Tag

slow tourisme

Browsing

Le sentier des douaniers de Ploumanac’h à Perros Guirec

En vacances cet été à Ploumanac’h, je suis allée autant de fois que possible sur le sentier des douaniers (appelé aussi GR 34) menant jusqu’à Perros Guirec. A marée basse comme à marée haute, en matinée, l’après midi ou au soleil couchant, par grand soleil ou sous la bruine, avec à chaque fois le même émerveillement devant la réunion extraordinaire de tous ces éléments naturels, de toutes ces couleurs.

Le sentier des douaniers de Ploumanac’h serpente dans le site naturel protégé des landes de Ploumanac’h où poussent fougères, bruyères, ajoncs et bien d’autres végétations (plus de 135 espèces végétales). A chaque virage, apparaissent de nouveaux blocs de roches de granit rose, esseulés ou amassés, étincelants dans la lumière du soir ou brillants d’humidité au petit matin. En contrebas, la mer vient lécher le sable rose-ocre, les vagues s’écrasent contre la roche quand le temps est un peu plus agité. Mais tous ces mots ne traduisent que faiblement la beauté du site, son caractère magique et inédit et sa fréquentation est (hélas) un signe. Alors vous venez ?

Le départ de la balade, si vous partez de Ploumanac’h, peut s’effectuer de la plage Saint Guirec (il y a un parking pas loin et d’autres sur le parcours, ce qui explique aussi, je pense, que le sentier soit si fréquenté) avec comme première étape le phare de Mean Ruz dont je vous ai parlé dans mon billet sur Ploumanac’h by night.

Le sentier est bien balisé, il ne présente pas de difficultés particulières (à peine quelques petites montées sur la fin). Pour préserver le site qui était très abîmé dans les années 70 et qui a fait l’objet d’un grand programme de restauration, les vélos sont interdits, les bâtons de randonnée aussi. Il est aussi interdit de franchir les cordelettes présentes le long des chemins pour ne pas piétiner les landes (malheureusement il y a toujours des personnes qui les franchissent sous prétexte de faire une belle photo ).

sentier des douaniers de Ploumanach
sentier des douaniers de Ploumanac'h
sentier des douaniers de Ploumanac'h

Les formes fantastiques des chaos rocheux sont l’oeuvre de l’érosion qui a mis à nu la roche volcanique formée il y a plus de 300 millions d’années, par refroidissement du magma. Imaginer qu’ici même il y avait des montagnes plus hautes que les Alpes a quelque chose d’émouvant.
Quand à la couleur rose des rochers, elle témoigne de la présence du feldspath dans ces derniers.

sentier des douaniers de Ploumanac'h

Sur le sentier des douaniers de Ploumanac’h, arrêt obligatoire à l’Anse de Pors-Rolland. D’un jour sur l’autre, selon la météo, la marée, la lumière, elle présente des visages totalement différents.

sentier des douaniers de Ploumanac'h
sentier des douaniers de Ploumanac'h
sentier des douaniers de Ploumanac'h

A quelques pas du phrare de Ploumanac’h, la Maison du Littoral donne plein d’informations sur les landes, les rochers et les actions de préservation/conservation du site. Elle accueille des expos, elle propose des visites commentées régulièrement.

La Maison du Littoral édite également un guide explicatif sur le patrimoine aussi bien naturel qu’historique du GR 34 avec des numéros (ces numéros se retrouvent sur des panneaux présents tout le long du sentier des Douaniers).

sentier des douaniers de Ploumanac'h
sentier des douaniers de Ploumanac'h
sentier des douaniers de Ploumanac'h

Le sentier des douaniers de Ploumanac’h arrive à Perros Guirec en surplombant la grande plage de Trestaou et une fois encore, on en prend plein des yeux.

sentier des douaniers de Ploumanac'h
sentier des douaniers de Ploumanac'h

Je vous avoue qu’en revoyant mes photos (je me suis limitée à une trentaine mais j’en ai pris des centaines !), je me téléporterais volontiers là-bas.

Et vous, vous connaissez ce coin ?

