Tag

papa

Browsing

Lundi les papas étaient en force pour la rentrée des classes…en tous cas devant l’école de mon fils.

Avaient-ils aussi mal au bide que les mamans ce jour un peu spécial où une page se tourne, où un nouveau cycle se dessine? se posaient-ils des questions sur la maîtresse et sur la classe de leur enfant? ont-ils réprimé une larme en vivant ce moment un peu symbolique du temps qui passe? ont-ils repensé à leur propre rentrée, mélange d’excitation et d’appréhension? Étaient-ils là de manière exceptionnelle ou accompagnent-ils régulièrement leur progéniture?

Nous, nous étions carrément venus tous les deux parce que nous en avions la possibilité matérielle…lui avait une décharge horaire, moi je ne travaillais pas ce jour là. Mais le fiston a trouvé que le cortège d’accompagnement était trop important, il a peut-être eu peur de craquer en franchissant le seuil de la classe, en lisant dans nos regards toute l’émotion que nous cachions sur le chemin de l’école en chantonnant alors je suis restée devant le portail, je l’ai embrassé et j’ai laissé le papa franchir les dernières mètres vers cette nouvelle année.

J’en ai vu passer des papas, à l’air tranquille ou inquiet, nonchalants ou pressés, seul ou avec un autre enfant tenu dans la main ou dans les bras..peut-être que certaines mamans les ont envoyé au front car elles les savaient plus rassurants ce jour là. Certains sont arrivés presque en courant, la trace de l’oreiller encore sur la joue et sont ressortis très vite…dur de reprendre le rythme.

Et puis l’homme, à son tour, est réapparu… c’est le fiston qui l’a congédié d’un « bon, tu peux y aller maintenant » alors qu’il savourait l’occasion qui ne se reproduira pas de rentrer et visiter la classe. En grande section, les parents restent sur le pas de la porte, c’est comme ça.

Et chez toi, qui a accompagné les enfants à l’école? à la crèche? chez la nounou ? ou qui t’accompagnait quand tu étais gamin(e)?

Edit : les papas, racontez-moi votre rentrée si vous l’avez vécu  !

Les papas aujourd’hui,  c’est formidable, peuvent prendre quelques jours après l’accouchement de leur femme pour être avec elle de retour à la maison, essuyer leurs larmes éventuellement, profiter des premiers jours du nouveau né. Le congé paternité existe en France depuis 2002, est prévu par la loi et d’après un sondage Sofres paru en 2008, 69% des pères en bénéficient.

Les mentalités ont-elles vraiment évolué pour autant? pas si sûre !

Lundi matin, au réveil, Miss Zen est fiévreuse, elle s’est beaucoup réveillée la nuit et l’homme décide de garder sa fille. Il a le droit à un certain nombre de jours enfant malade s’ils sont justifiés par un certificat médical du médecin tout comme moi. Nous nous les sommes répartis depuis que nous avons des enfants et le peu de fois où ils ont été malades nous avons joué les garde-malades à tour de rôle selon les impératifs professionnels de l’un ou de l’autre.

Mardi, de retour au travail, il croise son supérieur hiérarchique, qui lui demande pourquoi ce n’est pas moi, la mère, qui ait pris en charge notre fille, car c’est le rôle de la maman et pas celui du papa. Et de surenchérir que lui,  pourtant père de famille, n’a jamais joué l’infirmier, que cela ne se fait pas !

Et là tu penses bien, ça m’énerve !…précisons que son chef, qui n’a même pas 40 ans, avait déjà tiqué pour le congé paternité, essayant de convaincre l’homme que cela n’était pas nécessaire, que cela ne se justifiait pas…que nourrir, changer, s’occuper des enfants c’était le rôle de la maman….en 2010 !

En interrogeant des mamans autour de moi, je me suis rendue compte que lorsque les enfants sont malades, ce sont les mamans dans la quasi totalité des cas qui restent à la maison…quid du congé parental? on dit bien parental et pas maternel et pourtant dans les fait, tu en connais beaucoup des Till the Cat ? et des papas qui prennent leur mercredi, des temps partiels ? des papas qui mettent leur carrière entre parenthèses quelques années?

J’attends ton témoignage de maman, de papa ou d’enfant pourquoi pas (comment c’était chez toi à l’époque?)….

( les papas ce sont mes hommes du jour, Virginie B)

Pour finir la semaine, je te propose un glop/pas glop sur les joies et les peines qui suivent l’accouchement.

Glop : Ah la première gorgée de bourgogne  accompagné d’un morceau de fromage non pasteurisé et de bon pain…

Glop : l’avantage quand on prend peu de poids, c’est qu’on en a peu à perdre une fois l’accouchement passé

Pas glop : cela dit, les deux derniers kilos ils s’accrochent …et je te parle même pas des 10 kilos que j’avais en trop d’avant…

Glop : j’ai dégonflé : du ventre, des jambes, des pieds…je peux enfiler autre chose que des tonks

Pas glop : la perspective de séance de rééducation du périnée (vu la belle épisiotomie j’ai peu de chances d’y échapper) comme activité physique alors que je rêve de cours d’aquagym ou de danse.

