restauration Archives - Chroniques d'une Chocoladdict
Tag

restauration

Browsing

 

Le Sirha c’était grand, immense et malgré le fait d’y avoir passé presque 3 jours, je n’ai pas visité tous les halls, j’ai du opérer un sérieux tri dans le programme entre concours, démonstrations, rencontres et marques. C’était un peu mon festival de Cannes à moi avec sur le tapis rouge :  Patrick Roger, Pierre Hermé, Philippe Conticini, Philippe Rigollot, Frédéric Cassel, Christophe Adams, Jérôme de Oliveira (mode midinette on). J’ai eu l’occasion d’assister à la finale France de la coupe du monde de chocolat et d’écrire un article à ce sujet pour le blog de Chocofoliz. Contrairement à la coupe du Monde de pâtisserie, j’étais assise au premier rang et j’ai eu la chance de goûter un entremet et un bonbon chocolat tout en pouvant suivre de très près les gestes et la technicité des artisans chocolatier en compétition.

J’ai été invitée dans l’espace Valrhona, véritable paradis du chocolat et quand on m’a proposé une assiette de dégustation de quelques uns de leurs crus, présentés pour l’occasion en mousses (mariées ou pas à un fruit), il était bien difficile de refuser. Cela aurait été dommage, je serais passée à côté du praliné qui devrait voir le jour courant 2013 et que j’ai dégusté le plus lentement possible (terrible !). Dimanche soir avait lieu la soirée de lancement de Varhona TV qui propose des portraits de chef, les essentiels du chocolat (c’est à dire toutes les techniques autour du chocolat), des documentaires sur les plantations, une rubrique appelée voyage sensoriel (méthodes de dégustation pour apprécier le chocolat) et des news. Pour fêter cette nouvelle chaîne, Valrhona avait prévu un buffet de plats salés et sucrés autour du chocolat…trop dur )

Vous êtes probablement en train de penser que j’ai passé mon temps à manger…totalement faux, je suis passée plusieurs fois devant la vitrine présentant les éclairs de la boutique L’éclair de génie, sans pouvoir en goûter un seul millimètre…une torture ) J’ai tenté de subtiliser, sur le stand juste à côté, un robot kitchenaid mais malgré mon sac sans fond que je suis obligée de retourner de fond en comble à chaque fois que je cherche quelque chose de précis à l’intérieur, il était trop petit.

Sans trop de surprise, j’ai surtout traîné mes guêtres dans le périmètre confiserie/ boulangerie (après un petit tour dans le corner épicerie fine) et à cette occasion j’ai découvert le stand vraiment original de PCB créations, spécialisée dans les décors alimentaires et qui travaille avec les plus grands pâtissiers. Pour le Sirha, la marque avait joué à fond l’ambiance cirque, intitulant l’endroit « piste aux décors » avec porte vers loges d’artiste et projecteur sur une scène avec gâteaux en vedette.

Le Sirha est un salon dédié aux professionnels, on ne peut rien acheter, c’est peut-être une des frustrations en tant que visiteurs. Cela donne aussi l’occasion de jeter un œil sur les coulisses de la restauration en découvrant certains produits tout-prêts. C’est là que j’ai juré de ne plus commander de cheesecake dans les restaurants, aussi réussis soient-ils, maintenant que je sais qu’il existe un pack ready to cook ou alors il faudra me convaincre que les desserts sont 100% maison.

J’ai assisté brièvement à une épreuve de latte art : les candidats devaient verser une mousse de lait sur un expresso pour pouvoir dessiner des motifs tels que des coeurs ou des fleurs par exemple sur le café et cela en un temps record…vraiment bluffant !  Je suis repartie, les bras chargés de brochures et de presse professionnelle mais cela ne m’a pas empêché à peine rentrée de regarder le programme du prochain festival Omnivore en mars à Paris (avec une masterclass sucrée  !).

On remet ça dans deux ans ?

La cafétéria de la fac ne ressemble pas vraiment à celle d’Hélène et les garçons. Tu te souviens de Chez Alfredo ?  : ambiance quasi silencieuse, organisation de soirée rock (enfin à la sauce de la série), chandeliers sur les tables, menu gastronomique et repas interminables d’étudiants qui n’en rament pas une. Du pas crédible du tout en somme.

