Tag

patissier

Browsing

Il est loin le temps des colliers de nouille (et pour dire vrai, je n’en ai jamais eu et n’en suis pas traumatisée). Hier ils m’ont offert dessins, bons « pour petit déjeuner au lit », petits cadeaux et des wagons de mots doux. Ils avaient même imaginé une pièce de théâtre (qui parlait de gâteau au chocolat, mais où vont-ils chercher tout cela ?) et un tour de magie spécial fête des mamans (j’ai tiré une carte avec le nom de Julien Doré dessus…bon il n’est pas sorti d’un chapeau )).

Le fraisier trop choux de Guillaume Flochon

Dimanche matin j’avais la valise du fiston à boucler pour sa semaine de classe verte (comme je vais l’attendre le petit mot sur la porte de l’école pour dire aux parents que les enfants sont bien arrivés à destination) et je n’avais pas le temps de pâtisser (et puis autant j’adore préparer un dessert pour des personnes à qui j’ai envie de faire plaisir, autant je suis peu emballée à l’idée de préparer mon propre dessert ).

J’avais vu passer la création éphémère de Guillaume Flochon : le fraisier trop choux et j’aimais bien l’idée de ne avoir à choisir entre le fruité d’un fraisier et la gourmandise d’un chou. Ce fraisier trop choux était composé d’une crème mousseline légère, d’un biscuit amande, de fraises gariguettes, et de choux garnis d’un confit de fruits rouges et d’une crème mascarpone à la vanille de Madagascar …un régal ! (le cœur s’est fêlé pendant le trajet).

Week-end à Lille

Si je n’ai pas eu le temps de pâtisser, c’est aussi car nous sommes rentrés très tard samedi soir d’un grand week-end à Lille. A 3h de train de Lyon, Lille est une ville très colorée, avec des jardins et des parcs, un centre historique où il est très agréable de se balader et un grand dynamisme culturel. Nous avons eu la chance, en plus, d’avoir un ciel bleu et un temps estival du début à la fin bref gros coup de cœur pour Lille dont je vous reparlerai bientôt sur le blog quand j’aurais trié mes trop nombreuses photos.

Dans les ruelles si charmantes du Vieux Lille cet après-midi

Une publication partagée par Virginie (@chocoladdict69) le

Fin du week end Lillois riche en découvertes (ici la place Gilleson )

Une publication partagée par Virginie (@chocoladdict69) le

Verre avec vue au bar Les Muses

C’était l’été avant l’heure aussi lorsque j’ai pris un verre à la terrasse des Muses, le bar de l’Opéra de Lyon, lors d’une soirée Only Lyon. Vue sur la colline de la Croix Rousse d’un côté, vue sur la colline de Fourvière en face, lumières changeantes sur la ville quand le soleil commence à faiblir, l’endroit vaut le coup de braver votre vertige si vous en souffrez (et puis vous n’êtes pas obligé de vous approcher tout près des Muses).
Ce bar devait n’être ouvert que jusqu’à fin mai et bonne nouvelle, vous pourrez aller y trinquer et admirer le point de vue magique sur Lyon pendant tout l’été.

 

Le coffret de chocolats  Bretagne Henri Le Roux

Enfin le coffret de chocolats Bretagne* d’Henri Le Roux a comme un avant-goût d’été (quoi, tu pars encore en Bretagne ? oui mais jamais au même endroit ) avec ses 6 bonbons de chocolat, invitation en terres bretonnes.

Caramel au beurre salé enrobé de chocolat noir (classique mais qui produit toujours son effet ), sarrasine (avec une ganache infusion au blé noir, mon préféré !), Yannick (gianduja et crêpes dentelles), p’tit déj lait (praliné feuilleté au café et crêpes dentelles), Soizig (praliné et crumblé blé noir, à la fleur de sel de Guérande, mon second préféré…oui j’ai ma période sarrasin ) et Ganaka (ganache au caramel), voici pour la composition de ce coffret Bretagne qui a bien trop vite été fini.

