Tag

femmes au foyer

Browsing

Tu connais beaucoup d’enfants qui t’annoncent fièrement ,quand tu leur demandes quel métier ils aimeraient exercer plus tard, qu’ils veulent être  non pas pompier ou maîtresse d’école mais gynécologue? t’es-tu déjà demandé quel effet ça fait de passer ses journées la tête entre les cuisses de femmes? (proctologue ça doit être pas mal non plus remarque)

Pourtant dans les soirées, annonce à l’assemblée que tu es gynécologue et tu verras soudain les hommes, l’œil brillant et l’air goguenard, en attente d’anecdotes croustillantes.  Je le sais, non pas car j’ai définitivement changé de carrière mais parce que je viens de lire Les confidences d’un gynécologue du docteur Gérard Salama.

Fais-tu partie de ces 80% de femmes qui jettent leur culotte à terre quand elles se déshabillent avant l’examen ? Ton homme a-t-il assisté à l’accouchement comme 90% des hommes aujourd’hui (le pourcentage me parait énorme…)?

Le gynécologue-obstétricien-chirurgien fameux visiblement sur la place parisienne étant donné sa clientèle (femmes aisées qui se botoxent, et se refont faire les fesses et les seins à coups de bistouri, comédiennes et chanteuses qui ont leur salle d’attente VIP) a choisi cette spécialité avant tout pour donner la vie. Mais il est aussi celui auquel les femmes annoncent en premier qu’elles vont quitter leur mari, qu’elles vivent une passion avec un autre homme, que leur vie sexuelle est un désert depuis la naissance de leur enfant (à quoi il répond « forcez-vous, l’appétit vient en mangeant! »). Si dans la majorité des cas, il suit des femmes de 30 ans, 50 ans, voire 60 ans et plus sans grand souci, il est confronté aussi aux cancers et à la stérilité.

N’est pas William Réjault (dont je te conseille de lire La chambre d’Albert Camus et Quel beau métier vous faîtes! ) qui veut. Gérard Salama a confié l’écriture à une journaliste, patiente depuis 20 ans mais le style manque de relief. Le propos dépasse rarement l’anecdote. Néanmoins si comme moi, tu appréhendes les rendez-vous chez ton gynécologue, le livre te permettra de passer de l’autre côté de la table d’examen et pour une fois, d’en rire un peu.

Pour finir la semaine, je te propose un glop/pas glop sur les joies et les peines qui suivent l’accouchement.

Glop : Ah la première gorgée de bourgogne  accompagné d’un morceau de fromage non pasteurisé et de bon pain…

Glop : l’avantage quand on prend peu de poids, c’est qu’on en a peu à perdre une fois l’accouchement passé

Pas glop : cela dit, les deux derniers kilos ils s’accrochent …et je te parle même pas des 10 kilos que j’avais en trop d’avant…

Glop : j’ai dégonflé : du ventre, des jambes, des pieds…je peux enfiler autre chose que des tonks

Pas glop : la perspective de séance de rééducation du périnée (vu la belle épisiotomie j’ai peu de chances d’y échapper) comme activité physique alors que je rêve de cours d’aquagym ou de danse.

Glop : chouette cette fois j’ai échappé aux hémorroïdes (désolée les nullipares, je ne vous cache rien!)

Glop : recevoir du courrier chaque jour dans sa boîte aux lettres réelle et virtuelle, des messages de félicitation, des jolies cartes et des cadeaux de naissance

Pas glop : ressentir une certaine nostalgie quand on croise des gros bidons en se disant que cela ne nous arrivera plus alors qu’à la fin on n’en pouvait plus (on n’est pas à une contradiction près non?)

