Tag

salon du chocolat

Browsing

J’avais l’espoir de publier ce billet dimanche soir mais j’ai profité de chaque miette de lumière dimanche après-midi jusqu’à ce que le ciel se teinte de rose et que le jour ne finisse par tomber totalement. Dimanche ou lundi peu importe, voici les j’aime de la semaine :

A la poursuite de la reine du crime

Anne Martinetti est une spécialiste d’Agatha Christie. Elle a consacré plusieurs ouvrages à la reine du crime dont Crèmes et châtiments, recettes délicieuses et criminelles d’Agatha Christie et Agatha, la vraie vie d’Agatha Christie, un roman graphique que j ‘espère trouver en bibliothèque.

A la poursuite d’Agatha Christie est un vrai faux carnet de voyage : faux car il ne s’agit pas d’un carnet de voyage qu’aurait tenu Agatha Christie; vrai car il s’appuie sur des éléments biographiques de cette écrivaine qui était une globe trotteuse infatigable.

Lieu de naissance, lieux de vacances, lieux où Agatha Christie habita (saviez vous qu’elle avait vécu deux ans à Paris quand elle était adolescence), lieux de voyage, avec ce guide, Anne Martinetti nous invite à un véritable tour du monde soulignant les liens entre la vie de la reine du crime et les incidences que cela a eu dans ses romans.

J’ai lu pas mal d’Agatha Christie quand j’étais jeune mais celui qui m’a le plus marqué est les dix petits nègres (à l’époque je n’avais absolument rien deviné). Je ne suis pas une spécialiste de cette auteure mais j’ai aimé passer côté coulisses avec A la poursuite d’Agatha Christie.

Le Grand Réfectoire et l’Officine

Jeudi soir, dans les bâtiments historiques du Grand Hôtel Dieu, c’était répétition générale. La pièce se jouait en trois actes, le décor n’était pas tout à fait prêt mais l’essentiel était calé pour accueillir le public le 14 novembre prochain.

Acte 1 : découverte de la grande salle du restaurant le Grand Réfectoire (qui doit son nom au fait que les soeurs prenaient leur repas dans cette pièce) et atelier pour deviner les parfums des 3 champagnes Billecart-Salmon qui seront servis au bar.

Acte 2 : changement d’atmosphère au premier étage du Grand Réfectoire où se trouve le bar à cocktails L’Officine. Le clou du spectacle ? La terrasse avec vue superbe sur le grand dôme, à moins que la vedette ne soit la carte élaborée par Marc Bonneton avec par exemple La Lyonnaise, ce cocktail signature à base de vodka, hibiscus et fraise.

Acte 3 : plongée en coulisses, dans celles de la cuisine précisément  dont le chef étoilé, Marc Ravin, a pris la tête pour imaginer une carte à la fois lyonnaise et aux influences caribéennes. Le résultat ? des plats savoureux qui font danser les papilles !

Après avoir eu un aperçu de ce nouveau lieu en soirée, je suis curieuse de le découvrir de jour, baigné par la lumière que entrera par les vitraux présents dans la grande salle. Peut être pour un petit déjeuner car le Grand Réfectoire accueille le public dès 8h30.

pain de Bruce, une sorte de petit bain brioché délicieux 

oeuf cuit à basse température, manioc, espuma fruits de la passion, truffes 

 

entremet façon bounty (mousse très légère à la coco, base biscuité cacao)

Du chocolat, encore du chocolat !

Je n’ai pas pu aller au Salon du Chocolat à Paris cette année (dommage car c’est l’occasion pour la provinciale que je suis de voir dans un périmètre limité plein d’adresses impossibles à caser dans un même séjour) mais je suis quand même allée faire un tour à son édition lyonnaise.

Forcément j’ai été obligée d’acheter un peu de chocolat : je vous montrerai lesquels sur Instagram mais en attendant voici quelques images pour vous envoyer du magnésium par écran interposé :

Florent Thevenon

Bernachon 

Florent Thevenon 

Sébastien Bouillet 

Philippe Bernachon 

Sébastien Bouillet 

Karen Chocolat 

Bertrand Chocolatier 

Guillaume Flochon 

Je veux tes yeux

Je dois avoir des atomes crochus avec les belges. Après Virginie Elfira, j’ai un coup de coeur pour Angèle (je partage la chanson la plus connue parce que le clip me plait aussi mais il faut écouter le reste de son album).

