Tag

grau du roi

Browsing

Dimanche sur la plage de l'Espiguette, le vent soufflait tellement fort qu'à quelques mètres du parking, un panneau était planté dans les dunes avec écrit dessus "interdit aux cheveux longs" (10 minutes de plage, 2h pour démêler les nœuds). Cela aurait été le jour parfait pour des tests de constructeurs de parapluie (qui n'a jamais cassé son parapluie avec ne serait-ce qu'une petite rafale ?). Mais la mer, on ne l'avait pas vu depuis l'été dernier, alors on n'allait pas se laisser décourager par si peu et les enfants attendaient ce moment depuis le début du week-end.

L'avantage de la situation est qu'on n'était quasiment seuls en ce début d'après-midi sur cette plage immense (plusieurs kilomètres), tellement immense que j'avais du mal à réaliser qu'on était bien en Méditerranée. Même avec des températures estivales, les touristes n'ont pas encore réservé leurs vols : oublié le coude à coude entre serviettes de bain, la radio du voisin dont tu profites malgré tout ou les poignées de sable qui atterrissent sur toi à chaque fois qu’un gamin court pour rejoindre le bord.

Comme il était exclu vu le temps de s’allonger pour bronzer ou de s’installer pour se lancer dans la première session de pâté de sables de l’année, on s’est approché de l’eau pour ramasser quelques coquillages. La mer tanguait pas mal et il fallait parfois hurler comme dans une boîte de nuit pour couvrir le bruit du vent.

Les coquillages étaient quasiment tous cassés mais c’est un peu comme quand tu cherches des champignons, une partie du plaisir est ailleurs que dans la cueillette en elle même. Une fois que les poches des blousons et des pantalons ont été pleines, les oreilles bourdonnantes, on a décidé qu’il était temps de revenir sur nos pas…mais j’ai voulu emprunter un autre chemin que celui de l’aller ne tenant pas trop compte du fait que la mer monte jusqu’aux dunes régulièrement.

C’est comme ça que soudain alors qu’on était tous en file indienne, j’ai senti que mon pied puis l’autre s’enfonçait d’un seul coup… Sables mouvants au Grau du Roi !

Si je te précise que je me suis offert ce qui dessous le sable humide est une paire de converse il y a tout juste un mois et que ce genre d’achat arrive environ tous les deux ans, tu comprendras que j’étais un tout petit peu embêtée par la tournure des événements.

 J’imagine que cela fera partie des souvenirs liés à la plage de l’Espiguette, tout comme le sac de coquillages que les enfants tenaient fermement dans leur main à l’arrière de la voiture avant de s’endormir.

Et toi, dimanche tu étais où ?

Si tu es en panne d’idées pour occuper tes enfants pendant les vacances de Toussaint et que tu habites dans le Gars ou pas très loin, je te conseille de les amener au Seaquarium du Grau-du-Roi que j’ai eu l’occasion de découvrir cet été. L’originalité de cet aquarium réside dans le nombre impressionnant de requins présents : plus de 30 espèces sur deux étages . Tu pourras les admirer en famille sous toutes les coutures : vu de dessus, en face, dans un tunnel et te faire quelques sueurs froides en repensant au film Les dents de la mer.

Le requinarium est aussi une exposition dédiée aux requins avec plein d’animations interactives adaptées selon l’âge des enfants. Attention en ouvrant un des frigos présents dans une des salles, images effrayantes ! Découvre aussi la véritable artillerie dont dispose les requins.

alors toi tu pars à droite et moi à gauche ok ?

Si le seaquarium fait la part belle aux requins, il abrite 200 espèces dont des poulpes, des murènes, des méduses (et un tube à méduse dans lequel l’enfant peut se glisser pour avoir le sentiment de nager parmi elles..brrr), des mérous géants, des poissons-clowns, des otaries et des phoque…de quoi passer un bon moment devant les nombreux aquariums.

J’ai vu aussi :

un poisson dont les ancêtres se sont pris une paroi d'aquarium peut-être )
un color block aquatique
des poissons d'origine royale
une raie pas pudique qui montre ses dessous

Tous les renseignements pratiques  sur le site du Seaquarium du Grau-du-Roi. (je te conseille d’y aller le matin à l’ouverture plutôt que l’après-midi)

Et toi, des requins tu en as déjà vus en vrai ?


Avoir des parents migrateurs cela peut être un peu déstabilisant quand on est enfant mais cela a l’immense avantage de pouvoir poser ses valises dans des endroits différents au fil des ans. Après Carro et Pézenas, j’ai découvert cet été la cité maritime du Grau du Roi/ Port-Camargue.

J’avoue que j’avais une idée plutôt fausse de cette station balnéaire très connue : j’imaginais une enfilée de grands immeubles, du béton et des plages surpeuplées. J’ai découvert un quartier très vert, des hébergements qui dépassent rarement quelques étages, des sentiers piétonniers et des pistes cyclables à foison, des restaurants les pieds dans l’eau, la plus grande marina d’Europe et une plage où on n’a jamais marché sur la serviette du voisin.

Bien-sûr trouver une place en voiture signifie en plein mois d’août tourner pendant pas mal de temps. Comme dans tous lieux touristiques, les boutiques de souvenirs d’un goût douteux sont légions et les attrape-touristes aussi mais j’ai aimé me balader le long du lac Salonique, être aux portes de la Camargue en à peine quelques minutes,  pouvoir me rendre à la plage à pied et m’imprégner peu à peu de cette ambiance méditerranéenne.


Et toi, la Camargue tu connais ?

Pin It