalisé par nos petites mains (n’est pas manuel qui veut )) et en testant les nouveaux produits de la gamme – en préparant des beurres aromatisés au citron vert ou au piment d’espelette par exemple pour assaissonner des pâtes très facilement (je crois qu’on maitrisait plus cela que les carnets de recettes avec Estelle et Emilie ; ) J’avais encore une adresse à partager mais je la réserve pour la semaine prochaine : )

Bonne semaine !

 

A Marseille, je n’ai pas goûté à la bouillabaisse, j’ai raté le Four des navettes, je n’ai pas eu le temps d’aller jusqu’à l’Estaque que je ne connais qu’à travers les films de Guédiguian mais le temps d’un week-end express, j’ai usé les semelles de mes chaussures pour profiter du ciel bleu, des vues toutes différentes sur le Vieux Port jusqu’à ce que mes jambes me rappellent mon âge. En allant au Vallon des Auffes, je suis passée devant une maison où vécut Paul Valéry, j’ai longé un petit morceau de la corniche Kennedy et vu de loin le château d’If et les îles du Frioul.

jardin marseille 3

jardin marseille 4jardin marseille 6jardin marseille 7jardin marseille 9

En reprenant le même chemin au retour, je me suis arrêtée au jardin du Pharo noté d’une seule étoile par le routard alors qu’il offre une vue superbe sur Marseille et le Mucem. Dans ce jardin se trouve le Palais du Pharo, centre de congrès bien sympathique de par sa position. Le mistral était tombé, le parc était peu fréquenté et je n’avais pas vraiment envie d’aller m’enfermer déjà dans un TGV ….

jardin marseille 10jardin marseille 12jardin marseille 13jardin marseille 14jardin marseille 15jardin marseille 16

jardin marseille 18

 La seule fois où je suis allée à Marseille, il y a déjà pas mal d’années, c’était lors d’un déplacement professionnel, à l’époque où je bossais encore en bibliothèque. Je n’avais quasiment rien vu de la ville, si ce n’est la fameuse Canebière que j’imaginais comme un lieu à la Pagnol et qui s’était avérée être une immense avenue bordée d’enseignes que l’on retrouve partout (grande déception !). Le Vieux Port, lui, a bien changé, faisant la part belle aux piétons, il est devenu un lieu de promenade agréable. Que ce soit à Bastia, à Nice ou en dans les petits ports de Bretagne, j’aime bien traîner sur les quais, regarder les bateaux et imaginer ces pêches en mer, ces voyages, ces vies sur l’eau….ça ne m’empêche pas de flipper à l’idée d’avoir autant de flotte sous les pieds et si j’en crois une traversée en Guadeloupe pour Marie Galante où je suis arrivée plus que verte à terre, je n’ai pas particulièrement le pied marin. Finalement rêver en restant à quai ça me convient très bien : )

vieux port 21

vieux port marseille

Il suffit de s’écarter de quelques mètres du Port pour tomber sur de petites places, sur les façades de l’Opéra ou du théâtre de la Criée ou de l’autre côté du port sur une belle esplanade qui borde l’Hôtel de Ville (c’est à cet endroit que j’ai eu l’impression d’avoir une cheville déboîtée…on a évité les urgences, le samu, le selfie avec grimace, la douleur passant peu à peu …fallait bien pimenter un peu le séjour )).

vieux port 5

vieux port 6

vieux port 4

vieux port 3

vieux port 8

vieux port 13

vieux port 10

vieux port 11

vieux port 12

vieux port 14

vieux port 19

vieux port 15

Je n’ai pas beaucoup d’adresses gourmandes à communiquer concernant ce week-end mis à part le salon de thé de Sylvain Dupuichaffray que je vous recommande vivement. Pas loin du Vieux Port et en direction du quartier du Panier, se trouve la boutique les Navettes des Accoules qui est d’abord un véritable paradis olfactif. Je défie quiconque de gourmand de rentrer et de ressortir sans avoir acheté au moins quelques navettes (biscuit dur qui existe en plusieurs parfums comme anis ou fleur d’oranger) ou quelques canistrelli (ceux à l’orange et au citron sont extra !).

vieux port 16

vieux port 17

vieux port 18

Et toujours ce ciel bleu garanti sans retouche photoshop….

mucem 33

Après le quartier du Panier, le Vallon des Auffes, j’aurais pu vous faire croire que mon week-end à Marseille avait été aussi culturel puisque j’ai marché jusqu’au Mucem. A vrai dire, il faisait si beau et le temps était si court que je me suis contentée de me balader dans cet endroit qui offre un très beau point de vue sur le Vieux Port et sur la mer et qui vaut le détour pour son architecture. Je me suis obstinée à dire Muceum à la place de Mucem pendant tout le séjour pour je ne sais quelle raison obscure, peut-être de vieux restes de mes années de latin au lycée.

La première photo est non contractuelle comme on dit dans la pub car ce n’est pas cette passerelle que j’ai emprunté mais une qui mène au fort alors que le mistral soufflait terriblement et gonflait le sac rempli de navettes et de canistrelli que je portais à la main (et pas question de le lâcher). Si j’associais dans mon esprit le Mucem, musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerrannée, au bâtiment moderne vu en photos depuis son ouverture, j’ai découvert qu’il comprend en fait trois lieux dont le Fort Saint Jean que j’ai vu en premier et qui accueille des expositions temporaires.

mucem 2

mucem 3

mucem 5mucem 6mucem 7mucem 10mucem 11

Le fort Saint Jean propose également un parcours dans un jardin méditerranéen où le mistral soufflait encore plus fort et où toute tentative de coiffure glamour est à oublier (c’est le moment d’un petit selfie ). Je ne sais pas s’il y a toujours un vent pareil à cet endroit mais j’avais presque du mal à tenir mon appareil photo sans exagération marseillaise.

mucem 12mucem 13mucem 14

Il faut emprunter une seconde passerelle pour accéder au J-4 (je ne sais pas si grand monde l’appelle comme ça) qui accueille les grandes expositions du Mucem mais aussi des spectacles, des concerts, un restaurant, une librairie, un espace pour les enfants et un auditorium. J’aurais été blogueuse mode, j’aurais trouvé très amusant d’improviser une séance photo dans les espaces extérieurs ouverts au public sans ticket mais je suis une blogueuse non déterminée et j’ai tendance à ne voir que mes défauts alors c’est moi qui ai pris les photos : ) L’architecture du bâtiment offre de magnifiques jeux de lumière, de transparence, de couleurs comme si le Mucem se fondait avec le ciel et la mer. Sur l’esplanade, en sortant, le soleil se reflétait dans la mer alors qu’une silhouette se découpait près d’un banc …on aurait dit une mise en scène.

mucem 16mucem 17

mucem 18mucem 20mucem 21mucem 22mucem 24mucem 26mucem 27

mucem 28mucem 30mucem 32

mucem 31

Pin It