Tag

cantine

Browsing

Le match d’aujourd’hui opposera la cantine à la gamelle maison. A ma droite, le restaurant d’entreprise, endroit dont l’esthétisme est souvent déprimant à lui tout seul. Partout les mêmes tables en longueur, les mêmes plantes vertes en plastique, les mêmes œufs mimosa, elle est où la cafét  façon Alfredo ?

Je m’y rends rarement car je trouve ça assez cher et pas très bon (les pâtes à la moutarde lors de mon dernier passage, drôle d’idée quand même, non?) mais surtout un phénomène totalement insupportable se reproduit jour après jour, midi après midi : cerains collègues parlent boulot à table ! C’est très mauvais pour ma digestion, je suis ballonnée toute l’après-midi.

A ma gauche, la tribu des courageuses et des courageux, ceux qui arrivent au travail, avec leur tupperware dans un   sac en plastique voire avec leurs couverts, leur serviette en tissu et le rond qui va avec. Déjeuner dans la cuisine signifie ne pas choisir ceux et celles avec qui tu vas t’attabler…imagine que ce soit encore des gens qui parlent boulot ? Devant leur sens de l’organisation (il en faut pour avoir le temps chaque soir de se préparer son repas du lendemain), j’ai toujours un peu honte de glisser mon plat surgelé tout prêt dans le micro-ondes. Bien entendu, il y a toujours quelqu’un pour faire des remarques sur le contenu de ton assiette (au choix « tu ne manges que ça ! » « c’est bourré de saloperies ton truc » « faut le chercher le poisson ») et franchement ça me gonfle !

En réalité, ce que j’apprécie le plus c’est de déjeuner sur le pouce devant mon écran, profiter de cette pause pour surfer un peu et passer un coup de fil à l’homme pour un débriefing mi-journée (on s’est vu 4 heures plus tôt, mais on a toujours plein de choses à se raconter !) …sûrement mon côté ours.

Peut-être que si je demandais pour Noël une panoplie complète bento, je serais plus motivée pour me joindre à mes petits camarades ?

Et toi, le midi, cantine, resto, sandwich ou fait maison?

Edit : des idées de recette pour aller avec ici

Les enfants sont énervés, les maitresses et les maitres épuisés mais heureusement ce soir la cloche de la liberté va sonner, l’occasion parfaite de dresser un mini-bilan de la rentrée des enfants :

Glop : J’ai passé un seul coup de fil et je suis tombée sur la super nounou, douce, maternelle, souriante, toujours positive, qui traite mes enfants comme si c’était les siens, qui veut bien garder un bébé et récupérer aussi le plus grand à la sortie de l’école, qui n’exige pas des horaires impossibles à tenir.

Glop : Finis les cacas malodorants, les diagnostics d’otite toutes les semaines, les « votre fille, elle me casse les oreilles », les leçons d’éducation à la Aldo Naouri, les descriptions de chacun des repas comme si mes gosses avaient déjeuné chez Ducasse.

Pas glop : j’ai perdu une source intarissable d’inspiration pour mes billets

Glop : j’ai appris hier complètement par hasard que Mme je sais tout côté enfants a arrêté le métier d’assistante maternelle. Elle a enfin compris qu’elle n’aimait pas les gosses…à moins que ce soit les miens qui l’aient définitivement dégoûté de ce job )

Pas glop : au début de l’année, dès que je prononçais le mot cantine, le chérubin se mettait à fondre à larmes. Belle maman était prête à abandonner la région parisienne et son planning surchargé de retraité pour soulager la peine de son petit fils. De mon côté, je me renseignais sur les tarifs d’une dame qui prenait des enfants juste pour le déjeuner…10 euros par midi, ça m’a calmé.

Glop : finalement, les choses se sont tassées toutes seules et même si le fiston est affamé le soir, le plan hors sec n’a pas été déclenché.

Glop : grève de cantine depuis plus d’une semaine suite aux revendications des atsem qui sont de moins en moins nombreuses pour encadrer les enfants le midi. Bien entendu je les soutiens mais il y a un qui vote la grève illimitée..le chérubin !

Glop : tu peux profiter des vacances de la Toussaint pour aller à la journée portes ouvertes organisées par Oral-B et sensibiliser tes enfants sur une bonne hygiène bucco-dentaire. Un espace interactif d’informations et de jeux, des conseils pour réapprendre les bons gestes pour eux et pour toi avec des étudiants dentistes, la possibilité de tester la nouvelle brosse à dents électrique de la marque et repartir avec (les détails pour s’y rendre sur le site au bonheur des dents)

Ils sont peut-être en vacances eux mais pas moi…alors vive le week-end )

Et toi, en vacances?

