Tag

accords mets vins

Browsing

Le 26 juin prochain, la soirée #DrinkAlsace fêtera ses 5 ans, sur la terrasse du Sucre avec 10 jeunes vignerons alsaciens et 5 chefs lyonnais. Un parcours ludique et des associations mets-vins seront proposés au public. De manière générale, je ne suis pas très audacieuse, au moment du dessert, en termes d’accords mets-vins, jouant la carte classique avec une clairette de Die ou plus exceptionnellement du champagne. Quand j’ai été conviée dans l’atelier de Bruno Saladino (chef pâtissier présent à la soirée #DrinkAlsace) pour découvrir quels desserts il avait imaginé pour cette soirée , en accord avec 2 vins alsaciens, j’étais donc très intéressée.

Cette année, Bruno Saladino a créé une bouchée salée au chocolat à déguster avec le crémant d’Alsace, cuvée L’Empreinte 2014 de chez J.Claude Buecher et 5 mignardises sucrées à déguster avec  le Pinot Gris Sélection de Grains Nobles d’Alsace, 2015 de chez Scheidecker.Avant de goûter à ces associations, nous avons mis la main à la pâte pour préparer :

  • une mignardise avec une pâte sucrée, une compotée de rhubarbe et une ganache montée à la fraise (très frais !)
  • une mignardise avec une crème d’amande, une mousse citron-thym (on sent à la dégustation aussi bien le thym que le citron et c’est un bel équilibre) et des abricots caramélisés façon tatin
  • une mignardise avec un crémeux poivre tilmut (délicieux !), gelée de pamplemousse et ganache chocolat noir à 64%

Deux autres mignardises seront proposés le 26 juin : une tout chocolat (mousse au chocolat, caramel beurre salé) et une autre sur des notes pêche blanche verveine.

Bruno Saladino nous a expliqué avoir travaillé sur des accords de complicité mais avoir aussi cherché plus d’opposition, le tout étant de proposer en final un accord équilibré.

Après l’effort (très léger )), la dégustation !

Quand Bruno Saladino nous a annoncé une bouchée salée sur une base champignons dulcey, j’étais assez perplexe, le goût du champignon pouvant être très marqué. Non seulement les deux saveurs se répondent très bien mais elles s’accordent parfaitement avec le Crémant d’Alsace, cuvée L’Empreinte 2014 de chez J.Claude Buecher.

Ce domaine spécialisé dans la production de Crémant d’Alsace depuis le début des années 80 conduit son vignoble en approche « BIO » depuis 2017 (pas de désherbants chimiques, ni engrais de synthèse). Il fait aussi le choix d’une taille courte suivie d’un ébourgeonnage sévère au printemps, ce qui conduit à des rendements plus bas mais les raisins arrivent aussi systématiquement à la maturité visée. En avril 2016, 100 % du vignoble a été converti à l’agriculture biologique.

La cuvée Empreinte 2014 est un 100 % Chardonnay issu du lieu-dit Rotenberg situé au sommet du Grand Cru Hengst. Les bouteilles reposent plus de 30 mois en lattes. C’est un crémant extra-brut, il a donc une belle acidité. Je craignais une certaine amertume mais il laisse en bouche une sensation agréable de fraîcheur avec de fines bulles.

J’ai eu un gros coup de coeur pour le Pinot Gris Sélection de Grains Nobles d’Alsace, 2015 de chez Scheidecker , un vin aux notes de miel et fruits confits. Ce grand vin d’Alsace est produit à partir de raisins dont la maturité a atteint son paroxysme (les grains nobles arrivent après les vendanges tardives). Son rendement est donc faible. Je comprends qu’il ait aussi bien inspiré Bruno Saladino car c’est un vin gourmand, qui reste présent en bouche et assez complexe pour qu’il permette divers mariages.


La découverte de ces deux vins d’Alsace et de ces belles associations  sont un avant-goût de la soirée #DrinkAlsace qui permettra d’aller à la rencontre des vignerons, de découvrir les vignobles et les cépages d’Alsace et de goûter des tapas salés et sucrés.

Vous pouvez vous inscrire à la soirée #DrinkAlsace ici https://www.eventbrite.fr/e/billets-drinkalsace-34102191573 

et acheter vos assiettes salées et sucrées au même endroit pour ne plus avoir qu’à vous laisser porter le 26 juin prochain.

On s’y retrouve ?

