Category

adresses sucrées

Category

Si vous avez regardé la version « professionnelle » de l’émission Le Meilleur pâtissier, vous vous souvenez peut-être que parmi les équipes, une était de Marseille. L’un d’eux est le chef pâtissier des Bricoleurs de Douceurs (j’adore le nom !), une pâtisserie/salon de thé que je suis depuis longtemps sur les réseaux sociaux. Pour ceux et celles qui ne liraient pas ce blog depuis longtemps, j’ai la manie de choisir mes destinations de vacances en fonction des potentielles adresses sucrées à tester. Du coup, au programme de mon dernier week-end marseillais, je me suis arrangée pour que l’une de nos ballades passe devant cette adresse.

Nous nous sommes arrêtés à la boutique des Bricoleurs de Douceurs ( situé dans le quartier de Roucas à deux pas d’Endoume), sur notre trajet retour à pied Bonne Mère-Vieux Port. C’était une manière parfaite de motiver les troupes. Comme il était encore tôt dans l’après-midi, nous avions quasi la boutique à nous seuls et j’ai eu le temps d’échanger avec Clément Higgins qui s’est installé ici avec sa femme Aurélie Poletto. Il m’a même guidé dans mon choix car j’avoue que face à la vitrine, j’avais bien du mal à me décider, d’autant plus que je savais que je n’y retournerais pas de sitôt. 

L’avantage quand on est plusieurs à s’attabler dans un salon de thé est que l’on peut goûter plusieurs pâtisseries. Notre choix s’est donc arrêté sur le « best of » de la maison à savoir le Marseille Brest, que la fan de pâtisserie à base de pâte à choux que je suis a adoré. Il est composé d’un chou croustillant, d’un praliné pur noisettes, d’une ganache montée noisettes et de noisettes caramélisées. C’est ma fille qui avait ce Marseille Brest devant elle mais autant vous dire que j’ai bien pioché dedans : )

Le fou de tartes et de desserts au citron qui se cachait parmi nous ne pouvait pas passer à côté de Kalamanquoi. Composée d’une pâte sucrée croustillante, d’un confit de citron kalamansi, d’un crémeux kalamansi, de meringue et d’une poudre de citron noir, elle présente une belle acidité juste contrebalancée par la présente discrète de la meringue. L’ensemble est « pepsy » (désolée pour l’anglicanisme mais je ne trouve pas de terme équivalent) et bien frais. Il faisait chaud ce jour là, ce qui explique que parmi nos choix, nous avons sélectionné Jack Attack. Composée d’une pâte sucrée croustillante, d’un moelleux aux noisettes, d’une compote de pommes au basilic, de pommes pochées et de poudre de basilic, cette douceur est celle qui me laissera le moins de souvenirs mais si vous adorez les tartes aux pommes alors c’est un choix incontournable. Enfin j’ai suivi le conseil de Clément Higgins en choisissant What Else avec sa pâte sucrée croustillante, son moelleux aux noisettes, son crémeux café, sa ganache montée vanille, son praliné coulant noisettes/café. Je n’ai jamais été fan de desserts au café mais depuis que j’ai goûté et beaucoup aimé la tartelette tiramisu de Signé Extrait à Lyon, je sais que tout est une question de dosage. Je n’ai pas regretté mon choix : cette douceur est gourmande, au niveau des textures c’est une vraie caresse et le mariage praliné/café/vanille crée une belle harmonie. Parmi les autres pâtisseries présentes à ce moment là en vitrine (elles changent régulièrement), j’aurais bien goûté le Choc Norris (biscuit croquant aux éclats de noisettes, chocolat et fleur de sel, crémeux chocolat noir, confit de praliné noisettes), le mille feuilles du printemps (pâte feuilletée caramélisée, ganache montée fleur d’oranger, confit de fraises et rhubarbe, fraises fraîches), le Chizeucake de chez nous (un cheesecake avec un fromage d’un producteur local) …mais je n’ai qu’un estomac.

Si j’ai l’occasion de retourner à Marseille, j’irai tester d’autres pâtisseries des Bricoleurs de Douceurs au Jardin Montgrand (situé dans le 6ème arrondissement) où ils sont prestataires de service car le cadre a l’air très agréable.

Scoop : Les Bricoleurs de Douceurs seront présents en septembre prochain au Street Food Festival aux Subsistances à Lyon avec des propositions « finger food » sucrées. Hâte de voir ce qu’ils vont imaginer !

