Tag

sébastien bouillet

Browsing

Avant toute chose, je précise pour les personnes qui s’affoleraient pour mon cholestérol/diabète que j’ai goûté les gâteaux que je vous présente en plusieurs fois et qu’il y avait à chaque fois 3 autres gourmands avec moi. Parmi les nouveautés de la saison automne-hiver, voici l’éclair au chocolat : crémeux de chocolat noir à 70% de l’ile de Java, nougatine au chocolat, il a fallu preuve d’un grand courage pour le partager en plusieurs morceaux : )

bouillet éclair

L’ardéchois et sa crème de marron, ses morceaux de marrons confits et sa madeleine aux marrons est très équilibré, pas trop sucré et fait partie des créations de l’automne-hiver 2013 de la maison tout comme le St Ho Forêt Noire, le Gros caillou (une création clin d’oeil au gros caillou de la croix rousse mais que je n’ai pas vu en rayon pour le moment) et le Yuzu do Kfé qui marie mousse de café, crémeux yuzu, croustillant aux éclats de café et sa dacquoise amande.

bouillet marron

Fallait quand même que je vous montre le millefeuille, d’autant plus qu’il n’est proposé en boutique que le week-end.

bouillet millefeuille

De manière totalement incompréhensible, j’avais raté le cheesecake aux fruits rouges pourtant proposé depuis un petit moment. J’adore ses côtés en chocolat blanc, son onctuosité, sa couche croustillante gianduja très agréable. J’enlèverais juste la très fine couche de biscuit à l’intérieur s’il fallait pinailler (mais peut-être que la tenue du cheesecake nécessite cette couche).

bouillet cheesecake

bouillet cheesecake bis

L’éclair au chocolat n’est pas une nouveauté mais je n’avais pas encore eu l’occasion de le goûter. Son crémeux chocolat Pérou à 75% est parfait pour les amateurs de saveur bien chocolatée. Une fois qu’on a croqué la tête, on ne peut plus s’arrêter.

bouillet religieuse chocolat

 

[typography font= »Supermercado One » size= »24″ size_format= »px » color= »#eba559″]Mes préférés[/typography]

Aurais-je démérité le nom de chocoladdict ? en tous cas, ce sont des créations fruitées qui ont le plus enchanté mes papilles à commencer par l’esquimau dont j’ai totalement oublié de noter la composition mais qui est très frais, léger, délicieux dans son enrobage au chocolat blanc (ah quand même).

bouillet esquimau

bouillet esquimau 2

Gros coup de coeur également pour la crème d’ange présentée dans sa boîte façon camembert : il s’agit d’une crème légère au lait de coco à la texture très surprenante et au coeur (qui varie selon la saison) banane avec une pointe de rhum. C’est pourtant le fruit que j’aime le moins mais ça prouve qu’il faut goûter avant de se prononcer.

bouillet creme d'ange

Sébastien Bouillet sera présent au Salon du Chocolat à Lyon et on me murmure dans l’oreillette qu’il proposera des gaufres au chocolat : )

miamlist

Pour la fête des mères cette année, j’ai cherché des idées de cadeaux qui se mangent et qui pourraient plaire aux gourmandes, becs sucrés, foodista…bref des cadeaux que j’aimerais qu’on m’offre en somme ) :

1- une jardinière gourmande au praliné noisette, crémeux caramel beurré salé et éclats de caramel / un coeur praliné noisette chocolat / un entremet à partager le dimanche pour le déjeuner qui se compose d’un pain de Gênes, d’un coeur de coulis griotte et d’une mousse vanille de Madagascar …le tout imaginé et réalisé par Sébastien Bouillet.

