Tag

gîtes

Browsing

Dans l‘épisode précédent, je quittais une ferme auberge après une journée sous le signe de la gastronomie drômoise pour rejoindre la destination où j’allais passer la nuit. Le trajet fut plutôt épique. Les routes n’étaient pas très bien éclairées et l’impression de se rendre au bout du monde grandissait au fur et à mesure qu’on roulait. Soudain dans les phares, une famille  de sangliers qui traversa la chaussée. Surprise (à Lyon ce n’est pas vraiment le genre de choses qui m’arrive tous les jours !) et frayeur (quand un sanglier s’emplafonne dans une carrosserie, en général il y a des dégâts). Comme il faisait nuit noire en arrivant à la ferme Fortia, ce n’est que le lendemain matin que je découvrais le magnifique cadre dans lequel j’avais dormi.

Alors qu’en général je mets mon réveil le plus tard possible avec l’espoir de grappiller quelques minutes de sommeil en plus, j’étais la première réveillée (ou presque) avec l’idée de visiter l’endroit et de profiter du panorama exceptionnel. Je touchais à peine au petit déjeuner, impatiente de commencer mon petit tour (une gamine quoi), guidée par la propriétaire des lieux.

Gîtes ou lodges ?

Si vous avez envie de vous la jouer Out of Africa sans Robert Redford (qui a dit que les hommes vieillissaient mieux que les femmes?), les éco-lodges sont parfaits mais il faudra maintenant attendre le retour des beaux jours. J’ai dormi pour ma part dans un des gîtes (Giono) à la tonalité provençale mais j’ai eu l’occasion d’aller jeter un œil dans d’autres chambres.

 

ma chambre photographiée de nuit

 

Spa ou équitation ?

Il y a des choix plus difficiles dans la vie, non ?. Dans les activités proposées par la ferme Fortia, hormis l’activité piscine de rêve entourée de montagnes, vous pouvez réserver le spa pour vous tous seuls. Jacuzzi, piscine intérieure avec nage à contre courant, hammam, massages aux huiles essentielles, personnellement je serais bien restée la journée ).

La ferme Fortia est née au départ pour assouvir la passion pour l’équitation de Carole et Christian Jevaudan, voilà la raison pour laquelle ils vous proposent de venir avec votre cheval (ok il faut avoir un cheval ) dans le cadre d’un stage individuel et personnalisé pour pratiquer l’équitation classique à la française (ce qui n’est plus le cas aujourd’hui visiblement dans la plupart des écoles d’équitation).

la vue depuis le manège..on a connu pire )

Je ne sais pas si j’ai réussi à vous montrer la beauté de ce lieu entourée de montagnes, la magie de cette exploitation familiale où poussent abricotiers et oliviers aujourd’hui mais l’endroit est visiblement très convoité et l’on comprend aisément pourquoi.

♥♥ Adresse :
La ferme fortia
26510 Montréal-Les-Sources

Et si on empruntait les routes qui serpentent au milieu des vignes et des champs d’olivier au pays de Buis-les-Baronnies et qu’on s’arrêtait un moment au Jardin d’Ollon ?

J’ai poussé la grille, découvert la superbe bâtisse, mis un pied dans la salle à manger avec sa grande table conviviale, jeté un oeil en cuisine et suivi Florence, la maîtresse des lieux, dans une visite des chambres d’hôtes.

La vue depuis chacune des fenêtres me change dans mon horizon citadin : champs d’oliviers, collines, verdure…je m’allongerais bien avec un bouquin sur un transat …

…mais Florence nous attend pour une dégustation de ses produits maison : un nectar d’abricot fabuleux, une huile d’olive dont le goût dénote avec ce que j’ai pu connaitre jusqu’à présent (elle est très douce …je pense déjà aux pâtisseries que je pourrais préparer avec ), des olives noires (dont la variété est la tanche connue pour être très douce) qui n’ont absolument rien à voir avec celles achetées habituellement et une tapenade (faite avec les petites et moyennes olives) de la même qualité.

Le chat lui reste imperturbable devant visiteurs et victuailles…il se dore au soleil d’Octobre en fermant les yeux…

Florence dégaine alors son arme fatale : son omelette aux truffes …enfin SES omelettes aux truffes. Il est tout juste 11h, le petit déjeuner n’est pas si loin (heureusement je me suis contentée d’un café), un déjeuner nous attend mais à la vue de ce plat, je salive. La dernière fois que j’ai mangé des truffes j’avais à peine 20 ans …

Alors que je savoure chaque bouchée, le chat  lui n’est pas le moindre du monde impressionné…limite blasé (encore des truffes ? pfff)

Si vous cherchez un endroit où loger dans le coin, je ne saurais que vous conseiller le jardin d’Ollon pour la qualité de l’accueil et des produits servis à table (j’ai oublié de parler des vignes et du vin baptisé non sans humour Vin du coin), la beauté des lieux et le tarif (42 euros la chambre !).

