vin Archives - Chroniques d'une Chocoladdict
Tag

vin

Browsing

Allez on saute à pieds joints dans 2017 (« j’y vais mais j’ai peur ») avec des litres de thé pour me réchauffer (en photo le très parfumé thé des neiges, un mélange de thé blanc et de thé vert qui vient de chez Torü et qui, non seulement embaume toute la pièce quand il infuse, mais peut se boire à n’importe quelle heure de la journée) et des crèmes spécial hiver pour chouchouter ma peau (malgré le froid de cette fin décembre, j’ai réussi à éviter les gerçures et  autres bobos avec la crème pour les mains Polaar dite « véritable crème de Laponie » -celle qu’utilise le Père Noël bien sûr – et le baume lèvres de la même marque présents dans Ma boîte à beauté).

En réponse à la grisaille lyonnaise de ces deux dernières semaines, j’ai osé le rouge à lèvres orangé velouté sans transfert de Sephora. Malgré son prix, il tient très longtemps et si, comme moi, vous êtes brune avec le teint pâle (tendance pâlichonne voire maladive pour certains de vos interlocuteurs particulièrement délicats), il vous donne bonne mine immédiatement.

Toujours rayon « accessoires », je suis fan de mes nouvelles boucles d’oreille (merci Papa Noël) en cuir Lucky Rosetta, créatrice dont j’ai aussi un pendentif feuille et qui a imaginé également des bracelets manchette pour lesquels je craquerais bien.

Entre deux gorgées de thé (et de vin aussi de temps en temps, la dernière belle découverte étant le Gewurztraminer Grand Cru Brand 2012 dont je vous avais parlé ici et que j’ai tellement apprécié en apéritif que j’espère pouvoir en racheter), je me suis plongée dans de nouvelles lectures (vous aussi, vous lisez plusieurs livres en même temps ?).

Carthage est dans mon sac à main et m’accompagne dans mes trajets : autant dire que j’ai peu avancé, d’autant plus que sauf blizzard et pluie, je préfère toujours marcher pour me déplacer, il finira donc probablement sur ma table de chevet.

Chaque soir je retrouve Jonathan Coe et son dernier roman, Numéro 11. Jen suis à la moitié du livre mais j’ai retrouvé le regard féroce et drôle de Testament à l’anglaise.

Quant à Lettres à Anne, il ravit d’avance (je l’ai juste ouvert au hasard pour le moment) l’amatrice de romans épistolaires que je suis. Ne vous arrêtez pas au fait que l’auteur de ces 1218 lettres écrites de 1962 à 1995 soit François Mitterrand, il n’y est question que de passion amoureuse.

Je termine en vous souhaitant une très bonne année 2017 et en vous remerciant de me lire, en sous marin ou pas : )

Et vous, quels sont vos petits plaisirs de fin d’année ?

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

En feuilletant le dernier Aujourd’hui magazine, j’ai découvert la rubrique « mes 10 préférés » sorte de guideline des sorties et occupations pour le week-end. J’ai trouvé l’idée chouette mais le contenu très parisien (forcément). Du coup j’ai gardé le concept mais avec des petits bouts lyonnais à l’intérieur et des idées sur toute une semaine, comme ça pas besoin d’être Shiva, pour tout caser dans deux  jours seulement.

1-Lire La bande dessinée  New York et moi
Un soir de no man’s télévisuel (tous les soirs? ), j’ai ouvert la bande dessinée New York & moi et j’ai eu l’impression d’être partie dans la Grosse Pomme l’espace de cette bande dessinéee/city guide graphique. L’auteur, Soledad Bravi (connue pour la collection Les paresseuses et qui signe aussi une chronique dans Elle chaque semaine)  connait la ville comme sa poche, elle s’attarde dans ses lieux préférés et conseille pour s’imprégner de la ville de ne surtout pas vouloir tout voir au pas de courses mais au contraire de prendre son temps. Je crois que si j’avais la chance d’y aller un jour j’aurais du mal à l’écouter parce que contrairement à elle, je sais que je n’aurais pas cette occasion plusieurs fois dans une vie. L’auteur consacre aussi une double page aux adresses gourmandes à la fin du livre, je l’ai  lu bien entendu avec la plus grande attention )

2- Préparer des yaourts maison infusés au thé vert rose, litchi, jasmin
C’est Chocololita qui m’a soufflé l’idée et j’ai trouvé le résultat vraiment délicieux, parfumé, délicat. Il suffit de porter le lait à ébullition puis de laisser infuser le thé (l’équivalent de 3 sachets environ) au moins 1 heure. J’ai ajouté aussi une cuillère à soupe de cassonade par yaourt dans le mélange lait infusé + ferments lactiques. Ainsi pas besoin de sucrer les yaourts au moment de les consommer.

