Tag

rhône-alpes

Browsing

Pérouges c’est un peu le Provins de Rhone Alpes (la référence parlera aux parisiens) sauf que j’ai un souvenir assez épouvantable de Provins. La seule fois où j’y ai mis les pieds il faisait un froid terrible et le ciel était gris et bas comme s’il allait nous tomber dessus. Côté météo, les vacances scolaires de Pâques à Lyon ont clairement manqué de soleil mais après avoir consulté 30 fois le site de Météo France, on a planifié la balade à Pérouges, un des rares jours de ciel bleu et de beau temps. La lumière était parfaite pour les photos, le fond de l’air assez doux pour déjeuner dehors et l’horaire du train choisi assez tôt pour que le lieu soit relativement calme côté touristes.

La cité médiévale de Pérouges a l’avantage de n’être qu’à 25 minutes en TER de Lyon (si vous débarquez sur ce blog, ici on ne se déplace jamais en voiture). Le train s’arrête à la gare de Meximieux, il suffit ensuite de suivre un des deux itinéraires pédestres indiqués sur le site de l’Office du Tourisme (je vous conseille vivement de préférer le parcours qui passe par le vieux village, l’autre suivant la nationale) et même si cette balade peut paraitre bien modeste/banale par rapport à tous les voyages à New York, Londres, Lisbonne, Tokyo et autres que je vois passer sans cesse sur Instagram (petit rappel Instagram ne reflète nullement la réalité sociale et économique, en vrai seuls 22% des français partent plusieurs fois en vacances dans l’année, ça ne console pas forcément mais personnellement ça me permet de relativiser), elle offre un petit dépaysement pour les désargentés : )

En empruntant le Chemin de l’Aubépin, on est comme à la campagne avec les vaches dans les champs, le ruisseau avec le petit pont à traverser et un joli point de vue sur Pérouges (il est possible en payant et en ayant un permis de pêcher la truite dans le lac).

perouges 2

perouges

perouges 47

perouges 48

perouges 45

perouges 46

Je ne vais pas vous faire un cours d’histoire sur Pérouges (vous avez toutes les infos ici), juste vous montrer j’espère, combien cette cité est charmante au printemps et peut nourrir l’imaginaire. Elle s’est d’ailleurs prêtée à bien des décors de films (Les Trois mousquetaires et Angélique, marquise des anges de Bernard Borderie, ont été tournés là bas entre autres) et diverses manifestations (Carnaval, fêtes historiques, festival…) y ont lieu durant l’année.

perouges porte

perouges 4

perouges 5

perouges 6

perouges 7

perouges 12

 

perouges 9

perouges 10

perouges 11

perouges 13

perouges 14

perouges 15

perouges 16

perouges 18

perouges 19

perouges 20

perouges 21

perouges 22

perouges 24

perouges 25

perouges 26

perouges 27

perouges 28

perouges 29

perouges 31

perouges 33

Pour le déjeuner, les restaurants dont j’ai vu la carte m’ont paru assez « attrape touristes », je vous conseillerais donc plutôt d’emporter votre casse croûte mais de passer soit au kiosque situé à une des entrées du village soit à l’Ostellerie, pour acheter une part de tarte au sucre, spécialité indissociable du lieu (et dont la recette varie beaucoup lorsqu’on commence à en chercher une, crème ou pas crème that’s the question. Je pense que son goût « unique » vient aussi du mode de cuisson dans un grand four et que du coup, une version maison sera forcément décevante).

perouges 35

perouges 34

perouges 36

perouges 37

perouges 38

perouges 40

perouges 42

perouges 43

perouges 44

Un dernier conseil : prévoyez des chaussures confortables car comme vous pouvez le voir sur certaines photos, le sol ne se prête pas aux talons aiguilles (ni aux poussettes d’ailleurs).

 Et vous, vous connaissez des petits villages près de Lyon aussi charmants que Pérouges ?

Parc de la tête d’Or, parc des oiseaux  à Villars de Dombes, croisière sur la Saône, aquarium de Lyon, musée de la Miniature et du cinéma, institut Lumière, Guignol, au fil des week-end et des années, j’ai testé pas mal d’activités dans Lyon, autour de Lyon et en famille . Sans grande surprise, je les ai retrouvées majoritairement dans les chapitres « culture » et « nature » du guide de loisirs Balado spécial Rhône Alpes (et pas dans sport )).

parc-aux-oiseaux-6

 

croisiere15

aquarium

En feuilletant le guide Balado, j’ai eu envie d’aller visiter le Musée urbain Tony Garnier avec ses 25 murs peints, la cité médiévale de Conflans vers Chambéry, de retourner à Die et à l’Ecole du Grand Chocolat Valrhona par exemple parmi 400 activités classés d’abord par département (logique on commence d’abord par chercher des choses à faire autour de chez soi ) puis par thèmes (nature, culture, sport, zen, bébé & enfant…vous pouvez répondre au test au début du guide pour savoir quel est votre profil).

