Tag

stagiaire

Browsing

Avant toute chose, il faut que je te dise que mon stage est fini depuis plus d’une semaine mais j’avais quand même envie de partager cette expérience de trois mois. Malgré mon âge, c’était ma toute première fois. Dans ma vie professionnelle d’avant, j’ai réussi un concours à la suite de mes études et si j’ai bien été stagiaire, cela ressemblait à une prise de poste normale.

Stagiaire à 30 et quelques années (non, non j’assume pas), ça m’a d’ailleurs valu un tweet assez drôle un soir d’une personne qui, après avoir consulté mon profil en ligne et vu la mention « stage » puis mon état civil, m’a envoyé un message en m’indiquant qu’il devait y avoir une erreur sur mon CV ).

Alors concrètement comment ça s’est passé? eh bien j’ai partagé mes journées entre la photocopieuse et la machine à café, de temps en temps on me demandait d’aller repasser des chemises dans la cave…non je rigole, ça c’est pour le cliché (mais le coup des chemises est vraiment arrivé à une élève d’une promo précédente) et j’ai l’impression en voyant passer les diverses offres de stage (je me répète mais je ne vois QUE cela pour community manager) que le niveau d’exigence est plutôt élevé, en tous cas dans les métiers du web.

Je n’ai donc pas passé mon temps à faire des cœurs de couleur avec une perforeuse comme sur la photo ci dessus, loin de là. J’ai touché à pas mal d’aspects du travail au sein de ce que j’appelerais un city blog, Lyon69 pour ne pas le nommer, du travail de rédaction au community management en passant par la prospective et le côté plus marketing. J’ai aimé le travail de veille, de collecte d’information (finalement ça laisse des traces, le métier de bibliothécaire pendant plus de 10 ans), de rédaction et tous les projets en cours ou qui ont vu le jour pendant ces trois mois. J’ai été assez épatée par cette réactivité propre au net qui fait que dès qu’une idée surgit, on essaie de la mettre en application sans attendre des plombes. L’avantage d’une petite structure est qu’il n’est pas nécessaire qu’un projet passe par toutes les étapes de la hiérarchie, qu’il fasse l’objet de plusieurs réunions (qui, bien souvent, en plus ne servent strictement à rien…toute ressemblance avec une situation vécue n’est pas purement fortuite) pour qu’il soit validé.

Je ne me suis pas sentie toujours très légitime mais ça c’est un sentiment qui devrait me coller aux baskets jusqu’à la fin de ma vie. Curieuse de tout mais nulle part vraiment à ma place et à l’aise (c’est vrai aussi pour mon blog, je ne suis ni une blogueuse culinaire, ni une blogueuse maman mais en même temps j’ai toujours été incapable de me spécialiser dans quoique ce soit, c’est d’ailleurs une des raisons pour laquelle j’ai choisi Sciences Po après le bac).  Malgré mon peu d’enthousiasme pour la musique électro et -coming out- le fait que je n’aime pas les sushis (Pierre si tu me lis…la prochaine fois, rajoute la question à l’entretien d’embauche), je me suis aménagée une petite place dans ce webmagazine tenu par une équipe de potes qui se connait depuis des années et qui a une « culture » commune assez forte.

J’ai rencontré de nouvelles personnes, appliqué des connaissances vues en cours, appris d’autres choses mais cela m’a aussi permis de définir un peu plus précisément dans quel type de profil ou de missions je me sens le plus compétente.

Bien-sûr, comme tout stagiaire, j’aurais aimé être engagée en me rendant indispensable mais je savais, avant même le début du stage que ce n’était pas prévu.  J’ai rendu mon trousseau de clef mais la porte reste ouverte et il se peut qu’on ait d’autres occasions de travailler ensemble assez rapidement. Je croise les doigts (même après mon coming out sur les sushis?)

Voilà une étape en plus, après la soutenance de stage prévue début juillet, je quitterai vraiment le monde étudiant même si je regarde déjà dans un autre direction, celle de l’avenir professionnel que j’espère riche et en adéquation avec mes aspirations.

Et toi stagiaire tu l’as été ? bonne ou mauvaise expérience?

Pin It