10 choses à découvrir à Dijon

En juillet dernier, je suis retournée à Dijon. En 1h45, j’ai retrouvé cette ville dont j’apprécie la qualité de vie (le centre ville historique est entièrement piétonnier), la richesse de la gastronomie, la beauté des hôtels particuliers. Le temps d’une journée, j’ai découvert de nouveaux lieux, re-découvert des incontournables. C’est une destination facilement accessible depuis Lyon, pour un week-end avec au moins 10 choses à découvrir à Dijon

1-Entrer dans le marché couvert des Halles

Première halte incontournable d’une journée à Dijon : le marché couvert des Halles pour embrasser en quelques foulées les spécialités et les bons produits de la région (et éventuellement en glisser quelques uns dans son sac) avant d’aller boire un café sur une des terrasses qui jouxtent les halles.

Infos pratiques : le marché se tient dans les halles les mardis, vendredis et samedis de 6h30 à 13h.

2-Découvrir le nouveau musée des Beaux Arts

Etant donné la richesse des collections du musée des Beaux Arts, vous pouvez sans problème y passer toute une matinée. Pour ma part, j’ai juste admiré la cour intérieure qui donne un bel aperçu de l’architecture de ce musée installé dans le palais des Ducs et des Etats de Bourgogne et j’ai été voir l’exposition du peintre contemporain Yan Pei-Ming , l’homme qui pleure.
Ce qui m’a le plus marqué c’est le contraste dans la salle des tombeaux entre les tombeaux (qui sont des pièces à ne pas rater ) et les portraits de l’artiste.

10-choses-a-decouvrir-a-dijon
10-choses-a-decouvrir-a-dijon


Bon à savoir : les collections du musée des Beaux Arts de Dijon sont parmi les plus riches des musées français (130 000 oeuvres conservées ) et son accès est gratuit !

3-S’offrir le 7ème ciel

Quoi de plus magique que de dominer toute la ville, de pouvoir admirer les toits de tuiles vernissées, de repérer les monuments, d’être à la hauteur de gargottes (et pourquoi pas de crier « I’m the queen of the world ! » ) ? Pour cela direction la Tour de Philippe Le Bon qui s’élève à 46 m et offre un panorama exceptionnel sur Dijon. Pensez bien à réserver votre place auprès de l’Office du Tourisme qui grimpera avec vous les 316 marches en vous racontant l’histoire de cette tour élevée entre 1450 et 1460.

10-choses-a-decouvrir-a-dijon
10-choses-a-decouvrir-a-dijon
10-choses-a-decouvrir-a-dijon


Bon à savoir : Il est possible de prendre l’Apéro là-haut avec vue à 360° les vendredis et samedis soir du 17 mai au 2 novembre, la classe non ?

4-Déjeuner à la causerie des mondes

Si comme moi, vous aimez les lieux qui mêlent livres et nourriture, vous avez déjà une grosse chance de tomber sous le charme de la Causerie des mondes. En plus c’est à deux pas du musée des Beaux Arts et de la tour Philippe Le Bon, la terrasse donne sur une rue piétonnière sans aucune voiture et dans l’assiette c’est frais, c’est coloré, c’est équilibré, c’est savoureux (avec un prix très raisonnable).

Bien-sûr Dijon regorge de bonnes adresses gastronomiques. Il y a plusieurs années, j’ai été dînée chez Stéphane Derbord et j’en garde un merveilleux souvenir.

5-Se mettre au vert au parc de l’Arquebuse

C’est devenu une habitude lorsque je visite une grande ville, je cherche systématiquement les endroits les plus verts. Alors parmi les 10 choses à découvrir à Dijon, pour une balade digestive après le déjeuner ou pour une dernière halte au calme avant de repartir, le parc de l’Arquebuse vous tend les bras avec plus de 500 espaces végétales de Bourgogne et du monde entier.
Entre vignes, fleurs, ruisseau, l’endroit est vraiment charmant !

10-choses-a-decouvrir-a-dijon

Bon à savoir : Si vous venez en train à Dijon , sachez que le parc de l’Arquebuse est juste derrière la gare. C’est quand même plus sympa de finir la journée sur un banc au milieu de la verdure que dans une salle de gare non ?

6-Se sucrer le bec chez Jonathan Pautet

Ce ne serait pas l’heure du goûter par hasard ? Toujours à l’affût des nouvelles adresses sucrées, j’avais repéré, avant de venir à Dijon, la nouvelle pâtisserie de Jonathan Pautet.

Ce chef pâtissier s’est installé rue de la verrerie (avec ses belles maisons à colombages). Il a fait ses armes de Veyrat à Ladurée et propose dans sa boutique lumineuse et spacieuse des chocolats et des pâtisseries. L’accueil assuré par Sara Happ est souriant, charmant, pas du tout snob.