▲ à chaque page, il est indiqué s’il est possible d’y aller en transports en commun. Bon ça concerne peut-être peu de monde au final mais quand on n’a pas de voiture et qu’on ne conduit pas, c’est très appréciable ce genre d’infos avec le temps du trajet, le budget, les éventuelles lignes de bus.

▲Pour chaque activité, des pictogrammes indiquent si on peut accéder en poussette, combien de temps dure la visite environ, à partir de quel âge est ce conseillé aux enfants, quelles sont les périodes d’ouverture, les tarifs, les horaires, où déjeuner …bref c’est vraiment complet.

▲ La playlist au début du guide permet de se mettre dans le bain (j’ai appris au passage que dans Les filles de l’aurore de William Sheller, le chanteur évoque le quartier de Saint Jean à Lyon)

balado-rhone-alpes

Bonne nouvelle ces guides Balado existent pour d’autres régions que Rhône Alpes de la Corse à la Bretagne (gnii !), de la Normandie à la Côte d’Azur en passant par des guides sur Paris, autour de Paris et même autour de Paris sans voiture (chapeau !). La liste complète est ici.

5 guides Balado à gagner

Grâce aux éditions Mondeos, je vous propose de gagner 5 guides Balado. Pour participer, dites moi en commentaire quel guide vous aimeriez gagner parmi ceux existant et pourquoi avant le jeudi 4 juin. * Les 5 gagnants seront annoncés en édit de ce billet (pas la peine de mettre votre mail dans le commentaire) après tirage au sort.

(*jeu réservé à la métropole)

Edit du 11 juin 2015 : Les gagnants sont Denis, Pimspims, les Gour’mandises de Céline, Pascale Vollet et Châtaigne

Le titre est un peu bigger than life, comme dirait mon cher et tendre, mais vendredi dernier, place Bellecour, 250 producteurs de la Région Rhône Alpes avaient donné rendez vous aux lyonnais alors même si je ne me suis pas arrêtée devant tous les stands et que je n’ai pas tout goûté, je peux vous affirmer qu’il y avait bien des raisons de remplir son panier.

Avant même d’entrer dans le marché, une soupe des montagnes (avec un léger goût de champignons) chatouillait le nez des visiteurs qui étaient servis dans de grands gobelets pour un euro. Mes enfants se sont quasiment battus pour la finir, si c’est pas une preuve de sa qualité je ne réponds plus de rien. Juste à côté deux messieurs venus d’Ardèche proposaient des châtaignes grillées, celles que j’allais ramasser en famille le dimanche après- midi quand j’habitais dans la Drôme. Ma fille, elle, n’a rien trouvé de mieux que de poser la main sur la plaque chaude ET de partir en boudant parce qu’on la mettait en garde. ..et elle a eu quand même plusieurs châtaignes décortiquées par le papi ardéchois…pas de doute elle sait mener son monde )

Une fois à l’intérieur, le plus difficile était de décider quelle direction prendre. Je n’ai pas trop compris si les producteurs étaient répartis (ou pas) par département, précisons que je surveillais d’un œil au moins les deux enfants attirés par les nombreuses dégustations. Pas besoin néanmoins d’avoir fait l’école des mines (j’ai fait science po ça suffit comme ça), pour deviner que le saucisson à la châtaigne, les crèmes de châtaigne (qui existe nature mais aussi aux noix, à la vanille ou à l’armagnac) ou les gâteaux à la farine de châtaigne (dans ma to cook list tiens) représentaient l’Ardèche.

