Tag

city guide lyon

Browsing

Il y a une certaine effervescence lyonnaise en cette fin mai début juin avant les vacances d’été et la semaine qui vient de s’écouler a été bien remplie. J’ai l’impression quand je relis ce qui suit que j’ai passé mon temps à manger, ce qui n’est pas totalement faux : ). Voici donc les 6 j’aime de la semaine :

1-Passer le week-end à Marseille

Le ciel était mitigé mais il n’est pas tombé une goutte et il faisait très bon, la durée du séjour était très courte mais qu’est ce que c’était bien de changer d’air et de décor le temps d’un week-end. Je vous reparlerai de mes balades marseillaises et d’une adresse sucrée que j’ai testée bientôt.

2-Etre une maman très gâtée

Cette année pour la fête des mères, mes enfants ont cassé leur tirelire et pour me donner mes cadeaux, ils ont imaginé une chasse aux trésors avec une carte, des indices et des énigmes dans chaque pièce de l’appartement. Je ne sais pas qui d’eux ou de moi s’est le plus amusé : )

3-M’initier au dessin de fleurs avec le livre Doodling créatif de Julie Adore

Si jamais vous suivez parfois mes stories sur Instagram, vous avez peut-être vu qu’il m’arrive de dessiner. Je trouve dans cette activité une façon de me détendre, de me vider l’esprit de ces listes perpétuelles de choses à faire et à penser. Quand j’ai appris que @julieadore dont j’aime l’univers créatif et poétique publiait un livre pour apprendre à dessiner des fleurs, je me suis dit que c’était l’occasion de progresser (je suis nulle en dessin) et de méditer à ma manière (dans le sens où je ne pense à rien d’autre que les mouvements du crayon).

Le livre est très bien fait avec plein d’exemples, d’exercices et des petites choses à découper aussi. Julie Adore lance un challenge basé sur son livre et je vais essayer de le suivre à mon rythme.

Bien que Julie soit un « gros compte » sur Instagram, elle prend toujours le temps de répondre aux commentaires et elle me parait à la fois simple (c’est assez rare finalement pour être soulignée) et bienveillante.

4-Inaugurer un nouveau repère gourmand sucré

Paris avait sa boutique Fou de pâtisserie qui permet à tout bec sucré de trouver à la même adresse une sélection des meilleures pâtisseries parisiennes. Lyon a désormais son repère pour becs sucrés avec des pâtisseries Taffin, Piece of Cake, des viennoiseries du Kitchen Café, des glaces et des sorbets du foodtruck sucré Page Glaces et gâteaux, des macarons choupi Sunny Délices, les babas de Saint Malo, des pâtes à tartiner dont la fameuse noisettine et autres douceurs. Le tout en plein coeur de Lyon juste à côté de Violette & Berlingot  et avec le même souci d’Anne Claire de choisir ce qui se fait de meilleur.

5-Passer une soirée entre Lyon et Caen

Cela sonne comme un discours de Miss France mais sans le blog, il y a pas mal de personnes que je n’aurais jamais rencontré. C’est le cas d’Anne-Laure que j’ai connu d’abord virtuellement avant de la rencontrer en vrai, elle et son chéri, à Lyon puis de la revoir en Normandie. Mardi on a eu l’occasion avec Marion de trinquer et dîner tous ensemble et finalement de tout ce qu’on lit sur les réseaux sociaux et les blogs, les belles rencontres c’est la seule chose que j’ai envie de retenir.

6-Etre encore plus convaincue que les pâtes c’est la vie !

Je ne comprends pas bien pourquoi mais les pâtes sont souvent associées à fin de mois difficiles, à « pour partir en vacances, on va manger des pâtes » (personnellement les pâtes je pourrais en manger tous les jours, je ne vivrais jamais cela comme une punition).

Les pâtes tristes ? Au contraire, on peut les associer à une multitude de produits, les travailler de manière très différentes, les servir en apéro ou en plat.

