Tag

7ème art

Browsing

Il existe une rumeur selon laquelle l’été est synonyme de néant, de grosses daubes et séries B américaines au cinéma. Aujourd’hui je vais tenter de démontrer que c’est totalement faux et que tu peux envisager de te rendre dans les salles obscures en juillet et en août pour autre chose que  la climatisation.

Voici 6 raisons de faire rimer été et ciné :

1) Se balader dans la campagne anglaise, savourer le délicieux accent des personnages et partager leur tour des restaurants gastronomiques british dans The trip.(voir la bande annonce en VO et désolée pour la pub avant)

 

 

2) Être sous le charme de Mathieu Demy (ben oui je ne sais pas pourquoi mais je le trouve charmant…une fois je me suis même retrouvée assise à côté de sa mère, Agnès Varda et je n’avais qu’une envie, l’interroger sur son fils), goûter au plaisir d’une comédie romantique un peu inconsistante mais agréable à regarder avec l’Art de séduire (voir la bande annonce)

3) Traverser une partie du Canada en train, avoir presque froid dans son fauteuil …s’envoler avec le personnage masculin de Voyez comme ils dansent (voir la bande annonce)

4) Frissonner avec le dernier film d’Almodovar La piel que habito (voir la bande annonce ici)

5) Arriver en vaporeto à Venise, y poser ses bagages et observer les liens qui unissent André Dussolier, Carole Bouquet et Mélanie Thierry dans Impardonnables (voir la bande annonce ici)

 

 

6) Chantonner dans sa barbe, voyager des sixties à aujourd’hui, de Paris à Londres grâce aux Biens aimés, découvrir Michel Delpech en tant qu’acteur (voir la bande annonce)

 

De l’évasion, de l’amour, du suspense, de la bonne bouffe, des émotions, voilà tout ce qu’offre le 7ème art cet été !

Et toi, l’été tu vas au ciné?

 

 


crédit photo : galerie theENDpeace, etsy

Mon passeport a la forme de tickets, pour tout bagage je prends mon sac à main avec l’indispensable paquet de mouchoirs à l’intérieur, je voyage en petit comité ou en foule parfois, les destinations sont rarement les mêmes.

Je m’installe souvent au bord de la rangée, j’enlève toujours mon blouson, sauf si la climatisation est poussée à fond…j’attends le décollage avec une certaine impatience. Je souffre rarement de jet lag mais le dépaysement est garanti.

Du Nord avec Welcome (Calais) à l’Alsace, avec Tous les soleils (Strasbourg), en passant par le Vercors des frères Larrieu (dans Peindre ou faire l’amour), le Lubéron (Parlez-moi de la pluie) ou le Cap Ferret (Les petits mouchoirs), j’ai sillonné les routes de France. J’avoue m’être attardée un peu plus dans le Sud : j’ai découvert Sète (La graine et le mulet; Coup d’éclat), j’ai vécu un dilemme amoureux à Marseille (Marie-Jo et ses deux amours), j’ai eu vue sur la mer à Monaco (L’arnacoeur).

En un temps record, j’ai franchi les frontières pour des pays gorgés de soleil : j’ai chanté Mama mia en Grèce, j’ai senti le vent de la Sicile dans mes cheveux avec Respiro, j’ai aimé l’Espagne de Woody Allen (Vicky Cristina Barcelona) ou d’Almodovar (Volver, Les étreintes brisées).

J’ai traîné mes guêtres très souvent à New York : de Brooklin Boogies à Manhattan, de Quand Harry rencontre Sally à Two lovers, j’ai vu la ville sous différents visages, à diverses saisons.

Je n’aurais jamais cru pouvoir m’offrir un billet pour Hong Kong (In the mood for love) ou pour Tokyo (Lost in Translation) et maintenant que j’ai goûté au plaisir de ces voyages immobiles, je ne suis pas prête de ranger mes bagages.

Et toi, est ce que tu t’évades au cinéma ?

 

 

Pin It