Je vous souhaite une bonne semaine (de 4 jours du coup )) !

Je n’ai pas eu eu le temps jusqu’à présent de vous montrer ce qui avait retenu mon attention cette année au Salon du Chocolat ou plutôt aux Salons du Chocolat puisque après Paris, je suis allée à l’inauguration du Salon du Chocolat de Lyon. Vu la grisaille qui semble envahir la France cette semaine, cela vaut bien une double ration de chocolat non ?

Comme tous les ans, j’ai admiré les robes en chocolat mais pas en mouvement (Messieurs les organisateurs, on ne voit strictement rien du défilé à Lyon étant donné la configuration de l’estrade, sauf à être assis dans les 5 rangs assis, ce qui limite le spectacle à bien peu de téléspectateurs, c’est dommage )

salon-du-chocolat-1robe imaginée et créée par Jean Paul Hévin et Cameron Kham

salon-du-chocolat-2robe pensée et créée par Jeffrey Cagnes et Danilo Fedrighi

J’ai revu les chocolatiers qui sont là tous les ans et j’ai repéré les petits nouveaux comme la biscuiterie de Montmartre qui donnait le bain à des bâtonnets d’orange confite pour en ressortir les fameuses orangettes…

salon-du-chocolat-3

salon-du-chocolat-4

…ou comme le petit carré de chocolat qui proposait, entre autres,  une tablette Gianduja (qui m’a fait de l’œil) et un format barre à glisser dans des brioches ou à croquer avec un morceau de pain pour retrouver le souvenir de mes goûters d’enfance.

salon-du-chocolat-5

salon-du-chocolat-6

Je ne sais pas s’il s’agit d’une nouveauté mais mon œil s’est posé sur les tablettes astrologiques chocolatées d’Arnaud Larher …

salon-du-chocolat-7

sur les bûches de Noël de Jean Paul Hévin aux décors si ciselés…

salon-du-chocolat-8

J’ai eu l’impression  qu’il y avait moins de stands consacrés à la pâtisserie que l’année dernière (en tous cas Carl Marletti n’était pas là ) mais la vitrine de Laurent Duchêne était toujours aussi affolante.

salon-du-chocolat-9

salon-du-chocolat-10

Quand à Jeffrey Cagnes (ancien chef pâtissier chez Storher), il présentait à l’occasion du Salon du Chocolat quelques unes des futures pâtisseries de sa boutique Casse Noisette (l’ouverture était annoncée pour novembre, cela ne serait donc tarder). Bien entendu les créations au chocolat étaient bien présentes : éclair, tarte chocolat cassis noisette, mousse au chocolat.

salon-du-chocolat-14

salon-du-chocolat-15

salon-du-chocolat-31

Difficile de rater en arrivant Chocokong, un immense King Kong en chocolat ( 6 mètres)  fabriqué par le Chocolat des Français dont voici, ci dessous, le modèle plus facile à transporter : )

salon-du-chocolat-12

J’ai revu Pascal Pochon découvert à Saint Malo et la Manufacture Michel Cluizel que j’ai eu la chance de visiter en Normandie.

salon-du-chocolat-13

salon-du-chocolat-20

salon-du-chocolat-21

salon-du-chocolat-16

salon-du-chocolat-17

Une nouveauté marquante présente sur les deux Salons du Chocolat étaient Gourmand’Art, des tableaux en chocolat  à offrir ou à s’offrir  (et à croquer un jour ou l’autre) de Patrick Agnellet. Ce pâtissier chocolatier qui a une boutique à Annecy-leVieux a mis au point une technique (dont il a déposé le brevet) pour créer ses tableaux gourmands. Sun choc, forever, impact, félin, addict (le mien !)), les modèles sont nombreux, le tout est d’oser abîmer le tableau en cédant à sa gourmandise.

salon-du-chocolat-22

salon-du-chocolat-23

salon-du-chocolat-24

salon-du-chocolat-25

Le monde du chocolat n’est pas peuplé que d’hommes, la preuve avec Hasnaa Ferreira, élue chocolatière de l’année 2016 par le Club des croqueurs de chocolat pour la créativité et la qualité de ses réalisations.

