Tag

diététique

Browsing

Celle ou celui qui pense que manger diététique est forcément triste n’a jamais goûté la cuisine de Patrice Dugué et les desserts de Pascal Pochon. Ils œuvrent tous les deux aux Thermes de Saint Malo où j’ai eu la chance d’être invitée il y a 3 ans pour une cure maman-bébé. A l’époque, je n’étais pas loin d’imaginer d’ailleurs que j’allais sortir de table l’estomac dans les talons et courir jusqu’à la première crêperie intra-muros. Dès le premier déjeuner j’ai compris qu’avec des très bons produits, des associations, des astuces, du savoir faire,  il était possible de réduire assez drastiquement le nombre de calories dans son assiette sans sacrifier le goût et le plaisir de la dégustation. Côté dessert, je m’attendais au fameux fromage blanc à 0% ou à la salade de fruits et au final je n’ai jamais autant mangé de douceurs en si peu de temps. A chaque fois, je regardais la carte et le nombre de calories correspondantes (soufflé aux poires 100 calories, pannequet de pommes sur sa sauce au cidre 140 calories ) puis je plongeais ma cuillère dans le dessert, sceptique quant au verdict …mais oui c’était bon, très bon !

Par manque de temps (oui bizarrement j’avais un emploi du temps très serré, massage, parcours hydrojet, douche sous-marine, enveloppement d’algues, modelage ventre plat, balade sur la digue), je n’avais pas pu assister à l’atelier de pâtisserie version light proposé par Pascal Pochon. Aussi quand j’ai appris que les Thermes de Saint Malo avaient publié un livre de cuisine, Escapades diétiétiques, dans lequel on trouve une quarantaine de recettes du cocktail au dessert, toutes équilibrées mais gourmandes, j’ai trouvé l’idée excellente.

Alors où est le secret ? des cuissons sans huile cuite, ni beurre ni crème, des sauces à base de légumes et d’épices, pour les desserts des farines très fines, du sucre de canne, du cacao en poudre à la place du chocolat et des blancs en neige pour des mousses bien gonflantes, voici quelques unes des astuces données par les deux chefs. Malgré la présence du mot diététique dans le titre, les photos signées Bernard Radvaner sont très appétissantes et mettent l’eau à la bouche les calories en moins.

Bien entendu j’ai été particulièrement intéressée par le chapitre consacré aux desserts. Petits pots de crème au chocolat (magnifique photo en tête de cet article), crème brûlée au thé matcha, clafoutis fruits rouges et vanille, quatre quart aux pommes, fraisier, crème panacotta aux fruits de la passion, soufflé glacé aux fruits rouges j’ai eu envie de toutes les essayer et je mettrai bientôt en ligne celle au chocolat.

Escapades diététiques est en vente aux thermes de Saint Malo ou sur l’e-boutique www.boutique-thalassotherapie.com.

Et si je profitais de mes vacances à Saint-Malo cet été pour vérifier que les desserts de Pascal Pochon sont toujours aussi légers et savoureux ?

Et vous, des recettes light mais gourmandes à partager ?

crédits photos :  Les Thermes de Saint Malo

 A part si tu vis au fond d’une grotte, aujourd’hui tu n’as pas échappé à la rentrée : le retour des embouteillages pour les uns, du monde dans les transports en commun pour les autres, la reprise de l’emploi du temps minuté, les pleurs de la petite quand tu l’as laissé dans la classe ou à la crèche…bref une gourmandise chocolatée serait la bienvenue et c’est là que j’interviens, sans que tu n’exploses ton apport calorique puisque grâce au sucre en poudre Pure Via que j’ai testé pour la première fois dans une recette, ton mini-fondant il est tout léger.

Qu’est-ce qu’il te faut ?2 œufs, 1 cuillère à soupe de beurre, 1 cuillère ç soupe de maïzena, 1 cuillère à café de Pure Via, un peu de cannelle si tu aimes ça.

Et maintenant qu’est ce que tu fais? Préchauffe ton four à 180° C (th 6), fais fondre le chocolat au bain marie et ajoute le beurre. Hors feu, ajoute la maïzena, les œufs battus et le sucre Pure Via. Verse la préparation dans 9 petits moules à muffins et enfourne environ 10 th à 180 °, voire un peu moins selon ton four pour que le cœur reste bien fondant.

Verdict ? Un coeur un bien fondant, l’équilibre chocolat/sucre est comme il faut, pas de petit goût inhabituel, une version tout aussi gourmande mais light grâce à Pure Via à l’extrait naturel de plantes de Stévia. Maintenant il ne te reste plus qu’à tester chez toi cette recette, à visiter la page facebook de Pure Via pour réaliser plein d’autres desserts version plume et enfin à voter pour ma recette en me laissant un commentaire pour que je tente de gagner un cours à l’Atelier des chefs à Paris avec 11 personnes de mon choix !

Et toi, la Stevia tu connais?

Je souffre du syndrome princesse depuis que je suis rentrée de mon séjour aux thermes de Saint Malo.

J’ai eu l’impression d’être Audrey Tautou dans Hors de prix à chaque fois que je suis allée dîner au restaurant la Verrière avec son décor belle époque.

J’ai pensé à Un homme et une femme quand je prenais mon petit déjeuner au restaurant le Cap Horn avec vue sur la mer et la plage immense.