3 et 4- Découvrir sur les écrans La chasse ou Le Capital
La chasse est l’histoire d’un homme accusé à tort de pédophilie qui a valu à Thomas Vinderberg, le prix d’interprétation masculine au festival de Cannes. Le Capital met en scène Gad Elmaleh dans un rôle de « méchant »mais dans la distribution du film,  se trouve surtout Gabriel Byrnes, le psy de la série En Analyse … rien à voir avec la beauté froide de Daniel Craig sur qui tout le monde s’extasie.. lui je vous le laisse les filles, Gaby au moins il a plus de deux expressions faciales à son actif )) .

5- Écouter le nouvel album de Benjamin Biolay
J’ai tellement aimé le cd La Superbe que j’avais peur d’être déçue par Vengeance mais Benjamin Biolay parle toujours aussi bien d’amour (et ne parle presque que de ça), mention spéciale à Personne dans mon lit que j’écoute en boucle (et aussi Aime mon amour, Profite, Confettis, le sommeil attendra..)

6- Se balader au parc de la tête d’or à l’occasion de la fête des feuilles
C’est la sortie gratuite du week-end avec enfants qui leur permet de se défouler pendant que vous photographiez du land art.

7- Profiter du festival Label Soie
Ce festival allie tradition et création contemporaine et est l’occasion de diverses manifestations (expositions, conférences, ateliers..). Pour tâter de la belle étoffe, rendez vous au Palais de la Bourse pour le marché des soies parrainé par Agnès B cette année.

8- Tester le vernis bio Kure Bazaart
J’ai découvert la gamme de ces vernis en ligne et chouette il y a un point de vente lyonnais, l’Atelier des rouges sur le plateau de la Croix Rousse.

9- Choisir, décrocher, emporter
L’association les 111 des arts expose ses oeuvres dans l’atrium de l’hôtel de Ville du 20 au 26 novembre. Ces artistes mettent en vente chacun 11 oeuvres au prix unitaire de 111 euros au bénéfice des enfants atteints de graves maladies. Pour information, cette association existe aussi à Paris et à Toulouse.

 10- Rencontrer un vigneron
O vins d’Anges propose tout au long de l’année des dégustations en présence de vigneron les samedis à partir de 16h…le 24 novembre le Bourgogne est à l’honneur, ça tombe bien c’est le vin que je préfère )

Bonne semaine !

crédit photo : illustration Soledad Bravi, New York & Moi

Juste à côté de Grignan (magnifique village où vécut la comtesse de Sévigné et sa fille et dont on entend parler aujourd’hui entre autres pour son festival de la Correspondance), se trouve le Domaine de Montine. C’est là que nous avons rencontré une jeune femme passionnée par son métier, Mélina Monteillet (et en entendant son prénom, le jude box qui me sert de cerveau a entonné un petit air de Claude François). Elle a tenu à nous faire découvrir tous les vins du domaine…enfin tous, peut-être pas mais un nombre impressionnant. C’est pas glamour mais dans ces cas là, mieux vaut cracher si vous voulez arriver fraîche et intacte jusqu’au bout de la journée.

Comme je n’ai pas pris de notes (pas facile avec un verre dans la main) et que j’ai une mémoire de poisson rouge, je vais avoir du mal à détailler chaque nectar. Ma préférence va toujours aux vins rouges quelque soit la qualité du blanc mais Gourmandises, assemblage de 6 vins, est très agréable et probablement parfait avec un petit chèvre (un picodon par exemple). Comme Mélina (si Claude François pouvait la mettre en sourdine deux secondes..) avait pensé à tout, elle a  proposé en accompagnement des vins, des toasts d’olivade noire et surtout de crème de champignon aux éclats de truffe et parmesan dont vous me donnerez des nouvelles si vous avez l’occasion d’en goûter (j’en ai ramené un pot que j’ai soigneusement planqué histoire qu’il ne soit pas descendu bêtement un soir de grande fringale en rentrant du boulot…non non je ne ne vise personne).