Tu as l’image en tête? eh ben c’est pas du tout ça ! Ici les couverts sont en plastiques, les plats principaux varient entre paninis et croque-monsieur chaud sur les bords mais encore surgelé à l’intérieur, tu as rarement plus de 20 minutes pour déjeuner (qui se réduisent parfois à 10 quand la file d’attente s’étire jusqu’à la porte). La dame derrière sa caisse a oublié son sourire dans une autre vie sauf quand elle arrête d’aboyer pour parler à son collègue. On nous bassine avec la malbouffe mais je n’ai jamais vu une feuille de salade, un fruit ou un yaourt dans les victuailles proposées. Pour le dessert, tu as le choix entre barre chocolatée ou croissant )

Pourtant j’ai une certaine tendresse pour cette cafétéria : le café est meilleur ici qu’au distributeur et à l’intercours je file chercher mon expresso histoire de tenir le coup. Parfois je m’assois avec une ou deux filles de la classe à une table, je croque dans mon morceau de pizza gelée, je ne reconnais plus la mienne quand elle ressort du micro-ondes en même temps que d’autres, j’écoute des petits bouts de leur vie, je parle un peu de la mienne avant de repartir vers une salle de classe.

La prochaine fois je te parle du resto U…non je plaisante ) (quoique)

Tiens en parlant d’Hélène et les garçons, est-ce que certain(e)s parmi vous ont eu la curiosité de regarder la série qui est revenue en février dernier, 18 ans après (avec comme promesse, je cite « plus de sexe, plus de gros mots et d’actions …parce que les fans ont muri »)) ? Si oui, raconte j’aurais bien aimé me marrer (enfin j’espère) au moins une fois.

Il y a 3 mois, je m’inquiétais ici même de la mise en cantine de mon chérubin qui manifestait son souhait de ne pas y aller.  Si je ne me fis jamais d’illusion sur les quantités ingérées lors des repas du midi à l’école (vu son appétit au dîner et goûter), je pensais finalement que j’avais tout simplement fait un transfert, calquant mes mauvais souvenirs sur sa future adaptation. En effet le soir, le week-end, les mercredis, les vacances, de cantine il n’en était point question. Le principal intéressé allait même jusqu’à affirmer « la cantine c’est bien! » (m’étonnerait pas qu’il travaille dans la com cet enfant plus tard!).

Et puis un matin, le maître d’école, me fit une révélation qui cassa mon peu d’insouciance parentale : la prunelle de mes yeux pleurait tous les midis quand l’heure d’aller à la cantine arrivait ! et s’il ne pleurait pas, il manifestait son désaccord en râlant. Devant mon étonnement, l’instit ajouta qu’aucun enfant n’aimait la cantine si petit, car c’est bruyant, fatigant. Mauvaise mère, va !

Je me rappelais alors l’épisode dramatique de la salade rapportée par l’atsem des semaines auparavant…épisode qui changea peut-être le cour des choses à jamais. Elle avait déposé une feuille de salade dans l’assiette du chérubin car même si l’enfant n’en mange pas, c’est obligatoire (il y a une loi sur la salade en quelque part?) et mon fils avait fondu en larmes. Il y avait eu donc debriefing à la maison et on avait dédramatisé, je pensais, cette règle alimentaire.

Depuis mon fils ne cesse de me rappeler qu’il préfère manger avec papa et maman. J’avoue que je n’hésite pas à lui mentir en lui répondant que son père et moi nous déjeunons aussi à la cantine alors qu’en réalité mes quelques expériences dans ce lieu de perdition se sont terminées par des tablées non prévues avec les supérieurs hiérarchiques s’invitant derechef entraînant des repas pendant lesquels il n’est question que de boulot, ce qui entraîne forcément dans mon cas, des soucis digestifs.

L’année prochaine le chérubin rempilera…à part si je bosse à domicile par miracle, pas d’autres solutions..j’ai tenté d’adoucir sa peine en choisissant l’option sans viande dans les menus, la viande étant systématiquement servie en sauce comme dans mon enfance et la chair de ma chair montrant un intérêt tout relatif pour le poisson.

Et toi, tu déjeunes où le midi?

Edit : attention l’enfant souriant sur la photo a été rémunéré pour sa prestation !

Edit 2 : un plat à la cantine qui t’a traumatisé à vie et qui te replonge encore aujourd’hui en enfance? vite, participe au concours Saveurs d’enfance !

Pin It