Mes précédents billets « j’aime de la semaine » étant les plus commentés, je considère cela comme un encouragement de votre part et je remets le couvert (et merci de prendre le temps de commenter, ça fait tellement plaisir !). C’est parti pour les « j’aime de la semaine  » :

1-Le gala de danse de ma fille

J’ai pris une grosse claque en voyant ma fille sur scène pour son gala de danse de fin d’année. Au même âge, je foulais le plancher d’une autre salle dans une autre ville et j’ai eu l’impression de voyager dans le temps. Je crois que j’ai réalisé aussi combien la danse que j’ai totalement arrêtée cette année (l’année dernière je faisais de la zumba, on est peut être plus proche du fitness que de l’artistique mais cela me faisait du bien) me manquait. Bref j’ai serré les dents pour ne pas pleurnicher sur mon siège mais j’avais les yeux plein de larmes.

2-Les mauvaises herbes

J’ai longtemps hésité avant de franchir le seuil du restaurant Les mauvaises herbes, restaurant végétarien et végétalien parce que la tendance du « sans » (sauf quand on est intolérant) me gonfle, surtout quand elle devient « tout ou rien ». En fait les pro-quelquechose et jusqu’aux-boutistes tout domaine confondu m’effraient et par un esprit de contradiction peut être, je n’ai pas envie de suivre le mouvement.  De manière générale, j’ai envie de continuer à manger avant tout pour le plaisir, plutôt que de penser « tu manges du sucre, tu es une droguée », « tu manges du gluten, tu vas être fatiguée », etc (d’autant plus que je n’ai -touchons du bois- pas eu un seul souci de santé depuis des années, même pas une grippe ou un rhume ).

Bref je n’étais pas en terrain conquis et pourtant j’ai trouvé que cela était bon, bien préparé et surtout je ne suis pas sortie de ce restaurant en ayant faim.  Si on me demande demain de choisir entre un plat de pâtes et un plat de légumes, je continuerai à choisir les pâtes mais je retournerais volontiers à cette adresse en sachant que je vais manger équilibré sans que cela ne soit fade ou triste dans l’assiette.

salade de concombres façon Thaï,  algues nori et sésame grillés (la petite touche qui change tout )Polenta tomate séchées/olives, crème de courgettes (je ne sais pas comment ils font c’est super bon alors qu’à la base la courgette sans rien pour moi cela n’a pas grand goût, légumes de saison (bien croquants comme je les aime) et romarin

3-La série Here and Now

Mon vélo d’appartement, comme je pouvais le craindre, ne s’est pas transformé en porte manteau. Pour que mes séances de vélo ne soient pas monotomes et ennuyeuses, je regarde en pédalant des séries (je pourrais faire facilement un top 10, coucou Jérémie). La dernière série qui m’a vraiment emballé (plus que This is Us que j’ai trouvée trop pleine de bons sentiments à grands renforts de hugs à l’américaine) est Here and Now d’Alan Ball, le créateur de Six Feet Under (qui reste en haut de mon top ten, peut être parce qu’à l’époque, à part Friends, je n’en avais pas vu d’autres).

On suit la famille Bishop à Portland, une famille de démocrates qui, par « idéal » a adopté 3 enfants de nationalités différentes et ont une fille « naturelle ». Le père de famille, incarné brillamment par Tim Robbins, est un professeur de philosophie à la fac qui traverse une crise existentielle alors que l’un de ses fils commence à être frappé par des visions.

Cela brasse des thèmes aussi divers que le racisme, la religion, l’identité sexuelle, l’adoption, le sens de la vie, les idéaux politiques confrontés aux choix de vie, le poids du passé, les couples mixtes….

C’est drôle (façon grinçante), tragique parfois, excentrique souvent et le tout est porté par un casting qui assure !

4-La cour des Loges

Cette semaine, la remise des prix du Concours des Vins de l’AOC Coteaux des Lyonnais s’est tenue en plein coeur du Vieux Lyon, à la Cour des Loges. Si le quartier tout entier donne le sentiment d’être transporté au temps de la Renaissance italienne, c’est particulièrement vrai pour cet hôtel restaurant. Quand on se retrouve dans la cour intérieure, la magie des lieux opère tout de suite.

C’est dans ce cadre que le Concours des Vins des Coteaux du Lyonnais s’est tenu sous la présidence de Gaëtan Bouvier, élu meilleur sommelier de france 2016. Le but de ce Concours est de mettre en lumière une nouvelle génération de vignerons, tous portés par une valorisation de leur vignoble et la volonté de proposer des cuvées plus complexes et singulières. Si vous ne connaissez pas les Vins des Coteaux du Lyonnais (les plus proches de Lyon pourtant) ou si vous avez une image négative à leur sujet, bousculez vos idées toutes faites et goûtez un des vins du palmarès (avec modération bien-sûr)

5-Ressortir les playmobils

Alors que les playmobils dorment dans des bacs en plastique (ma fille ne joue avec que si quelqu’un joue avec elle…ahem), j’ai décidé de leur donner vie le temps d’une photo sur mon compte Instagram dédié aux livres :

 

L’idée vous plait ?