La grande découverte de cette visite a été le Rouge (vin de liqueur) dit Vintage qui est sucré (oui moi aussi j’étais dubitative jusqu’à la première gorgée) et qui est une petite merveille avec un dessert au chocolat. Mélina nous en a même offert une bouteille devant l’enthousiasme général (là encore je la garde pour une occasion un peu spéciale ).

Après cet apéritif, nous avons repris la route direction St Paul Trois Châteaux. Dans la voiture, j’ai eu la frayeur de ma vie en ne retrouvant pas mon appareil photo dans mon sac à main. Comme pas mal de femmes, je suis convaincue régulièrement d’avoir perdu mon téléphone portable, les clefs de la maison, mon agenda et suis obligée de retourner intégralement son contenu pour trouver ledit objet. Cette fois, j’avais eu la stupide idée de déposer l’appareil photo, qui est un peu une excroissance, précisons-le, dans le siège auto enfant à côté de moi.

A peine le temps de me remettre de mes émotions, et nous voilà devant le restaurant de Cédric et Cathy Denaux, L et lui (le nom signifiant elle jardine, il cuisine les plantes aromatiques du jardin…mais aussi celles qu’il va ramasser chaque jour dans la nature pour le déjeuner et le dîner).

Ici vous choisissez le nombre de plats,on vous demande ce que vous n’aimez pas (au-delà des dégoûts les plus communs, êtes vous plus viande que poisson? pouvez vous supportez la vue d’un chou de bruxelles…moi pas ) mais vous ne choisissez pas le menu et vous découvrez au fur et à mesure du repas ce que le chef a préparé selon le marché, l’inspiration, ce qu’il a cueilli.

Bon j’avoue que quand j’ai vu débouler la mise en bouche, j’étais un peu déconcertée. Je me suis concentrée pour noter la composition de l’assiette et l’ordre dans laquelle il était conseillé de la déguster. Il s’agissait donc d’un kéfir ( avec piment d’espelette, fleur de sel, graines de nigel ) à marier avec la mauve (en bas à gauche), la bourrache (la grosse feuille dans l’assiette..je trouve le nom de rigolo, ça pourrait renouveler les insultes « non mais quelle bourrache cette fille !« , enfin bon je m’égare), la capucine (en haut à droite), le fenouil sauvage pour finir avec l’oignon nouveau.

L’entrée était une salade de roquettes, agastache, bourrache (encore elle) et ravioles de Royans à la vinaigrette carottes / courgettes crues marinées, accompagné d’un pain maison au petit épeautre absolument délicieux.

Puis vint le merluchon (chon chon..n’empêche qu’en vrai j’ai été voir sa tête sur google images et à mon avis faut pas le traiter de bourrache) servi avec des panais, une crémeuse de carottes, une vinaigrette à la bourrache et graines de lin. C’est ce qui m’a le moins emballé, l’ensemble était un peu fade pour mon palais (et j’étais en manque de féculents…oui je sais c’est grave ).

A l’heure du dessert, j’étais impatience de savoir comment le chef allait utiliser les herbes aromatiques. Quand Cathy a présenté : fausse panna cotta au potimarron et périlla (persil japonais utilisé dans les sushis) servie avec un sorbet paco aux coings, j’ai pensé que cela n’allait pas avoir un goût énorme. J’avais tort : le potimarron cuit dans le miel et préparé avec du lait d’avoine, de la crème et de l’agar agar était vraiment très bon. J’ai apprécié également la texture moins élastique que bien des panna cotta. Le sorbet était excellent.

 C’est donc en beauté que s’est terminée ce séjour gastronomique dans la Drôme Provençale que je vous invite à découvrir si vous ne connaissez pas ce coin de France riche en villages perchés charmants, artisanat et produits du terroir. Pour les lyonnais et lyonnaises qui liraient ce billet, sachez que des producteurs Drômois seront présents sur le Marché des Saveurs le 9 novembre place Bellecour, l’occasion de remplir vos placards/ paniers de bons produits.

Un grand merci à Isabelle Grégoire et Célia Tripot du Comité d’Expansion Touristique et Economique de la Drôme Provençale et à Pascale Junique pour leur accueil et pour ce séjour très gourmand !

