Tag

sommeil

Browsing

Comme je l’annonçais dans le bilan 2014, je ne rempile pas cette année avec une photo par jour mais vous pouvez retrouver les photos que je prends chaque semaine sur mon compte Instagram en me suivant ou en regardant dans la colonne de droite. Par contre je n’abandonne pas l’idée des billets récap même si je ne sais pas si cela sera régulier.

J’ai commencé la semaine sur les rotules et avec le rêve -somme toute assez raisonnable – de m’offrir une nuit seule sans toux du grand toutes les heures suite à l’angine (toujours étonnée au passage de la capacité de l’homme à ne pas entendre son fils en train de cracher ses poumons) ni cauchemar de ma fille (dernier en date, un lama debout dans l’encadrement de sa porte qui lui crache dessus …au moins c’est original). De toute façon et contre toute logique, le jour où je suis le plus fatiguée de la semaine a toujours été le lundi. Je me souviens de mes assoupissements en cours d’histoire de l’art du Louvre le soir après le travail dès que le prof éteignait la lumière pour nous passer des diapos. Vous savez quand on lutte de toutes ses forces pour garder les yeux ouverts, qu’on se met des petites baffes discrètes sur la joue (allez même en réunion particulièrement ennuyeuses ça peut arriver non ? ) pour rester éveillé mais que rien n’y fait ? Heureusement je retrouve toujours mon énergie une fois que je suis à mon cours de danse (j’aurais jamais cru m’éclater autant à danser sur la dernière chanson de Shy’m et pourtant …))

On ne va pas mettre cela sur le compte de la fatigue mais j’ai raté dans les grandes largeurs mon premier gâteau magique. D’abord impossible de mettre la main sur un moule amovible comme préconisé alors j’ai tenté le moule à charnières et comme la pâte est très liquide, le temps que je réagisse, elle se faisait la malle sur ma table de la cuisine. Je l’ai transvasé en urgence dans un moule normal beurré mais au moment de le démouler, cela a été impossible. Seconde erreur : après avoir incorporé les blancs à l’appareil (ultra liquide et c’est un peu étrange du coup), j’ai fouetté comme marqué dans la recette mais à priori beaucoup trop énergiquement. Troisième erreur : le centre de mon gâteau n’était plus tremblotant quand je l’ai enlevé du four. Résultat il n’avait que deux couches : la couche gâteau à proprement parler (texture génoise) et la couche flan. Cela dit, niveau goût, c’était plutôt bon mais il va falloir que je retente le coup.

carachou

J’ai enfin reçu ma robe noire commandée sur un site américain avec l’idée de la porter pendant les fêtes de fin d’année (non je n’avais pas anticipé les délais très longs). Je ne flotte pas dedans dirons nous diplomatiquement et elle est quand même bien bien décolletée et très légère …bref c’est un peu la robe que portent les anglaises quand il fait -10 mais dans laquelle moi je meurs de froid. Ou alors il faut que je trouve une soirée avec feu de cheminée et là j’aurais peut-être une occasion de la mettre : )

A part ça, j’ai visité deux espaces de co-working à l’occasion de rendez vous professionnels et il faut bien avouer qu’il existe des lieux vraiment très sympas dans Lyon quand on bosse en freelance. Personnellement le fait de travailler à la maison me permet de gagner du temps sur les trajets et de m’organiser vraiment comme je le veux (si je ne déjeune pas à midi, personne ne m’incite à faire une pause) mais parfois, et en particulier quand on a une journée non stop de temps pourri comme l’a été celle de vendredi, la présence d’êtres humains ne serait pas de refus.

Sur ce, je vous laisse avec une citation de Wolinski …

 

georges-wolinski

(la photo du chou est un carachou vu en vitrine de la boutique C Gastronomie rue Childebert…je l’ai juste photographié mais pas encore goûté avec son coeur au caramel au beurre salé..c’est aussi ma participation au défi photo de Ma )

Toi qui aime te prélasser dans un bain bien chaud, loin des cris des enfants, du miaulement du chat et des récriminations de ton conjoint, il est temps de changer tes habitudes et de passer à la douche…froide en plus !