Démonstration de cet art de déguster les pâtes à la française dit pastronomie :

-avec le menu concocté par Floriant Remont le chef du Bistrot du Potager et son équipe lors d’une soirée autour des produits Saint Jean.

– avec les installations comestibles de Miit Studio dont le lasagna painting qui consistait à garnir comme on le souhaitait des petites plaques de lasagnes passées au four et présentées comme des crackers – en s’inspirant des recettes Saint Jean qu’on a glissées dans un carnet de recettes réalisé par nos petites mains (n’est pas manuel qui veut )) et en testant les nouveaux produits de la gamme – en préparant des beurres aromatisés au citron vert ou au piment d’espelette par exemple pour assaissonner des pâtes très facilement (je crois qu’on maitrisait plus cela que les carnets de recettes avec Estelle et Emilie ; ) J’avais encore une adresse à partager mais je la réserve pour la semaine prochaine : )

Bonne semaine !

 

Vous ne partez pas pour les vacances de Pâques et vous bavez devant toutes les photos de destinations étrangères que vous voyez défiler sur votre fil Facebook ou Instagram ? (toute ressemblance avec une situation vécue n’est pas purement fortuite) ? Voici deux adresses pour voyager sans quitter Lyon.

Un tea time au Bourbon’s house

Le Bourbon’s house propose depuis peu, sur réservation, une formule tea time comme à Londres. La formule comprend 3 sandwich salés (ce jour là un à l’oeuf curry, un brie chutney d’oignon rouge, un asperge coriandre bressaola), 4 pièces sucrées (mini tarte citron, brownie noisettes, millionnaire shortbread..), une verrine (trifle aux fruits rouges), 2 scones (un nature, un aux raisins secs) servis avec de la confiture d’orange et de la confiture framboise maison (très bonne) et du thé à volonté.

Cette escale outre-manche coûte 20 euros (27 euros avec une coupe de champagne en plus) et est située à seulement 5 minutes à peine de l’Opéra. Il n’y a plus qu’à trouver un(e) ami(e) anglais pour vous accompagner : )

Bourbon’s house
22 rue gentil
69002 Lyon

Une escale au Portugal au Café Lisboa

On quitte le frog, les bus impériaux, la garde royale et la reine Elisabeth pour le soleil, les trams jaunes, les azulejos avec le Café Lisboa qui a ouvert, en lieu et place du polo club (qui était branché english food d’ailleurs).

Avec sa devanture verte, sa petite terrasse dans une rue peu fréquentée par les voitures, ses nappes et ses coussins colorés, son patron avec un accent charmant et sa carte avec des plats qui se partagent, le Café Lisboa est une adresse où on a envie de revenir. Je ne suis pas une spécialiste de cuisine portugaise mais je me suis régalée avec la Bacalhau à Bràs (une spécialité à base de morue).

Les pastéis de nata peuvent être dégustés sur place en dessert mais aussi un peu plus tard dans l’après midi. Vous pouvez également les emporter (dans ce cas là faites les très brièvement réchauffer, cela se déguste tiède) et légèrement saupoudrés de cannelle, ils m’ont transporté à Lisbonne !

Café Lisboa
9 rue des Quatre Chapeaux
69002 Lyon

Une série de billets « Le monde à Lyon  » ça vous intéresserait ?

Si vous êtes en balade dans le 6ème arrondissement pour aller au Parc de la tête d’Or ou si vous allez acheter du fromage chez le MOF Didier Lassagne, faites quelques pas de plus et allez admirez la vitrine du chocolatier Florent Thevenon. Je n’ai d’ailleurs pas mis de photos pour vous la laisser découvrir et en échangeant avec cet artisan qui fourmille d’idées, j’ai regretté d’avoir loupé son bassin plein de poissons ou la pelouse qu’il avait installé dans toute la boutique !

Pas de doute, on est bien à Lyon, en attestent ces rideaux rouges ouverts sur une scène accueillant Guignol (ça m’a rappelé ces spectacles où on emmenait les enfants, petits et où on apprenait au passage quelques mots d’argot lyonnais, le discours parfois d’ailleurs plus adapté aux adultes qu’aux enfants).

