Tag

peur

Browsing

L’autre soir, j’étais à l’extérieur lorsque je reçois un sms de la part de l’homme m’apprenant que ma fille s’était réveillée affolée comme si elle sortait d’un terrible cauchemar. Cela m’a laissé un peu perplexe…les montres, les loups, les fantômes quand l’enfant grandit d’accord mais un cauchemar à 22 mois?

Écartons les inconforts pouvant susciter le réveil de nos chères têtes blondes : une couche trempée ou pleine, une douillette trop chaude ou pas assez, un bruit dans la rue ou dans l’appartement, des persiennes mal fermées, une mauvaise digestion de pom’pot..

Qu’est-ce qui peut bien se passer dans la tête de ma fille la nuit qui se révèlerait affolant, effrayant ?

– elle est seule dans une pièce avec un moucheron (oui parce que dans la vraie vie, elle est totalement out of control devant cette bestiole à peine visible à l’oeil nu), une abeille ou un insecte qui vole

– elle s’installe à table et, scandale, s’aperçoit que son assiette est vide (pas vraiment du genre à être à l’heure espagnole, quand elle a faim, son estomac commande tout le reste)

– elle est chez le coiffeur ou chez le médecin…deux endroits qu’elle déteste particulièrement et où elle peut montrer très rapidement la puissance de ses cordes vocales

– elle est installée tranquillement dans sa poussette, elle se retourne et s’aperçoit que c’est son ancienne nounou qui est derrière ..pire que la séance de la douche dans Psychose

– elle est dans son bain et aperçoit une saleté microscopique dans l’eau…et là c’est le drame !

– elle me voit sortir de la salle de bains avec une serviette enroulée autour des cheveux…ne me demande pas pourquoi mais quand ça arrive, elle bloque dessus systématiquement

– son père la force à écouter du Linda Lemay (sans blague ça traumatise n’importe quel enfant, non? )

Et toi raconte moi tes cauchemars?


Voilà une phrase que je ne sortirai jamais à mes enfants…faut me voir face à un lézard, stupeur et tremblements comme dirait Amélie Nothomb, je suis prête à vivre dans le noir total plutôt que me risquer à ouvrir les volets et tomber nez à nez avec ces affreux reptiles.

Et puis parfois la bête a beau être petite, elle n’en est pas moins dangereuse. Septembre 2002, je suis en Guadeloupe, dans une chambre d’hôtel, quand je vois ça, avancer sur le sol :

scolopendre de son petit nom , avoue que c’est moche?

L’animal qu’il vaut mieux éviter de croiser selon le Routard (plein de bonnes adresses mais un brin alarmiste je trouve quand tu l’étudies dans le détail le monde est rempli de pickpockets et d’endroits surfaits car dépassant les 100 habitants)  et selon la réceptionniste. Il paraitrait que cette bestiole minuscule t’envoie à l’hôpital avec une fièvre de cheval si elle te pique et qu’elle se sépare en deux si tu lui marches dessus. Ce n’est pas la multiplication des pains, c’est la multiplication des insectes rampants.

Je me retrouve  donc debout sur le lit en train de hurler comme une possédée, persuadée que la bête va sauter jusqu’au couvre-lit (championne du monde !). L’homme tente de maîtriser le prédateur à coups de tongs mais ne réussit qu’à faire sauter celui-ci à travers la pièce. Il file à la réception, revient avec un pulvérisateur mais avec la consigne de ne pas l’utiliser car cela pourrait encore plus énerver la bestiole (avec le recul, je me demande si ce jour-là on ne s’est pas un peu payé notre tête). Le nuage de vapeurs toxiques a autant d’effets qu’une galette de riz soufflé sur l’appétit  quand tu meurs de faim.

Je somme l’homme d’oublier deux secondes son orgueil et de demander de l’aide à un jardinier occupé à cet instant devant notre fenêtre. Un coup de botte en caoutchouc plus tard et c’en est fini du sort du scolopendre… non sans un bruit de verre pilé fort désagréable. Le jardinier affiche un sourire moqueur mais je ne peux pas m’empêcher de vérifier que la bête n’a pas pondu en deux temps trois mouvements des œufs dans le sac de voyage posé par terre.

Ce jour là j’ai eu la confirmation que le ridicule ne tue pas et que je ne suis pas vraiment une amie des bêtes….

Et toi, peur d’un animal?

(ceci est ma participation au défi Animal de Virginie B.)

Pin It