Tag

mer

Browsing

Pendant que tu reprenais le boulot, transpirais dans les transports en commun, essuyais les larmes du petit dernier qui ne voulait pas rester à l’école, je me prélassais délicieusement en Corse, pas loin d’Ajaccio (et cette année vu mon programme cela ressemble fort à ma vision de la paresse, Sandra)…résumé :

Glop :  J’ai été subjuguée par la beauté du cadre dans lequel j’ai passé une semaine de vacances…côté pile la montagne, côté face la mer transparente et le mariage des deux est juste à couper le souffle

Pas glop :  Partir sur l’île de beauté et ne faire aucune excursion, c’est un peu stupide, non? sauf qu’avec une enfant de 11 mois et un garçon de 4 ans qui est malade au moindre virage, bizarrement cela ne m’a pas tenté…je ne vais donc pas t’inonder de photos cette fois-ci…et puis  cela me fait une excuse pour y retourner en amoureux et visiter vraiment cette région magnifique

Glop : l’avantage c’est que je me suis retrouvée souvent toute seule dans la piscine pour quelques longueurs …idem pour la plage, seule dans une mer à 26° avec comme uniques compagnons des petits poissons ça se rapproche du paradis

Pas glop : les contacts avec l’autochtone ont été peu concluants, les commerçants étant aussi sympathiques que des gardiens de prison…le corse s’apprivoise-t-il? n’aime-t-il pas le touriste et/ou le métropolitain? le corse est-il ouvert? je m’interroge…


du chocolat

un carré de sucre avec l’emblème corse


si tu n’as pas compris que le miel vient de Corse,
c’est que tu y mets beaucoup de mauvaise volonté

Glop ou Pas glop ?: en même temps quand on voit la façon dont ils mettent en avant leur identité, on a déjà une partie de la réponse

Glop  : l’insulte suprême visiblement là-bas c’est « fais pas ton parisien », sous-entendu sois pas pressé…on pourrait leur retourner l’argument « fais pas ton corse » sous-entendu, bouge toi un peu mais quand on voit leur cadre de vie, on se dit aussi  qu’il serait dommage de courir

Glop : fiadone, charcuterie et fromages corse, veau à la corse servi avec une polenta à tomber par terre, filet de loup à la tapenade et au thym frais, bisque de crevette, gratinade de courgettes et de tomates, beignets au brocciu… côté gastronomie, il n’y a pas à dire les corses assurent

Pas glop : assistant à un concert de polyphonies corses, je me suis demandée si la main sur l’oreille c’était pour le folklore ou pas…les gars entre deux chants affichaient une mine de six pieds de long comme Yves Mourousi du temps où il présentait le journal du 13h…les corses, un peuple martyr?

Glop : je pensais bêtement que les paillotes ressemblaient un peu à la maison de paille d’un des trois petits cochons mais pas du tout ce sont des vrais restos en bord de mer où il est plus qu’agréable de s’attabler…

Pas glop : encore que la présence de Miss Zen transformée en Miss Ronchon quasiment pendant tout le séjour, suite à une poussée dentaire, de la fièvre et une bronchite a un peu gâté l’ambiance (elle pourrait pas être malade en silence?))

Pas glop : quand j’ai vu arriver le médecin, j’ai cru que c’était le plombier…bourru et taciturne, il a fait pleurer Miss Zen du début à la fin de l’examen , elle qui ne moufte jamais lors des visites chez la pédiatre

Pas glop : dans ces cas là, loin d’être une mère dont on loue la patience à toute épreuve, j’ai plutôt tendance à penser intérieurement « pourquoi ai-je fait des enfants? étais-je vraiment faite pour? »…devant ma mine un brin exaspérée, une maman m’a suggéré de faire comme elle, payer les vacances à la nounou et l’emporter en Corse…ben voyons )

Glop : le fiston s’est trouvée une petite copine plus belle selon lui que le coucher de soleil sur la plage (et pourtant boire une sangria dans ce cadre ça efface tous les soucis)…mais c’est encore à moi qu’il a offert les fleurs honteusement coupées dans les espaces communs )

Voilà j’espère que mon appartement ne va pas être plastiqué suite à ce billet…demain toutes les participations en ligne du concours Laissez parler vos petits carnets et le nom de la gagnante après tirage au sort !

Glop : on sait tous aujourd’hui que le soleil sans protection c’est mauvais pour la peau, mais avoue on est quand même plus beau quand on est bronzé, non? …écran total pour moi ayant l’épiderme d’une rousse mais j’ai quand même un petit teint hâlé plutôt assorti à mes yeux verts, quant  à l’homme le bronzage lui va super bien !

Pas glop : Miss Zen n’a pas encore saisi à 11 mois l’importance de mettre un chapeau à la plage..elle n’a de cesse de l’enlever, défaisant même mes nœuds…je garde espoir en me rappelant que son frère faisait exactement pareil et qu’il a passé la semaine la casquette vissait sur la tête

Glop : être à deux minutes à pied de la plage sans voiture ni stationnement à chercher…pouvoir retourner à l’appartement aux premiers signes de fatigue de l’un ou à l’envie de grosse commission de l’autre (c’est du vécu), c’est un luxe, non?

Enorme pas glop : je n’ai jamais vu une plage aussi sale à la fin de la journée…des mégots de cigarette partout, des tessons de bouteille, des bouts de verre, des pansements flottants dans l’eau, des bouteilles de coca-cola en plastique vides, une vraie poubelle ! tous les matins, la municipalité nettoie la plage avec un camion, mais ne vaudrait-il pas mieux éduquer les gens à respecter un minimum les espaces publics? Je suis loin d’être une ayatollah de l’écologie mais là vraiment ça me fout en rogne !

