Tag

région

Browsing

Le titre est un peu bigger than life, comme dirait mon cher et tendre, mais vendredi dernier, place Bellecour, 250 producteurs de la Région Rhône Alpes avaient donné rendez vous aux lyonnais alors même si je ne me suis pas arrêtée devant tous les stands et que je n’ai pas tout goûté, je peux vous affirmer qu’il y avait bien des raisons de remplir son panier.

Avant même d’entrer dans le marché, une soupe des montagnes (avec un léger goût de champignons) chatouillait le nez des visiteurs qui étaient servis dans de grands gobelets pour un euro. Mes enfants se sont quasiment battus pour la finir, si c’est pas une preuve de sa qualité je ne réponds plus de rien. Juste à côté deux messieurs venus d’Ardèche proposaient des châtaignes grillées, celles que j’allais ramasser en famille le dimanche après- midi quand j’habitais dans la Drôme. Ma fille, elle, n’a rien trouvé de mieux que de poser la main sur la plaque chaude ET de partir en boudant parce qu’on la mettait en garde. ..et elle a eu quand même plusieurs châtaignes décortiquées par le papi ardéchois…pas de doute elle sait mener son monde )

Une fois à l’intérieur, le plus difficile était de décider quelle direction prendre. Je n’ai pas trop compris si les producteurs étaient répartis (ou pas) par département, précisons que je surveillais d’un œil au moins les deux enfants attirés par les nombreuses dégustations. Pas besoin néanmoins d’avoir fait l’école des mines (j’ai fait science po ça suffit comme ça), pour deviner que le saucisson à la châtaigne, les crèmes de châtaigne (qui existe nature mais aussi aux noix, à la vanille ou à l’armagnac) ou les gâteaux à la farine de châtaigne (dans ma to cook list tiens) représentaient l’Ardèche.

Je connais la confiture de lait mais je n’avais jamais vu sa version brebis….pour savoir si la saveur est proche, il faudra attendre l’an prochain car que voyais-je à l’horizon, non pas de la brioche aux pralines, mais un Saint Genis. La différence? son goût de fleur d’oranger et sa texture. Si vous vous arrêtez à Romans un jour, achetez une pogne (sans pralines ) ou un Saint Genis chez un artisan boulanger ( c’est un ordre))

 Je signale à ceux et celles qui m’imaginent en train de goûter à tout, que j’avais justement jusqu’à ce stade de la visite, refusé tous les produits tendus. Et puis j’ai aperçu les délicats macarons aux noix de Rêves en bouche et le pâtissier m’a expliqué qu’il transformait les produits de l’exploitation à quelques mètres de son atelier, à savoir le cassis, les noix et le miel en biscuits, liqueur, pâtes de fruits. Là ma résistance a flanché : regardez moi ces chouchous revisités à la Drômoise avec des noix (1000 fois meilleurs que ceux qu’on trouve l’été sur les plages).

J’ai repéré un  peu plus loin dans les allées, un couple de producteurs de confiture de fruits anciens. Vous saviez qu’on pouvait manger le gratte-cul? il m’a toujours semblé qu’on m’interdisait d’y toucher gamine? Pour informations, la tomentosa est un petit fruit rouge, le ballon ressemble à des groseilles à maquereau. Quant aux amélanches, je n’en ai jamais vu mais à priori cela se mange cuits et est connu sous le nom de poire sauvage au Québec (merci wikipedia).

Les ravioles de la Mère Maury ont été mon premier achat parce que ce sont les seules à être vraiment artisanales et au niveau du goût (elles étaient  nature ou au basilic), la différence est flagrante. Bon à savoir : depuis peu, G Detou (rue du Plat) en propose à la vente. Attention à la cuisson, il faut vraiment les plonger dans l’eau bouillante très peu (90 secondes par plaque) et les retirer à la passoire sans les malmener. Avec un peu de crème fraîche liquide, en gratin ou bien encore sautées à la poêle (dans ce cas, il est préférable de les congeler avant pour éviter qu’elles ne s’agglutinent), c’est délicieux.

Deux pas plus loin, la maison Lageron mettait en vitrine de la caillette, charcuterie ardéchoise qui peut se déguster chaude ou froide et qui peut être assaisonnée de diverses manières. J’ai pensé à  Céline (la cuisine de Circée) qui lors de notre séjour gourmand commun dans la Drôme en avait cherché désespérément pour en ramener chez elle. Celle là était vraiment excellente (non, non je n’enfonce pas le clou) et pas grasse du tout contrairement à certaines que j’ai pu goûter.

Une autre découverte de ce marché des saveurs a été le tourteau des noix et le tourteau des noisettes, sorte de farine qui se forme quand on presse les noix (ou les noisettes) pour faire de l’huile. Ce tourteau peut être utilisé en pâtisserie (pour des sablés par exemple) en le coupant avec de la farine blanche.

Depuis le début de la visite, ma fille me tannait pour goûter un morceau de fromage et c’est finalement devant le stand d’une productrice de Bourg en Oisans que nous nous sommes arrêtés. Moment d’émotion en dégustant le Beaufort deux ans d’âge qu’elle nous a tendu.

Ce billet n’est bien entendu pas du tout exhaustif car étaient également présents des producteurs de fruits, légumes, viandes, miels ou vins mais je ne pouvais tout de même pas goûter 250 saveurs )

Et vous, des producteurs à conseiller dans votre région ?

 

Je ne vais pas te chanter « je viens du Sud » d’abord parce qu’on a assez eu de flotte comme ça cet été et puis parce que je ne suis pas vraiment sûre d’être une fille du Sud. Je suis née à Paris, j’ai vécu dans la Drôme seulement à partir de 8 ans et plus après 18 ans, je n’ai pas l’accent chantant si ce n’est quand je prononce des mots avec le son « o », je ne suis pas exubérante (tous les gens du Sud le sont-ils?) et pour moi le Sud commence en dessous de Valence.