J’en profite pour signaler un article publié dans le magazine Famili consacré au politiquement incorrect spécial maternité,  à savoir :
– oui tu peux  détester être enceinte même si tout le monde t’affirme que c’est la période la plus épanouissante de ta vie

– non la naissance de son enfant n’est pas forcément le plus beau jour de ta vie, surtout si tu as souffert pendant des heures ou que cela ne s’est pas passé comme prévu

– non on ne ressent pas forcément le fameux instinct maternel à l’instant où l’on croire le regard de son enfant…le sentiment de mère il se construit avec le temps pour pas mal de femmes

– oui tu as le droit de penser que ton bébé n’est pas très beau parce que fripé, rougeaud, trop petit, poilu…mais tu ne peux pas le rendre ou l’échanger )

– oui il est possible que tu te sentes au plus bas de ton niveau de séduction et je t’assure on est toutes passées par là…même le facteur ne te regarde plus )

– non tous les papas ne sont pas des nouveaux pères débordant d’amour tout de suite…il faut leur laisser de temps aussi d’apprendre un nouveau rôle

–  oui tu as le droit de regretter ta vie de célibataire parce qu’au début un bébé c’est du 100% pour lui et pas grand chose pour toi mais tu vas finir par t’organiser…

En bref, décomplexe ! la maternité n’est pas forcément idéale…

Et si ce week-end tu t’ennuies, tu restes bien au chaud, tu as 5 minutes de libre, participe au concours L’été Indien et gagne un super colis gourmand !

C’est un secret de polichinelle, je suis une fille coquette/superficielle : j’aime bien ma salle de bains, j’aime bien les fringues et les bijoux….oui je sais la vraie beauté est intérieure même que c’est Angun, gros thon notoire, qui nous l’a affirmé lors de l’élection de Miss France 2009, concours pendant lequel on juge de cette beauté intérieure en faisant défilé les candidates en bikini ).

Oui je sais tout ça n’est qu’artifice : n’empêche que qu’on ne ressemble pas à Helena Christensen même dans le noir, même de dos, ben faut bosser un minimum pour avoir l’air présentable.

Tout ça pour vous annoncer que pour mon anniversaire, mon homme m’avait offert un cours de maquillage (vous inquiétez pas c’était pas un message de sa part, mais bien une demande de la mienne) et samedi dernier, je me suis retrouvée entre les mains expertes de Karine qui m’a donné plein de conseils et d’astuces et qui m’a métamorphosé en 1h chrono. Bien entendu rares sont celles qui ont une heure devant elles pour se faire une beauté mais j’ai appris quelques bons gestes que je vais tenter de vous faire partager :

la base du maquillage c’est le fameux blanc universel de Chanel, l’illuminateur magique qui capte la lumière grâce à ses paillettes et pour lequel Mamzellescarlett est prête à parcourir tout Paris )

– il parait qu’Yves Saint Laurent pourrait vivre rien qu’avec le pinceau anti-cernes touche éclat (il s’en vend un toutes les minutes dans le monde). Attention il faut le poser vraiment en dessous de l’oeil et pas trop bas et l’étirer au doigt (et pas tapoter comme je le faisais). Avec ça, les nuits difficiles laissent moins de traces sur votre visage.

– Il faut choisir un fond de teint de la même carnation que sa peau (dessus de la main) ou même légèrement au-dessous mais surtout pas supérieure (comme j’avais tendance à le faire en espérant avoir bonne mine). Il s’étale à l’éponge ou à la main (technique préférée par Karine) en commençant par la zone médiane et en étirant vers l’extérieur. On en passe même sur les paupières si jamais on ne met pas de fard à paupières ensuite, on fait attention aux démarcations (cou, cuir chevelu).
Quand Karine m’a demandé si une marque avait ma préférence, j’ai répondu Chanel en toute simplicité. ) Leur fond de teint fluide innocence a vraiment un résultat naturel et magnifique, loin de l’image de plâtre couvrant que j’avais de ce genre de produit.

– La conquête d’un teint unifié et de pêche se poursuit avec l’application au gros pinceau d’une poudre (libre si elle reste chez vous ou compacte si vous vous voulez faire une retouche au bureau). Mêmes principes que pour le fond de teint en ce qui concerne le choix de la couleur et de son application.