La spécificité de Florent Thevenon est que c’est une petite entreprise comme chantait l’autre : une seule boutique, une petite équipe, un labo pas immense où j’ai pu jeter un oeil (et humer l’odeur du praliné en préparation). Tout un bestiaire attendait sur une grille et il n’y a pas besoin d’avoir fait Saint Cyr (sombre référence vu son actualité) pour voir tout de suite que les moulages du chocolatier sont différents de ce qu’on voit ailleurs.

Florent Thevenon créé en effet ses propres moules en silicone à partir de modèles (souvent des jouet ou des figurines ) qu’il glane ici ou là. Il « ‘s’amuse » ensuite à travailler le rendu, la « matière » : Dans des collections précédentes, à brosser pour donner un effet bois ; cette année pour donner l’effet de poils d’animaux ou de peau de crocoAutre spécificité de Florent Thevenon : il expose régulièrement sur les murs de sa boutique des toiles d’artiste …peut être une autre façon de ne jamais tomber dans la routine (d’une année sur l’autre, la plupart des sujets en chocolat changent) ou de rencontrer d’autres personnes, d’autres univers et qui sait trouver une nouvelle source d’inspiration (là je brode)).

Comme visiblement ce chocolatier aime les choses singulières, ses truffes sont carrées et pour les avoir goûtées au Salon du Chocolat quelques éditions en arrière, je vous les conseille (c’est d’ailleurs un produit phare de la boutique).

Chocolaterie Florent Thévenon,
53, rue Tête-d’Or.
69006 Lyon

Et vous, Florent Thevenon vous connaissez ?

Peut-on passer devant la devanture d’une chocolaterie sans jamais y entrer ? Oui et c’est d’autant plus incompréhensible que l’une des particularités de la chocolaterie Pelen est de transformer elle-même son cacao des fèves à la tablette ( bean to bar) dans son labo de Lons-Le-Saunier où est née la maison Pelen en 1899.

Arnaud Pelen est aujourd’hui aux commandes de cette maison après son arrière grand-père, grand-père et père. Il a grandi dans les effluves de chocolat, a hésité un temps entre électronique et métier de bouche pour finalement choisir de régaler les gourmands (et il est passionnant quand il parle de chocolat et de praliné !).

Il travaille avec des fèves provenant de l’île de la Trinité /Équateur / Vénézuéla /Côte d’Ivoire (pour les tablettes et les mousses) / Madagascar / Sri Lanka.

chocolaterie PelenLes fèves de cacao sont torréfiées dans le labo de Lons-le-Saunier mais également les grains de café. Ils sont utilisés *pour fabriquer de l’essence de café et aromatiser certaines pâtisseries
* de l’extrait de café qui est mélangé à de la couverture chocolat lait pour les palets chocolat orange.

Tous les jus de fruits sont également fabriqués maison : framboise, cassis, fraise…certains se retrouvent dans les ganaches de chocolat, d’autres dans un des 18 parfums de glaces et sorbets proposés à la boutique de Lons-le Saunier.

Bref si les emballages ont un côté vintage, ici la maison ne s’est pas inventée une histoire. Elle existe bien et bien depuis quatre générations, elle a repris les mêmes recettes et tient à perpétuer une tradition familiale privilégiant la qualité à la quantité.

chocolaterie Pelen

Le praliné dans tous ses états

Le produit phare de la maison est, depuis des générations, le praliné fabriqué toujours artisanalement. Dans un premier temps, les fruits secs (noisettes du Piémont, noisettes romaines, amandes de Provence et de Valencia, pistaches de Sicile, cerneaux de noix de Serlat selon les produits) sont sablés avec le sucre. La cuisson dure 1h15 (et je vous laisse imaginer la divine odeur qui doit flotter dans l’air). On laisse ensuite refroidir la pâte obtenue pendant une journée avant un pré-broyage dans un mélangeur. Le concassage s’effectue dans un broyeur en granit pour obtenir un praliné grossier et dans un broyeur 5 cylindres pour obtenir un praliné très fin (selon son usage).

