Sainte Adresse Archives - Chroniques d'une Chocoladdict
Tag

Sainte Adresse

Browsing

Soyons honnête si je n’avais pas eu deux heures de battement entre un train et un bus, je n’aurais sûrement vu du Havre que sa gare. Le ciel était d’un bleu franc, le soleil au rendez vous et je me voyais mal attendre dans un des bars PMU qu’on trouve toujours aux abords des gares, même avec le meilleur bouquin du monde.

Très bêtement j’imaginais une ville industrielle, grise, triste et peut-être que s’il avait plu des cordes ce jour-là, je serais restée avec mes idées toutes faites sur le Havre. Si dans un premier temps, j’ai pesté contre la compagnie de bus qui planifie des horaires qui ne s’accordent pas avec ceux des trains (à 1 ou 2 minutes près c’est ballot…une fois sur place, j’ai compris que ce bus était avant tout destiné aux habitants des environs du Havre qui, comme moi, se déplacent sans voiture et pas aux touristes )), j’ai finalement regretté de ne pas pouvoir rester plus de deux heures dans la ville.

Un peu au hasard je suis partie en direction de son port de plaisance, bifurqué au passage dans le quartier Saint François avec son marché aux poissons, la maison de l’Armateur, ses canaux, regretté de n’être pas rentrée dans une jolie boutique Made in Le Havre. J’aurais aimé visiter l’église Saint Joseph à l’architecture si particulière mais les aiguilles tournaient et malgré un bon rythme de marche, il était temps de rejoindre mon train.

En revenant d’Etretat, je suis repassée par le Havre en prenant le même bus qu’à l’aller et je suis descendue à Sainte Adresse, une commune qui offre une jolie balade en bord de mer. J’avais la vague idée de pousser jusqu’à un salon de thé, Le Chat Bleu, mais c’était totalement impossible étant donné l’horaire du train. J’ai tout de même vu l’estacade peinte par Dufy et Monet, les belles maisons adossées à la colline avant de revenir sur la plage du Havre avec ses cabines blanches.

Avant de reprendre le tram, j’ai admiré la Villa Maritime qui a appartenu au dramaturge Armand Salacrou et qui hébergea, dans l’entre-deux-guerres, de nombreux artistes (Raymond Queneau, Max Jacob, Jean Dubuffet…). Si j’étais restée plus longtemps, j’aurais beaucoup aimé me perdre un peu plus dans la ville en suivant les 20 étapes de la promenade littéraire .

Passage éclair en attendant un bus pour….#LeHavre #shopping @seine_maritime_normandie

Une photo publiée par Virginie (@chocoladdict69) le


le havre 2

le havre 3

le havre 8

le havre 5

le havre 4

le havre 9

le havre 10un gars qui a des problèmes avec sa virilité dans le coin ? : )

le havre 11

le havre 13le havre 15

le havre 16

le havre 17

le havre 18le havre 19

le havre 20

Qui sait peut-être qu’un jour je reviendrai…

Pin It