 

J’ai vu arriver dans mon assiette des langoustines, des noix de St Jacques, de la sole, du crabe, du saumon mais aussi du pavé de bœuf fondant, du filet mignon de veau exquis ou encore du filet de poulet grillé et sa fricassée de cèpes à tomber de sa chaise.

 


Le bec sucré que je suis a gardé le meilleur pour la fin : les desserts !

Parfumés, onctueux, légers, fruités, divins mais pourtant si peu caloriques…j’ai été bluffée par le talent et l’inventivité du chef pâtissier Pascal Pochon ! (petit regret : je n’ai pas pu assister à son cours de pâtisserie pour apprendre à se régaler léger car j’avais des soins en même temps..trop dure la vie de princesse je te dis)

Vous êtes sceptique? quelques exemples : Soufflé glacé aux poires (100 calories); Blanc manger aux amandes (110 calories); Pannequet de pommes sur sa sauce cidre (140 calories); Magie noire au chocolat (110 calories); Mikado d’Ananas et son parfait citron (95 calories); Gâteau de fromage blanc au citron vert (140 calories et aussi bon qu’un cheesecake !)

J’ai aussi testé :

le bavoir géant accroché au cou par une serveuse pour déguster sans souci de tâche le homard

 


Au petit déjeuner

Le pain aux algues (le plus blanc sur le photo) avec réticence et pourtant c’est très bon

Le pain au lin délicieux que je vais tenter de refaire avec ma machine à pain

une des spécialités de St Malo : les craquelins qui ne m’ont pas franchement convaincu

Bref j’ai eu la démonstration que diététique peut rythmer avec couleurs, goût et plaisir dans l’assiette et je n’ai jamais aussi bien mangé pendant une semaine !

Et vous, votre recette légère mais exquise?

 


Me demander de parler de gourmandise c’est comme demander à Drucker de poser des questions dans le sens du poil à ses invités, demander à Lio de montrer ses seins dans une émission de la Nouvelle Star ou encore demander à Carla Bruni de dire du bien de son ami Hortefeux…fingers in the nose !

Qui d’autre passe des heures sur les blogs culinaires à baver d’envie devant des recettes chocolatées? qui d’autre est à la recherche de LA recette du cheesecake, ou LA recette du brownie et qui poursuivra sa quête jusqu’à ce que mort s’ensuive? Qui d’autre est prêt à ressortir un dimanche soir sous la pluie et dans le froid en constatant, OGM, qu’il n’y a pas une seule tablette de chocolat d’avance? Qui d’autre choisit avec autant de soins les restos des villes dans lesquelles elle passe? Qui d’autre est prêt(e) à courir à l’autre bout de la ville pour tester le nouveau pâtisser, le nouveau traiteur italien ou le nouveau fromager?

La gourmande ne fait pas dans la demie-mesure, elle a du mal à se contenter d’un seul carré de chocolat. La gourmande n’est pas diététiquement correct, elle ne mange pas parce qu’elle a faim, elle mange pour le plaisir. La gourmande laisse parait-il entrevoir des promesses érotiques aux hommes (vous connaissez la chanson, dis moi comment tu manges, je te dirais comment tu te comportes dans un lit…) mais la gourmande, la vraie, pas la raisonnable, est rarement longiligne sauf erreur de Dame Nature. Alors la gourmande est face à un dilemme cornélien : fruster sa gourmandise et retrouver sa minceur ou libérer sa gourmandise et se plaindre de son poids….

Ce billet est publié dans le cadre du concours lancé par MissBrownie sur son blog Mes doudoux et compagnie sur le thème de la gourmandise bien-sûr.


Mes kilos en trop, je leur trouve toujours plein de bonnes excuses : la grossesse, le stress, ma gourmandise, l’hiver et l’envie de manger des trucs qui tiennent au corps, l’été et l’envie de déguster des glaces, des barbecues et du rosé frais, mon manque d’activité sportive, mon compte en banque qui ne me permet ni de m’offrir une thalasso ni des séances de cellu M6, le plaisir à cuisiner, mon métabolisme de m…., mes régimes à répétition qui ne font au final qu’aggraver les choses et qui me découragent à l’avance d’un nouveau régime,mon addiction au chocolat…..

Ça c’était avant que je réalise que j’hébergeais un coach diététicien à la maison en la personne du chérubin. J’ouvre un tiroir dans la cuisine, à tout hasard celui où je range les tablettes de chocolat et je le vois se radiner en moins de deux pour réclamer son dû. A peine ai-je sorti un petit paquet de gâteaux que le bambin s’en empare pour y goûter et je ne parle même pas de l’idée d’évoquer une dégustation, il y a des mots qui font tilts dans l’esprit d’un gourmand de deux ans.

Du coup, avec mon homme, on épèle les mots à risque…quand il saura son alphabet, on passera à la langue des signes (m’en fout, je sais dire au moins chocolat et gâteau, le minimum vital quoi). Un jour sans légume, et le transit du petit ange s’en ressent. Une série d’abdos improvisée me vaut également les « bravos » enthousiastes de mon fils, qui a déjà conscience que cela relève limite de l’exploit.

Jean-Michel sort de ce corps ! )

Et vous, c’est quoi vos bonnes excuses pour ne pas résister à la tentation?

Pin It