– Je voulais des yeux charbonneux car cela met en valeur les yeux clairs et la palette éphémère 4 couleurs de Chanel a vraiment un résultat superbe. Il faut commencer par appliquer la couleur neutre (blanc ou ivoire) sur toute la paupière. Le gris est posé sur la partie mobile de la paupière et il faut dessiner une banane dans le creux de la paupière. On finit avec la couleur la plus foncée dans le coin externe de l’oeil et au ras des cils du bas. Pour les yeux verts-bleus, le taupe, le violet sont les couleurs qui mettent le plus en valeur. Pour les yeux marrons, les bleus et les roses sont jolis selon Karine.

– Pour appliquer le mascara, passer d’abord au dessus des cils puis au dessous en faisant un léger mouvement de zigzag pour bien séparer les cils.

– Pour l’effet bonne mine, un peu de blush est indispensable. La couleur doit être choisie en fonction de ce qui a été mis sur les yeux (des couleurs chaudes avec des couleurs chaudes, des couleurs froides avec des couleurs froides). Dans mon cas, le noir s’accorde avec tout et Karine a opté pour une teinte rosée (toujours chez Chanel) vraiment sympa. Attention à ne pas appliquer le blush trop bas sur les pommettes, effet vieille peau garanti selon Karine !

– Comme j’avais mis le paquet sur les yeux, au niveau bouche le léger était de mise. Karine a commencé par redessiner le contour des lèvres au crayon (couleur la plus neutre) en partant des commissures des lèvres pour aller au centre (jusqu’à l’arrondi de la lèvre supérieure) et puis elle a posé un peu de gloss, toujours celui de Chanel qui ne colle pas même si c’est un gloss.

Après ça, je me suis sentie comme une starlette avant de monter les marches à Cannes, j’avais gagné 5 ans en une heure pendant laquelle je n’avais pensé qu’à moi. Un grand merci à Karine !

Cet article n’est pas sponsorisé par Chanel mais s’ils veulent que je teste leurs produits, je n’y vois aucun inconvénient )

Edit : oui oui pour une fois c’est une photo de moi en illustration !

La saison 4 de Desperate Housewife a commencé sur Canal + depuis deux semaines. Elle ne bénéficie pas de bonnes critiques, la grève des scénaristes ayant visiblement agi comme une cure minceur pour l’intrigue. Pour ce qui est de l‘originalité, il est clair qu’ils ne se sont pas foulés les gars puisqu’ils nous refont le coup des voisins qui cachent un lourd secret. Les personnages s’enferment un peu plus dans leur caricature : Bree joue à la maîtresse de maison plus que jamais et si chez elle tout rutile, elle se désole de ne pas faire la meilleure tarte au citron du monde; Susan enchaîne les gaffes, les pieds dans le plat et sa naïveté frôle parfois la stupidité.

Cela dit, ce soir là, je suis devant ma télé et rien ne peut m’en déloger.

A l’heure où certains se demandent qui est le père du futur enfant de Rachida Dati, qui va devenir secrétaire général du PS ou  qui va remplacer Raymond Domenech, mes questions de téléspectatrice (je doute que beaucoup d’hommes soient devant leur écran) sont bien plus haletantes :

Quel acte cherche à cacher la nouvelle voisine, Catherine et pourquoi sa fille n’a aucun souvenir de son passé? qu’a fui son mari en partant de Chicago?
Suzanne mènera-t-elle sa grossesse à terme? (j’ai un mauvais pressentiment )
Bree arrivera-t-elle à faire passer le bébé de sa fille pour le sien?
Gaby et Carlos finiront-ils par se retrouver?

Les pronostics sont ouverts et j’attends vos hypothèses ! (ceux qui ont déjà vu la saison en entier se taisent bien entendu)

Et à laquelle de ces femmes vous identifiez-vous le plus, même si vous n’êtes ni riche, ni femme au foyer, ni superficielle, ni américaine? )

Pin It