2- des confitures de la Chambre des confitures car je louche dessus depuis un petit moment à commencer par la rhubarbe/sureau pour rester dans les fruits de saison et la fraise gariguette coquette

3- du chocolat de Fabrice Gillotte dont on m’a loué la finesse et les saveurs

4- le thé vert Fleur de Geisha parfumé à la fleur de cerisier du Palais des thés même si je préfère souvent les thés noirs, celui-là m’attire et en plus il peut être dégusté à tout moment de la journée

5- les twit-thés , tisanes dont je vous ai parlé sur le blog avec des petits message sur l’emballage (spécial fête des mères pour la seconde édition) …au delà du packaging, pour l’infusion du soir, elles étaient bien meilleures que celles de la grande distribution

gastronoliz

J’ai testé plusieurs box (Chocofoliz, Gastronomiz -je n’ai pas encore eu le temps de tester une recette de chou pour vous parler de la dernière reçue spécial choux, Foodiscover et la Bonne Box) et s’il n’y a pas obligation de s’abonner, je trouve que c’est vraiment un chouette cadeau (d’ailleurs j’ai envoyé une box spécial thé pour la fête des mères).  Néanmoins et vous allez me trouver un peu pénible (et vous avez tout à fait le droit) malgré le choix énorme des box, il manque pour moi une vraie box spéciale pâtisserie (et pas cupcake, cookies ou édition spéciale) avec des produits aussi top que dans la Bonne Box (mention aussi spéciale pour les recettes simples et savoureuses), du bon matériel et qui serait dédiée à tous les becs sucrés qui aiment de temps en temps mettre la main à la pâte sans être des pros.

A votre tour dites-moi, en publiant un billet sur votre blog, quel cadeau gourmand vous aimeriez recevoir ou racontez moi ce qui s’est passé cette semaine dans votre cuisine avant vendredi 24 mai. A gagner pour ce xième (faudrait que je compte) rendez vous Dans ma cuisine, le livre  Les gâteaux de maman d’Aurélie Desgages (on reste dans le thème) avec 80 recettes pour décliner gâteau yaourt, quatre-quart, gâteau roulé et gâteau marbré.

gâteaux de maman

Dans la cuisine de l’Instinct des thés, décidément c’est citron

Dans la cuisine des petites canailles, des mini-fraisiers express

Dans la cuisine d’Arwen, un cake pomme-cannelle

Dans la cuisine de Chocololita, des gourmandises du bassin d’Arcachon

Dans la cuisine de Clem, un festin envoyé par mail …que je ne retrouve pas )

Edit :  Je mettrai vos participations en ligne lundi soir seulement car je suis en Suisse dans le cadre d’un voyage blogueurs tout le week-end. Comptez sur moi pour poster des photos gourmandes (mais pas que) sur twitter (@chocoladdict) !

Edit du 27 mai 2013 : c’est Arwen qui gagne le livre Gâteaux de maman !

Bon week-end )

Gâteau école : rien que l’évocation de ce nom me mettait l’eau à la bouche. Alors quand les nouveaux locaux de l’école de pâtisserie de Sébastien Bouillet ont ouvert leurs portes à la Croix Rousse (le quartier devient un véritable triangle d’or du chocolat avec la boutique Chokolat et la pâtisserie ), j’étais dans les premières à découvrir les lieux.

Pierres apparentes, parquet, marbre et équipements dernier cri, le décor mêle tradition et modernité, fonctionnalité et confort. L’immense baie vitrée vitrine qui court tout le long de la pièce principale la rend très lumineuse (parfois quelques curieux s’arrêtent sur le trottoir et observent le cours) et chaleureuse. Ici vu l’espace, tu te ne sens pas à l’endroit et les grandes photos dans le fond de la pièce sont un clin d’oeil gourmand qui te donne envie de passer ton tablier (ou de te mettre à table, ce qui est possible aussi dans la seconde pièce de cette école).

 

le gâteau en forme de kouglof aux marrons était à tomber par terre ..juste pour information )

Ici tu as la place pour cuisiner, le placard ne va pas te tomber sur les pieds, la table n’est pas bancale comme dans la pub,  tu as tout le matériel professionnel à ta disposition et en plus, une fois que tu as terminé de préparer tes macarons, ton fraisier, ton dessert à l’assiette, tes tartes ou tes verrines, tu n’as pas besoin de te lancer dans la vaisselle.

Je le sais parce qu’après cette première visite, je suis revenue au Gâteau École pour un cours autour du chocolat. Imagine des sacs entiers de pistoles de chocolat, imagine l’odeur du chocolat fondu, ça y est tu es dans l’ambiance ?