A partir du mois de novembre, cette maison d’hôtes propose également des week-end truffes détente avec cavage le matin, dégustation et repas autour de la truffe (noix de St jacques poêlées aux truffes, purée truffée, pintade farcie à la truffe ..n’en jetez plus) pour un prix qui me parait très raisonnable (184 euros pour deux personnes comprenant une nuit en chambre d’hôtes).

Avant de partir j’ai glissé dans ma valise quelques produits proposées à la vente mais j’avoue que pour le moment je n’ose pas les toucher…je les garde pour les mois d’hiver quand j’aurais besoin d’une petite dose de soleil…

♥♥ Le Jardin d’Ollon
26170 Belivay-Ollon
www.jardindollon.com

Un week-end truffes ça vous tente ?

Jusqu’à peu, j’associais le mot gîte à quelque chose de plutôt rustique et l’expression chambres d’hôtes à une réalité plus cosy. C’était avant de connaitre les gites du Berger où j’ai été invitée avec homme et enfants le temps d’un week-end en Auvergne dans les Combrailles.

Avant une histoire de lieu et de cadre, c’est une histoire de rencontre, celle avec Christine et Bernard, le couple qui nous a accueilli au sortir de la voiture avec un sourire et une poignée de main chaleureuse. Tout de suite ils m’ont plu. Pas de grands discours, pas de baratin mais une qualité d’accueil, un échange et une visite des lieux comme pour nous montrer ce qu’ils sont à travers ce qu’ils ont fait avec leurs mains et leur imagination.

On a donc commencé par jeter un œil à l’extérieur alors que les enfants repéraient la cabane  en bois et les animaux juste à côté.

 

Le paon Léon a été le coup de foudre de Miss Zen ! Elle le cherchait partout, se collait derrière la vitre du gîte en soupirant « ah Mon Léon ! ». S’il ne lui a  pas fait le coup de la roue, il a poursuivi la voiture en courant lors d’une de nos sorties finissant par s’envoler…gros fou rire à l’intérieur de la voiture  (Galliane a une vidéo pour en témoigner !).

Après ce premier contact avec les occupants, la visite de l’ancienne bergerie a commencé et mon vocabulaire s’est étrangement trouvé limité à quelques superlatifs et exclamations. Les chambres sous les toits, les meubles choisis, le linge de lit, les objets présents, j’ai tout aimé ! Rien d’ostentatoire, pas de surenchère pour créer une atmosphère, une volonté de ne pas effacer l’histoire du bâtiment tout en offrant tout le confort et la modernité.

Si je te dis que c’est pour la cuisine que j’ai eu le plus gros coup de cœur, c’est d’un prévisible agaçant ? pourtant entre l’espace, l’agencement, les couleurs choisis, le four immense, les paniers de rangement, il y avait de quoi craquer et s’imaginer en train de préparer des repas pour de grandes tablées.

Comme on était plus qu’emballés par la bergerie, Christine et Bernard (dont les faux airs de Denis Brogniart nous ont frappé rapidement) nous ont montré les autres gîtes de la bergerie, tous aussi charmants qu’il s’agisse de la Cabane

 

…ou du gîte qu’ils sont en train de réhabiliter et que je conseille à tous les amoureux :

l’ancien four à pain

l’encadrement a été conservé tel qu’il était et cela fait tout le charme de cette chambre

Le nom de ce futur gîte n’est pas encore définitif mais comme dans un des murs, les pigeons venaient se nicher, il semblerait que le nom pigeonnier s’impose..d’autres propositions ?

Dormir dans ce gîte c’est aussi connaître un peu mieux la vie de bergers et les enfants ont assisté les yeux grands ouverts au mouvement du troupeau d’un champ à un autre sous les indications de Bernard (personne n’a été éliminé ouf ).

Puis il a proposé aux enfants un tour de tracteur …je crois qu’il n’a jamais eu autant de monde dans sa cabine mais cela ne l’a pas empêché de manœuvrer royalement et de livrer une bonne botte de foin aux animaux.

Et puis il y a toutes ces petites choses qui ne se voient pas sur les photos mais qui donnent envie de revenir dans cet endroit : la gentillesse de ses hôtes, le bain suédois à l’extérieur à tester quand il fait bien froid, le feu dans la cheminée dans le salon de la bergerie, l’odeur des draps et du linge des lits qui donne envie d’enfouir sa tête dedans, les discussions autour d’un apéritif à la mûre, les enfants qui courent dehors et vont nourrir les moutons, la grange transformée en lieu de spectacle avec estrade, le pain frais suspendu à la poignée d’une porte….

Quand je vois les photos des gites du Berger sous la neige, quand j’entends Christine et Bernard nous parler des agneaux nourris au biberon, j’ai vraiment envie d’y retourner !

♥♥ Adresse : Les gîtes du berger
La Bussière
63780 Saint-George-de-Mons

Des vacances dans un gîte, tu as déjà testé?

Pin It