Tag

nouveau-né

Browsing

A part hier soir où elle était d’une sagesse remarquable, je dois bien avouer que Miss Zen est particulièrement éveillée agitée le soir entre l’heure du JT et le prochain biberon. Il parait que les bébés se déchargent de toutes les tensions de la journée à ce moment, que la tombée de la nuit les angoisse…mouais mouais admettons mais un surnom ça se mérite, ça se bichonne, non? alors   Miss Zen doit-elle garder son titre pour autant ?

Proposition numéro 1 : Miss Joufflue. Je me demande si le kilo pris en un mois ne se situe pas intégralement dans ses joues…pour te donner une idée on dirait qu’elle cache du lait dedans ou qu’elle vient de se faire opérer des dents de sagesse… en même temps c’est un peu stigmatisant comme surnom aussi tôt dans la vie…faudrait pas la complexer la petite…

Proposition numéro 2 : Miss Noctambule, là pas besoin de te faire un dessin…mon dos est en compote, mes bras se tétanisent, mon répertoire de berceuses s’épuise et elle s’exerce à toute une gamme de sourires, bouche ouverte, bouche fermée..plus tard, bien plus tard, tu crois que tu as vaincu quand son corps se laisse aller, sa respiration se fait bruyante, tu la poses alors le plus délicatement possible  dans son landau en te réjouissant à l’idée de t’affaler enfin dans  ton lit douillet et là, tu assistes au soulèvement d’une de ses paupières et voici qu’elle te regarde avec ses yeux ronds comme des billes….

Je crois que je vais me racheter de l’anti-cernes…

Pour finir la semaine, je te propose un glop/pas glop sur les joies et les peines qui suivent l’accouchement.

Glop : Ah la première gorgée de bourgogne  accompagné d’un morceau de fromage non pasteurisé et de bon pain…

Glop : l’avantage quand on prend peu de poids, c’est qu’on en a peu à perdre une fois l’accouchement passé

Pas glop : cela dit, les deux derniers kilos ils s’accrochent …et je te parle même pas des 10 kilos que j’avais en trop d’avant…

Glop : j’ai dégonflé : du ventre, des jambes, des pieds…je peux enfiler autre chose que des tonks

Pas glop : la perspective de séance de rééducation du périnée (vu la belle épisiotomie j’ai peu de chances d’y échapper) comme activité physique alors que je rêve de cours d’aquagym ou de danse.

Glop : chouette cette fois j’ai échappé aux hémorroïdes (désolée les nullipares, je ne vous cache rien!)

Glop : recevoir du courrier chaque jour dans sa boîte aux lettres réelle et virtuelle, des messages de félicitation, des jolies cartes et des cadeaux de naissance

Pas glop : ressentir une certaine nostalgie quand on croise des gros bidons en se disant que cela ne nous arrivera plus alors qu’à la fin on n’en pouvait plus (on n’est pas à une contradiction près non?)

J’en profite pour signaler un article publié dans le magazine Famili consacré au politiquement incorrect spécial maternité,  à savoir :
– oui tu peux  détester être enceinte même si tout le monde t’affirme que c’est la période la plus épanouissante de ta vie

– non la naissance de son enfant n’est pas forcément le plus beau jour de ta vie, surtout si tu as souffert pendant des heures ou que cela ne s’est pas passé comme prévu

– non on ne ressent pas forcément le fameux instinct maternel à l’instant où l’on croire le regard de son enfant…le sentiment de mère il se construit avec le temps pour pas mal de femmes

– oui tu as le droit de penser que ton bébé n’est pas très beau parce que fripé, rougeaud, trop petit, poilu…mais tu ne peux pas le rendre ou l’échanger )

– oui il est possible que tu te sentes au plus bas de ton niveau de séduction et je t’assure on est toutes passées par là…même le facteur ne te regarde plus )

– non tous les papas ne sont pas des nouveaux pères débordant d’amour tout de suite…il faut leur laisser de temps aussi d’apprendre un nouveau rôle

–  oui tu as le droit de regretter ta vie de célibataire parce qu’au début un bébé c’est du 100% pour lui et pas grand chose pour toi mais tu vas finir par t’organiser…

En bref, décomplexe ! la maternité n’est pas forcément idéale…

Et si ce week-end tu t’ennuies, tu restes bien au chaud, tu as 5 minutes de libre, participe au concours L’été Indien et gagne un super colis gourmand !