Ce que j’ai aimé :

-le lieu un peu caché mais à quelques mètres de la Corniche Kennedy que je vous conseille d’emprunter pour admirer les points de vue sur la mer et les belles villas
-la possibilité de déguster sur place
-la variété des propositions sucrées
-l’identité des Bricoleurs des Douceurs (dans le « look » des pâtisseries comme dans leur intitulé)
-l’accueil souriant
-de la gourmandise au rendez vous !

Bricoleurs de Douceurs
202 Chemin du Vallon de l’Oriol,
13007 Marseille
Tel : 09 86 35 23 92

Edit : et merci à Funny Fully avec qui j’ai échangé sur les pâtisseries marseillaises et qui m’a convaincu définitivement de tester cette adresse

 

 

Si vous êtes en balade dans le 6ème arrondissement pour aller au Parc de la tête d’Or ou si vous allez acheter du fromage chez le MOF Didier Lassagne, faites quelques pas de plus et allez admirez la vitrine du chocolatier Florent Thevenon. Je n’ai d’ailleurs pas mis de photos pour vous la laisser découvrir et en échangeant avec cet artisan qui fourmille d’idées, j’ai regretté d’avoir loupé son bassin plein de poissons ou la pelouse qu’il avait installé dans toute la boutique !

Pas de doute, on est bien à Lyon, en attestent ces rideaux rouges ouverts sur une scène accueillant Guignol (ça m’a rappelé ces spectacles où on emmenait les enfants, petits et où on apprenait au passage quelques mots d’argot lyonnais, le discours parfois d’ailleurs plus adapté aux adultes qu’aux enfants).

La spécificité de Florent Thevenon est que c’est une petite entreprise comme chantait l’autre : une seule boutique, une petite équipe, un labo pas immense où j’ai pu jeter un oeil (et humer l’odeur du praliné en préparation). Tout un bestiaire attendait sur une grille et il n’y a pas besoin d’avoir fait Saint Cyr (sombre référence vu son actualité) pour voir tout de suite que les moulages du chocolatier sont différents de ce qu’on voit ailleurs.

Florent Thevenon créé en effet ses propres moules en silicone à partir de modèles (souvent des jouet ou des figurines ) qu’il glane ici ou là. Il « ‘s’amuse » ensuite à travailler le rendu, la « matière » : Dans des collections précédentes, à brosser pour donner un effet bois ; cette année pour donner l’effet de poils d’animaux ou de peau de crocoAutre spécificité de Florent Thevenon : il expose régulièrement sur les murs de sa boutique des toiles d’artiste …peut être une autre façon de ne jamais tomber dans la routine (d’une année sur l’autre, la plupart des sujets en chocolat changent) ou de rencontrer d’autres personnes, d’autres univers et qui sait trouver une nouvelle source d’inspiration (là je brode)).

Comme visiblement ce chocolatier aime les choses singulières, ses truffes sont carrées et pour les avoir goûtées au Salon du Chocolat quelques éditions en arrière, je vous les conseille (c’est d’ailleurs un produit phare de la boutique).

Chocolaterie Florent Thévenon,
53, rue Tête-d’Or.
69006 Lyon

Et vous, Florent Thevenon vous connaissez ?

Peut-on passer devant la devanture d’une chocolaterie sans jamais y entrer ? Oui et c’est d’autant plus incompréhensible que l’une des particularités de la chocolaterie Pelen est de transformer elle-même son cacao des fèves à la tablette ( bean to bar) dans son labo de Lons-Le-Saunier où est née la maison Pelen en 1899.

Arnaud Pelen est aujourd’hui aux commandes de cette maison après son arrière grand-père, grand-père et père. Il a grandi dans les effluves de chocolat, a hésité un temps entre électronique et métier de bouche pour finalement choisir de régaler les gourmands (et il est passionnant quand il parle de chocolat et de praliné !).

Il travaille avec des fèves provenant de l’île de la Trinité /Équateur / Vénézuéla /Côte d’Ivoire (pour les tablettes et les mousses) / Madagascar / Sri Lanka.

chocolaterie PelenLes fèves de cacao sont torréfiées dans le labo de Lons-le-Saunier mais également les grains de café. Ils sont utilisés *pour fabriquer de l’essence de café et aromatiser certaines pâtisseries
* de l’extrait de café qui est mélangé à de la couverture chocolat lait pour les palets chocolat orange.