Je connais la confiture de lait mais je n’avais jamais vu sa version brebis….pour savoir si la saveur est proche, il faudra attendre l’an prochain car que voyais-je à l’horizon, non pas de la brioche aux pralines, mais un Saint Genis. La différence? son goût de fleur d’oranger et sa texture. Si vous vous arrêtez à Romans un jour, achetez une pogne (sans pralines ) ou un Saint Genis chez un artisan boulanger ( c’est un ordre))

 Je signale à ceux et celles qui m’imaginent en train de goûter à tout, que j’avais justement jusqu’à ce stade de la visite, refusé tous les produits tendus. Et puis j’ai aperçu les délicats macarons aux noix de Rêves en bouche et le pâtissier m’a expliqué qu’il transformait les produits de l’exploitation à quelques mètres de son atelier, à savoir le cassis, les noix et le miel en biscuits, liqueur, pâtes de fruits. Là ma résistance a flanché : regardez moi ces chouchous revisités à la Drômoise avec des noix (1000 fois meilleurs que ceux qu’on trouve l’été sur les plages).

J’ai repéré un  peu plus loin dans les allées, un couple de producteurs de confiture de fruits anciens. Vous saviez qu’on pouvait manger le gratte-cul? il m’a toujours semblé qu’on m’interdisait d’y toucher gamine? Pour informations, la tomentosa est un petit fruit rouge, le ballon ressemble à des groseilles à maquereau. Quant aux amélanches, je n’en ai jamais vu mais à priori cela se mange cuits et est connu sous le nom de poire sauvage au Québec (merci wikipedia).

Les ravioles de la Mère Maury ont été mon premier achat parce que ce sont les seules à être vraiment artisanales et au niveau du goût (elles étaient  nature ou au basilic), la différence est flagrante. Bon à savoir : depuis peu, G Detou (rue du Plat) en propose à la vente. Attention à la cuisson, il faut vraiment les plonger dans l’eau bouillante très peu (90 secondes par plaque) et les retirer à la passoire sans les malmener. Avec un peu de crème fraîche liquide, en gratin ou bien encore sautées à la poêle (dans ce cas, il est préférable de les congeler avant pour éviter qu’elles ne s’agglutinent), c’est délicieux.

Deux pas plus loin, la maison Lageron mettait en vitrine de la caillette, charcuterie ardéchoise qui peut se déguster chaude ou froide et qui peut être assaisonnée de diverses manières. J’ai pensé à  Céline (la cuisine de Circée) qui lors de notre séjour gourmand commun dans la Drôme en avait cherché désespérément pour en ramener chez elle. Celle là était vraiment excellente (non, non je n’enfonce pas le clou) et pas grasse du tout contrairement à certaines que j’ai pu goûter.

Une autre découverte de ce marché des saveurs a été le tourteau des noix et le tourteau des noisettes, sorte de farine qui se forme quand on presse les noix (ou les noisettes) pour faire de l’huile. Ce tourteau peut être utilisé en pâtisserie (pour des sablés par exemple) en le coupant avec de la farine blanche.

Depuis le début de la visite, ma fille me tannait pour goûter un morceau de fromage et c’est finalement devant le stand d’une productrice de Bourg en Oisans que nous nous sommes arrêtés. Moment d’émotion en dégustant le Beaufort deux ans d’âge qu’elle nous a tendu.

Ce billet n’est bien entendu pas du tout exhaustif car étaient également présents des producteurs de fruits, légumes, viandes, miels ou vins mais je ne pouvais tout de même pas goûter 250 saveurs )

Et vous, des producteurs à conseiller dans votre région ?

 

Ton homme est en manque cruel d’inspiration cadeau? tu craques pour les sacs et le tissu liberty ? les créations de Catherine Membré ne devraient pas te laisser indifférente.

Après avoir vécu 10 ans à Londres, et à l’occasion de la naissance de son fils, Catherine a décidé d’installer son atelier en Rhône-Alpes où elle a grandi, près d’Annecy. Elle  dessine, fait des recherches et sélectionne ses tissus. Puis elle conçoit et réalise des prototypes, fabrique avec l’aide de quelques mains supplémentaires, les sacs qu’elle a choisi de commercialiser.

Elle a baptisé sa collection de sac d’appoint, Velha, pour traduire les deux caractéristiques de ses créations : légèreté et résistance (comme la voile, vela en italien).

Mes coups de cœur :

Non seulement ils sont beaux et raffinés mais en plus ils sont pratiques puisqu’ils se plient dans leur petite poche interne en soie…tu peux alors les glisser dans une valise, ou sous une poussette )

démonstration

Petite précision utile pour celles et ceux qui s’interrogeraient sur le prix : les sacs sont réalisés avec du vrai coton liberty (le plus fin et le plus raffiné des tissus) et pas avec une impression de petites fleurs sur du tissu bon marché.

Longue vie à l’atelier de Catherine qui je l’espère deviendra grand rapidement !

Pin It