salon-du-chocolat-26

salon-du-chocolat-27

Quant à Géraldine Martens, elle présentait une exposition de photos culinaires « One », mettant sous les feux des projecteurs les desserts (avec du chocolat bien sûr) de 9 pâtissiers (que celui ou celle qui reste imperturbable devant ces photos m’explique de quoi il est fait : ) )

salon-du-chocolat-28Jeffrey Cagnes

salon-du-chocolat-29Anne Fashauer

salon-du-chocolat-30Nicolas Bacheyre

Tendances ou pas, j’ai eu l’impression que le cacao d’origine du Vietnam était de plus en plus présent et  que beaucoup de chocolatiers proposaient désormais leur calendrier de l’Avent.

salon-du-chocolat-18chocolaterie Bello & Angeli à Toulouse

salon-du-chocolat-34erithaj

salon-du-chocolat-32

salon-du-chocolat-40

salon-du-chocolat-41

Au Salon du Chocolat de Lyon, Guillaume Flochon (dont je vous ai parlé jusqu’à présent ici pour ses pâtisseries (allez jusqu’à Vaise, vraiment !) ) présentait les perles de Vaise et autres créations au chocolat (j’ai ramené des sucettes au praliné feuilleté à mes enfants qui ne m’ont même pas fait goûter, les ingrats)

salon-du-chocolat-46

Enfin Bruno Saladino avait créé tout un univers autour de la nature en automne, des sous bois, présentant deux énormes sculptures en chocolat sur son stand mais aussi un poisson d’une précision incroyable à l’entrée et un Lion.

salon-du-chocolat-b

salon-du-chocolat-c

salon-du-chooclat-47

salon-du-chocolat-43

salon-du-chocolat-42la photo ne rend pas justice à ces petits tigrés au cœur crème de marron, d’un réconfort total !

Rendez vous en 2017 : )

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

A chaque fois que je vais au Salon du Chocolat à Paris, je suis frappée par tout ce qu’on peut imaginer à croquer, à déguster, à partager, à boire, à cuisiner…avec du chocolat. Pas de panique, pas de crise de foie pour moi :  j’ai mangé très peu de chocolat sur le Salon malgré les multiples sollicitations (et de la même façon je goûte un très faible pourcentage de ce que je montre en photo sur le blog et sur les réseaux sociaux même si je ne suis un modèle de minceur). J’adore le chocolat mais je l’apprécie un peu chaque jour en petite quantité.

Cette année, le chocolat a été vu comme un matériau de construction par Gilles Cresno

nouveauté chocolat 2015 (8)

Avec Choco Bricks, c’est vous qui bâtissez une tour Eiffel par exemple à partir de briques de chocolat.

nouveauté chocolat 2015 (25)

La forme la plus répandue du chocolat est bien entendu la tablette, sobre pour certains, illustrée pour d’autres, ou, nouveauté de cette année, rappelant les carreaux des murs du métro parisien.

nouveauté chocolat 2015 (7)

 

nouveauté chocolat 2015 (10)

nouveauté chocolat 2015 (27)

 

nouveauté chocolat 2015 (26)

Si la tablette se partage (enfin vous faites comme vous voulez), les sphères (Hugo  Victor) et les truffes (Pascal Pochon) elles se dégustent en solo .

nouveauté chocolat 2015 (9)

nouveauté chocolat 2015 (13)

nouveauté chocolat 2015 (12)

Je crois que j’avais déjà louché l’an dernier sur les barres miam miam d’Arnaud Larher…allez l’an prochain je craque : )

nouveauté chocolat 2015 (4)

Quelle surprise de retrouver au Salon pour la première fois les boules de neige (coeur de vanille recouvert de chocolat puis de sucre glace) que j’avais ramenées d’Anvers !

nouveauté chocolat 2015 (3)

Impossible de ne pas m’arrêter chez Michel Cluizel dont j’ai visité la Manufacture en Normandie. Pour les fêtes de fin d’année, la collection Constellation se décline en Reflets d’étoiles, une magnifique étoile en chocolat noir 72% de cacao (quel travail méticuleux !) et en Cristaux d’étoiles, une étoile formée de cristaux en chocolat (assortiment de bonbons noir et lait, praliné et ganache)

nouveauté chocolat 2015 (15)

nouveauté chocolat 2015 (16)