Adresses :

Domaine de Montine
La Grande Tuilière
26230 Grignan

L et lui
2 rue Charles Chaussy
26130 St Paul Trois Châteaux

 

Je connaissais le café gourmand, cette façon de présenter les desserts qui déculpabilise alors qu’on engloutit encore plus de calories mais quand on m’a invité à une soirée baptisée Verre gourmand, je n’avais jamais entendu parlé du concept.  De nouvelles verrines, un verre mangeable ? que nenni ! Le Verre Gourmand consiste à associer un verre de vin avec un assortiment de mets en accord avec celui-ci (tartes salées, tapas, brochettes, fromage, poissons..) le tout présenté sur une seule assiette. Mais le mieux est de vous montrer en images à quoi cela ressemble, non ?

La soirée avait lieu dans un très joli endroit, les jardins d’hiver de la Chartreuse de Villeneuve-les-Avignon (note pour plus tard : revenir me balader dans ce village qui parait tout à fait charmant) et avait réuni pour l’occasion, 22 domaines des Côtes du Rhône, des gourmets et des gourmands et quelques blogueurs.

Dans un premier temps, chacun a circulé de table en table pour échanger avec les vignerons présents et pour découvrir quelques uns des nombreux vins proposés à la dégustation. Je me suis contentée de goûter quelques vins afin de ne pas rouler directement sous la table et j’ai eu un coup de coup pour le Domaine Saint Jacques du cellier des Princes et le muscat Beaumes de Venise du domaine de la  Pigeade, doux mais frais, moins lourd que les muscats du Sud Ouest et très agréable.

Puis chacun a composé son assiette avec entrées, salades, bouchées et verre de vin. J’ai choisi, un peu au hasard avouons-le, des  boulettes de viande au curry et salade de lentille, des pâtes au pesto et parmesan et sa tomate mozarella crème de basilic, une effilochée de volaille aux câpres, citron et coriandre et miracle les trois s’accordaient bien avec le rouge fruité que j’avais dans mon verre.

Je me suis illustrée en confondant Etsy et Essie (ou comment avoir honte deux minutes après avoir commencé à parler avec Vert Cerise et Fashion Gazette), j’ai découvert avec joie les fondants au chocolat en dessert (bec sucré forever, Dorian peut en témoigner) et j’ai discuté réseaux sociaux avec des vignerons fort sympathiques dans un autre cadre magnifique, le 83 vernet à Avignon.

Je ne suis pas convaincue d’être assez experte en vin pour associer le plus justement vin et saveurs (en général j’aime bien discuter avec le caviste à cette occasion) mais des idées d’assiettes sont proposées sur le site Vin Rhône. Il existe également des établissements à Paris, Lyon (le Contretemps, la cave des voyageurs, le café des peintres, Vignes et vins, le vercoquin) et Marseille entre autres qui proposent ce concept de Verre gourmand, qui va il me semble, avec ce mouvement qui consiste à consommer moins mais mieux.

Un grand merci à Louise Massaux pour cette invitation !

Et vous, le Verre gourmand, vous connaissiez ?

 

Ces derniers temps, je me suis demandée si je n’étais pas atteinte d’une maladie grave dont tout le monde me cachait l’existence.

Comment expliquer sinon ces douces attentions dont j’ai été récemment l’objet?


Oum m’a prêté son écharpe de portage pour Miss Zen suite à une petite annonce dans mon blog-it express.



Sandra m’a envoyé le dernier livre d’Anna Sam (avec une dédicace de l’auteur) dans lequel sont décryptées toutes nos manies, nos manières de pensées ou nos habitudes de consommateur lorsque nous mettons les pieds dans un hypermarché.



J’ai pu goûté le thé Kusmi grâce à Virginie B.



Carobo m’a fait parvenir une bouteille de Tariquet, vin du sud ouest sur lequel je louchais depuis un certain moment. 

Je sais bien que la journée de la gentillesse c’était hier mais je voulais quand même leur dire merci !

En vrai, les filles, il me reste combien de temps à vivre?

Aujourd’hui je reçois dans mon humble demeure, Gromit59, une super maman qui vient du Nord et que j’ai rencontré en vrai de vrai sur Lyon où elle habite aujourd’hui avec ses deux fistons. Son blog, Nous 3, est à son image : ouvert, enthousiaste, hédoniste ! 

1) Incroyablement sage, toujours raisonnable, gentiment timbré(e)) ou carrément secoué(e), comment vous définiriez-vous ?
gentiment timbrée vu tout ce qui me passe par la tête
mais si tu demandes à quelqu’un qui me connaît, on dira « toujours raisonnable »
mais j’y travaille, à recadrer cette fausse image de moi, pour passer à l’étape carrément secouée, peut-être un jour !

