Tag

terre battue

Browsing

Lorsque Roland Garros démarre, je repense à mes fins d’année scolaire de la troisième à la terminale, le dilemme « regarder les matchs ou réviser », à André Agassi quand il avait les cheveux longs, qu’il s’habillait flashy au désespoir de Jean-Paul Loth (aujourd’hui le blanc est rare au contraire) et qu’il empruntait un parapluie dans le public.

Je me souviens des cris orgasmiques de Monica Seles, du jeu à la volée d’Edberg, des aces de Goran Ivanisevic, de la victoire de Chang à 17 ans, des colères de Lendl et du sourire de Marat Safin.

Roland Garros c’est un peu comme la valise RTL : tu es obligée de rester chez toi pour suivre des matchs qui parfois te clouent au fauteuil tout l’après-midi. Pourtant, une fois dans l’ambiance, j’aime les gestes des joueurs, leurs tics, leur façon de toucher leur casquette, de remonter leur tee-shirt, de choisir la bonne balle, de régler les cordes de leur raquette, d’essuyer la ligne de fond avec leur pied, de secouer la terre battue de leur chaussures comme si cela allait tout changer.

Je me demande ce qui se passe dans leur tête quand ils sont menés et qu’ils remontent et renversent les scores, comment Roger Federer ou Rafael Nadal se motivent encore après avoir gagné si souvent, s’ils jouent mieux ou moins bien si dans le public est assis quelqu’un dont ils sont amoureux.

Aujourd’hui suivre Roland-Garros aussi fiévreusement que lorsque j’avais 15 ans est impossible, incompatible avec une vie rythmée en grande partie par les enfants. Je connais bien moins les joueurs et les joueuses qu’il y a 20 ans mais j’adorerais toujours autant assister à un match en vrai et les raisons de replonger ne manquent pas :

Et toi, des souvenirs liés à Roland Garros?

Pin It