Pour des questions purement pratiques (un seul estomac, un train le soir même et le risque que tout arrive en bouillie), je n’ai pas pu goûter les pâtisseries si alléchantes et élégantes présentées en vitrine. Je suis donc obligée de revenir à Dijon ! Par contre, j’ai emmené à Lyon ses escargots au praliné déclinés en 7 variantes et ils sont délicieux. Gros coup de coeur pour celui au praliné noisettes caramélisées et celui à la ganache citron !

7-Pousser la porte de librairies indépendantes

Après cette explosion de papilles, que diriez vous de nourrir votre esprit ? Si je devais ouvrir une librairie salon de thé, je l’aimerais aussi cosy, charmante, accueillante que La fleur qui pousse à l’intérieur. Attention risque de tomber dans une faille spatio temporelle élévé !

10-choses-a-decouvrir-a-dijon

Vous pouvez aussi boire un verre en bouquinant à la librairie Grangier près de la poste (profitez-en pour jeter un oeil à la façade ).

8-Suivre le parcours de la chouette

Si vous venez à Dijon en famille, c’est doublement chouette : d’abord parce que le centre ville est un véritable paradis pour les piétons, ensuite parce que vous pourrez visiter la ville en suivant les petites chouettes présentes dans les pavés ou sur les trottoirs (exit le nez sur les plans).

10-choses-a-decouvrir-a-dijon
10-choses-a-decouvrir-a-dijon
10-choses-a-decouvrir-a-dijon

9- Flâner d’hôtels particuliers en jolies boutiques

Le centre historique de Dijon compte de nombreux hôtels particuliers construits entre le XVème et le XVIIIème siècle. Certains sont indiqués par des panneaux extérieurs et accessibles facilement. L’Office du Tourisme propose également des parcours guidés.

10-choses-a-decouvrir-a-dijon
10-choses-a-decouvrir-a-dijon

Ne manquez pas, près de la fameuse chouette à toucher de la main gauche pour excauser les vœux, deux jolies boutiques où vous pourrez, en plus, ramener des souvenirs de votre séjour.

La moutarderie Edmond Fallot a un choix totalement dingue de moutardes de Dijon (label IGP) avec des moutardes classiques, des moutardes aromatisées, un distributeur de mini-pots de moutarde et la possibilité de déguster des produits sur place.

J’ai acheté de la moutarde au pinot noir qui s’accorde très bien avec des viandes et de la moutarde au pain d’épices que je n’ai pas encore ouverte.

10-choses-a-decouvrir-a-dijon

En parlant de pains d’épices, à quelques pas de là, la boutique Mulot et Petitjean est une véritable caverne d’Ali Baba, le genre d’endroit où vous savez quand vous rentrez mais pas quand vous sortez : )

10-Plongez dans l’histoire de la maison Mulot et Petit Jean

Pour en savoir plus sur cette maison Mulot & Petitjean fondée en 1796 qui a été labellisée « Entreprise du Patrimoine Vivant » en mars 2012 pour son histoire et son patrimoine séculaires, ses capacités d’innovation et son savoir faire rare, je suis allée visiter la fabrique de pain d’épices.

A travers un parcours visuel, la visite revient sur l’histoire du pain d’épices et de la Maison Mulot et les différentes étapes de la fabrication du pain d’épices.

Savez vous quelle est l’une des différences entre pain d’épices d’Alsace et pain d’épices de Dijon ? le premier est à base de farine de seigle alors que le second est avec de la farine de froment.

Connaissez-vous les Jacqueline ? Cette confiserie a été inventée par A. Michelin en 1926. Mulot et Petitjean en fabrique à nouveau depuis 2002 à la main, (une par une) en découpant la forme à l’emporte pièce et en trempant chaque pièce dans la meringue. Si la fabrication est lente, le temps de dégustation peut être très court car avec son coeur praliné, cette confiserie est très addictive !

Nonnettes, glacés minces, pains d’épices variés, la visite se termine dans une belle boutique en bois où il y a de quoi satisfaire tous les gourmets et gourmands.

