Tag

ferme

Browsing

Je vous préviens tout de suite ce billet se passe essentiellement à table, en compagnie de 3 hommes, deux chefs et un viticulteur (les femmes ne sont pas très loin mais en coulisses) avec dans les assiettes et les verres, du local, du terroir, du bio. C’est au restaurant de Yannick Meffre, la Clavelière, situé à St-Auban sur Ouvèze (pas très loin de Buis les Baronnies mais plus en hauteur et dans un coin plus isolé, plus aride) qu’à commencé ce jour là le périple gourmand par un déjeuner au soleil en terrasse (oui oui on était bien en octobre et on avait limite trop chaud).

L’endroit est un des bistrots de pays dont le but est de contribuer à la conservation et à l’animation du tissu économique et social en milieu rural par le maintien du café de village multiservices de proximité. Le chef propose un menu du jour mais aussi des spécialités à l’ardoise.

 

Le déjeuner débute par un gratin de ravioles (artisanales, il ne reste plus qu’une maison qui en propose parait-il)  à la forestière, un régal mais le genre d’entrée qui cale carrément. Vient un pavé de canard au poivre vert servie avec une purée de potimarron et une poire pochée au vin (depuis elle est sur ma to do list spécial douceurs tellement j’ai apprécié son onctuosité, le goût vraiment très discret du vin).  La trilogie de desserts à la lavande (sorbet, crème brûlée, crème aux oeufs) est une bonne surprise…le goût de la lavande est très discret, l’équilibre a été trouvé. Au moment du café, Yannick Meffre vient échanger quelques mots avec la tablée (ah ça ressemble à ça une blogueuse? ), il a la carrure solide, le verbe haut…mais je n’ai malheureusement pas eu l’idée d’immortaliser l’instant.

,

J’aurais aimé me balader un peu dans le village pour profiter du panorama et digérer mais le propriétaire du domaine du Rieu Frais nous attend à St Jalle. La première image que j’ai de Jean-Yves Liotaud, c’est sa main bandée. Il a perdu un doigt dans un appareil agricole quelques jours avant. Les risques du métier dit-il d’un ton résigné. Je pourrais l’écouter des heures expliquer la démarche qui l’a conduit peu à peu au bio. Point d’effet de mode ou de boboïsation mais le constat au début des années 2000 de morts de plus en plus nombreuses et précoces chez les agriculteurs. Peu à peu il tisse le lien dans son esprit entre produits de traitement, maux de tête et envie de vomir en désherbant les vignes. Le bio c’est réinventer la gestion du sol, résume-t-il, accepter 3 mois sans pluie, des sols très profonds, pas d’herbe.

Quand la visite est finie, nous n’enchaînons pas sur la dégustation étant donné l’heure mais Jean-Yves Liotaud a mis de côté quelques bonnes bouteilles de son domaine pour accompagner le dîner …que nous devons préparer avec Dagobert Resneau dans sa ferme à quelques minutes de là. Cochons, agneaux élevés au thym, épeautre et potager, le chef utilise les produits présents autour de chez lui pour composer les repas qu’il propose à ses clients. Le cadre est reposant, vert, sans voisin, la salle de restaurant est une ancienne bergerie…bref on s’y sent bien tout de suite.

Nous sommes un peu en retard sur le programme mais Dagobert formé dans de grands établissements parisiens est d’un sang froid, d’un calme et d’une organisation redoutable (et pédagogue avec ça !). Il lance le risotto d’épeautre en détaillant la recette (une pure merveille au moment de la dégustation, j’en ai encore l’eau à la bouche rien qu’en y repensant), nous coache pour lever les filets des truites, prépare la vinaigrette pour accompagner le tartare de truite (et dire que j’ai failli ne pas goûter, j’aurais vraiment raté quelque chose), nous détaille la cuisson de la poitrine d’agneau filmée, cuite à la vapeur, puis découpée en tranches et poêlée. Sans surprise, je préfère mettre les mains dans la farine et participer à la confection d’une tarte aux abricots meringuée servie pour le dessert.

Trois hommes, trois lieux mais la même passion pour leur région, le même amour de leur produit c’est ce qu’il restera de cette belle journée en Drôme provençale.

Adresses à retenir :

Auberge La Clavelière
26170 St Auban sur Ouvèze

Domaine du Rieu Frais
26110 Sainte Jalle

Ferme Auberge Dagobert
26110 Rochebrune

 

Qu’est-ce que tu veux que je lui prenne pour son anniversaire? cette question, à priori banale et sympathique, peut se révéler un casse-tête quand on a l’impression que son enfant préfère systématiquement s’amuser avec nos jouets à nous (portable, télécommande, mp3 portable) ou que rien n’est plus fabuleux que transvaser du riz de récipient en récipient.

Pourtant de temps en temps, entre le jouet et l’enfant, se produit une sorte de coup de foudre. Cela a été le cas entre le chérubin et la maison Little people, offerte pour son second Noël et avec laquelle aujourd’hui Miss Zen passe de longs moments.

Pourquoi ça marche? les personnages sont ronds et facilement manipulables par les petites mains (et assez gros pour que cela ne risque rien si l’enfant a la bonne idée de les mettre à la bouche); certaines parties de la maison émettent des sons : en ouvrant ou fermant les fenêtres de l’étage on entend des petits oiseaux ou une musique pour dormir, en relevant la cuvette des toilettes il y a un bruit de chasse d’eau (je peux te dire qu’ici le papa little people passe son temps à soulager sa vessie)…l’enfant peut également actionner la sonnette de la porte, faire aboyer un chien et miauler un chat. Même si l’ameublement est assez rudimentaire (un lit, une table et deux chaises), l’enfant peut promener les personnages dans les différentes pièces, bercer le bébé, dormir…bref imiter la vie familiale.

Quand on tient un succès, on ne le lâche pas : on a offert à Miss Zen les little people à la ferme avec tous les animaux et un nouveau décor, de nouveaux sons. Je crois qu’il existe aussi la fête foraine mais à part en ligne, je ne l’ai jamais vu en magasin.

tiens s’il allait faire pipi, ça fait au moins 2 minutes que je n’ai pas tiré la chasse

 

bon c’est pas tout ça mais il n’a rien à faire dans cette maison normalement c’est un personnage de la ferme

NB : ce jouet est à la maison depuis 5 ans et malgré une utilisation très régulière, je n’ai JAMAIS changé les piles, ce qui est très rare dans la plupart des jeux sonores.

Et toi, une maison de poupée, un arbre magique chez toi ou quand tu étais enfant?

Les préjugés ont parfois la peau dure et si certains en rajoutaient une couche pour qu’on continue d’être confortés dans nos certitudes :

prends l'air harassé chérie, les caméras tournent toujours

 

c'est bon Jean-François, tu peux ressortir l'arracheuse de pommes de terre de la grange Chéri, tu crois vraiment que c'était utile de planquer notre télé à écran plasma?

 

(ceci est ma participation au défi ferme de Virginie B)

Et toi, déjà victime d’une idée reçue?

Pin It