Tous les jus de fruits sont également fabriqués maison : framboise, cassis, fraise…certains se retrouvent dans les ganaches de chocolat, d’autres dans un des 18 parfums de glaces et sorbets proposés à la boutique de Lons-le Saunier.

Bref si les emballages ont un côté vintage, ici la maison ne s’est pas inventée une histoire. Elle existe bien et bien depuis quatre générations, elle a repris les mêmes recettes et tient à perpétuer une tradition familiale privilégiant la qualité à la quantité.

chocolaterie Pelen

Le praliné dans tous ses états

Le produit phare de la maison est, depuis des générations, le praliné fabriqué toujours artisanalement. Dans un premier temps, les fruits secs (noisettes du Piémont, noisettes romaines, amandes de Provence et de Valencia, pistaches de Sicile, cerneaux de noix de Serlat selon les produits) sont sablés avec le sucre. La cuisson dure 1h15 (et je vous laisse imaginer la divine odeur qui doit flotter dans l’air). On laisse ensuite refroidir la pâte obtenue pendant une journée avant un pré-broyage dans un mélangeur. Le concassage s’effectue dans un broyeur en granit pour obtenir un praliné grossier et dans un broyeur 5 cylindres pour obtenir un praliné très fin (selon son usage).

Ce praliné se retrouve dans plusieurs spécialités de la maison :

les madeleines qui existent depuis des générations (une coque en chocolat noir refermant un praliné noisettes amandes)

chocolaterie Pelen les galets de Chalain (le lac de Chalain étant un lac du Jura qui a l’air un fort joli coin ) composés d’un fin praliné aux amandes et noisettes dans une coquille en nougatine

L’amande royale assez proche des galets si ce n’est qu’elle est enrobée d’un chocolat amer pour un rendu moins sucré

Le malakoff

chocolaterie Pelen♥ ♥ Le mentchikoff avec sa meringue trempée à la fourchette pendant deux jours (j’ai un gros faible pour cette spécialité du fait du contraste entre le praliné qui fond et la meringue qui craque en bouche)chocolaterie PelenLes huitres fourrées au praliné

chocolaterie PelenLe pavé des Arcades : un praliné aux éclats de noisettes, trempé dans une couverture de chocolat amer, poudré de cacao

chocolaterie Pelen♥♥ La pâte à tartiner avec 57% de fruits secs (je vous laisse comparer avec les pâtes à tartiner industrielles)

chocolaterie PelenRayon pâtisserie, on retrouve le praliné dans le fameux Écureuil, celui qu’on appellerait aujourd’hui la « pâtisserie signature », celui qui a ses fidèles, sa clientèle d’habitués qui ne viennent que pour lui depuis des années et des années. L’écureuil a été créé en 1944 pendant la guerre en pleine période de restriction alimentaire et de tickets de rationnement. La femme du pharmacien de Lons-le-Saunier, Mme Charon, cliente de la maison Pelen, se rendit un jour à la chocolaterie avec des noisettes (denrée rare à l’époque) avec le vœu que Mr Pelen lui confectionne un gâteau avec . Depuis la recette n’a pas bougé : sous une pâte d’amande maison aromatisée au café, l’Écureuil est composé d’un biscuit amandes et noisettes et d’une crème praliné.

Si vous aimez la noisette et la pâte d’amandes, je vous conseille de le goûter, j’ai été agréablement surprise à la dégustation alors que je ne suis pas une fan de crème au beurre, le goût de noisettes domine et pas de sentiment de « déjà vu » malgré toutes les pâtisseries que j’ai déjà pu manger dans ma vie. chocolaterie PelenQue serait le Paris Brest sans le praliné ? et quand il est aussi bon que celui de la maison Pelen et que la crème au praliné renferme un coeur de praliné intense, le plaisir est au rendez vous (pour 3.60 € seulement ! )

chocolaterie PelenLe praliné est aussi au coeur d’un des cakes de la maison et pour le goûter c’est un aller simple en enfance.

chocolaterie Pelen

chocolaterie PelenLa chocolaterie Pelen propose également d’autres pâtisseries comme la tarte aux pamplemousses (avec une pâte sablée et une crème amandes pistache qui s’équilibre très bien avec l’amertume du pamplemousse)

chocolaterie Pelen

Le Ministre (ce que j’appelerai un trianon et qui est, peut être, ma pâtisserie au chocolat préférée) composé d’un praliné feuilletine sur un biscuit joconde et d’une mousse chocolat amer (celui là je suis sûre que je le reprendrai).

chocolaterie PelenLe choco-framboise composé d’un biscuit sacher chocolat, d’une mousse au chocolat et d’un coeur de framboises fraîches. Le mariage fonctionne très bien.