10-choses-a-decouvrir-a-dijon
10-choses-a-decouvrir-a-dijon
Voir cette publication sur Instagram

//NONNETTE// Scoop : les nonnettes existent aussi au chocolat 🍫🍫. Je les ai découvertes chez @mulotpetitjean lors d’une journée à Dijon avec @mybourgogne . Le pain d’épices et le chocolat ça marche 👌👌. J’ai d’ailleurs emporté une recette de tarte pain d’épices (absolument rien à voir avec Prosper youp la boum, personnellement je pensais ne pas aimer le pain d’épices jusqu’au jour où j’ai découvert toutes les variations autour de ce produit chez @mulotpetitjean) chocolat 🍫 que j’ai bien envie d’essayer. ▪️ #nonnette #chocolat #chocolate #yummy #sweet #dijon #mybourgogne #foodphotography #tourismesucre #bonneadresse #lyonnaise #blog

Une publication partagée par Virginie (@chocoladdict69) le

10-choses-a-decouvrir-a-dijon
10-choses-a-decouvrir-a-dijon

10 choses à découvrir à Dijon : les adresses à retenir

J’espère que ces suggestions de 10 choses à découvrir à Dijon vous ont donné envie d’aller passer un week-end dans cette jolie ville. C’est un tout petit aperçu, purement subjectif mais il y a mille autres choses à voir, à faire, à goûter à Dijon et en Bourgogne qui est une région magnifique !

Un petit récapitulatif des bonnes adresses

La Fabrique de pains d’épices
6 boulevard de l’Ouest -Dijon
du mardi au samedi de 10 à 12h30 et de 14h à 18h30 (dernière visite à 17h30)
à 750 m de la gare à pied ou en bus ligne 10-12 arrêt Perrières

Librairie la fleur qui pousse à l’intérieur
5 Place des Cordeliers – Dijon
(fermée dimanche, lundi)

Librairie Grangier
14 Rue du Château -Dijon
(fermée dimanche)

La causerie des mondes
16 Rue Vauban -Dijon
(ouvert de 8h30 à 19h30 sauf dimanche et lundi)

Pâtisserie-chocolaterie Jonathan Pautet
2 Rue de la Chouette – Dijon
(fermé le dimanche)

A lire aussi :
Une journée au château de Couches
La pâtisserie Pierre Hubert à Dijon
Pause chocolatée chez Fabrice Gilotte

Merci à Bourgogne Franche Comté Tourisme, Designed By Bourgogne et l’Office du Tourisme de Dijon pour leur accueil !

Balade parisienne verte et gourmande dans le XIème

Il est certainement paradoxal (voire contradictoire) d’aimer les grandes villes et dans chacune d’entre elles, rechercher les coins calmes, les allées piétonnières et les jardins à l’écart des grands boulevards et carrefours bruyants. Ou peut être qu’avec l’âge, je supporte de moins en moins le bruit des voitures et scooters, l’odeur des pots d’échappement. En tous cas, lors de mon dernier très court passage à Paris, j’ai suivi avec plaisir un parcours entre Bastille et Voltaire, avec du vert, des pavés, des ateliers d’artistes, quelques chats et cela m’a donné envie de privilégier désormais ce genre de promenades. Pour que la luminosité des photos soit idéale, il aurait fallu être en tout début de matinée ou en fin de journée mais c’était déjà un exploit d’avoir quelques heures à 2 juste avant la rentrée alors j’ai savouré chaque minute de cette balade parisienne dans le 11ème arrondissement.

Balade parisienne dans le 11ème : De Bastille à Voltaire

Le point de départ de cette balade est le métro Bastille. A quelques pas se situe la cour Darnoye, qui, comme son nom ne l’indique pas, n’est pas une cour, mais un passage avec une belle devanture de torréfacteur, des façades végétalisées et une ambiance sonore qui contraste avec celle de la place Bastille.

balade parisienne dans le 11ème
balade parisienne dans le 11ème
balade parisienne dans le 11ème

J’avais ensuite repéré rue Sedaine, une librairie salon de thé où je me serais bien attablée mais Paul & Rimbaud étaient encore en vacances et c’est sur un rideau de fer que je suis tombée.