Plus facile à glisser dans ma valise, les mini-tablettes mendiants que je garde pour Noël : )

nouveauté chocolat 2015 (18)

nouveauté chocolat 2015 (17)

J’ai eu l’impression que les chocolatiers japonais étaient plus nombreux que les années précédentes. En discutant avec certains d’entre eux, j’ai appris qu’ils faisaient le Salon du Chocolat à Paris (avec l’investissement financier que cela demande) alors qu’ils n’ont pas de boutique ailleurs qu’au Japon.

nouveauté chocolat 2015 (22)

nouveauté chocolat 2015 (23)

nouveauté chocolat 2015 (24)

nouveauté chocolat 2015 (20)dorakaki, gâteau traditionnel japonais fourré de fromage crème et ganache selon le descriptif

Parmi les choses qui m’ont étonné (et je ne suis pas certaine que les visiteurs soient passés devant en pensant que ce qui était montré sous cloche et dans les assiettes était comestible), l’exposition Sous-bois imaginée par Zelda Georgel, une artiste et Carole Bélénus, une pâtissière. Avec elles, la mousse au chocolat devient terre, les choux et des meringues des champignons, les chiffon cake (réalisés au siphon) de la mousse.

nouveauté chocolat 2015 (30)

nouveauté chocolat 2015 (31)

nouveauté chocolat 2015 (29)

nouveauté chocolat 2015 (32))

Enfin comment ne pas être bluffée par les réalisations des candidats de la finale du World Master of Chocolate (remportée par le Français Vincent Vallée avec une pièce magnifique) ?

nouveauté chocolat 2015 (33)

nouveauté chocolat 2015 (34)

nouveauté chocolat 2015 (35)

Vous comprenez pourquoi j’aime le chocolat ? )

Glop : les couleurs automnales à Lyon ou à Paris où j’étais cette semaine à l’occasion du Salon du Chocolat. Je devais être aveugle quand j’y habitais car j’ai eu l’impression de remarquer pour la première fois la beauté des feuillages dorés le long des quais de Seine vers la Conciergerie et l’île de la Cité. Et quand je vois les photos automnales parisiennes de Denis, je trouve que la ville Lumière porte bien son nom.

Glop : en plus j’ai eu la chance de dormir dans un très bel hôtel, le Vice Versa (je vous en reparle prochainement), pas loin de la Porte de Versailles où j’ai baigné dans les effluves de chocolat pendant deux jours.

Pas Glop : Par contre, côté sens de l’orientation, ils ont du oublier de me programmer un truc à la naissance. Je pars quasi systématiquement dans le mauvais sens. A la sortie du métro parisien, mappy m’indiquait qu’il fallait aller en direction du sud est…autant vous dire que pour moi cette indication était plus qu’obscure. Quand mon séjour a pris fin, je n’ai jamais été fichue de retrouver la station de métro par laquelle j’étais arrivée, j’ai sorti mon plan, me suis sentie vaguement perdue et j’ai fini par demander à une passante où était le métro le plus proche. Bref si vous aimez tourner en rond dans un quartier, faites moi signe.

pop corn

pop corn 2

Pas glop : je n’ai pas non plus dans mon patrimoine génétique, une grande dextérité manuelle. Preuve en est dans un kit DIY spécial pop-corn où on est sensé monter les petits cornets en carton, je n’ai pas su assembler ces derniers correctement (mes enfants « tu nous montres maman ? » ou comment découvrir que sa mère est un être parfaitement faillible). J’étais peut-être légèrement agacée par mon incapacité à faire tenir correctement ensemble 4 pans de carton et par mon manque de sens logique mais j’ai trouvé le produit plutôt cher pour le résultat (des pop corn au chocolat avec des petits bouts de chamallow…oui c’était écrit sur le paquet mais je pensais que le résultat était plus étonnant …enfin mes enfants eux ont aimé et Connie Cookie m’épate avec ses sablés si minutieux et parfaits).

feuilles

feuilles 2

feuilles 3

feuille 5

Glop : Les feuilles mortes se ramassent à la pelle dans les parcs de la Croix Rousse et pour passer un moment pendant les vacances, on s’est amusé à observer toutes les couleurs, les différences de forme, à créer des familles …reste à trouver une activité manuelle (à ma portée et à la leur) pour les utiliser.