Il ne s’agit point de calmer tes ardeurs (et le fameux qu’on lui jette un seau d’eau), ni de fanfaronner façon militant écolo. Sache seulement que la douche froide pourrait être rebaptisée douche miraculeuse si on en croit le cardiologue Frédéric Saldmann :

– en trois minutes sous un jet à 20° (plus concevable avec les températures actuelles qu’en plein hiver pour quelqu’un qui a une crampe quand elle trempe un orteil sur les plages de Bretagne ) tu perds 100 à 200 calories

– en abaissant ta température corporelle, tu peux espérer vivre plus longtemps car le froid ça conserve tout bêtement

– tu peux également jeter à la poubelle tes anxiolytiques et tes antidépresseurs car la douche froide secrète des petites quantités d’endorphines qui ont un effet euphorisant.

– le matin, la douche froide te donne un coup de fouet…le soir en baissant ta température corporelle elle favorise la venue du sommeil

Plutôt que te glisser directement sous l’eau froide et de risquer la syncope, vas-y mollo, réduis peu à peu la température de l’eau et  commence d’abord par les jambes, c’est très bon pour la circulation sanguine puis remonte progressivement.

Il ne reste plus qu’à trouver le gel douche qui transformera ce qui risque d’être au début un petit moment de torture par un instant de plaisir : gel douche à l’orange sanguine de Bliss ( vu le prix, en mettre une noisette dans la paume de la main), gel douche douceur à la fleur d’oranger du couvent des minimes, le gel douche fleurs de cerisier de l’Occitane, les gels douches cueillettes fruitées du Petit marseillais.

Et toi, douche ou bain au quotidien?

Je ne suis pas du genre à emporter une tonne d’affaires quand je pars en voyage avec les enfants, pour la simple et bonne raison que je voyage quasi exclusivement en train.

Or, mises à part les chanceux et les chanceuses dont les bouts de chou ont fait leur nuit à 3 semaines, dorment 14 heures par nuit et ont besoin de deux siestes de 3h dans la journée (un couple de blonds sûrement), nous les autres parents, savons combien le sommeil des petits est fragile et combien le moindre changement peut tout mettre par terre.

Alors quand j’ai découvert la veilleuse nomade dont les dimensions permettent de les glisser sans problème dans la valise, sans avoir à sacrifier le dernier Nicolas Fargues en échange, j’ai bondi de joie. J’ai choisi celle couleur prune (parce que c’est assorti au tour du lit de ma fille…on a le sens du détail ou on ne l’a pas) avec le petit mouton dessus mais j’en connais une qui aurait choisi le robot.

La veilleuse nomade a une autonomie de 70 heures…bref tu la charges avant de partir et après si tu es en pleine brousse ou si les prises ne sont pas les mêmes que chez toi, tu es tranquille pour 7 nuits !

Elle s’adapte à la lumière ambiante …elle est suffisamment douce pour que l’enfant soit rassuré mais que cela ne l’empêche pas de dormir car il fait trop jour dans la chambre.

Sa forme ronde est adaptée aux petites mains…j’évite néanmoins de la laisser juste à côté de Miss Zen car elle ne pense qu’à une chose l’enlever de son socle et comme elle n’y arrive pas toute seule, elle râle (et pendant ce temps elle ne dort pas). Pour information, la veilleuse même branchée ne chauffe pas.

En attendant la prochaine escapade, je l’utilise dans la chambre de ma fille toutes les nuits.

Elle te plait cette veilleuse nomade ? Je te propose d’en gagner une en participant à la prochaine weekly chocolate c’est à dire en publiant un billet chocolaté d’ici dimanche 24 avril…je te donne donc rendez-vous samedi !

Sur le dos, en chien de fusil, en petite cuillère, sur le ventre, chaque position prise dans le lit aurait une signification si l’on en croit Joseph Messinger, le pape du décodeur de la communication non verbale.