J’ai déjà eu aussi l’occasion de croquer dans les tablettes du chocolatier Henri Le Roux et si vous passez devant une de ses boutiques parisiennes (une à Saint-Germain des prés, une rue des Martyrs et une rue Saint Dominique), je vous conseille vraiment d’y entrer (il fabrique aussi de très bons caramels).

Sur ce, je vous souhaite un bon lundi : ) (une semaine de 5 jours cela va être limite étrange, non ?)

*coffret offert

On vous dit Cannes, vous pensez tapis rouge, starlettes, cinéma… et moi boutique Intuitions et Jérôme de Oliveira, plus jeune champion du Monde de pâtisserie à 23 ans , dont je suis les créations à distance depuis quelques temps. Descendant pour deux jours à Nice, l’occasion de m’arrêter à Cannes pour goûter les douceurs tant convoitées était toute trouvée et l’adresse était située à deux pas de la gare, le hasard faisant parfois bien les choses selon la formule consacrée.

Impossible de louper l’adresse sucrée avec son énorme cuillère en devanture comme un appel à la gourmandise. A l’intérieur, tablettes de chocolat, guimauves sous cloches, robe en chocolat sollicitaient tous mes sens.

intuitions

intuitions2

intuitions3

intuitions4

intuitions5
Derrière la vitrine, s’alignaient les pâtisseries du chef, j’en avais déjà repéré quelques unes sur le site internet et je savais qu’il allait être difficile de choisir tant tout était tentant rien qu’à la vue.

intuitions6

 Exalte (Croustillant noix de pecan, biscuit moelleux chocolat, crème brûlée vanille et mousse chocolat noir 70%) et ses pastilles zébrées ou tarte au citron ?

intuitions8

intuitions12

Onde de choc (Mousse chocolat lactée, coeur coulant praliné, noisettes caramélisées et biscuit croustillant pétillant)

 intuitions10

Mille-pages si joliment présenté sur la droite

intuitions13

intuitions14

intuitions15

intuitions16

intuitions17

intuitions19

Je n’étais pas encore vraiment certaine de mon choix quand je me dirigeais vers le salon de thé appelé joliment « salon de gourmandises » et niché au sein du Five hôtel & Spa. Bien qu’il était encore un peu tôt dans l’après-midi, je n’avais pas déjeuné pour garder mes papilles intactes et j’optais pour la formule goûter comprenant une pâtisserie, un thé et un assortiment de 3 douceurs du chef Jérôme de Oliveira

intuitions22

intuitions25

intuitions21intuitions23

Après avoir pris ma commande, on posa devant moi l’éclosion et devant le gourmand qui m’accompagnait une religieuse au caramel au beurre salé alors qu’en arrière plan, macaron, part de cake aux fruits confits et guimauve titillaient le regard.

intuitions 33

intuitions27

intuitions29intuitions30

Avant même de goûter la religieuse, j’admirais sa collerette et son chapeau, ses dimensions généreuses. Difficile de la découper proprement pour montrer le crémeux…j’espère que la photo lui rend justice et vous laisse imaginer l’onctuosité parfaite de son intérieur au caramel au beurre salé. En découvrant cette pâtisserie, incarnation de la perfection, je regrettais presque de ne pas avoir choisi moi aussi une religieuse: la pâte à chou était croquante et fondante, le crémeux très gourmand mais jamais écœurant et le glaçage excellent sans être trop sucré. L’homme poussait l’assiette loin de moi pour éviter que ma cuillère ne plonge à nouveau dans sa religieuse.

intuitions31

intuitions 37

Je me concentrais sur l’éclosion qui m’avait attiré d’abord par son visuel (couleur et pâquerette très printanière), par son nom mais aussi par sa composition. Sur un biscuit moelleux pistache et un sablé croustillant, ma cuillère découvrit une mousse yuzu et un confit de fraises. Que dire si ce n’est que chaque bouchée atteignit un équilibre parfait ! Aucune élasticité dans le glaçage, finesse, légèreté et présence de chacun des goûts se répondant parfaitement, l’éclosion portait bien son nom. Même la pâquerette qui aurait pu être « oubliée » gustativement ou juste élément de décoration était bonne !

