Tag

romantisme

Browsing

J’ai toujours aimé en me baladant, découvrir, au hasard des portes qui s’ouvrent de manière inopinée, des arrière-cours et des hôtels particuliers, ne serait ce que l’espace de quelques secondes. Le Musée de la Vie romantique (dont la visite est gratuite, dans une ville où tout est si cher, c’est notable, vous pouvez même laisser vos affaires au vestiaire gratuitement, fou je vous dis) se cache au bout d’une allée. Sans plaque l’indiquant, vous pourriez passer à quelques pas, sans le voir et le soupçonner.

C’est un peu comme si vous quittiez l’agitation de la grande ville pour vous offrir un voyage à une autre époque. La façade n’est pas sans évoquer celle de la maison de Monet à Giverny, peut-être à cause du vert de la façade, du jaune des jonquilles ou peut-être encore à cause de cette impression furtive de marcher dans les pas de l’artiste qui a habité jadis dans ce lieu.  Le Musée de la Vie Romantique était en effet la demeure du peintre Ary Scheffer, figure de la vague romantique (son œuvre est présentée à l’étage : portraits, peintures religieuses, peintures historiques…).

Dans cette maison, située rue Chaptal, au cœur d’un quartier qui rassemble à l’époque peintres, écrivains, comédiens (et qu’on appelle aujourd’hui la Nouvelle Athènes),  Ary Scheffer peignait, enseignait et recevait aussi chaque vendredi l’élite artistique et littéraire (Georges Sand, Chopin, Delacroix, Rossini, Dickens…)

musee vie romantique 2

musee vie romantique 3

Je ne sais pas pourquoi mais ce jour là une partie des volets de la maison étaient fermés dont  ceux du salon au rez de chaussée, ce qui conférait une atmosphère particulière à l’endroit. Comme j’étais, en plus, quasiment la seule visiteuse à ce moment là, le calme le plus profond régnait de pièce en pièce, seul le bruit du plancher grinçant sous mes pas venait perturber le silence.

musee vie romantique 6

Avant même le salon, se trouve le cabinet des bijoux où l’on peut découvrir derrière des vitrines broches, coupe-papier, boîtes et autres objets personnels ayant appartenu à George Sand.

musee vie romantique 4

Je ne connais à vrai dire, pas grand chose de la vie de George Sand mais ayant vécu gamine à Châteauroux, son nom revenait souvent à mes oreilles comme une figure du Berry.  C’est dans cette région, vers la fin de sa vie, qu’elle pratiqua l’art de la dendrite, technique qui consiste à déposer la couleur au pinceau sur le papier puis de la presser alors qu’elle est encore humide avec une feuille absorbante pour obtenir une tâche aléatoire.

Le petit salon bleu permet de découvrir plusieurs de ses aquarelles représentant des paysages imaginaires.

musee vie romantique 5

Tenter de transcrire une exposition par quelques lignes et photos me parait aussi partiel que de regarder une pièce de théâtre, un concert ou un ballet de danse sur un écran de télévision. Il manque l’essentiel : l’émotion ressentie du fait même d’être dans le lieu.

Brièvement sachez que le Musée de la Vie Romantique est dédié à la vie artistique et littéraire de la première moitié du XIX° siècle.  Après avoir grimpé un escalier en colimaçons, j’ai flâné dans la chambre des portraits romantiques et j’ai admiré la Malibran portraituré par François Bouchot dans le rôle de Desdémone (Othello de Rossini).

musee vie romantique 7

J’ai imaginé Cornélia (peinture de droite), fille d’Ary Scheffer, assise devant l’instrument puisqu’elle était une pianiste de talent.  C’est elle qui rachètera la propriété de la rue Chaptal  avec son mari, après la mort de son père en 1858.

musee vie romantique 8

J’ai continué d’explorer ce musée, au charme désuet, de pièce en pièce.

Le salon de thé aurait du être ouvert ce jour là mais vu les trombes d’eau tombées le matin même, le mobilier de jardin était trempé et les théières et tasses de thé encore remisées à l’abri. J’imagine combien une pause ici, hors du temps, un peu irréelle car en plein Paris, à quelques pas des grands boulevards et pourtant si paisible, doit être  agréable.

 

musee vie romantique

musée vie romantique 10

Cela m’a donné envie d’aller visiter, une prochaine fois, la maison de Victor Hugo, place des Vosges (et pourquoi pas aussi sa demeure à Guernesey, soyons fous ).

Musée de la Vie Romantique
16 rue Chaptal
75009 Paris
ouvert tous les jours sauf lundi et jours fériés de 10h à 18h

Peut-on vivre dans une ville et passer totalement à côté d’un quartier en plein centre pendant des années? Cela parait improbable et pourtant j’ai découvert l’Ile Saint Louis comme une touriste récemment après avoir passé cinq ans à Paris.

C’était la première fois que je descendais à l’arrêt de métro Sully Morland, que je passais devant la statue de Verlaine, que j’empruntais le petit pont jusqu’à l’hôtel Lambert.

L’endroit a des allures de décor de cinéma, il semble se conformer à l’image un peu cliché qu’ont beaucoup d’étrangers de la Capitale, à son côté « so romantic ». Ce n’est pas un hasard si plusieurs scènes du film Minight in Paris de Woody Allen ont été tournées dans ce quartier.

J’ai aimé découvrir les hôtels particuliers et leurs belles portes, j’ai emprunté des petites rues pavées avec délice, j’ai imaginé des vies derrières les fenêtres, j’ai croisé des mariés japonais qui posaient sur un quai longeant la Seine, j’ai regardé passer les bateaux-mouches, j’ai vu le monde devant le glacier Berthillon, je me suis un peu perdue malgré la petitesse du périmètre de ma promenade.

 

Je me suis accoudée à un muret pour admirer un des ponts enjambant le fleuve, j’ai découvert l’imposante Cathédrale Notre Dame sous un angle inédit puis j’ai repris le chemin du retour, portée par une douce mélancolie.

Et toi, l’Ile Saint Louis tu connais ?

Pin It