6-Mon nouveau vernis Mavala

Je vous ai déjà parlé des vernis Mavala qui ont un petit format (pas le temps qu’ils ne dessèchent), un petit prix et une gamme de couleurs qui me vaut bien des hésitations. Récemment je me suis offert le bronze green et j’aime beaucoup sa couleur (oui je touche mes pivoines si je veux ))

7-Le salon de la pâtisserie.

Non ce n’est pas un j’aime de la semaine mais probablement un « j’aime » de la semaine prochaine. En effet du vendredi 15 au dimanche 17 juin, se tient à Paris Expo Porte de Versailles à Paris la première édition du salon de la pâtisserie. Au programme : des master class, des cours de pâtisserie, 2 concours officiels pour amateurs et professionnels, des dégustations et un espace de 6000 m2 organisé autour de 5 univers (L’enfance, Le Sweet Art, La french Touch, les Ateliers sucrée et le Forum).

Je partagerai cela en story sur Instagram  vendredi soir ou samedi : )

Je voulais aussi vous parler d’un atelier de pâtisserie que j’ai eu la chance de suivre avec Bruno Saladino pour découvrir les douceurs qui seront proposées lors de la soirée #DrinkAlsace le 26 juin prochain au Sucre mais j »ai été déjà bien bavarde alors je vous dis plus très bientôt. Vous pouvez déjà vous inscrire  ici https://drinkalsace.eventbrite.fr., à cette soirée qui accueillera 10 jeunes vignerons alsaciens et 5 chefs lyonnais.

Bonne semaine : )

Je connaissais le café gourmand, cette façon de présenter les desserts qui déculpabilise alors qu’on engloutit encore plus de calories mais quand on m’a invité à une soirée baptisée Verre gourmand, je n’avais jamais entendu parlé du concept.  De nouvelles verrines, un verre mangeable ? que nenni ! Le Verre Gourmand consiste à associer un verre de vin avec un assortiment de mets en accord avec celui-ci (tartes salées, tapas, brochettes, fromage, poissons..) le tout présenté sur une seule assiette. Mais le mieux est de vous montrer en images à quoi cela ressemble, non ?

La soirée avait lieu dans un très joli endroit, les jardins d’hiver de la Chartreuse de Villeneuve-les-Avignon (note pour plus tard : revenir me balader dans ce village qui parait tout à fait charmant) et avait réuni pour l’occasion, 22 domaines des Côtes du Rhône, des gourmets et des gourmands et quelques blogueurs.

Dans un premier temps, chacun a circulé de table en table pour échanger avec les vignerons présents et pour découvrir quelques uns des nombreux vins proposés à la dégustation. Je me suis contentée de goûter quelques vins afin de ne pas rouler directement sous la table et j’ai eu un coup de coup pour le Domaine Saint Jacques du cellier des Princes et le muscat Beaumes de Venise du domaine de la  Pigeade, doux mais frais, moins lourd que les muscats du Sud Ouest et très agréable.

Puis chacun a composé son assiette avec entrées, salades, bouchées et verre de vin. J’ai choisi, un peu au hasard avouons-le, des  boulettes de viande au curry et salade de lentille, des pâtes au pesto et parmesan et sa tomate mozarella crème de basilic, une effilochée de volaille aux câpres, citron et coriandre et miracle les trois s’accordaient bien avec le rouge fruité que j’avais dans mon verre.

Je me suis illustrée en confondant Etsy et Essie (ou comment avoir honte deux minutes après avoir commencé à parler avec Vert Cerise et Fashion Gazette), j’ai découvert avec joie les fondants au chocolat en dessert (bec sucré forever, Dorian peut en témoigner) et j’ai discuté réseaux sociaux avec des vignerons fort sympathiques dans un autre cadre magnifique, le 83 vernet à Avignon.

Je ne suis pas convaincue d’être assez experte en vin pour associer le plus justement vin et saveurs (en général j’aime bien discuter avec le caviste à cette occasion) mais des idées d’assiettes sont proposées sur le site Vin Rhône. Il existe également des établissements à Paris, Lyon (le Contretemps, la cave des voyageurs, le café des peintres, Vignes et vins, le vercoquin) et Marseille entre autres qui proposent ce concept de Verre gourmand, qui va il me semble, avec ce mouvement qui consiste à consommer moins mais mieux.

Un grand merci à Louise Massaux pour cette invitation !

Et vous, le Verre gourmand, vous connaissiez ?

 

Pin It