intuitions32

intuitions34intuitions35intuitions36

Le thé, un mélange Intuitions, était parfait avec ces deux pâtisseries car assez discret pour ne masquer aucun parfum mais néanmoins très agréable et équilibré. Le macaron Tropézienne au goût subtil de fleur d’oranger, le macaron citron ou le cake aux fruits confits furent dégustés avec les mêmes soupirs de satisfaction et de plaisir.

intuitions 39

intuitions40

intuitions41Médiatiquement moins connu que les grands chefs pâtissiers parisiens, Jérôme de Oliveira vaut pourtant le voyage et se hisse sans problème dans mon top 5 personnel. J’ai passé un moment exquis, inoubliable dans son salon de thé et j’espère avoir l’occasion de revenir chez lui pour goûter d’autres créations tant le choix a été cornélien. Si vous êtes à Cannes ou dans les environs, je ne saurais vous conseiller de passer par sa boutique dont la promesse visuelle est à la hauteur de la dégustation.

♥Adresse gourmande ♥
Intuitions
22 rue Bivouac Napoléon
06400 Cannes

Promis c’est la dernière fois que je parle de bûches en 2012 après ce tour de France spécial fêtes de fin d’année. Malgré un look assez classique (pas de doute on a bien affaire à une bûche), la composition et le mariage des saveurs des créations de la Pâtisserie Au Petit Prince à Ethel ont attisé ma curiosité gourmande.

Ils sont venus, ils sont tous là  elle va être mangée…la mama : il s’agit bien du nom de cette bûche qui m’intrigue avec son tiramisu coquelicot (la seule fois où j’ai « goûté » du coquelicot » c’était dans un thé Dammann et c’était fort agréable), son crémeux framboise, son biscuit chocolat et son sablé pressé feuilleté.

 

Avec un nom comme le sien, on imagine tout de suite qu’on va croquer la Bretagne en dessert. En effet la bûche Gwastell est composée de crousti pralin blé noir, pommes, crème tendre et damier pomme caramel, mousse au caramel salé.

On reste dans l’ambiance iodée et petite bruine qui met en l’air le brushing du matin avec la bûche Plougastel qui allie sablé breton pressé, suprême vanille et compotée tendre de fraises de Plougastel.

Rangez vos parapluies et vos bottes en caoutchouc et laissez entrez le soleil avec la bûche Cara Limao. Biscuit moelleux, namelaka ivoire citron (si j’ai bien compris un namelaka est une sorte de crème qui doit son nom à Frédéric Bau de l’école Valrhona),  gel framboise et mousse caramélia devraient vous réchauffer.

Avec la bûche Blondinette vous pourrez dire moi aussi je l’ai goûté le nouveau chocolat Dulcey puisqu’elle marie mousse au chocolat blond, marmelade mango banane, biscuit viennois et amandes caramélisées.

Je suis de plus en plus convaincue d’avoir des racines bretonnes parce qu’outre une irrépressible envie de repartir en vacances dans ce coin de France en 2013, je me laisserais bien tentée en priorité par la bûche Gwastel (mais laissez moi une part de Mama s’il vous plait).

Et vous, laquelle aimeriez vous goûter ?

Fête des lumières oblige, un focus sur un pâtissier lyonnais, Sébastien Bouillet me semblait tout indiqué. Pour les fêtes de fin d’année 2012, il nous invite à rompre la glace avec gourmandise.

Le Mont marron est composé d’un biscuit dacquoise noisette, une compotée de coings, une crème de marrons et une meringue :

 

 La perce neige est un cheesecake (cheesecake, vous avez dit cheesecake ?) citron au cœur de fruits rouges.

 

Après la glace, le feu avec la bûche Flamme dans laquelle se marie mousse au chocolat noir framboise, mousse au chocolat au lait passion, mousse au chocolat au lait caramel sur un biscuit brownies noix de pécan…n’en jetez plus )

Voilà de quoi nous faire fondre de plaisir…

Vous optez pour laquelle ?