Il y a 3 mois, je m’inquiétais ici même de la mise en cantine de mon chérubin qui manifestait son souhait de ne pas y aller.  Si je ne me fis jamais d’illusion sur les quantités ingérées lors des repas du midi à l’école (vu son appétit au dîner et goûter), je pensais finalement que j’avais tout simplement fait un transfert, calquant mes mauvais souvenirs sur sa future adaptation. En effet le soir, le week-end, les mercredis, les vacances, de cantine il n’en était point question. Le principal intéressé allait même jusqu’à affirmer « la cantine c’est bien! » (m’étonnerait pas qu’il travaille dans la com cet enfant plus tard!).

Et puis un matin, le maître d’école, me fit une révélation qui cassa mon peu d’insouciance parentale : la prunelle de mes yeux pleurait tous les midis quand l’heure d’aller à la cantine arrivait ! et s’il ne pleurait pas, il manifestait son désaccord en râlant. Devant mon étonnement, l’instit ajouta qu’aucun enfant n’aimait la cantine si petit, car c’est bruyant, fatigant. Mauvaise mère, va !

Je me rappelais alors l’épisode dramatique de la salade rapportée par l’atsem des semaines auparavant…épisode qui changea peut-être le cour des choses à jamais. Elle avait déposé une feuille de salade dans l’assiette du chérubin car même si l’enfant n’en mange pas, c’est obligatoire (il y a une loi sur la salade en quelque part?) et mon fils avait fondu en larmes. Il y avait eu donc debriefing à la maison et on avait dédramatisé, je pensais, cette règle alimentaire.

Depuis mon fils ne cesse de me rappeler qu’il préfère manger avec papa et maman. J’avoue que je n’hésite pas à lui mentir en lui répondant que son père et moi nous déjeunons aussi à la cantine alors qu’en réalité mes quelques expériences dans ce lieu de perdition se sont terminées par des tablées non prévues avec les supérieurs hiérarchiques s’invitant derechef entraînant des repas pendant lesquels il n’est question que de boulot, ce qui entraîne forcément dans mon cas, des soucis digestifs.

L’année prochaine le chérubin rempilera…à part si je bosse à domicile par miracle, pas d’autres solutions..j’ai tenté d’adoucir sa peine en choisissant l’option sans viande dans les menus, la viande étant systématiquement servie en sauce comme dans mon enfance et la chair de ma chair montrant un intérêt tout relatif pour le poisson.

Et toi, tu déjeunes où le midi?

Edit : attention l’enfant souriant sur la photo a été rémunéré pour sa prestation !

Edit 2 : un plat à la cantine qui t’a traumatisé à vie et qui te replonge encore aujourd’hui en enfance? vite, participe au concours Saveurs d’enfance !

Ah la cantine j’ai beau me triturer la mémoire dans tous les sens quand j’étais enfant, je n’en ai aucun bon souvenir. Je me souviens de viande en sauce (plats que j’ai encore du mal à apprécier aujourd’hui), de langue de bœuf bien nerveuse, de banane comme fruit récurrent, d’une surveillante qui me forçait à manger jusqu’à ce que ma mère intervienne, d’indigestions répétées…j’étais alors en primaire et après un déménagement, j’ai eu la chance de pouvoir rentrer tous les midis chez moi et de déjeuner avec mes parents…j’adorais cette petite pause même si je n’avais pas forcément envie de repartir à l’école ensuite.

Aujourd’hui j’ai du mal à ne pas projeter cette mauvaise expérience sur mon fils qui, depuis lundi, reste manger à la cantine puisque je reprends le boulot et que le laisser chez la nounou à partir de 11h30 était trop ruineux par rapport à notre budget.

Je sais que les cantines de Lyon se sont mises au bio et quand je regarde les menus cela me parait plutôt bon et varié (enfin dans cette semaine des choux de bruxelles, y a des gens qui aiment ces légumes qui puent?)…peut-être que cela incitera même le chérubin a goûté des aliments que je n’arrive pas à lui faire avaler à la maison (et la liste est longue!)

Tu trouves que je le couve trop mon petit et t’auras pas tort mais peut-être qu’on a envie d’offrir à ses enfants au moins aussi bien que ce qu’on a eu avec ses propres parents, si ce n’est plus, non?

Je me demande si aujourd’hui encore on force les enfants à manger..est-ce qu’au contraire on les récupère le soir crevant de faim? est qu’on les aide à couper leur viande? d’après le maître en maternelle, il y a très peu d’encadrants par rapport au nombre d’enfants (comparé par exemple à la crèche où est allé le chérubin, classe grand luxe puisque les repas étaient fait entièrement maison et sur place)..j’imagine un lieu bruyant et fatigant mais peut-être que les enfants adorent manger avec leurs copains, faire des batailles de purée ou de petits suisses, écraser des petits pois sur leurs semelles, rigoler à table…tout comme dans la chanson de Carlos.

Et toi, quelle est ton expérience de la cantine? pour toi ou tes enfants?

Pin It