Ce praliné se retrouve dans plusieurs spécialités de la maison :

les madeleines qui existent depuis des générations (une coque en chocolat noir refermant un praliné noisettes amandes)

chocolaterie Pelen les galets de Chalain (le lac de Chalain étant un lac du Jura qui a l’air un fort joli coin ) composés d’un fin praliné aux amandes et noisettes dans une coquille en nougatine

L’amande royale assez proche des galets si ce n’est qu’elle est enrobée d’un chocolat amer pour un rendu moins sucré

Le malakoff

chocolaterie Pelen♥ ♥ Le mentchikoff avec sa meringue trempée à la fourchette pendant deux jours (j’ai un gros faible pour cette spécialité du fait du contraste entre le praliné qui fond et la meringue qui craque en bouche)chocolaterie PelenLes huitres fourrées au praliné

chocolaterie PelenLe pavé des Arcades : un praliné aux éclats de noisettes, trempé dans une couverture de chocolat amer, poudré de cacao

chocolaterie Pelen♥♥ La pâte à tartiner avec 57% de fruits secs (je vous laisse comparer avec les pâtes à tartiner industrielles)

chocolaterie PelenRayon pâtisserie, on retrouve le praliné dans le fameux Écureuil, celui qu’on appellerait aujourd’hui la « pâtisserie signature », celui qui a ses fidèles, sa clientèle d’habitués qui ne viennent que pour lui depuis des années et des années. L’écureuil a été créé en 1944 pendant la guerre en pleine période de restriction alimentaire et de tickets de rationnement. La femme du pharmacien de Lons-le-Saunier, Mme Charon, cliente de la maison Pelen, se rendit un jour à la chocolaterie avec des noisettes (denrée rare à l’époque) avec le vœu que Mr Pelen lui confectionne un gâteau avec . Depuis la recette n’a pas bougé : sous une pâte d’amande maison aromatisée au café, l’Écureuil est composé d’un biscuit amandes et noisettes et d’une crème praliné.

Si vous aimez la noisette et la pâte d’amandes, je vous conseille de le goûter, j’ai été agréablement surprise à la dégustation alors que je ne suis pas une fan de crème au beurre, le goût de noisettes domine et pas de sentiment de « déjà vu » malgré toutes les pâtisseries que j’ai déjà pu manger dans ma vie. chocolaterie PelenQue serait le Paris Brest sans le praliné ? et quand il est aussi bon que celui de la maison Pelen et que la crème au praliné renferme un coeur de praliné intense, le plaisir est au rendez vous (pour 3.60 € seulement ! )

chocolaterie PelenLe praliné est aussi au coeur d’un des cakes de la maison et pour le goûter c’est un aller simple en enfance.

chocolaterie Pelen

chocolaterie PelenLa chocolaterie Pelen propose également d’autres pâtisseries comme la tarte aux pamplemousses (avec une pâte sablée et une crème amandes pistache qui s’équilibre très bien avec l’amertume du pamplemousse)

chocolaterie Pelen

Le Ministre (ce que j’appelerai un trianon et qui est, peut être, ma pâtisserie au chocolat préférée) composé d’un praliné feuilletine sur un biscuit joconde et d’une mousse chocolat amer (celui là je suis sûre que je le reprendrai).

chocolaterie PelenLe choco-framboise composé d’un biscuit sacher chocolat, d’une mousse au chocolat et d’un coeur de framboises fraîches. Le mariage fonctionne très bien.

Et encore d’autres cakes comme celui au citron ci dessous, des éclairs (à mon avis, il faut goûter le chocolat), un chou chantilly, l’ébène qui a aussi ses fans (un fond de succès avec amande noisette et ganache chocolat) et bien d’autres pâtisseries.

