Tag

Anvers

Browsing

 Quand je visite une ville où je n’ai jamais mis les pieds, avant de partir j’essaie de me renseigner sur les bonnes adresses sucrées et une fois sur place, si l’emploi du temps le permet je m’arrange pour aller voir les boutiques, salons de thés, pâtisseries en question à défaut de pouvoir toujours goûter aux produits. Anvers n’a pas échappé à la règle : j’avais entendu parler de Dominique Persoone à l’occasion du reportage sur le cacao diffusé sur Canal + et j’avais noté son adresse. Idéalement j’aurais aimé voir aussi les fameuses mains d’Anvers, des petits gâteaux spécialités de la ville, passer par la boutique de Pierre Marcolini mais je n’avais que quelques heures devant moi et la personne qui m’accompagnait a déjà supporté sans rien dire cette lubie de bec sucré )

Au delà de le l’intérêt que peut susciter le chocolat, The Chocolate Line est situé dans un ancien palais, le Palais du Meir qui a vu se succéder Napoléon Bonaparte, Guillaume 1er et le roi Léopold II. Le décor de la boutique est donc unique entre les grandes peintures, les hauts plafonds, les portes et les lustres imposants.

chocolate linethe chocolate line 2

the chocolate line 3

the chocolate line 19

the chocolate 8

Du labo attenant à la boutique émanait une odeur plus qu’agréable (jamais je ne pourrais m’en lasser !) alors que derrière des parois vitrées, deux artisans chocolatiers s’affairaient à décorer des œufs en chocolat. Entre son portrait un flingue en chocolat à la main, ses truffes conditionnées comme s’il s’agissait de pilules et ses produits, on devine un grain de folie chez Dominique Persoone qui, pour autant, reste très raisonnable côté prix d’après ce que j’ai pu en juger ce jour-là.

the chocolate line 4

the chocolate line 5the chocolate line 6

the chocolate line 7

La gamme des produits proposés comprends des ganaches, des tablettes, des sujets de Pâques mais des choses aussi plus surprenantes comme ce chocolate shooter qui nous invite à charger un petit appareil en plastique d’une poudre chocolat framboise par exemple, à sentir, et à sniffer…bon j’avoue que je trouve ça limite comme idée. Je lui préfère le pot de chocolat fourni avec un pinceau et je vous laisse imaginer tout ce que vous pouvez faire avec en bonne compagnie )

the chocolate line 10the chocolate line 13

the chocolate line 15

the chocolate line 18

the chocolate line 20

the chocolate line 23

the chocolate line 26

Je n’étais ni malade, ni barbouillée mais je n’ai rien ramené de cette boutique, ni même rien goûté (il n’y a que Valrhona pour proposer du chocolat open bar ? ), je ne pourrais donc pas me prononcer sur la qualité de son chocolat. Voilà un prétexte tout trouvé pour retourner à Anvers )

Si vous avez de bonnes adresses sucrées spécial Belgique (j’aimerais bien aller à Bruges un jour ) à recommander, n’hésitez pas !

Article sélectionné dans la Une des adresses gourmandes de Libéfood :

chocolate line

anvers 2

La première image que l’on a souvent d’une ville inconnue c’est son aéroport ou sa gare. Parfois c’est lugubre et triste et parfois ça met dans le bain immédiatement avec l’architecture du pays comme c’est le cas pour la gare d’Anvers surprenante avec ses trois niveaux de quais et au hall impressionnant. Juste à côté, se trouve le plus vieux zoo d’Europe, en plein centre ville et quelques façades art déco.

anvers gare

anvers37

anvers 5

anvers 1

Pas de saut dans l’espace temps mais l’essentiel de ma première journée à Anvers étant consacrée au travail, je ne suis ressortie qu’à la nuit tombée. Est-ce le froid, le fait que nous étions un lundi soir mais le centre historique pourtant charmant était quasiment désert ? cela créait une ambiance plutôt irréelle et pas forcément déplaisante, l’impression que la ville m’appartenait pour quelques heures. Je n’avais ni guide ni parcours tout tracé, j’ai emprunté les ruelles au hasard découvrant tavernes et bâtiments en briques rouges, une immense place bordée de façades qui m’ont rappelé celles vues à Bruxelles, statues et cathédrale.

anvers 8

anvers 9

anvers 10anvers 11

anvers 14

anvers 16

anvers 18

anvers 19

anvers12

anvers15

Le lendemain matin, un ciel bleu était au dessus de ma tête, les températures étaient toujours aussi basses, j’ai flâné dans Anvers, empruntant peut-être les mêmes chemins que la veille mais découvrant de jour d’autres détails comme ces murs peints (petite pensée pour Sandrine du blog Rêver d’ailleurs en passant).

anvers 23anvers22

anvers 24

anvers 119

Malgré les gants, le manteau et l’écharpe, le froid m’a poussé à rentrer dans une ancienne salle de bal reconvertie dans une galerie commerçante au style peu ordinaire. J’aurais bien pris une coupe au bar de champagne suspendu en hauteur mais il était à peine 11h et je devais rejoindre l’hôtel avant le départ.

anvers 122

anvers30anvers29anvers27

Encore quelques pas dans la ville, quelques minutes dans une cour qui avait de faux airs avec l’Hermitage d’Amsterdam et ma visite express d’Anvers touchait déjà à sa fin.

anvers35

anvers 32

anvers34

anvers 31

Comme vous vous en doutez si vous lisez ce blog régulièrement, impossible de voyager sans revenir avec des photos gourmandes ….à suivre )

Et vous, Anvers vous connaissez ?

Non, je ne me suis battue contre personne lors de mon court passage à Anvers mais le jeu de mots me chatouillait comme ce jukebox que j’ai dans la tête et qui se déclenche sans crier gare. Le quartier du Port était d’ailleurs quasi désert ce matin là, peut-être parce que ce n’est pas le plus touristique de la ville, peut-être parce qu’il faisait particulièrement froid pour un 26 mars (température ressentie négative, petits tas de neige gelés par endroits, gants et manteau chaud plus que conseillés). En marchant le long du quai et en regardant les yachts amarrés, j’ai imaginé cet ancien bassin portuaire et ces docks transformés aujourd’hui en résidences alors qu’au fond, sur le ciel bleu, se découpait, la grande tour ocre appelée le Mas, dont j’avais entendu parler la veille pour son restaurant gastronomique (2 étoiles au guide Michelin) avec vue panoramique sur Anvers.

Le hasard voulut qu’à peine à l’intérieur de ce bâtiment, musée de 60 mètres de hauteur  aux collections prestigieuses et dont certains espaces sont accessibles gratuitement, une sirène retentit. On m’expliqua en flamand puis en anglais devant mon air ahuri qu’un exercice d’évacuation commençait. Heureusement j’ai eu l’occasion, un peu plus tard dans la matinée de rentrer dans cet endroit qui a pour vocation de retracer l’histoire de la ville. Pas le temps de visiter les salles, j’ai monté les 10 étages et découvert les couloirs, véritable promenade avec les murs peints et les oeuvres accueillant les visiteurs à chaque pallier. Arrivée tout en haut, je pensais que la terrasse serait ventée et terriblement froide mais elle était au contraire à l’abri et j’ai admiré le splendide panorama à 360 ° sur Anvers.

 

A la première vue impressionnante du Mas du fait même de son architecture (hauteur, grandes vitres ondulés, mains symbole de la ville), se sont superposées ces petits morceaux d’Anvers aux touches de briques rouges.

La prochaine fois, je vous emmène dans le centre historique de la ville, vous me suivez ?

Pin It