Tag

snacking

Browsing

En voilà de la question sérieuse pour un lundi matin en tous cas c’est ce que je me suis demandée après avoir vu l’exposition Danger de mordre, streetfood exhibition au Sirha puis après avoir entendu que dans le cadre de la pré finale France du World Chocolate Master, une nouvelle épreuve était imposée aux candidats, imaginer un snacking à base de chocolat.

Certains pâtissiers ont ouvert la voie : je pense en particulier aux fées pâtissières et leurs pâtisseries-bouchées, aux kosmik de Christophe Michalak, aux desserts de Boco et même pourquoi pas aux choux de Popelini qu’il est tout à fait envisageable de manger dans la rue.

Lorsqu’il m’arrive d’aller à Paris, j’aimerais tester des pâtisseries qui n’ont pas de salon de thé et il n’est pas toujours très pratique d’acheter un gâteau ou entremet format boutique puis de le déguster sur un banc sans assiette ni fourchette à dessert (sans parler de la météo …ahem). De ce point de vue là, une version snacking des desserts de celles et ceux qui me font saliver pourrait être un bon compromis. Cela étant dit, pour moi la dégustation d’une pâtisserie est accompagnée d’un certain art de vivre : s’assoir autour d’une table, partager ce moment avec un autre bec sucré, prendre son temps, ne pas être bousculé. Lorsqu’il m’arrive d’acheter un déjeuner dans un foodtrucks, j’ai envie de trouver un coin pour me poser plutôt que de le manger tout en arpentant le trottoir.

Toujours est-il que j’ai découvert avec beaucoup d’intérêt et de curiosité, les snacking sucrés imaginés par des pâtissiers, boulangers en tandem avec des designers pour cette exposition. Certaines propositions m’ont semblé assez convaincantes (la tarte citron meringuée présentée comme une glace, la pâte de fruit en roll street, le berlingot énerg’éthic ou l’éclair version finger), d’autres un peu moins pratiques.

sirha 002sirha 004sirha 005sirha 006sirha 007sirha 008sirha 010

20150127_104440

Et vous, convaincu(e) ?

Ce soir il y a de fortes chances que je sois devant mon écran en train de regarder si The Artist rafle tout, si Cluzet et Sy remportent une récompense ou que je sois en train de railler/m’extasier sur les tenues des uns et des autres. Les Césars c’est un peu comme Top Chef : c’est parfois très ennuyeux mais je ne peux pas m’empêcher d’être au rendez-vous. Je voudrais juste qu’on propose une substance licite ou illicite au gratin du cinéma français avant qu’il ne s’assoit, histoire que pour une fois l’ambiance soit moins cul serré.

En attendant que l’atmosphère se détende, j’ai eu envie de donner ma version spécial chocolat de la soirée :

Dans la catégorie du plaisir le plus solitaire, j’ai nommé le Rocher Suchard. On n’imagine pas en effet partager avec quelqu’un ce moment où le craquant de la coque cède sous la dent avant qu’on ne plonge dans le cœur fondant et praliné.

Dans la catégorie de la tablette la plus variétoche, j’ai nommé la tablette Mélissa de François Pralus. On murmure que l’artiste a trouvé le titre de sa chanson en tombant sur l’emballage vide dans sa poubelle de bureau.

Dans la catégorie meilleure bande son, j’ai nommé la glace Magnum. Pas sûre que la coque fasse autant de bruit que dans la pub quand on l’entame mais ça vaut le coup de coucher les enfants, de sortir le chat sur le balcon et d’éteindre la télévision pour se concentrer sur ses quelques notes.

Dans la catégorie tout le monde en parle mais personne ne l’a jamais vu, j’ai nommé la mousse au chocolat Michel et Augustin. Je ne sais pas si elle se déplace avec un imper et des lunettes noires pour passer incognito, en tous cas j’ai eu beau scruter aux alentours, je ne l’ai jamais croisé.

Dans la catégorie  Meilleure couverture, j’ai nommé le chocolat Valrhona. Même si sa carrière dégustation a aussi de beaux jours devant elle, dans le rôle de chocolat de cuisine, il est bankable.

Dans la catégorie Elle a tout d’une grande, j’ai nommé la pâte à tartiner Nocciolata. Elle aurait même mérité d’être nommée dans la catégorie Meilleur espoir.

Dans la catégorie J’ai deux amours – le chocolat et Paris-, j’ai nommé la Tour Eiffel de Benoit Chocolats qui pourrait être adaptée prochainement à New York (un building?), à Londres (Big Ben?) ou à Rome (le Colisée?)

Dans la catégorie du chocolat le plus barré, j’ai nommé Galler avec son format mini, il a surpris tous les membres du jury s’exclamant « tiens je l’ai déjà fini?« .

Normalement après une telle série de récompenses, tout le monde est assoupi dans son canapé..j’espère que ce n’est pas ton cas et que tu vas ajouter ton palmarès personnel (le mien est bien entendu non exhaustif, j’ai voulu ne pas parler des réalisateurs les plus connus).

Un peu plus d’une semaine que je suis rentrée de vacances et déjà je sens comme un léger coup de mou, un petit abattement à l’idée des photos, paire de chaussons, cahier, inscription au relais assistante maternelle, changement de sécurité sociale, activités extra-scolaires à trouver (ou pas selon emploi du temps), rendez-vous chez le pédiatre, anniversaires à préparer…je me demande si je serais pas en léger déficit de fer et de magnésium ?

Ah tiens si je glissais dans le tiroir de mon bureau un des 5 nouveaux snackings milka...mais juste en cas de coups durs hein…promis ) …puis je pourrais aussi les garder dans mon sac et en proposer un au fiston qui flanche un peu face à son nouveau rythme, à l’homme que la perspective de semaine à 5 jours déprime ou à mes copines parce qu’une pause tendresse ça se partage non?

Aujourd’hui je te propose de gagner :

– une boîte à mots doux contenant des magnets à poser sur un pèle mêle, le frigo, une lampe

– un lot de Milka Snax, des gourmandises chocolatées à croquer : éclats de daim, raisins, cornflakes, noisettes entières, céréales croustillantes, en barres ou en sachets il y a de quoi fondre de plaisir !

Qu’est ce qu’il faut faire? raconte moi en commentaire une pause tendresse, gourmande ou pas jusqu’au mercredi 14 septembre 20h. Le nom du gagnant sera donné le lendemain après tirage au sort.

(C’est aussi mon mercredi gourmand pour Anne Laure)

Pin It