Tag

métro

Browsing

crédit photo : blog eat shop play love

A l’heure où blanchit la campagne, je pars prendre mon métro…bon en vérité je ne suis pas lève-tôt du tout et de toute façon, j’accompagne le grand à l’école, je laisse la petite à l’assistante maternelle ..résultat la campagne a depuis longtemps dégelé quand j’arrive sur le quai de mon métro.

Je suis en bout de ligne – ou presque – alors j’ai toujours un siège pour les 3 stations en début de voyage. Je peux me plonger dans un bouquin car je vais jusqu’au terminus et  je sais que je ne risque pas de rater mon arrêt.

Ça bouchonne un peu jusqu’à l’escalier mécanique mais ici à Lyon, tu n’es pas obligée de te coller sur la droite . Un coup d’œil au panneau clignotant et le second métro arrive. Cette fois il est bondé, le tout est de ne pas se retrouver coller à quelqu’un qui sent mauvais quand on a l’odorat autant développé que le mien.

Bellecour est à Lyon ce que Châtelet est à Paris, tout le monde descend, ça fourmille dans tous les sens, on dirait un ballet assez bien réglé car malgré la foule, les collisions sont rares. Pas de couloirs interminables ni 10 000 correspondances..on est dans une ville de Province )

Deux volées d’escaliers pour arriver sur le quai de la ligne D, la ligne sans chauffeur, celle dans laquelle les enfants aiment monter dans le premier wagon pour s’imaginer, l’espace d’un trajet, conducteur. En cas de grève, cette ligne fonctionne toujours mais c’est aussi celle qui connait le plus de problèmes techniques et qui est le plus souvent immobilisée …pour une durée indéterminée.

La ligne D est très fréquentée par les étudiants et le personnel médical  alors quand je trouve un siège semi-debout, juste pour être calée et poursuivre ma lecture sans risquer, en cas de freinage intempestif, de tomber sur un des voisins, je m’estime chanceuse.

4 arrêts plus tard, je descends, je marche 5 minutes et je suis arrivée à destination.

30 minutes de transport c’est pas la mort, pourtant il y a des matins et surtout des soirs où j’émets le souhait d’aller travailler à pied ! le luxe, non?

Et toi, tu prends le vélo, le bus, le train de banlieue, la voiture pour te rendre au boulot?

 

Prendre le bus et succomber au coup de foudre, c’est sur cette idée que la compagnie Arriva mise depuis le 3 mai 2010 pour promouvoir les transports en commun au Danemark. 103 bus sillonnent ainsi Copenhague, avec à  leur bord deux fauteuils recouverts d’un bandeau rouge sur lequel on peut lire pour les plus distraits, sièges de l’amour.

Si tu veux bouquiner tranquillement, écouter le dernier album de Mélody Gardot sans être dérangée, évite de t’assoir sur ces places réservées aux personnes en quête de conversation et plus si affinités ou ne vient pas te plaindre si ton voisin te lance des regards de biche effarouchée …tu es en train d’expérimenter le speed dating roulant !

Pas si bête si on pense à la rubrique « transports amoureux » de Libération (qui est même devenu l’objet d’un livre) que je lis toujours d’un oeil amusé. Pas idiot si on en croit le site transport-amoureux (projet de Sophie Calle) sur lequel on peut poster des messages suite  à une rencontre furtive sur un quai ou dans un wagon quand on aimerait la prolonger.

Qui n’a jamais croisé le regard d’un inconnu dans un métro? qui n’a jamais été troublé le temps d’un voyage en train?   Les moins timides ont peut-être osé le premier pas (et se sont pris pas mal de râteaux j’imagine) mais le plus souvent les histoires sont restées au stade de scénarios, chacun s’imaginant les suites les plus belles.

Je me demande si ces bouteilles à la mer écrites dans les journaux ou sur le net rencontrent parfois leur destinataire et si le hasard connait des prolongements heureux.

Et toi, as-tu déjà connu un transport amoureux?

Oui tu as bien lu, il y a une cause à effet entre le premier évènement : un peu de neige à Lyon et le second : le bazar sous terre. Il a commencé à neiger dans l’après-midi et peu de temps après, les bus n’ont plus circulé.

En pleine campagne « bouger 30 minutes par jour c’est facile ! », je peux t’assurer que le message n’a pas eu un grand succès auprès des lyonnais. Pas envie de bousiller ses chaussures toutes neuves, peur de se vautrer ou de tenter malgré soi un double axel sur un trottoir et le rater, envie de rentrer au plus vite chez soi? en tous cas, tout le monde s’est précipité dans le métro et je peux t’assurer qu’à 18h l’ambiance était survoltée.

Alors que dehors les voitures roulaient au pas, l’embouteillage était aussi dans le métro. Quand l’être humain se retrouve en groupe, il est toujours surprenant…mais rarement de manière positive…coups de coudes, piétinages de pieds, blocages des portes, insultes, un plaisir. Je ne sais pas ce qui m’agace le plus : ceux qui ne te laissent pas descendre de peur de ne pas avoir le temps de monter ou ceux qui seraient prêts à te passer sur le corps..j’hésite..

Finalement j’aurais peut-être du rentrer à pied, l’occasion de prendre quelques photos de plus :

Edit : Virginie, la prochaine fois on prévoit ça le printemps, c’est plus sûr non? et promis je referai un fondant choco-marrons !

Pin It