Et encore d’autres cakes comme celui au citron ci dessous, des éclairs (à mon avis, il faut goûter le chocolat), un chou chantilly, l’ébène qui a aussi ses fans (un fond de succès avec amande noisette et ganache chocolat) et bien d’autres pâtisseries.

Pâques à la chocolaterie Pelen

A quelques jours de Pâques, la boutique lyonnaise de la chocolaterie Pelen ( qui existe à Lyon depuis 35 ans) débordait de cloches, poules, lapins, oeufs et fritures quand j’y suis rentrée.

Pour une grosse partie des pièces (sauf les plus petites), la maison Pelen utilise les mêmes moules en fer étamé génération après génération. La tradition peut être autre chose qu’un concept marketing vide !

 

chocolaterie Pelen

chocolaterie Pelen

Et vous, la chocolaterie Pelen vous connaissez ?

 

 

En mai dernier, j’ai passé un long week-end à Lille et il faisait très très chaud (je regarde par la fenêtre, le ciel est plombé, gris, il pleut, le temps est humide …soupirs). J’avais prévu de ramener des chocolats de Quentin Bailly, élu champion du monde de pâtisserie en 2013, mais cela aurait été de la mousse au chocolat en arrivant à Lyon.

J’ai quand même été visitée la boutique ouverte en mars 2017, la personne présente en boutique m’a proposé plusieurs produits  en dégustation qui m’ont donné envie de revenir et, à défaut, n’étant pas vraiment à côté de Lille, de commander à distance.

La boutique de Quentin Bailly à Lille

Dans la boutique située rue des arts, Quentin Bailly propose des ganaches, des pralinés, des tablettes, des gourmandises à grignoter, des macarons et à ce moment là des petits sujets en chocolat trop mignons. Je mets au défi n’importe quel fou de chocolat de rester stoïque devant les étagères remplies de douceur.

Quentin Bailly a travaillé notamment chez Un dimanche à Paris et à la pâtisserie Philippe Rigollot à Annecy mais il est originaire du Nord. Il fait donc quelques clins d’œil à sa région dans ses produits : les briquettes du Nord sont des petites briques au chocolat au lait caramélisées au goût de spéculoos, les croustillos sont des palets au chocolat noir ou au chocolat au lait, spéculoos, praliné et chicoré.

attention vous mangez une sphère, vous en avez envie d’une seconde ! Les coffrets de chocolat de Quentin Bailly

J’ai attendu que l’été passe (à Lyon, c’est souvent synonyme de canicule et les bonnes conditions de dégustation d’un chocolat sont 18° pour la conservation et 22° pour la consommation), la folie de la rentrée et j’ai enfin  commandé un assortiment de chocolats fins sur le site du chocolatier.

Quentin Bailly La gamme proposée par Quentin Bailly est vraiment variée, toutes les ganaches et pralinés ne sont pas présentés dans le format de la boîte que j’ai choisi mais en voici quelques-uns : Quentn Bailly Menthol : ganache noire rafraîchissante et puissante à la menthe fraîche Quentin Bailly Tangerine :ganache lactée aux zestes et jus de mandarines fraiches Quentin Baillyattention ne passez surtout pas à côté de « fresh green » une ganache lactée au parfum frais et puissant du citron vert du Brésil ! Il explose véritablement en bouche, tout en étant très équilibré. J’ai vraiment regretté qu’il y en ait un seul dans la boîte. Quentin BaillyAmazone : praliné au noix du BrésilTek : ganache lactée infusée à la fève tonka (dans mon top 5 !)Quentin Bailly Salty : ganache lactée légèrement salée (dans mon top 5 aussi)Ma cacahuète : praliné à la cacahouète salée Verbena : ganache noire infusée à la verveine fraîche Arabica : ganache noire à l’infusion d’arabica colombienAmandier lait : praliné amandes et vanille de Madagascar saupoudré d’amandes grilléesPorange : praliné amandes et noisettes aux zestes d’oranges fraîches (dans mon top 5)Casse noisette : praliné aux noisettes du Piémont et vanille de TahitiPécan nuts : praliné aux noix de pécan

Fut un temps où je ne me serais pas aventurée dans les ganaches fruitées, la faute à After Eight (beurk !) et autres tablettes industrielles avec du fruit. Et puis un jour j’ai goûté les merveilleuses ganaches fruitées de Fabrice Gillotte et j’ai compris qu’un très bon artisan pouvait me faire changer d’avis. D’ailleurs mon gros coup de cœur va à la ganache lactée au citron vert du Brésil qui est très fraîche, puissante mais qui « n’écrase » pas le chocolat.