Glop : Pas de piscine pendant les vacances scolaires (oui il me reste toujours quelques entrées sur ma carte achetée début septembre…no comment ) alors en attendant l’eau chlorée, je suis tombée sur une série de vidéos de fitness qui me convient parfaitement. Le niveau est facile mais on peut ensuite choisir des cours intermédiaires (voire difficiles j’imagine mais bon là on parle de moi )), c’est assez court pour qu’on puisse le caser facilement dans la journée douche comprise comme dirait Chichi, la nana ne m’horripile pas et elle parle en brésilien (enfin je crois). La musique est assez pourrie mais c’est gratuit alors on ne peut pas non plus demander la lune.

Pas glop : Les comptes sur Instagram qui me suivent, se désabonnent (ça à priori on s’en rend pas compte) puis me re-suivent à nouveau puis se désabonnent (voyant que je ne m’abonne pas en retour) comme le font Les nouveaux fromagers (dont je trouvais pourtant les photos sympathiques), je trouve ça infantile et débile (et en plus ça ne sert rien excepté me donner l’envie au bout d’un petit moment de ce manège de bloquer le compte en question).

 Sur ce, je vous souhaite un bon dimanche !

Trois ans que je n’avais pas mis les pieds au Salon du Chocolat de Paris et cette année j’ai profité des petits prix des billets de train Ouigo pour m’offrir une plongée chocolatée. C’est en fin de matinée mercredi dernier que j’ai mis les pieds dans ce temple éphémère du chocolat. Direction l’espace Pastry Show et  le trophée Relais Desserts Charles Proust où mon amie Sophie (qui m’a gentiment hébergé pendant mon séjour) du blog Turbigo gourmandises était jury à côté de Christophe Michalak. Tout en suivant sa dégustation (18 entremets ! avec comme constantes du chocolat, du praliné et du Grand Marnier), je me suis dit que cette édition 2014 serait pâtissière ou ne serait pas !

Et en me promenant plus tard entre les différents stands présents, quelle joie de découvrir plusieurs pâtisseries dont j’entends parler depuis si longtemps. J’ai croisé Carl Marletti, Christophe Roussel, Jérôme de Oliveira, Christophe Felder, Yann Brys, Philippe Conticini, Frédéric Cassel . Je ne me souviens pas avoir vu autant de chefs pâtissiers en si peu de temps depuis le Sirha ou les scènes sucrées d’Omnivore.

Carl Marletti

La première vitrine que j’ai croisée est celle de Carl Marletti dont les millefeuilles sont parait-il à tester et dont le fraisier a été élu meilleur fraisier de Paris par le Figaroscope. Je me suis jurée qu’avant mon départ je goûterais au moins une des ses pâtisseries et j’ai fini par craquer pour ses éclairs vraiment délicieux.

pâtisserie salon du chocolat 26

pâtisserie salon du chocolat 4éclair pistache

pâtisserie salon du chocolat 6Sublime Ghana : pâte sablée au chocolat, ganache et biscuit
au chocolat noir du Ghana et palet de crémeux à la vanille

pâtisserie salon du chocolat 7éclair au caramel au beurre salé

pâtisserie salon du chocolat 8Poire Belle Hélène

pâtisserie salon du chocolat 9Tarte Sichuan aux agrumes et épices (nouveauté sortie lors de ce 20ème anniversaire
du Salon du Chocolat)

Les fées pâtissières

A chaque fois que je vais à Paris et que je passe rue Rambuteau, je ne peux pas m’empêcher de m’arrêter devant la jolie vitrine des fées pâtissières. Ces versions mini me donnent envie de croquer dedans …et plutôt deux fois qu’une. Fée tarte au citron, fée tarte vanilles, fées religieuse et tarte chocolat, fée meringue choco passion, le choix semble difficile. Et même si le prix douche un peu l’enthousiasme (étant donné la taille des pâtisseries), je finirais bien par goûter les créations du chef pâtissier Eddy Bengahem.

pâtisserie salon du chocolat

pâtisserie salon du chocolat 27

pâtisserie salon du chocolat 28

Jean-Paul Hévin

Dans sa vitrine, à côté de ses chocolats, Jean-Paul Hévin présentait sa collection de bûches pour les fêtes de fin d’année.

