Tag

apprentissage

Browsing

Elle adore feuilleter Elle à mes côtés et à chaque fois elle me demande « c’est quoi ça? « …je ne vais pas enrichir son vocabulaire avec un imagier mais avec la presse féminine!

Elle troue ses pantalons aux fesses un à un car si elle se tient ENFIN debout, elle ne s’est pas encore décidée à marcher…j’imagine que beaucoup de mères auraient déjà consulté, examiné, pesé, mesuré, radiographé…moi je suis déjà passée par là avec mon fils mais quand même plus qu’un mois pour ne pas battre le record de son frère , après faudra que j’aille brûler quelques cierges

Elle ne marche pas mais elle râle pour monter sur le vélo et la trottinette du frangin

Elle énonce des phrases qui nous laisse perplexes (« Papa c’est papa » revient régulièrement ….ah beau? à la façon Bourvil)

Elle rit en faisant mine de lire les blagues carambar, elle me tend chaque partie de son corps en me réclamant un bisou magique, elle s’extasie sur les photos de mes livres de cuisine …comment veux-tu que je ne craque pas ?

Elle se passe du lait sur les jambes en même temps que moi, elle m’attend derrière la porte des toilettes (quand elle ne passe pas la tête dans l’entrebâillement), si tu ne la trouves pas, cherche où est son frère….c’est un véritable pot de colle !

Elle s’obstine à déshabiller toutes les poupées qu’elle croise…pour ses 16 ans, elle voudra partir à Cap d’Agde ?

Elle dit Yeah  à la place  de oui (est-ce lié au 11 septembre?)

Elle croise les bras sur sa poitrine et boude dès qu’elle n’est pas contente

Aujourd’hui elle a déjà 2 ans et moi face à ses deux mini-couettes, son petit ventre rebondi, ses dents un peu écartées, ses phrases qu’elle répète sans forcément les comprendre et ses mimiques, je ne peux me résigner à ne plus l’appeler Miss Zen malgré son caractère bien trempé.

 Happy Birthday !

J’aime bien les institutrices (on dit professeur des écoles je sais) : ma sœur est instit, deux de mes très bonnes amies sont instit. Je connais un peu leur quotidien, je sais que n’a pas le concours qui veut. Jamais tu ne m’entendras critiquer leurs vacances car je n’envie pas leurs journées entières, debout face à  des classes de 30 élèves dont le niveau de décibels peut vite atteindre Lara Fabian s’époumonant sous sa douche, leurs conditions de travail qui, ces dernières années, se sont empirées vu la suppression de personnel et des parents qui ne leur prêtent parfois que peu d’estime.

Mais j’avoue la maîtresse, cette année, je ne suis pas sa plus grande fan et de manière générale la façon de considérer l’enfant dans l’école maternelle de mon fils je n’arrive pas à y adhérer.

J’ai du adresser deux fois la parole à celle qui s’occupe de la classe du chérubin cette année (bonjour et au revoir mis à part, je suis polie tout de même) mais les deux fois j’ai eu une pluie de remarques négatives. Mon fils n’est sûrement ni en avance, ni un génie. Il ne sait pas lire avant l’heure, il ne dessine pas particulièrement bien et niveau psychomotricité il est même en retard sur un certain nombre de points mais c’est un enfant plein d’imagination, créatif, qui adore les livres, curieux de tout.

Qu’elle veuille m’alarmer, je ne le nie pas..d’ailleurs tous les lundis, je fais la navette école-psychomotricien, profitant de mon 50%. J’ai vu aussi ses progrès, son désir « d’essayer » prendre le pas sur sa peur de ne pas y arriver mais les retours positifs je les attends toujours.

Dépassionnons le débat et éloignons nous de mon fils. Ils ont des dividendes sur chaque consultation chez l’orthophoniste, les instits? non parce dès la petite section, la maitresse prend tous les parents dont les enfants ont des défauts d’élocution à part et leur conseille d’emmener leur progéniture en séances. Je ne suis pas spécialiste du langage, j’ai juste observé qu’à cet âge là, les choses évoluent grandement en un an.

Bref je m’interroge sur cette médicalisation de l’enfance au sein de l’école, ce discours qui met en avant uniquement ce qui ne va pas (j’ai entendu aussi à propos d’un autre enfant et de la part d’une autre maîtresse « votre enfant est lent, à part lui mettre des piles je ne vois pas ce qu’on peut faire »…et je t’assure que je ne suis pas dans une maternelle, prépa du lycée Henri V), ce besoin de rentrer dans le moule à tout prix. Je croyais qu’il fallait encourager l’enfant, ce n’est plus à l’ordre du jour?

