Tag

nouvel an

Browsing

Tous les ans, je pourrais écrire le même billet sur le fameux blues du 1er janvier. Cette année, j’avais mon lot de raisons pour mettre la tête dans le four : j’ai raté une superbe occasion de visiter un pays dans lequel je n’aurais probablement jamais l’occasion d’aller (je n’en dis pas plus, si ta curiosité est piquée, rendez vous sur Fais toi la belle car elle, elle part), tout ça pour un devoir sur table (il y a de quoi être énervée non?), mon ordinateur qui n’a même pas 6 mois affiche le message « hard disk error » après une soi-disant réparation qui m’a coûté 55 euros et  le frigo transforme en glace une partie des aliments qui finissent donc à la poubelle.

Pourtant cette fois je me suis organisée un plan anti-déprime. J’ai préparé une salade de fruits exotiques pour faire le plein de vitamines et parce que ça change de la couleur du ciel. J’ai mis de côté une pile de magazines -ceux que je n’ai plus le temps de lire ces derniers temps – pour avoir de quoi bouquiner, feuilleter sur mon sofa (pourri donc) en sirotant un bon thé.

Je me suis glissée dans un bain Cake Gourmand (merci Séphora) et comme cela m’arrive environ une fois par an, c’était encore meilleur. J’aurais bien tester dans la foulée l’huile de massage dans la même collection Oh my chérie…j’avais oublié dans les vapeurs du bain que j’avais deux enfants.

J’ai rassemblé toute la joyeuse troupe devant la télé pour regarder un classique de Disney, Pinocchio plutôt que de m’atteler à la pile du repassage du dimanche de fin d’après-midi.

Bref j’ai feinté et ça a plutôt bien fonctionné. Cela dit, si l’année prochaine, on m’offre les Antilles pour les fêtes de fin d’année, je n’ai rien contre )

Et toi, le 1er janvier t’a mis dans quel état?

Aujourd’hui, je vous sers du réchauffé avec un billet publié en janvier 2006 au lendemain d’un réveillon du Nouvel an mémorable :

Passez la nouvelle année aux Antilles ! Le programme était plutôt alléchant : menu antillais, orchestre pour assurer l’ambiance musicale, contexte idéal pour sympathiser avec des lyonnais qui accepteraient de nous causer. L’amoureux et moi nous nous fîmes donc beaux comme des acteurs hollywoodiens…l’année précédente, à la même date, nous avions
réveillonné devant une soupe tous légumes et avions péniblement tenu
jusqu’à minuit pour cause de gastro, on s’était donc dit que cela ne pourrait être que mieux cette année….

Nous ne fumes pas déçus :

– Configuration insolite des locaux c’est à dire enfilade de petites salles peu pratiques toutes plus froides
les unes que les autres (si bien que des clients s’éclipsèrent 10 minutes
après notre arrivée, d’autres clients gardèrent leur manteau sur le dos toute la
soirée );

– toute escapade aux toilettes évoquait vaguement une excursion en Sibérie…à priori le petit coin était dans une cour mais cela était bâti d’une manière tellement étrange que l’on ne peut pas être catégorique

– les musicos
au look de maçons plutôt que d’artistes étaient
coincés dans une toute petite salle et seules les quelques tables les
plus proches ont eu le privilège de les entendre massacrer la bohème (nous
étions coincés en mezzanine et avions droit à une autre ambiance
musicale à la Franky Vincent)…à minuit lors du décompte de la
nouvelle année, les musiciens décidèrent de faire…. une pause ) )

– le patron, dans l’espoir de voir les clients fraterniser en ce soir de 31 décembre, avait composé des tables de 8 personnes et nous nous retrouvâmes avec une chance inouïe à côté du couple le plus sinistre du restaurant (nous remercions chaleureusement le second couple qui nous a rejoint plus tard et qui a un peu sauvé cette soirée !)

– hormis les accras de morue, les plats furent au mieux sans saveur, sans odeur et au pire franchement immangeables : foie gras-mangue très proche d’une mousse de canard écœurante, assiette de gambas nageant dans une sauce à l’ananas inappropriée et accompagnée de légumes froids et de riz sec, petits fours sucrés décongelés…..une heureuse surprise à la fin du repas néanmoins : une coupe de fruits frais exotiques !

– Pour faire oublier la médiocrité de la cuisine, nous étions noyés sous l’alcool : planteur très
dosé en apéro, pas moins de quatre bouteilles de vin différents ensuite
(dont 2 du Chili vraiment infectes), champagne, mare de rhum dans
laquelle flottent les fruits exotiques déjà cités, digestif avec
l’addition….

Nous sommes restés quand
même jusqu’à 3h du matin car le repas s’éternisait et pour ne
pas congeler sur place, nous tentions parfois une escapade jusqu’à
l’orchestre dit cubain …au moins cette soirée-là on s’en souvient encore !

Allez, par solidarité, racontez-moi votre pire réveillon de Nouvel An !

Pin It