Pâques à la chocolaterie Pelen

A quelques jours de Pâques, la boutique lyonnaise de la chocolaterie Pelen ( qui existe à Lyon depuis 35 ans) débordait de cloches, poules, lapins, oeufs et fritures quand j’y suis rentrée.

Pour une grosse partie des pièces (sauf les plus petites), la maison Pelen utilise les mêmes moules en fer étamé génération après génération. La tradition peut être autre chose qu’un concept marketing vide !

 

chocolaterie Pelen

chocolaterie Pelen

Et vous, la chocolaterie Pelen vous connaissez ?

 

 

Si je vous demandais quel dessert vous fait retomber immédiatement en enfance, que répondriez-vous ? Personnellement, me viennent en tête les tartines de pain avec des morceaux de chocolat au lait que mon père faisait griller au four, les tartes aux pommes de ma mère,  les oreillettes à la fleur d’oranger de ma grand-mère ou la flognarde de mon autre grand mère. Bon en fait comme souvent j’ai beaucoup de mal à ne citer àm’arrêter à un seul choix . C’est en tous cas cette « madeleine de Proust » qui a été le thème de 3ème rdv des becs sucrés lyonnais (si vous avez manqué les épisodes précédents, cela se passe ici et ici) le 17 février dernier au Mob Hôtel.

Le lieu du goûter : Mob Hôtel Lyon

Comme pour les éditions précédentes, nous (je ne parle pas de moi à la troisième personne, le nous c’est Émilie qui est ma co-équipière de choc dans l’organisation de ces évènements) avons cherché un lieu chaleureux, lumineux si possible, assez grand pour accueillir une quinzaine de gourmands, singulier et situé dans Lyon et nous avons eu la chance d’être accueillis par Mob Hôtel Lyon ( Pour lever tout de suite toute ambiguïté, ce goûter n’est pas un des « services » de cet hôtel, c’était un évènement privé. )

Je n’avais pas encore eu l’occasion de découvrir ce lieu à 3 minutes à pied de l’arrêt de métro Musée des Confluences et j’ai beaucoup aimé la grande pièce de vie/ restaurant avec l’immense bibliothèque, les canapés qui donnent envie de rester bouquiner ici toute la journée, la cheminée et la déco.

Mob Hôtel a aussi la particularité, entre autres, d’avoir des espaces réservés à des boutiques éphémères accueillant des créateurs, une salle dans laquelle se tiennent par exemple des cours de Yoga et un espace où vous pouvez vous relaxer, prendre une douche même si vous arrivez à l’hôtel avant l’heure du check-in (plutôt que d’errer comme une âme en peine avec vos bagages dans le hall d’accueil )).

J’ai juste vu les chambres en photos mais leur décoration a l’air aussi originale que dans les espaces du Mob Hôtel et je me dit qu’à défaut de pouvoir partir loin, s’offrir un staycation ici (en plus je crois qu’ils ont des chambres familiales), cela peut être sympa. Et puis j’ai prévu de revenir déguster une pizza ici à l’heure du déjeuner.

madeleine de proust madeleine de proust madeleine de proust

Madeleine de Proust : des biscuits, des gâteaux et autres douceurs d’enfance

Les desserts liés à l’enfance ne manquent pas mais avec nous nous étions fixées la règle suivante : mettre en avant de nouvelles adresses par rapport aux deux précédentes éditions. Ainsi étaient présents sur la table de ce goûter :

L’Impoli de Mercredi Biscuiterie (cette jeune femme retravaille tous les basiques de nos goûters d’enfance comme le napolitain, les pim’s, les twix et autres gâteaux industriels dans une version fait maison et sans additifs, colorants, etc….et la bonne nouvelle c’est qu’elle va bientôt ouvrir sa boutique)

Le cake marbré chocolat noisette de Piémont de Signé Extrait 

Les rochers coco de chez Maison Deschamps 

Les bugnes, kougn-amann et madeleines de Maison Guitel

Les bonbons (verveine citronnée, pommes cuites, framboises fourrées )de Violette et Berlingot  