Si comme moi, vous aimez flâner dans les librairies, sachez que toujours dans la même rue, se trouvent la librairie L’impromptu (48, rue Sedaine) et la libraire Les Parages (89, rue Sedaine).

balade parisienne dans le 11ème
balade parisienne dans le 11ème
balade parisienne dans le 11ème

Pour trouver la prochaine allée verte, il faut traverser l’avenue Parmentier et hop sur la gauche, se dessine une petite impasse à côté de la rue Camille Desmoulins (et personne à cette heure là).

balade parisienne dans le 11ème
balade parisienne dans le 11ème

Van Gogh, la nuit étoilée à L’Atelier des Lumières

Le premier arrêt prévu de la balade était l’Atelier des Lumières (38, rue Saint Maur) pour une exposition immersive sur Van Gogh. Dans une ancienne fonderie, tous les espaces (murs, sols, citerne au centre) sont utilisés pour projeter une création numérique de Gianfranco Iannuzzi, Renato Gatto et Massimiliano Siccardi.

Pendant 35 minutes, cette création parcourt l’immense production de cet artiste (il peignit plus de 2000 tableaux sur 10 ans !), montrant combien son oeuvre a radicalement évolué au fil des ans.

Cette immersion permet de voir autrement les tableaux les plus célèbres de Van Gogh (La nuit étoilée, La chambre à coucher, ses autoportaits) mais aussi de découvrir des oeuvres moins connues. Le parti pris de cette exposition (une projection XXL) révèle la puissance du trait (voire une certaine rage), des couleurs mais aussi le tourment intérieur du peintre.

Ce parcours thématique qui retrace les différentes étapes de la vie de l’artiste (et les différents lieux où il a vécu) est accompagné de manière sonore et cette sélection musicale ( collaboration musicale de Luca Longobardi ) amplifie encore la beauté des ombres et des lumières, des dessins et des mouvements.

Pour info, sachez qu’une exposition immersive sur Picasso est prévue à la Sucrière à Lyon à partir du 11 octobre 2019.

balade parisienne dans le 11ème

Une pause gourmande à Broken Biscuits

Si vous lisez ce blog depuis quelque temps, vous savez combien j’aime la pâtisserie. Si vous arrivez ici par hasard, sachez qu’il était impensable pour moi d’être presqu’une journée à Paris et repartir sans avoir essayé une des nombreuses adresses qui me font saliver à distance.

En flânant à la sortie de l’Atelier des Lumières, nous sommes tombés sur une petite boutique de Broken Biscuits fermée mais un panneau indiquait que l’autre adresse située dans le coin était ouverte. Nous sommes donc revenus avenue parmentier (au 13) et nous nous sommes posés dans cette pâtisserie café (où vous pouvez aussi déjeuner salé).

balade parisienne dans le 11ème

Le choix a été compliqué car dans la vitrine de pâtisseries tout me faisait envie du petit chou au baba en passant par le roulé framboise pistache. Finalement nous nous sommes décidés pour cacahuète dreams et lemon berry.

J’ai choisi cette pâtisserie pour sa forme en tourbillon et aussi pour les goûts proposés à savoir un sablé cacahuète, une mousse chocolatée, une crème aux cacahuètes et un coeur praliné cacahuètes maison. C’est réconfortant, gourmand, c’est peut être plus un choix pour les premiers frimas de l’automne que pour les derniers jours encore chauds de l’été mais je me suis régalée (j’aurais juste aimé que le sablé soit un peu moins épais).

Lemon berry est plus frais, fruité, avec une petite touche d’acidulé et est composée d’une base crumble coco d’un crémeux citron, d’une ganache montée à la myrtilles, de petites meringues et de myrtilles fraîches. Un délice !

En prime vous avez l’accent charmant du couple anglo-irlandais (je ne leur ai pas demandé mais je l’ai lu ensuite dans un article), une petite salle avec des tables en bois qui donne envie de rester bouquiner avec un livre bref une adresse où je retournerai volontiers !

Balade parisienne dans le 11ème : Autour du boulevard Voltaire

Après ces douceurs, nous avons continué l’exploration du quartier avec l’idée de rester dans un périmètre assez limité, sans se presser, sans à avoir à prendre des métros. Nous avons ainsi marché jusqu’à l’impasse Mont-Louis puis avons rejoint le formidablement vert passage Gustave Lepeu (avec plein de jeux de mots à faire).

balade parisienne dans le 11ème
balade parisienne dans le 11ème
balade parisienne dans le 11ème

La promenade s’est achevée dans le jardin de la Folie Titon dont une des sorties donne sur la pâtisserie et la chocolaterie Cyril Lignac (mais même si ma gourmandise me perdra, je n’avais plus de place pour une autre pâtisserie).

balade parisienne dans le 11ème

Pour trouver les passages, même si on a essayé de ne pas avoir le nez sur une carte non stop, nous nous sommes bien aidés d’un article, Les ruelles du Onzième, de Juliette du blog Je ne sais pas choisir.