Glop : chouette cette fois j’ai échappé aux hémorroïdes (désolée les nullipares, je ne vous cache rien!)

Glop : recevoir du courrier chaque jour dans sa boîte aux lettres réelle et virtuelle, des messages de félicitation, des jolies cartes et des cadeaux de naissance

Pas glop : ressentir une certaine nostalgie quand on croise des gros bidons en se disant que cela ne nous arrivera plus alors qu’à la fin on n’en pouvait plus (on n’est pas à une contradiction près non?)

J’en profite pour signaler un article publié dans le magazine Famili consacré au politiquement incorrect spécial maternité,  à savoir :
– oui tu peux  détester être enceinte même si tout le monde t’affirme que c’est la période la plus épanouissante de ta vie

– non la naissance de son enfant n’est pas forcément le plus beau jour de ta vie, surtout si tu as souffert pendant des heures ou que cela ne s’est pas passé comme prévu

– non on ne ressent pas forcément le fameux instinct maternel à l’instant où l’on croire le regard de son enfant…le sentiment de mère il se construit avec le temps pour pas mal de femmes

– oui tu as le droit de penser que ton bébé n’est pas très beau parce que fripé, rougeaud, trop petit, poilu…mais tu ne peux pas le rendre ou l’échanger )

– oui il est possible que tu te sentes au plus bas de ton niveau de séduction et je t’assure on est toutes passées par là…même le facteur ne te regarde plus )

– non tous les papas ne sont pas des nouveaux pères débordant d’amour tout de suite…il faut leur laisser de temps aussi d’apprendre un nouveau rôle

–  oui tu as le droit de regretter ta vie de célibataire parce qu’au début un bébé c’est du 100% pour lui et pas grand chose pour toi mais tu vas finir par t’organiser…

En bref, décomplexe ! la maternité n’est pas forcément idéale…

Et si ce week-end tu t’ennuies, tu restes bien au chaud, tu as 5 minutes de libre, participe au concours L’été Indien et gagne un super colis gourmand !

Vendredi dernier c’était la fête de Noël à la crèche du chérubin. Les parents étaient conviés à venir récupérer leur rejeton à 15h30 dernier délai puis à se rendre dans une salle du quartier pour un spectacle-goûter.

Le spectacle fut un assez beau fiasco, le public étant tellement hétérogène (des tout-petits aux grands de presque 3 ans) qu’il fut très dissipé, pleurant, criant, s’impatientant, voulant grimper sur l’estrade…j’avais un peu de peine pour les deux comédiennes qui  s’accrochaient à la scène et à leurs accessoires coûte que coûte. Le chérubin n’étant pas un casse-cou dans l’âme, il était du coup d’une concentration à toute épreuve même s’il me questionnait régulièrement sur les gâteaux à venir )

Après des bravos peu enthousiastes (le spectacle n’était pas assez interactif et musical à mon avis vu l’âge des enfants présents), tout le monde s’est précipité vers le buffet. J’ai constaté que celui que je surnommais, l’an dernier, Beau Papa, perdait tout attrait à s’empiffrer comme s’il n’avait pas mangé depuis 8 jours. J’ai eu la confirmation que j’ai la sociabilité d’une huitre quand il y a plus de 5 personnes dans une pièce et après avoir échangé quelques mots polis avec les personnes qui s’occupent de mon fils, je me suis retrouvée bêtement avec mon verre à la main, seule. J’ai essayé de m’immiscer dans une conversation de mamans mais comme elles vantaient les mérites d’une école maternelle privée ….j’ai pris la tangente après une phrase ). Ça m’a permis de garder un œil sur le chérubin, qui pour une fois n’était pas cramponné à mes jambes, mais qui s’en donnait à cœur joie côté buffet. Les tables étant piles à sa hauteur, ses mains plongeaient sans problème dans les bols de papillotes ou dans les assiettes de gâteau yaourt.

Et l’homme? il était en grande discussion avec un papa, récemment séparé, et dont le charme surpasse largement celui de Beau Papa. Si je rajoute qu’en plus il a de l’humour et qu’il travaille dans le milieu artistique, vous comprendrez pourquoi j’ai bafouillé comme une adolescente quand l’homme m’a présenté à son interlocuteur ). Nous nous sommes éclipsés assez vite, avant que le chérubin ne fasse une crise de foie mais quand en partant j’ai vu ce charmant papa, tout seul dans son coin, l’air un peu triste, je me suis portée volontaire pour assister aux réunions futures et autres rencontres de la crèche de mon fiston )

Edit 1 : C’est mercredi c’est la journée des enfants, j’offre une invitation valable pour deux personnes à l’exposition Alfred Nobel, au service de l’innovation au Palais de la découverte (cette invitation donne aussi accès aux salles permanentes avec plein d’expériences pour comprendre la science sans que cela ne soit barbant). Si vous êtes intéressé(e), laissez-moi un commentaire.

Edit 2 : la photo fait très « Nous deux » « Harlequin », c’est la magie de google images quand vous tapez « amant » et comme la cheminée me fait fantasmer, je n’ai pas résisté )

Pin It