Mais le Sud, ou devrais-je dire les Suds, je m’y suis souvent baladée, j’y ai posé mes valises régulièrement et je suis loin d’en avoir fait le tour pourtant ..est-ce que tu me suis?

1- Prendre un bateau pour visiter les calanques de Cassis

2- S’imaginer dans le colorado en allant dans les carrières d’ocre du Roussillon

3- Mettre une robe de soirée et monter les marches à Cannes pendant le festival  (I did it !)

4- Louer la beauté des paysages corses et la saveur de sa gastronomie

5- Visiter la cité de Carcassone et les châteaux Cathare

6- S’offrir un boutis pour une touche provençale dans sa chambre

7- Découvrir la maison d’Edmond Rostand à Cambo-les-Bains

8- Me laisser guider dans les rues d’Avignon par Virginie B

9- Monter tout en haut de la dune du Pilat

10- Emmener les enfants au Carnaval de Nice et à la fête des citrons à Menton , s’arrêter sur la route de Mandelieu pour sentir l’odeur des mimosas

11- Manger la meilleure bouillabaisse de Marseille chez Michel (il parait)

12- Acheter du piment d‘Espelette dans le village du même nom

13- Se sentir immédiatement en vacances à la vue des pins parasol

14- Se lever tôt pour aller au marché aux poissons de Carro

15- Admirer les vignes à perte de vue avant d’arriver à St Emilion

16- Se balader dans le quartier de l’île aux oiseaux à Martigues aux petits airs de Venise

17- Boire un rinquinquin à la pêche bien frais à la terrasse d’un café des Baux de Provence

18- Ne pas rater les journées du chocolat à Bayonne

19- Bouquiner sous les pinèdes dans un village des Landes

20- Grimper jusqu’au sommet de la montagne Sainte Victoire et admirer la vue

21- Assister à une pièce de théâtre dans le château de Mme de Sévigné à Grignan

22- Aller voir mes copines blogueuses à Toulouse ou à Bordeaux

23- Rentrer dans une pâtisserie à Saint Jean de Luz et en ressortir avec un gâteau basque à la confiture de cerise noire

24- Prendre avec soi les lettres de mon moulin d’Alphonse Daudet à Fontvieille

25- Profiter des mille et une richesses de la Drôme provençale

26 – Etaler sa serviette comme on le souhaite sur une des plages immenses de l‘île d’Oléron

27- S’attarder dans les ateliers de faïence à Moustiers, de poterie à Dieulefit

28- Goûter à la garbure à Pau et se promener sur le boulevard des Pyrénées en sortant du restaurant

29- Filer jusqu’à Arles pour les rencontres de la photographie

30- S’extasier sur la couleur de la mer de l’île de Porquerolles et sauter à l’eau !

Et toi, quel est ton coin préféré dans le Sud?

crédit : cotonbirdesign, etsy

Je sais en consultant leur profil ou parce que je les connais depuis longtemps que celle-là habite dans le Sud, celle-ci dans le Nord. Marseille, Toulouse, Nantes, Rennes, Lille, Bordeaux, Paris le territoire est bien quadrillé.

Je connais quelques adresses par le biais des jeux concours et les colis partent rarement dans la même région.

Elles montrent parfois les richesses de leur ville ou de leur région, d’autrefois elles sont secrètes ou préfèrent gommer totalement leur environnement. Souvent elles me donnent envie de boucler mes valises pour la Bretagne ou pour tout autre coin du France quand elles savent le mettre en valeur.

Je pourrais consulter dans le détail mes statistiques pour savoir précisément d’où mes visiteurs viennent mais ce serait sec, sans âme, sans vie. Je pourrais lire l’intégralité des archives de certaines à la recherche de détails, de recoupements, d’indices…cela pourrait être amusant mais cela me demanderait un temps dont je ne dispose pas.

Alors  j’aimerais que celles et ceux qui passent ici occasionnellement ou tous les jours, les fidèles ou les éphémères, les nouvelles venues ou les anciennes, celles qui viennent en sous-marin comme on dit me laissent aujourd’hui un petit commentaire juste pour me dire dans quel coin de France (ou d’ailleurs) elles habitent  …et dans ma tête je mettrais des petits points ici, ou là ou là encore …aujourd’hui j’ai envie de voyager aux quatre coins du pays !

Alors ta ville, ton village, ton lieu-dit, ton département, ta région, ton pays?

Edit : j’avais écrit blogueuses en titre…comme un homme vient de me laisser un commentaire (rare pour être signalé), j’ai changé en blogueurs )


Un concours qui parle de voyages ? forcément cela m’a inspiré alors voici la mosaïque de photos que j’ai proposée à Virginie B. Comme la notion de racines ne me parle pas beaucoup, comme j’ai pas mal déménagé, promené ma fraise, j’ai collé tous les instantanés des endroits que j’ai aimés jusqu’à aujourd’hui.

Après envoi à la principale intéressée et réflexion, j’ai trouvé que le résultat était un peu trop propret, un peu trop carte postale et limite passéiste…disons que le parti pris était avant tout esthétique mais qu’il n’y ait pas Maldonne la France que j’aime c’est celle d’aujourd’hui, c’est une France colorée, multi-ethnique et pas celle de Brice Ortefeux.

Il ne vous reste plus qu’à jouer aux devinettes des lieux photographiés et à voter pour moi (taper 10) sur le blog de Virginie B si vous avez envie de me faire gagner !

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter un bon week-end (j’ose pas regarder la météo par peur de la flotte) !!

 

Pin It