L’an passé j’avais flashé sur la bûche New York d’Emmanuel Hamon, j’attendais donc la cuvée 2012 du pâtissier chocolatier avec une certaine impatience et c’est pas moins de 7 créations que j’ai découvertes à commencer par l‘Andalouse aux couleurs de Noël. Elle est composée d’une mousse au chocolat 80% de cacao, d’un coulis framboise/poivron rouge, d’un biscuit brownie et un biscuit succès chocolat et d’une ganache framboise/poivron rouge rehaussée de framboises fraîches.

Emmanuel Hamon s’est inspiré de la tarte au citron meringuée pour créer l’Agrios, une bûche avec un fond de sablé breton et un biscuit léger au citron, une mousse aux agrumes (orange, citron, bergamote) avec une touche de gingembre et de cactus et une délicate meringue italienne.

 

Plus exotique la Terra Africa marie mousse au chocolat, mousse vanille de Madagascar, crémeux à la mangue infusé à la vanille et à l’anis étoilé. Le croustillant est apporté par un croquant feuilletine posé sur un biscuit brownie.

 

 

 

Quand je vois Nivelo, je me dis que le pâtissier devait aimer la géométrie à l’école ) Au programme de cette bûche, mousse vanille bourbon renfermant en son cœur un crémeux à la framboise ainsi qu’un coulis framboise/ cranberry /hibiscus posé sur un biscuit léger aux amandes et à la vanille et parsemé de framboises fraîches.

 

 

La bûche la plus bretonne de la sélection s’appelle l’Ambra et se compose outre son pourtour en chocolat de mousse au cidre, crème onctueuse à la pomme verte, compotée pommes/cassis, biscuit pain de Gènes amandes/noisettes posé sur un sablé breton.

 

La Tram parle visiblement plus aux brestois puisqu’elle rend hommage au nouveau tram de Brest. Elle associe mousse au chocolat, crémeux à la crème brûlée et pour la touche de croustillant le pâtissier a imaginé un crunchy praliné au riz soufflé avec un biscuit brownie sans oublier une fiche couche de caramel tendre au beurre salé.

La velverty pour finir allie crème légère à la pistache, mousse à la fraise et compotée de clémentines corses..à déguster avec un craquant chocolat blanc à la pistache et un biscuit financier aux amandes.

Laquelle aimeriez vous goûter ? je mets une option sur la Nivelo et l’Ambra.

La première fois que j’ai entendu parler de Christophe Roussel, c’était pour son bar à chocolat (le premier) à Paris mais il était déjà connu pour ses boutiques à la Baule et à Guérande. Pour cette seconde étape du tour de France des bûches, c’est donc en Bretagne Sud que je vous propose de partir pour découvrir ses gourmandises.

 Neige à la coupe se présente comme une véritable bûche à trancher avec une petite scie (en chocolat bien-sûr). Elle marie crème vanille, marrons glacés et chocolat au lait Jivara

Planche de noisette, façon matériau de construction revisite le Paris-Brest puisqu’elle est composée d’un biscuit roulé à base de pâte à choix garni d’un praliné croustillant et d’une crème noisette/sésame noir, inclus dans une mousse au chocolat au lait et noisette.

Jardin d’Hiver joue sur les fruits rouges avec du sureau, de la mûre et des framboises dans un crémeux fondant. Les parois de la bûche sont tapissées de mousse au chocolat Nyangbo.

Extrême ludique peau de zèbre renferme un coeur de mousse au chocolat noir, garni de caramel au beurre salé et d’un crémeux caramel à la gousse à la vanille. Cette bûche est fournie avec un kit à flamber.

 

Bûche satellite est composée de chocolat au lait, de meringues à la griotte et à la pistache pour un voyage intergalactique

Voyage en Inde est proposée en édition limitée, c’est plus une tarte qu’une bûche avec ses fruits frais, son crémeux passion cardamone et sa compotée de mangue et sa cage de pain d’épice à la cannelle enrobé de chocolat poudré d’or

S’il fallait choisir, j’opterais pour l’extrême ludique peau de zèbre mais sans la flamber et vous, laquelle vous tente le plus ?

Pin It