Je me demande s’il y a une place pour les enfants qui ne pigent pas tout tout de suite, qui mettent plus de temps que les autres, qui ont des difficultés ou si l’école finalement n’est là que pour les bons élèves (si on peut utiliser cette notion si tôt).

Que mon fils sache lire avant d’entrer en primaire, qu’il saute une classe ou qu’il passe son bac à 16 au lieu de 18, quel intérêt cela a ? cela le rendra-t-il plus heureux dans la vie?

Ce que j’observe aujourd’hui c’est un gamin, très sensible à la base, qui a mal au ventre tous les matins.

J’aimerais surtout c’est qu’il ne perde pas le goût de l’école, le goût d’apprendre et vu la pédagogie à l’œuvre, je ne suis pas certaine qu’on soit sur la bonne voie.

J’attends vos avis, nombreux j’espère !

Edit : Sur Fais-toi la belle, je parle aussi enfants puisqu’on mercredi  !

 

Aujourd’hui réjouissez-vous, on va parler de caca boudin, de petite crotte et de pipi. N’appelez pas notre cher président, mon mari comme dirait Carlita, pour qu’il m’enferme à vie en hôpital psychiatrique, je vous rassure je ne suis pas en plein délire scatologique ! …comment attirer autrement votre attention sur un sujet aussi passionnant que la propreté de nos bambins ?

A peine remis de cette âpre épreuve consistant à faire admettre au chérubin tous les avantages de la station debout, la pression familiale, amicale et sociétale s’abat à nouveau sur nos frêles épaules de jeunes parents pour que nous affranchissions notre chère tête blonde de ses couches. Gonflés de bonne volonté, nous avons acheté un pot bien confortable, un réducteur de toilettes (si jamais il voulait brûler une étape) et avons commencé le travail de sape à lui raconter des histoires d’animaux, de héros dont la principale activité consiste à squatter pendant des heures le pot puis de pousser un houra en même temps que le reste au bruit du plouf !

Profitant de quelques jours de congés pendant lesquels j’étais plus disponible qu’à l’accoutumée, me convaincant que le protagoniste était prêt physiologiquement puisqu’il sait descendre et monter des escaliers, j’ai tenté de le mettre sur le pot à heure fixe mais le chérubin n’est jamais resté plus de deux secondes chrono dessus, se levant d’un bond déclamant un « non pas ça, non pas ça ».

Imaginant que vos mômes, eux, sont tous propres depuis longtemps, je me suis dit que j’allais glaner quelques conseils ici et là  )

Do you speak English fluently? My taylor est peut-être riche mais mon anglais est poor!

Si je me débrouille à peu près pour le comprendre, quand il s’agit de le parler je bafouille et constate que mon vocabulaire s’amoindrit au fil des années. Lors d’une formation la semaine dernière, je ne vous raconte pas les grands moments de solitude que nous avons connus quand il a fallu aligner plus de deux mots pour répondre aux questions du formateur dans un exercice d’expression libre.

Mais pourquoi sommes-nous aussi complexés, les français, quand il s’agit de nous exprimer dans une langue étrangère? d’où tenons-nous notre accent lamentable?

J’ai bien une solution à proposer à l’éducation nationale ou au centre d’apprentissage des langues pour motiver les français à parler autre chose que leur si belle langue…le choix des profs ! Je suggère des cours intensifs avec Clive Owen (cf photo) ou Jude Law (à tout hasard) pour parfaire notre accent anglais, avec Gabriel Garcia Bernal pour tout comprendre de la grammaire espagnole ou avec Kim Rossi Stuart pour améliorer son italien ))….liste non exhautive, je vous laisse rajouter vos précepteurs personnels )


…ou devrais-je dire « Il marche seul » car cette semaine, après quelques pas le week-end dernier, le chérubin s’est enfin lancé sous les yeux plein d’émotion de ses parents !

Je commençais à songer à allumer des cierges, consulter un marabout, lire dans le mare de café, me tourner vers les médecines parallèles, pleurer toutes les larmes de mon corps… quand il a lâché le bout de mon doigt et a trottiné sur sa moquette sans se vautrer, Mesdames, Messieurs.

Le camescope n’était pas branché, le champagne pas au frais, mais nous l’avons franchement félicité, et il n’était pas peu fier, levant les bras au ciel et nous regardant avec un air de « Je vous ai bien eu hein? »

Se décider juste deux jours avant mon anniversaire, il a calculé son effet, le loustic…

Edit 1 : Après l’effort, le réconfort ..le chérubin part montrer comment il se débrouille à la mamie déjà gaga, à la tatie prête à la « ola » et aux cousins parisiens….see you soon, à mercredi !

Pin It