pâtisserie salon du chocolat 11

pâtisserie salon du chocolat 10

Arnaud Larher

Plus loin, je suis restée en arrêt devant le bel alignement d’éclairs d’Arnaud Larher (qui vient d’être élu par le Club des croqueurs de chocolat parmi les chocolatiers incontournables) mais aussi devant sa tarte tentation (chocolat au lait à la passion, morceaux d’abricots semi-confits) et ses kouign amann au chocolat.

p$atisserie salon du chocolat 16

pâtisserie salon du chocolat 14pâtisserie salon du chocolat 15

pâtisserie salon du chocolat 13

pâtisserie salon du chocolat 12

pâtisserie salon du chocolat 16

Sadaharu Aoki

Je me souvenais des chocolats rectangulaires multicolores présentés comme des bijoux par le chef pâtissier japonais Sadaharu Aoki. Il proposait cette année aussi des éclairs chocolat-matcha, des cannelés chocolat et des cannelés matcha (je vais peut-être ressortir du placard mon moule à cannelés) et une création associant pâte à gaufre japonaise au thé vert et macaron au chocolat préparée en direct.

pâtisserie salon du chocolat 21

pâtisserie salon du chocolat 22

pâtisserie salon du chocolat 20pâtisserie salon du chocolat 19

Laurent Duchêne

Si j’avais eu une main en plus au moment de partir du Salon, j’aurais sûrement emporté deux pâtisseries qui m’ont fait saliver dans la vitrine du chef pâtissier Laurent Duchêne, celles que je me suis contentée de prendre en photo : son baba yuzu et son éclair au caramel au beurre salé (et pourquoi pas un croissant praliné ).

pâtisserie salon du chocolat 3

pâtisserie salon du chocolat Laurent Duchêne

pâtisserie salon du chocolat laurent duchëne

pâtisserie salon du chocolat 2

Hugo et Victor

Plus original que véritablement appétissant (je suis aussi peu emballée par les classiques de la pâtisserie proposées en version salée comme vus dans le restaurant Privé de dessert que par des classiques salées en version dessert) à mon sens, les hot dog d’Hugo et Victor côtoyaient une haute pyramide de macarons.

pâtisserie salon du chocolat 30

pâtisserie salon du chocolat 23

Vincent Guerlais, Christophe Felder et Scoop me a cookie

Au fil de mes déambulations, je suis tombée sur les cupcakes du Nantais Vincent Guerlais (et j’ai enfin goûté ses très addictifs P’tit Beurre !), sur la pâtisserie fleur de sel de Christophe Felder dont j’ai la recette dans son livre Workshop Les petits gâteaux (un jour, je le ferai…un jour) et sur les cookies très régressifs de Scoop me a cookie (dont je tenterais bien à la maison quelques associations). J’ai également vu sur le plan la pâtisserie Ciel et ses fameux angel cake mais je n’ai jamais réussi à trouver l’emplacement : mauvais sens de l’orientation ou désistement, je ne sais pas.

pâtisserie salon du chocolat 25

patisserie salon du chocolat felder

pâtisserie salon du chocolat scoop me a cookie

pâtisserie salon du chocolat scoop me a cookie 2

 Le guide du Paris Sucré

Cette virée au Salon du Chocolat m’a permis de voir quelques unes des adresses citées dans le guide du Paris Sucré, véritable bible pour bec sucré. Caroline Mignot, journaliste gastronomique, a parcouru tous les arrondissements de la Capitale pour partager toutes ces bonnes adresses gourmandes rayon pâtisseries, boulangeries, glaciers, chocolateries, salons de thé et autres lieux de dégustations (et pour ceux et celles qui ont envie de passer derrière les fourneaux, un chapitre est consacré aux lieux où apprendre à pâtisser).