Les pralinés, qui sont toujours les chocolats vers lesquels je vais en premier, sont également très très bons.

Bref, si vous êtes de passage à Lille et que vous aimez le chocolat, ne manquez pas la boutique de Quentin Bailly :

♥ Quentin Bailly ♥
65 rue des arts
59800 Lille
www.quentinbailly.com

 

Ma liste spéciale  » pâtisseries parisiennes à tester » est bien trop longue par rapport à la durée et à la fréquence de mes séjours parisiens mais à chaque fois que « je monte à la Capitale », j’essaie au moins d’en tenter une. Quand j’ai su que j’accompagnais mon fils à la remise du prix du jury du Journal de Mickey dont il faisait partie et que celle-ci avait lieu à la fnac des Ternes, j’ai vite regardé quelle pâtisserie se trouvait dans le coin. Oh miracle, juste derrière, à quelques pas, se trouvait La Pâtisserie Poncelet de Cyril Lignac. Cela aurait été dommage de passer à côté d’autant plus que je salivais depuis un bon moment devant le baba, la tarte au citron et autres  créations du pâtissier.

Je ne sais pas s’il faut être originaire du Sud-Ouest pour travailler dans les boutiques de Cyril Lignac, toujours est-il que la personne qui nous a accueilli avait un accent très chantant et qu’elle était trop sympathique pour être parisienne (je viens de perdre 40 % de mes lecteurs ).

Quand on entre dans une pâtisserie et qu’on est un bec sucré, le plaisir commence bien avant la dégustation (un peu comme, pour moi, le voyage commence bien avant le départ…vive les préliminaires )). On embrasse la vitrine une première fois du regard, on parcourt les étagères toutes garnies de choses merveilleuses, parfois on a le luxe si on est seule de pouvoir prendre tout son temps avant de choisir et de discuter un peu, comme ce jour là, sur ce qui se dresse sous nos yeux.

Il y a toujours un petit déchirement à choisir, surtout lorsqu’on sait qu’on n’aura peu d’occasions de revenir et puis on pointe le doigt vers telle ou telle pâtisserie.

Il faisait un temps rêvé pour moi : ni trop chaud ni trop froid, assez doux pour s’installer en terrasse de la Pâtisserie Poncelet et profiter de l’agitation des commerces environnants. Mon fils a choisi Noisette composé d’un biscuit amande recouvert d’une  crème à la noisette, enrobé d’une fine couche craquante de chocolat au lait et amande et décoré d’une ganache au gianduja lait noisette. C’est gourmand, régressif et cela a été plébiscité par le principal intéressé.Si je n’avais du prendre qu’une seule pâtisserie, j’aurais choisi celle-là, la première pâtisserie signature de Cyril Lignac et de Benoît Couvrand, l’Équinoxe. Celle-ci est composée d’une crème légère à la vanille Bourbon, d’un cœur au caramel beurre salé sur un biscuit croustillant au spéculoos. J’en attendais beaucoup comme tout ce dont on entend parler depuis longtemps (et forcément j’avais un peu peur d’être déçue) et j’ai savouré chaque bouchée  (enfin celles que m’a laissé mon fils, on a tout partagé à 2). Gros coup de cœur avec cette association de saveurs que j’avais pas encore goûtée !

Enfin étant donné mon goût pour les pâtisseries avec une pâte à choux, je ne pouvais pas repartir sans choisir le Paris-Brest de la maison (la version non individuelle est déjà une merveille visuellement ). Pâte à choux ni trop sèche ni trop molle, onctuosité de la mousseline praliné qui renferme un praliné coulant maison aux noisettes de Piémont …sur les notes noisettes j’avoue que je préfère le Paris-Brest à la Noisette (peut être moins « léger » pour moi). Il parait que la recette se retrouve dans le livre qu’a publié il y a peu Cyril Lignac aux éditions de la Martinière. Cela se tente ?Qui a dit qu’on ne retournait jamais deux fois aux mêmes adresses étant donné le nombre de pâtisseries parisiennes ? Il faudra bien faire une exception pour plonger ma cuillère dans la crème chantilly chocolat du baba de la maison ou pour me faire avis sur le flan chocolat.