J’espère que cette balade parisienne dans le 11ème vous a plu, en tous cas cela m’a donné très envie d’en faire d’autres avec le même « triptyque » : des librairies, une pâtisserie et du vert !

Escale à Trébeurden

Logiquement j’aurais du commencer ma série de billets sur la côte de granit rose, par Ploumanach ou Perros Guirrec mais j’ai juste eu le temps de trier mes photos de Trébeurden alors qu’importe le sens, pourvu que l’occasion de partager un peu de Bretagne perdure : )

Nous ne sommes restés que quelques heures à Trébeurden, le temps d’un après midi. Assez de temps pour déjeuner face aux bateaux qui se balançaient et sous un ciel qui passait de menaçant à plus du temps, d’ensoleillé à « bruineux ». Assez pour découvrir une plage avec des cabines bleues et quelques manèges qui nous a donné l’impression d’être en Angleterre.

trebeurden
trébeurden
trébeurden
trébeurden

Assez de temps pour remonter dans le centre, s’extasier sur les maisons en pierre, les jardins toujours tellement fleuris et bien entretenus, pour marcher jusqu’à la petite chapelle du coin et d’un menhir posé dans un jardin privé, pour acheter un paquet de crêpes dans la boulangerie du coin.

trébeurden
trébeurden

Mais pas assez de temps pour flâner sur l’ile Milliau (accessible à pied selon l’heure des marées) avec ses landes, son allée couverte et ses fermes ou voir des chevaux de Camargue dans le marais du Quellen ou bien encore faire le tour de la pointe de Bihit.

Comment se rendre à Trébeurden sans voiture ?

Prendre la ligne de bus D à Trégastel (arrêt à quelques mètres de l’office du tourisme), 1.90 € le ticket adulte (plus intéressant si vous prenez le bus d’acheter des carnets de 10 avec des tarifs pour les moins de 18 ans).

Un samedi soir sur la terre (en Bretagne)

Isn’t it ironic… don’t you think, comme le chantait Alanis Morissette, à chaque fois que je parle de vacances en Bretagne (si vous passez par là par hasard, sachez que je suis totalement sous le charme de cette région) à quelqu’un, on me répond « pluie » et c’est de retour à Lyon, que des pluies diluviennes tombent tout l’après-midi. Alors je n’ai pas résisté longtemps à me shooter aux couleurs et à la lumière de ce coin de Bretagne découvert cette année en regardant les xxx photos prises ces deux dernières semaines. J’en ai trié quelques unes pour partager avec vous notre premier soir sur la côte de granit rose.

Traverser toute la France en quelques heures de train et se retrouver dans ce décor à la fois irréel, celtique, végétal et marin, c’est ce qui s’appelle « faire une bonne première impression ». Il se trouve que ce soir là (oui c’était le soir, là bas le soleil ne se couchait pas avant 22h et à 21h il faisait encore bien jour), le ciel était sans nuage, la lumière magnifiait les landes environnantes et faisait scintiller les roches de granit rose. It’s a kind of magic, aurait pu être la bande-son.

côte de granit rose
côte de granit rose
le phare de Mean Ruz
côte de granit rose
côte de granit rose

Quand j’ai vu de la bruyère, j’ai commencé à chercher les hommes en kilt #passionkilt.

côte de granit rose
côte de granit rose

Depuis quelques années, je m’amuse à prendre les enfants en photo alors qu’ils sautent en l’air. Il y a pas mal de loupés mais sur mon téléphone, j’ai le « sauté » le plus réussi depuis longtemps, on dirait qu’ils volent devant le phare.

côte de granit rose

Aller sur la côte de granit rose sans voiture depuis Lyon ?

TGV Rennes-Lyon (4h), attention il ne circule pas tous les jours et pas les samedis (bizarrement) à cette période de l’année.
TER Rennes-Lannion (1h30) puis bus jusqu’à Perros Guirrec/Ploumanach/Trégastel .

J’espère que cela vous a donné envie de voir d’autres photos car j’en ai pas mal en stock : )

Connaissez-vous la côte de granit rose ?

Pin It