Le guide du Paris sucré

Au delà d’une adresse, Caroline Mignot met en avant pour chaque adresse son ou ses coups de coeur et en lisant ses descriptions, j’ai eu vite l’eau à la bouche. Je me suis amusée à noter les douceurs citées que j’ai eu la chance de goûter :

★Les choux Popelini
★Les macarons de Pierre Hermé
★Le fondant Baulois
★La praluline de la maison Pralus
★Les bonbons de Jean Paul Hévin
★Les bonbons d’Henri le Roux
★Les bonbons de Fabrice Gilotte
★Le millefeuille de Jacques Genin
★Le Paris-Brest de la pâtisserie des rêves

Quant à ce que j’aimerais déguster, ma liste va paraitre vertigineuse mais le guide du Paris sucré recense pas moins de 150 adresses alors difficile de choisir entre  :
★Le millefeuille à la vanille et le fraisier de Carl Marletti (voir début de cet article)
★L’éclair au praliné de l’éclair de génie
★L’équinoxe de Cyril Lignac
★Le M de Mori Yoshida
★La gaufre au spéculoos de Meert
★Le grand cru Vanille de la Pâtisserie des rêves (entre autres)
★Une des pâtisseries des Gâteaux et du Pain (impossible de me décider)
★Le macaron pomme yuzu de Sébastien Dejardin
★Le Hugo orange sanguine de Hugo et Victor
★Le trousseau du blé sucré
★La fleur de sureau du Pain de Sucre
★La tarte au caramel de Sadaharu Aoki
★Les tablettes de Patrick Roger et de la manufacture du chocolat Alain Ducasse
★La tablette atlantique de Franck Kestener
★La tablette butter caramel de Zotter chez ChocoLatitutes
★La glace à la pistache de Pozetto (et celle au gianduja)
★Le sorbet pâte d’amande du bac à glaces
★La fraise des bois de Berthillon
★La glace à la vanille de A la mère de famille
★La glace aux 3 épices de Raimo
★La glace au caramel et la glace Martinique de Martine Lambert

J’aimerais aussi passer un moment à Colorova, Acide, Helmut Newcake (en particulier pour la tarte fruit de la passion noisette), à la pâtisserie Ciel, à Sugarplum cake shop (pour son carrot cake). Je ne suis pas sûre d’être très à l’aise dans l’ambiance palace mais les tea time du Plaza Athénée, du Shangri la et du Princes de Galles me font rêver (et la bonne nouvelle c’est que j’ai reçu pour mon anniversaire un bon cadeau pour un « goûter » au Plaza Athénée ! ).

A quand un guide pour parler des pâtissiers, chocolatiers et autres artisans de talent ailleurs qu’à Paris ?  En tous cas, lors de mes prochaines escapades parisiennes, je glisserai dans mon sac Le guide du Paris sucré.

 

 

 

 J’ai tellement peu blogué ces deux dernières semaines que je me suis trompée sur le mot de passe pour entrer dans mon back office tout à l’heure . Si j’ai été très peu derrière mon écran d’ordinateur, mon programme a été plutôt bien rempli entre test de l’Actifry, séjour corrézien familial et découverte de quelques jolis villages que je ne manquerai pas de vous montrer quand j’aurais trié mes photos.

A peine de retour sur Lyon, je suis repartie pour deux jours à Paris et son Salon du Chocolat. Du coup j’ai une to do list longue comme le bras, une pile de repassage que je n’ai pas pu mater en une seule fois et des romans sur ma table de chevet dont la lecture n’avance pas beaucoup (je me demande si choisir, dans le cadre des matchs de la rentrée littéraire de Price Minister, le livre Le royaume d’Emmanuel Carrière , pavé qui ne se lit pas vraiment comme un thriller à priori, était très judicieux).

semaine 43 44semaine 43 44 (2)semaine 43 44 (3)semaine 43 44 (5)semaine 44

Ce week-end, juste à deux pas de chez moi, dans la salle où je vais aux cours de zumba, se tient un salon spécial reptiles. Pour rappel, je suis phobique de tout ce qui ressemble de près ou de loin à un serpent, lézard, voire tortue (oui gaussez vous). J’ai déjà imaginé 100 fois qu’un des vivariums se cassait et qu’un python ou autre nac s’enfuyait et prenait la direction de mon appartement (vous croyez que ça prend les escaliers ou l’ascenseur ces bestioles ? …remember la chauve souris de Bigard ) et pire qu’il se faufilait dans un tuyau d’évacuation pour surgir dans la cuvette de mes toilettes (mon pire cauchemar ). Je suis sortie une seule fois et j’ai fait un immense détour pour ne pas passer dans la rue ou dans le périmètre autour de la salle en question. A part ça, tout va bien.

D’autres photos de ces deux semaines sur Instagram.

 

Pin It