L’idée pour ce cours était de réaliser son chocolat de Pâques en dessinant d’abord sa future création sur un papier. J’ai d’abord tracé ce qui était sensé ressembler à un chat puis je suis partie sur une autre idée..que je te laisse deviner sans tricher en regardant la photo finale et avec les petits indices que je vais semer d’ici la fin de ce billet.

Comme j’avais dans l’idée de déguster ce chocolat en famille, j’ai décidé de réaliser le sujet avec du chocolat au lait. Comme j’étais la seule du cours, j’ai surveillé le chocolat comme du lait sur le feu pendant car je t’assure que ce n’est pas une mince affaire. En effet le chocolat se moule quand il est à 29°, pas plus, pas moins.

Brice, le chef qui a encadré ce cours, a commencé à nous montrer comment travailler le chocolat sur le marbre afin que celui-ci n’incorpore aucune bulle d’air et que la cristallisation s’opère correctement.

Ca peut paraitre assez incongru mais il a utilisé ces spatules habituellement réservées aux bricoleurs (pour la tapisserie il me semble)

L’étape suivante consiste à remplir à ras bord un moule, puis à le vider ..à le retourner sur une feuille de papier cuisson, à gratter le tour du moule puis à recommencer avant de mettre au frigo pour que le moulage prenne…ça parait simple mais ça a pris pas mal de temps chacun des participants ayant des moules différents, des envies créatives opposées et pas vraiment le nez sur le thermomètre pour surveiller le chocolat et sa bonne température.

Voici le chocolat au lait : oui j’avoue je n’ai pas pu m’empêcher de le goûter à ce stade..c’était vraiment trop tentant pour une accro comme moi :

 

Voici les moules que j’ai utilisés : ça t’aide ? )

et voilà un premier élément en chocolat de mon futur sujet…

un second élément pendant l’étape de démoulage (non ce n’est pas ma main mais celle de Brice)

Ensuite j’ai « collé » mon sujet sur un carton doré en faisant fondre la base tout simplement et en griffant le support avec un couteau, j’ai assemblé les différentes parties (sauf les bras qui étaient plus délicats), j’ai poudré mon sujet pour qu’il soit plus beau, brillant (et aussi pour qu’on ne voit pas les éventuelles traces de doigts)

Le résultat ?

 

euh non ce Pikachou n’est pas le mien

ça non plus

cette fleur n’est pas à moi

et voilà le travail : un Monsieur Macaron comme celui que tu as vu sur la première photo de ce billet et qui m’a fait craquer (il te plait Anne-Laure?)

Le cours a duré plus de 3h30 mais j’étais vraiment contente du résultat…d’ailleurs je n’ai pas pu m’empêcher de le montrer à plusieurs personnes sur le trajet de la maison. Je ne te raconte même pas la tête de mon fils, je crois que j’ai pris 10 points de plus dans la case admiration d’un seul coup. Limite on n’osait pas le goûter tellement on le trouvait trognon mais finalement on s’est attaqué à ses pieds puis ses bras et au niveau goût, il est vraiment très fin, excellent.

Même si je ne suis pas une blogueuse culinaire, j’ai adoré cet atelier donc je peux confirmer qu’il n’y a pas besoin d’être une pro pour participer au cours de gâteau école, il suffit d’aimer la pâtisserie et la cuisine. Brice, le chef qui nous a montré tous les gestes, expliqué toutes les étapes et nous a appris plein de choses sur le chocolat, est un modèle de patience et de gentillesse.

Depuis je suis allée sur le site de l’école et j’ai repéré un cours autour de la pâte à choux : éclair au chocolat et religieuse..oui je sais je suis incorrigible )

Un grand merci à Sébastien Bouillet et à Romain qui m’ont permis de vivre ce beau moment gourmand !

Gâteau école
5 rue de Nuit
9004 Lyon
site internet avec planning des cours : http://gateau-ecole.com/

Et toi, tu as déjà suivi un cours de pâtisserie ou de chocolat?

Qui n’a jamais joué à effeuiller les marguerites en déclamant je t’aime un peu, beaucoup, passionnément, à la folie ? C’est cette idée qui a inspiré Sébastien Bouillet pour sa création chocolatée spéciale Saint Valentin 2012.