Je soupçonne parfois mon fils de prendre le TGV la nuit pour suivre une session spéciale chérubins des cours Florent à Paris car rayon comédie il maîtrise. Voilà que sa petite sœur, âgée d’à peine 3 semaines, semble suivre le même chemin. Je te laisse juger par toi-même :

– Quand elle pleure pour exprimer sa faim, j’ai peur qu’elle me casse des verres sur l’égouttoir de la cuisine vu sa puissance vocale…on dirait qu’elle passe un casting pour la Nouvelle Star spécial opéra. Heureusement que l’appartement est bien insonorisé sinon les voisins auraient déjà porté plainte pour nuisance sonore. Bizarrement dès que tu la prends dans tes bras, elle coupe le son.

– Quand elle boit ses biberons, elle émet des petits grognements qui pourraient laisser penser qu’elle est en train de déguster de la langouste ou le meilleur cheesecake au monde. J’ai du mal à comprendre comment le breuvage lait en poudre additionné d’eau et servi à température ambiante peut lui procurer autant de plaisir.

– Jusqu’à présent, Miss Zen n’en rame pas une….on la baigne, on la change, on l’habille, on la nourrit, on la cajole…et pourtant à l’observer, la vie est épuisante ! boire un biberon a l’air tout aussi éprouvant que courir le marathon de New York : elle s’endort sur sa tétine, tente de lutter mais roule des yeux vers l’arrière, respire très fort, fait sa loque alors qu’elle est sensée émettre le rot qui devrait me permettre de regagner mon lit. Miss Zen a même l’impolitesse de bailler à s’en décrocher la mâchoire ou de fermer les paupières quand je commence à lui parler.

– Enfin côté expressivité, elle a tendance à en faire des tonnes : elle se mange les doigts quand elle a faim; elle écarquille les yeux comme si tu venais de lui annoncer que Javier Barden était homo; elle se met soudainement à loucher quand tu veux la prendre en photo; elle devient rouge écarlate quand elle remplit sa couche; elle éternue en série; le hoquet lui soulève tout le corps.

….bref elle a du lire dans mes pensées que je n’étais pas une fanatique des nourrissons et elle a sorti l’artillerie lourde pour me faire changer d’avis….

Edit 1 : aujourd’hui j’ai mis mon chapeau de fée pour Violette


Déjà enceinte, on nous incite fortement à ne pas boire, ne pas fumer, ne pas manger de crudités au resto ou de carpacio, ou certains fromages, d’aller mollo sur les transports, à préférer les sports doux mais à ne pas prendre trop de poids, à d’adapter sa sexualité (oubliez la brouette thaïlandaise)…tout juste si on nous mettrait pas sous cloche…et de conclure que non non la grossesse n’est pas une maladie.

Une fois le petit ange sur terre, vous pensez vous consoler des hémorroïdes, de l’épisiotomie qui tiraille, du sentiment d’être un kangourou sans rien dans sa poche et du baby-blues en noyant tous ces tracas et chagrins dans l’alcool….sauf qu’allaitement et mojito ne font pas bon ménage.

Au cas où vous auriez laissé tous vos neurones sur la table d’accouchement au point de ne plus savoir quel est votre degré d’alcoolisation, Milkscreen a pensé à vous ! (je dis vous car moi, mauvaise mère, je n’ai pas allaité…aïe je viens de perdre les 3/4 de mon lectorat). Aujourd’hui quelques gouttes de liquide sur une bandelette et vous savez 1) si vous ovulez ou pas 2) si vous êtes enceinte ou pas 3) si votre lait contient de l’alcool ou pas !

J’adore le message qui accompagne ce nouveau produit qui vient des states bien-entendu :

  • Milkscreen™ rassure les mamans et élimine le sentiment de culpabilité
    et l’inquiétude qu’elles peuvent avoir par rapport à la quantité
    d’alcool dans leur lait.

C’est clair que notre principale source d’inquiétude quand le nouveau-né arrive est de savoir si nos tétés produisent du lait alcoolisé !

Et si au contraire, on avait une bonne excuse pour s’envoyer un petit punch entre deux siestes et une couche …mais non, chéri, t’inquiète, j’ai fait mon alcoolait, je suis nickel ! )

Pin It