La tarte aux pralines d’ A la Marquise  (qui présente de bons morceaux d’amande en plus de la crème et qui, contre toute attente, n’est pas trop sucrée)

Le flan de la Maison Dias 

Pas de classement, juste le plaisir de se retrouver, de déguster ensemble, de partager son ressenti voire son émotion (soyons fous !). …et à l’issue de ce goûter, plus que quelques miettes sur la table (c’est bon signe, je crois).

madeleine de proust madeleine de proust Au 3ème RDV des becs sucrés lyonnais, ont répondu présents avec gourmandise et enthousiasme :

 

Ils ont publié plein de belles photos qui mettent l’eau à la bouche sur Instagram et sur Facebook, nous les avons rassemblé dans cet  album Facebook (nous déclinons toute responsabilité en cas de grosse envie de goûter )

Un grand merci à tous ceux qui ont  participé à notre « madeleine de Proust : Mob Hôtel, les artisans et les commerces, les gourmands et bien-sûr ma chère Émilie.

Voilà c’est fini comme dirait Jean-Louis Aubert mais après une petite phase nostalgique, nous cogitons pour le prochain rdv 100% sucré.

Alors cette madeleine de Proust ?

Je vous ai dit combien j’aimais mon quartier. Plateau ou pentes, je ne me lasse pas de m’y balader et quand je le peux, je teste aussi de nouvelles adresses . Alors attention il ne s’agit pas de toutes nouvelles adresses qui sentent encore la peinture sur les murs (j’ai renoncé à cette course entre blogueurs ou city guides en ligne pour être LE premier à parler d’un nouveau lieu …ça me fatigue )) mais elles sont tout de même relativement récentes. Et puis si vous êtes lyonnais et que vous les connaissez déjà toutes, ces 3 lieux serviront peut être à des non-lyonnais de passage dans le plus beau quartier de Lyon.. la Croix-Rousse bien-sûr !

Tortilla chips, guacamole maison et tacos à Go Mex Cantina

On commence par une adresse sur les pentes de la Croix-Rousse, presque à deux pas de l’Hôtel de Ville : Go Mex cantina, qui se définit comme les cantines qui existent au Mexique. Si vous voulez être dans la salle du haut (que je trouve plus agréable), je vous conseille de réserver, surtout si c’est le week-end mais y compris pour le midi.

La déco des murs et des luminaires joue sur les couleurs vives, les motifs tropicaux, les assiettes sont colorées…dans un mois de janvier très gris après un mois de décembre très gris, on apprécie.

On nous demande, une fois notre choix fait, si on veut la « version » épicée ou « non épicée ». On se la joue prudent pour cette fois mais la prochaine fois j’essaie avec épices.

Ce que j’ai aimé :
-la salle du haut
-les tortillas chips cuits maison (rien à voir avec ceux qu’on achète en grandes surfaces)
-le guacamole maison trop bon (il n’a pas fait un pli)
-les tacos (on en a pris différents : échine de porc confit/dinde marinée /boeuf braisé et nous nous sommes tous régalés)
-les prix : 5.90 l’assiette de tortillas et guacamole à partager ; 7.90 les deux tacos ou 10.90 € les 3Pourquoi y retourner ? parce que tout est frais, fait sur place, la viande est délicieuse et aussi pour goûter le reste de la carte : les ceviche, les quesadillas et pourquoi pas une petite tequilla : )

GoMex Cantina
Place de Forez
69001 Lyon
leur page Facebook

Pancakes à volonté, tartines et œuf cocote au Chien Perché

Le dimanche midi, de temps en temps, on s’offre le luxe de mettre les pieds sur la table le temps d’un brunch. Je sais qu’il y a des anti-brunch (à chacun ses combats hein )) mais si ce n’est pas votre cas, sachez que dans la montée de la Croix-Rousse une adresse familiale et conviviale propose les dimanches une formule à 20 € (tout est fait maison et avec des produits frais) comprenant des œufs fermiers cocotte au comté, pommes de terre grenaille rôties au thym et salade verte de Caluire (juste à côté), une tartine au choix (j’ai pris l’hivernale au potimarron rôti, châtaigne et reblochon), un fromage blanc aux sablés et caramel au beurre salé, des pancakes à volonté avec des confitures maison et un caramel maison , une boisson chaude au choix et un verre de jus de fruits artisanal au choix.