Hier soir, j’ai donc attendu que l’homme s’endorme pour l’observer. Ouf tout va bien il dort sur le dos, c’est la position du bienheureux mais qu’il ne s’avise pas à croiser les mains derrière sa tête, ça voudrait dire qu’il s’ennuie avec moi (comment est-ce possible? ).

Pas de besoin de s’élever (vers d’autres femmes?), il ne dort pas façon bébé, les bras en l’air. Pas de remise en question , ils ne croisent pas ses mains sur son ventre.

Je soulève délicatement la couette pour regarder ses chevilles. Si jamais elles étaient croisées (comme sur le fauteuil du dentiste), ça signifierait qu’il a une peur ou un besoin d’être rassuré(e).

L’homme râle dans son sommeil et se tourne sur le côté droit : typique d »après Joseph Messinger alors que les femmes choisissent le côté gauche. Cela se vérifie-t-il chez toi?

Il ne glisse pas sa main gauche sous sa joue, dommage j’aurais bien répondu à son besoin soudain d’affection et de tendresse.

Je l’observe encore quelques instants mais mon sujet d’étude ne bouge plus d’un iota…

Et toi, comment tu dors?


Le chérubin a toujours adoré se déguiser, se transformer en médecin, cowboy, magicien, pirate….mais ces derniers temps son personnage imaginaire préféré, c’est un super héros rencontré dans un livre pour enfants …

Super Albert est un super-héros pas ordinaire, un super-héros de la nuit qui frotte les étoiles pour les rendre plus brillantes.

il poursuit les monstres avec son attrape-monstres


Super Albert envoie aussi de super rêves aux enfants


la journée type d’un super héros

Mais parfois Super Albert lui-même ne parvient pas à trouver le sommeil.

son papa doit vérifier qu’il n’y a personne sous son lit …

Même les super-héros ont besoin de leurs parents )

Cet album, aux éditions Mijade (éditeur belge que je ne connaissais pas ) est parfait pour tous les petits soucis liés au coucher et à la nuit ou tout simplement pour rêver d’être à son tour un super héros !

Maintenant j’aimerais bien découvrir les autres titres des auteurs, Philippe Goossens et Thierry Robberech : Je veux retourner dans le ventre de maman, La colère du dragon, Justin n’a peur de rien ou j’ai perdu mon sourire.


(challenge je lis aussi des albums)

Et toi, quel est ton super héros préféré?

Edit 1 : les rituels du week-end c’est iciraconte moi le tien avant le 29 septembre

L’autre jour j’ai entendu Stéphane Guillon reprendre une brève du Parisien qui affirmait que les bébés allemands ne crient pas de la même façon que les bébés français. On aurait pu croire pourtant qu’il n’y a rien de plus inné qu’un pleur.  Ben non c’est CUL-TU-REL ! C’est un peu comme lorsque ton orteil se prend malencontreusement  le coin d’une porte,  tu hurles  « Aïe » (suivi sûrement de quelques noms d’oiseaux histoire de te soulager) alors que Hugh Grant qui partageait ta couette ce soir-là aurait dit « Ouch ».

Dans la foulée je me suis demandée si la position dans laquelle les bébés dormaient profondément était universelle. Quand je berce Miss Zen dans son landau le soir, je sais que j’ai gagné la partie quand ses bras  au début le long du corps se soulèvent et viennent se poser autour de sa tête comme ça :

(

(Non ce bébé n’est pas le mien, la photo provient de la galerie de biblicone )

Une fois dans mon lit, j’ai voulu tester la position « haut les mains » et t’avouera que ce n’est pas le summun au niveau relaxation. Oui j’aime bien jouer à Vie ma vie de nouveau-né, c’est comme ça que j’ai goûté l’eau de chaux (goût de craie, je comprends pourquoi elle faisait la grimace) et son lait en poudre (beurk aussi). Je n’ai pas encore osé demander à l’homme de me nettoyer les fesses quand je sors des toilettes mais vu la mine réjouie que Miss Zen affiche, à chaque fois que je change sa couche, cela ne doit pas être désagréable.

Et toi, comment tu dors dans ton lit? Haut les mains?

Pin It