Il a repris dans les pétales ce rose que l’on associe à son image quand on devient accro à son chocolat ou à ses gâteaux.

j’ai vérifié pas de « pas du tout » )

Ça change du cœur, non?

C’est bien connu tu donnes un carton à un enfant et il s’invente mille et une histoires…la preuve en image juste au dessus avec Miss Zen qui se prend pour le capitaine d’un bateau …que voit-elle à l’horizon? Maman qui la prend en photo ou la dure vie d’une fille de blogueuse )

Dimanche dernier en fin d’après-midi, je suis allée dans mon cinéma de quartier. J’aime sa pancarte rouge clignotante, la file d’attente dans une sorte de rue intérieure, la salle avec un balcon, la dame qui passe avec son panier de friandises et de glaces entre le court métrage et le film (ici pas de pubs !). J’ai vu La délicatesse que j’ai trouvé relativement différent du livre : moins drôle et plus émouvant…

Lors d’une balade je suis repassée devant cette statue et dans la rue de notre ancien appartement…c’est à peine à quelques rues de mon immeuble actuel mais je crois bien qu’en deux ans je n’y étais jamais retournée …les volets étaient fermés, le balcon donnait l’impression d’un lieu inoccupé…étrange.

Ce chapeau je l’avais repéré à Monoprix en septembre dernier, j’avais flashé dessus, je l’avais essayé, il m’allait bien mais je l’avais reposé. Soldé à 70%, j’ai craqué ! Par contre il faut que je le planque d’ici le printemps pour qu’il ne finisse pas dans la malle à déguisement de mon fils ). Je cherche toujours des baskets Veja soldées (si tu as une adresse, fais tourner).

Voyage et chocolat, quel beau programme ! c’est celui que j’ai découvert en passant chez le chocolatier Sébastien Bouillet.

 

La semaine a été particulièrement toutouyoutou. Le fiston a commencé son activité piscine (dans un bassin où il n’a pas pied …visiblement les choses n’ont pas beaucoup évolué depuis mon époque où les cours consistaient à nous jeter dans le grand bain, on se débattait comme des petits chiens pour attraper la perche), a passé une journée au ski (et mon coeur de mère inquiète s’est serrée en voyant le car partir ne pouvant pas empêcher mon cerveau de penser « pourvu qu’il n’y ait pas d’accident! »). Quant à moi, j’ai testé le power bike, un peu comme le power plate mais cette fois version vélo. Ai-je survécu à cette séance de sport? tout, tout, tout, tu seras tout dans un billet spécial.

Je ne traite personne de morue, je n’ai heureusement jamais eu le droit à cette insulte mais vendredi j’ai vu dans une librairie un roman intitulé les Morues et l’après-midi dans une rue de Lyon je suis passée devant cette boutique que Marion (qui se reconnaitra si elle lit ce billet) m’a demandé de prendre en photo…hasard et coïncidence )

J’ai aussi fini Une bonne raison de se tuer de Philippe Besson lu dans le cadre du challenge du 1% de la rentrée littéraire. Dans ce roman, on suit un homme et une femme qui n’ont pas le goût de la vie. Lui, il vient de perdre son fils. Elle, elle subit la solitude suite à un divorce et est criblée de dettes. Bref du gai, du frais, du léger. A priori cela ne m’a jamais dérangé. Le souci c’est que Laura aurait pu s’appeler Emma et que le personnage masculin aurait pu être musicien plutôt que peintre, cela n’aurait pas changé grand chose. Ce n’est ni mal écrit, ni mal fichu dans la progression de l’intrigue mais je ne suis jamais rentrée dans le livre, je n’ai pas cru à cette histoire, je ne me suis pas projetée. Dommage car j’avais beaucoup aimé par exemple L’arrière saison. Ai-je trop lu Philippe Besson ou écrit-il toujours un peu le même livre? Passer après Les revenantes n’a pas joué non plus en sa faveur. Du coup, je ne sais pas quoi commencer maintenant dans ma pile à livres.

Et toi ta semaine ? celle d‘Arwen

Edit : si tu as envie de gagner un joli carnet, tu as encore quelques heures pour écrire la fin de cette histoire..une seule participante pour le moment alors tu as toutes tes chances

(la première photo est ma participation à la photo de la semaine de Magda)

Pin It