Ce que j’ai aimé :
-la vaisselle anglaise dépareillée (je n’ai quasi pas pris de photos mais il y a plein de chouettes théières )
-l’accueil des enfants à qui a été proposé un panier avec des jeux pour occuper le temps. Même si maintenant les miens sont grands et patients, ils étaient contents d’avoir quelque chose pour jouer
– les paniers en tissu dans lequel est servi le pain qui viennent de la Fabrique à côté (c’est chouette de faire travailler les commerçants voisins )
– une formule avec des plats chauds
-les pancakes à volonté (dès qu’il n’y en a plus, ils en remettent ) et pas de nutella : ) Pourquoi y retourner ? parce qu’on a bien mangé, que l’accueil était souriant et que je suis curieuse de goûter à leur cuisine familiale en dehors du brunch

Au chien perché
108 Montée de la Grande-Côte
69001 Lyon
Leur page Facebook

Carrot cake et ateliers de pâtisserie au salon de thé Tonka

Encore plus près de chez moi et sur le plateau de la Croix-Rousse cette fois, le salon de thé Tonka a ouvert ses portes à la fin de l’année 2017.  Le lieu propose des cupcakes (sans crème au beurre remplacée par de la chantilly), un banoffee (que je n’ai pas goûté car je n’aime pas les desserts à la banane), un carrot cake (oui celui en Une de ce billet et il est aussi bon que beau), des cheesecake en pots mais aussi une formule déjeuner avec une tarte ou une soupe, un dessert et un expresso pour 8 euros.
Le menu change toutes les semaines. Tonka va bientôt proposer un brunch, des places en terrasse (quand on aura fini d’avoir froid) et des ateliers divers avec des intervenants ponctuels. Gaëlle fait l’accueil en salle, Marine est en cuisine et comme elle est spécialisée en cake design, elle confectionne des gâteaux licorne, des pop cake arc en ciel et autres gourmandises thématiques pour les anniversaires.

Ce que j’ai aimé :
-l’accueil super gentil
-le prix de la formule du midi avec des légumes qui viennent du potager du papa de Gaëlle, du pain qui vient du Fournil des Artistes (plus local c’est pas possible)
– le carrot cake très peu sucré, moelleux, avec des gros morceaux de noix (et en plus Gaëlle m’a demandé si je voulais emporter ce que je n’avais pas fini …moi qui déteste jeter de la nourriture, j’ai apprécié )
-les ateliers pâtisserie en comité très restreint : j’en ai suivi un pendant lequel nous avons préparé une tarte au citron meringuée et si la meringue italienne me faisait un peu « peur », je pense avoir compris tous ses secrets
-Sonos, la station de radio anglaise en fonds sonore (c’est peut être anecdotique mais après des chansons plutôt pop, le speaker parle anglais et c’est chouette )

Pourquoi y retourner ? pour discuter avec Gaëlle parce qu’entre passionnées de pâtisserie, nous avons toujours des choses à nous dire, pour reprendre une part de carrot cake, pour tester un atelier de pâtisserie enfant pour ma fille.

Tonka
Place Bertone
69004 Lyon
Leur site internet

Comme la Croix-Rousse est le quartier que je connais le mieux à Lyon, je lui ai dédié une rubrique spéciale que vous retrouvez dans le menu sous la catégorie Lyon City Guide. J’ai déjà quelques idées d’articles pour faire grandir cette nouvelle catégorie.

Est ce des articles spécial Croix Rousse, cela vous intéresse ?

Pin It