2) Qu’est-ce qui peut vous rendre fou/folle furieux(se) ?
Joker
! Obligé de répondre, là ???? bon, ok, alors j’ai été folle furieuse à
un moment donné pour cause de rupture amoureuse… je crois que je n’ai
jamais été autant en colère… ah, l’amour ! Heureusement, on dirait
que ça se tasse… (jusqu’à la prochaine tempête). Un avantage à ça ?
Dans ces cas-là, on se sent drôlement vivant (mais ça fatigue, un
peu…)

(Il parait que ça fait partie des étapes obligatoires d’un deuil amoureux avant l’acceptation et la reconstruction et je te rappelle que je connais un charmant papa célibataire)

3) Qu’est ce qui peut vous rendre fou/folle de joie ?
une bonne nouvelle ! peu importe laquelle…
du
petit tout nouveau bébé fraîchement débarqué (et que j’ai l’occasion de
tenir dans mes bras, car ça, je crois que jusqu’à mes 90 ans, ça me
rendra toujours folle de joie… c’est hallucinant, un nouveau né, non
?)
à l’ami qu’on retrouve après de longues années et qui n’a pas changé (comme Juliooooooo)…

de la perspective d’une bonne soirée avec un ou des amis
à la bonne soirée improvisée qu’on vient de passer, à refaire le monde et à rigoler…

en
finissant (ok j’arrête !) par le macaron pistache le meilleur du monde
(celui de ma Maman, jusqu’à preuve du contraire…), ou encore un
gâteau au chocolat qui t’explose les papilles… un poulet aux épices
qui te fait voyager… un bon vin qui t’envoie direct dans le
bordelais… je continue ?

(bref on peut te refiler nos nouveaux-né peinardes si on apporte aussi avec de la bonne bouffe et du bon vin..)

4) Avez-vous déjà fait une petite ou une grande folie par amour ?

ben euh… ayé, j’ai trouvé : deux enfants ! (dont un qui ne dormait pas, faut être fou, quand même…)
ce matin, j’ai fait ma première vraie grasse matinée, depuis 4 ans… (j’étais toute seule pour une fois !). Ça fait tout drôle…

(passage censuré pour les nullipares…tu vas nous les décourager !)

5) Vous gagnez le jack pot à l’Euromillion. Quelle est votre première folie ?
si on parle de folie, on ne parle pas des trucs habituels que je qualifierai de raisonnables : maison, auto, etc.
alors
donc, on parle de folie : un grande bouteille de vin (mais une très
très chère, hein, une folie !)… un aller-retour à Paris pour goûter
les macarons Ladurée et voir s’ils sont aussi bons que ceux de ma Moman
(oui j’insiste !)… un aller-retour au Sénégal pour voir si on s’y
éclate vraiment (clin d’oeil à Gérard Blanc, mais là je m’égare, on
parle de Thierry Pastor !)… un voyage au Japon pour goûter les sushis
et voir les cerisiers en fleurs… un aller-retour à Londres pour
acheter du tissu Liberty par mètres et mètres, de toutes sortes (et ne
rien en faire par manque de temps pour coudre ! quoique, je risque
d’avoir plus de temps là, j’ai gagné à l’euro-million !)… j’arrête ou
je continue ?

(pour les macarons, avant d’aller chez
Ladurée, je te conseille ceux de Bouillet, il a 3 boutiques dans Lyon;
pour les voyages ça me parait une excellente façon de dépenser son
argent
)

6) Champ libre : Vous en êtes fou (folle) de ……..
ça s’est vu mais : de gâteaux…!
de bon vin…
de mes fils… (oui, normaaaal, mais vrai, car c’est les plus beaux bien sûr)
dragibus et car-en-sac (mais t’arrêtes de parler de bouffe toi ?!)
bon livres et Mojito… (mais les deux en même temps, ça peut vite devenir compliqué…)

(je note quand même que les fistons arrivent en troisième position après les gâteaux et le bon vin! ))

Merci
Miss Gromit59 d’avoir répondu avec autant d’enthousiasme (même que tu
avais carrément fait tes propres commentaires!). Je voudrais pas
balancer mais y en a certaines dont j’attends toujours le retour alors
hop hop hop on s’y met)


Pin It