Tag

acquisition marche

Browsing

Oui je sais je ne suis pas trop foulée pour le titre (sache tout de même que le choix d’un titre est souvent l’objet d’atroces souffrances…je l’aimerais suffisamment parlant et accrocheur pour qu’on ait envie de lire la suite, je l’aime aussi à références, ce qui n’est d’ailleurs pas toujours compatible). J’avais pensé à « elle marche seule » mais c’était déjà pris par le frère, étant donné que dans la fratrie ils ont tous décidé de me faire le coup de qui marchera le plus tard possible.

Le « un volcan s’éteint, ma fille s’éveille » était imaginable puisque la Miss s’est lâchée en Auvergne mais je trouvais cela un brin emphatique et cela suggérait que par ailleurs, elle n’était point vive, ce qui est loin d’être le cas.

En plus, pas moyen de trouver une photo qui me convienne….je pense avoir cherché plus d’une heure mais elles représentaient toutes des bébés car oui normalement un enfant marche entre un an et 18 mois ) Te voilà donc avec un gros plan sur des chaussures roses (façon subtil de dire je parle d’une fille, youhou !) …statiques.

Enfin le principal n’est peut-être ni le titre ni la photo mais l’événement (le mot peut paraitre démesuré mais vu toutes les tensions qui se sont nouées autour de la question il me parait juste) : ma fille marche sans tenir mes mains, toute seule. Elle découvre tout ce qu’elle n’avait jamais expérimenté jusqu’à présent : pousser la poussette de ses poupées, un chariot de petite marchande, surtout ne pas contourner les flaques d’eau mais mettre le pied bien dedans, aller puiser dans le coin déguisement du frère et revenir avec un chapeau, un foulard, une paire de lunettes sur la tête.

Bon la démarche manque encore d’assurance, on a un peu l’impression qu’elle marche avec des patins à roulette avec léger balancement vers l’arrière et moulinet des bras pour garder l’équilibre. Je ne sais pas si cette image parlera à grand monde mais j’ai parfois l’impression de revoir une scène de La Boum, celle où Claude Brasseur, tente de ramener sa fille Vic (Sophie Marceau) à la maison et la poursuit tant bien que mal dans une boîte de nuit où l’on ne peut rentrer qu’avec des rollers au pied.

 La dernière fois que j’en avais parlé sur ce blog c’était juste avant Noël espérant qu’elle se déciderait pour courir au petit matin chercher ses cadeaux au pied du sapin….j’ai du regarder trop de téléfilms américains sur M6.

Les mois ont passé et il n’y a pas eu un jour sans qu’on nous en parle. Florilèges : vous avez essayé le trotteur? vous avez essayé le porteur? quoi vous n’avez pas encore fait de radio de la hanche? quoi elle n’a pas vu de neuropédiatre? les chaussures ça tient la cheville ! surtout pas des chaussures, il faut qu’elle sente le sol avec sa voûte plantaire;  ne faites pas les choses à sa place; vous êtes trop inquiets elle le sent; elle vous mène par le bout du nez; faites comme si de rien n’était; vous ne la stimulez pas assez; elle marche toujours pas ?

On a quand même tenu bon contre l’avalanche d’examens car on savait qu’à part ce gros retard, tout allait bien. Lors d’une visite en PMI, après examen, il s’est avéré qu’elle est même plutôt en avance sur son âge pour le langage, les couleurs et d’autres aptitudes d’une enfant d’un peu plus de 2 ans et demi.

On a aussi échappé au magnétiseur âprement conseillé par ma belle-mère. Quand la médecine n’a pas d’explication, la tentation d’essayer tout et n’importe quoi est grande (attention je ne nie pas certains pouvoirs des magnétiseurs mais de là à faire marcher une enfant …enfin bon tu m’as compris).

On a laissé une somme certaine chez la psychomotricienne avec le sentiment de jeter l’argent par la fenêtre puisque la Miss ne voulait quasiment suivre aucun exercice demandé.  J’ai quand même fini par suggérer que les séances seraient peut-être plus constructives si nous n’étions pas présents.

On a tenté aussi la piste psy qui ne s’est quasiment jamais adressée à ma fille mais à moi, principale responsable dans l’affaire : mes fausses couches (avant son frère quand même), mon désir de la garder bébé car je ne veux pas d’autre enfant après elle…et sinon qu’est-ce qu’on fait concrètement au quotidien? ça c’est à vous d’y réfléchir Madame…au revoir, merci, c’est 60 euros (non remboursé of course).

Bref si jamais de jeunes parents lisent ce billet espérant trouver des explications ou des conseils, je crains de n’être d’aucune aide, si ce n’est celle de leur dire « ça arrive parfois ». Chaque enfant est unique, a son histoire, son tempérament, son empreinte génétique, je ne me risquerais sûrement pas à tirer de conclusion. Ce qui est vrai pour la Miss ne l’est que pour elle.

On se posait beaucoup de questions sur sa rentrée en maternelle. De ce côté, les choses s’éclaircissent même si tout n’est pas réglé (à commencer par la propreté).

Je voudrais finir ce billet en remerciant Galliane car c’est avec elle que Mademoiselle s’est lancée, oubliant tous les discours lui rabâchant de se lancer, d’y aller, pour avancer de quelques pas vers ses bras. L’air de l’Auvergne y est peut-être pour quelque chose..les Auvergnats affirmeront que oui ). De retour à Lyon, il y a eu encore des hésitations et puis quand on lui demandait rien, elle s’est décidée…et depuis elle ne s’arrête plus )

Pin It