Tag

cinéma UGC

Browsing

La semaine dernière, juste quelques heures avant l’ouverture du pôle de commerces et de loisirs de Confluence à Lyon, j’ai été invitée à découvrir les lieux à commencer pour le nouveau cinéma UGC. J’ai d’ailleurs fait une entrée très cinématographique, loupant de peu la chute sur le parvis boisé et glissant (ça m’a rappelé la Bibliothèque Nationale de France quand j’y travaillais dont l’esplanade était vraiment casse-gueule par temps de pluie ).

J’ai donc visité les salles flambant neuves, admirer les photos d’acteurs affichés dans les couleurs (arrggg Javier, uurg Jude …oui j’apprécie ses deux hommes aux physiques diamétralement opposés, je ne suis pas sectaire moi ). J’ai testé les sièges avec plus d’espace entre les rangées pour les grandes jambes, j’ai même échangé avec les directeurs d’UGC sur leur programmation, le numérique ou autour du débat hommes/machines (ou la machine remplace-t-elle l’humain ? …débat qui a agité aussi le monde des bibliothèques fut un temps ).

A vrai dire j’aurais bien enchaîné sur une séance ciné car pour moi rien ne vaut la vision d’un film dans une salle obscure. Chez moi je me lève, je vais boire quelque chose à la cuisine, je regarde mes mails, mon téléphone portable, je pose des questions..bref je suis insupportable et rarement à fond dans le film. Alors qu’assise dans le noir, avec d’autres spectateurs, un écran géant, des enceintes sur le côté, je passe de l’autre côté (si l’histoire est réussie, les personnages crédibles), je ris, je pleure, je frémis, je sursaute, je me cache les yeux parfois, je savoure la bande annonce, l’accent des acteurs, je suis celle qui court, celle qu’on embrasse, celle qui s’inquiète pour son fils.

Je suis pourtant venue au cinéma assez tard, ce n’était pas vraiment une habitude familiale. En débarquant à Paris, j’ai découvert une offre cinématographique fabuleuse, des salles dans pas mal de quartiers et le plaisir des séances à toute heure. En plus j’ai une tendresse particulière pour les UGC car la première fois que j’ai rencontré l’homme c’était devant celui du cour Saint Emilion à Paris.

Mais je m’égare…comme les projections n’étaient pas prévues avant le soir, je me suis glissée dans une visite plus globale du nouveau centre commercial au toit transparent et à la luminosité assez remarquable alors que le soleil n’était pas présent ce jour là.

 

Si tu traînes ton gars avec toi dans une virée shopping et qu’il soupire dès le second magasin, sache qu’au lieu de subir ses grognements tu peux , pendant que tu essaies 31 jeans avant de trouver celui qui t’affine la jambe, met en valeur des fesses et gomme ton petit ventre, lui suggérer d’ aller tester le mur d’escalade de 20 m (et si tu as des enfants, il y a aussi un espace pour les occuper).

En parlant d’enfants, une des originalités du centre commercial est la présence d’un village Joué Club avec des échoppes thématisées (la maison des poupées, la maison des jouets en bois, la maison des jeux éducatifs…). La question est de savoir comment entrer dans cet univers et en ressortir sans avoir rien acheté.

Si tu me suis depuis un moment, tu comprendras pourquoi j’ai eu du mal à ne pas m’arrêter devant l’espace Playmobil :

Il a donc fallu me menacer pour que je daigne quitter les lieux et cela malgré la perspective de découvrir la première boutique Hollister à Lyon.

N’étant ni modeuse ni surfeuse, la marque Hollister n’évoquait pas grand chose pour moi, si ce n’est l’image de ces blondinets pré-pubères et imberbes avec un caleçon rouge taille basse. Une fois à l’intérieur, j’ai oublié cette première mauvaise impression grâce à la scénographie, les fauteuils clubs, l’ambiance générale travaillée et agréable.

A part si je perds des os, il y a néanmoins peu de chances que je m’habille un jour chez Hollister. J’ai même cru qu’il y avait des rayons enfants mais non en fait m’a répondu la vendeuse (oups même pas mal). Bref soit tu as le même gabarit que la vendeuse en question (une gymnaste roumaine si tu saisis la référence) soit tu y vas pour offrir un tee-shirt ambiance beach volley sur Santa Monica Beach à ta nièce de 10 ans (comment ça j’exagère? ).

A part ça, ce qui m’intéressait plus que les enseignes de mode, c’était les restaurants ..étonnant je sais. Je n’ai pas eu le temps d’aller voir la carte des prix mais en général une fois que tu as mangé des crêpes en Bretagne, tu refuses toute crêperie (et leur prix) ailleurs en France. Oui je râle mais il parait que c’est bon de râler, ça évite la dépression (en même temps vu la consommation de psychotropes chez les français, j’ai du mal à porter crédit à cette affirmation lue dans Psychologies).

Avant d’essayer un maillot de bain, il est fortement conseillé de se nourrir de jus, soupes ou salades..le dubble fera alors parfaitement l’affaire . Personnellement j’aurais préféré un chocolate bar puisqu’il n’y en a encore aucun à Lyon mais c’est nettement plus compromettant pour le bikini.

Un des gros points forts de ce nouveau centre commercial est sans aucun doute les terrasses en hauteur avec vue sur la darse (et pas de bruit de circulation en plus)…je parie qu’elles vont être très convoitées dès que les beaux jours seront de retour. Dans l’assiette, il faudra choisir entre ce qui est présenté comme l’un des meilleurs burgers de Paris avec l’enseigne Razowski’s ou les spécialités italiennes de Fuxia. Entre les deux, mon cœur balance )

Toujours rayon gastronomie, le pôle des loisirs s’est doté d’un espace traiteur Cellerier au rez-de chaussée dans lequel cohabitent une épicerie/traiteur italienne Ciao Ciao, un fromager et le pâtissier/chocolatier Sève…si après avoir acheté ton maillot de bain ou ton tee-shirt taille 10 ans chez Hollister, tu as envie d’une petite douceur tu sais où te rendre )

 

Je n’ai bien entendu pas parlé de tous les restaurants et boutiques…j’attends un peu que l’agitation autour du centre se calme  pour y retourner et en profiter pour visiter aussi le quartier en pleine métamorphose.

Comme il n’y a pas de raison que je sois la seule à aller baver devant les photos de Jude ou de Javier, je te propose de gagner 5 places de ciné UGC valables jusqu’à fin 2013 tous les jours de la semaine dans toutes les salles UGC de France. Pour cela, je te demande, avant le jeudi 19 avril minuit, de me dire en commentaire quel film à l’écran actuellement ou prochainement tu as envie d’aller voir et pour quelle raison. Les 5 gagnants seront annoncés en édit de ce billet après tirage au sort.

Et toi, Confluence tu as déjà été visiter?

édit du 1er mai : les gagnants des places UGC sont Céline1st, Quitterie, Madame Sophie, Lili et Ambre. J’attends votre adresse postale pour que je puisse vous envoyer les places , merci )

Pin It