En tous cas, ce moment là, gourmand et croquant, à la Pâtisserie Poncelet, on sera deux à s’en souvenir.

♥ La Pâtisserie Poncelet  ♥
9 rue Bayen
75017 Paris

En entrant dans la confiserie à l’ancienne Violette et Berlingot, c’était un peu la cacophonie dans ma tête : la voix de Renaud chantant « et les vrais roudoudous qui nous coupaient les lèvres et nous niquaient les dents » se superposait à celle de Dalida répondant à Delon « Caramels, bonbons et chocolat, merci mais pour moi mais tu peux bien les offrir à une autre » (le jour où je commencerai à les fredonner à haute voix, faudra peut-être que je consulte).

Des roudoudous il y a en d’ailleurs dans la boutique mais en jetant un premier coup d’oeil, j’ai aperçu aussi des berlingots, -ceux qui étaient planqués derrière une pile d’assiette dans le vaisselier de mes grands parents (mon grand père les adorait)-,  des pastilles vichy, -celles que ma grand-mère avaient toujours dans son sac et que j’ai associées à jamais à mon mal de cœur en voiture (ils avaient une BX, une véritable torture pour l’estomac)-, des petites boîtes Léone (celles que j’adore rapporter d’Italie) et plein d’autres bonbons associés à des souvenirs ou à des voyages.

violette et berlingot violette et berlingotviolette et berlingot violette et berlingotviolette et berlingotviolette et berlingotviolette et berlingotviolette et berlingotViolette et Berlingot convie le visiteur à un véritable Tour de France des bonbons et confiseries traditionnels, des nougats de Montélimar aux dragées de Verdun (là je fais celle qui sait mais j’ai découvert l’origine de plein de spécialités grâce à une carte accrochée au mur) en passant par le sucre de pomme de Rouen que je retournerai goûter.

Lyon n’est pas en reste avec  les fameuses pralines roses, le coussin de Lyon (qui existait il y a peu encore en glace chez Terre Adélice, c’était terrible, n’est ce pas Estelle ?), le cocon de Lyon, les bouchons, les quenelles de Lyon, autant de clins d’oeil à la gastronomie lyonnaise.  violette et berlingotLes amateurs de chocolat ne sont pas oubliés avec une sélection de tablettes Marou, les barres Le bon Malakoff (un praliné fondant aux délicats éclats de noisettes  que je ne connaissais pas -sa création avec le même papier jaune remonte à 1910; distribué dans les petites épiceries et boulangeries de quartier, le bon Malakoff a marqué de nombreuses générations étant alors offert avec parcimonie à Noël, pour un bon bulletin scolaire, etc-.), les raisins dorés au Sauternes, les chocolats en poudre grand cru Jeanne-Antoinette ou les dragées au chocolat par exemple.violette et berlingotviolette et berlingotviolette et berlingotDes biscuits belges Dandoy et des pâtes à tartiner (la noisetine à l’honneur d’une émission de radio était en rupture de stock, victime de son succès) dont les Go Nuts (entreprise lyonnaise) au beurre de cacahuètes (j’ai acheté celle aux 4 épices, il ne me reste plus qu’à préparer une brioche pour la goûter) sont aussi proposés aux petits et grands gourmands. violette et berlingotA l’origine de cette boutique et de cette sélection sur-mesure de bonbons et douceurs, se trouve Anne-Claire qui est d’excellent conseil pour orienter, guider ou raconter l’histoire et l’origine de tel ou tel bonbon.

Ce que j’aime chez Violette et Berlingot :

  • des produits artisanaux qui mettent en avant le savoir faire français
  • des dragées (oui cela est un argument à tout seul, j’adore les dragées)
  • un accueil souriant et chaleureux
  • une boutique qui replonge en enfance
  • des idées de cadeaux gourmands originaux

Violette et Berlingot
52 passage de l’Arche
69002 Lyon

Et vous, quel est votre bonbon préféré ?

Pin It