Glop : inventer des histoires de pirates cachés dans les buissons ou sur les bords de route pour faire oublier au fiston son mal des transports à peine a-t-il posé une fesse dans une voiture, constater qu’il me suit dans mon délire et qu’il oublie son estomac barbouillé

Pas glop : partager la chambre avec Miss Zen qui supporte mal apparemment la cohabitation nocturne et qui le fait payer en se réveillant toutes les deux heures…quand en plus, un des voisins transforme son jardin en boîte de nuit extérieure jusqu’à 4h du matin et qu’il ne nous invite même pas, je commence à douter du fait que les vacances soient du repos

Pas glop : les restaurateurs de Carry le rouet se sont donnés le mot le soir du 15 août et ont tous proposé des menus à 40 euros …tout ça pour une entrée, un plat et un dessert (surgelés en général) et une vue sur le feu d’artifice quand même…le touriste, vache à lait, malgré la crise, c’est toujours d’actualité dans certaines régions de France

Glop : assister à une complicité grandissante entre frère et sœur et à leurs séances de câlin matinales..en profiter avant qu’ils ne se tirent les cheveux et se disputent dans quelques temps

Pas glop : prendre le prétexte des vacances pour supprimer le biberon car à 4 ans, on est bien trop grand pour boire dedans…et du coup se retrouver avec un fiston qui ne boit plus de lait )

Pas glop : les stressés qui ne te laissent pas descendre du TGV alors que tu as deux valises, un gros sac dans le dos, la poussette, un enfant dans les bras, un autre à la main, ça m’énerve !!!! heureusement il y a aussi des gens civilisés qui t’aident à descendre…

Glop : attendre encore un peu pour se sentir déprimée par la reprise et la rentrée car demain on remet ça et pas au même endroit )

(le pied en photo est celui de Miss Zen pour Fr@mboize )

Best of du mois d’août en prime !

 Et toi, quelle est la plus belle plage dont tu te souviennes?

Thriller ou roman catastrophe? c’est la question que l’on peut se poser en refermant ce roman qui donnera le mal de mer aux marins les plus aguerris. A moins que Noir Océan ne soit un huit clos car quand neuf membres d’équipage au passé ou présent sombre se retrouve en pleine mer en direction du Surinam, et que tous les moyens de communication sont en panne, la sensation d’étouffement est omniprésente.

Magnifiques portraits de vieux ou jeunes loups de mer : un commandant qui laisse à terre une femme à la dérive et qui projette de changer de vie une fois à destination, Jonas qui embarque sur le cargo les mains encore pleine de sang, Saeli le matelot perclus de dettes…tous ont leurs secrets.   

Ils espéraient peut-être fuir pour quelques semaines cette réalité, ils se trouvent confrontés à la culpabilité, l’angoisse et la solitude. Alors qu’à l’extérieur les éléments se déchaînent, sur le navire, une mutinerie se prépare et une tempête intérieure secoue vite l’équipage. Peu à peu chacun va sombrer dans la folie, alors que cramponnée à mes draps, tanguant à chaque vague, je me demandais, page à page qui survivrait à pareil voyage.

Stéfan Mani, auteur islandais, excelle aussi bien à décrire les noirceurs de l’âme que cet élément indomptable qu’est la mer. Suspense oppressant garanti, j’étais presque contente d’être sur la terre ferme en refermant le livre.

Un énorme coup de cœur pour ce roman noir sur lequel je ne peux que te conseiller d’embarquer !

 

Bon d’accord d’accord j’étais au bord de la mer méditerranée mais ce n’est tout de même pas ma faute si Richard Cocciante préfère la Bulgarie aux bouches du Rhône. Il se peut qu’en plus je déçoive au passage quelques lecteurs écolos croyant lire un billet vindicatif sur les mers polluées et les plages mazoutées. 

Le pitch de mes vacances est nettement différent de celui du chanteur. Point d’amour estival contrarié mais  des premières fois : premières vacances avec deux enfants (côté bagages quand tu voyages en train cela devient du grand art pour emporter l’essentiel sans craindre le lumbago), premières fois sur la plage, sur le sable, au bord de l’eau, dans un bateau en plastique (et première tasse !) pour elle.

Premier feu d’artifice sur le port de Carry : le chérubin s’est caché derrière les jambes du papa alors que Miss Zen dans les bras du papi ouvrait des yeux grands comme des soucoupes…du coup je ne savais plus vraiment où était le spectacle, dans le ciel ou juste à côté de moi. 

Pas moyen d’échapper aux poignées de sable qui atterrissent dans la bouche de Miss Zen en quelques secondes d’inattention, ni aux châteaux avec tours et ponts levis …au moins dans l’imaginaire parce que dans la réalité c’est autre autre. J’ai, pour ma part, oublié tout glamour, en creusant des mini-piscines au bord de l’eau convoitées rapidement par une dizaine de gamins.

L’avantage d’un emploi du temps rythmé par les siestes de la plus petite est d’avoir le loisir de bouquiner, installée sur la terrasse avec vue sur la grande bleue. J’aurais pu en profiter aussi pour éliminer toutes les boulettes de pain que ma fille s’escrimait à me tendre à chaque repas, la tarte tropézienne ou encore la délicieuse pizza dévorée chez Roger, un restaurant dont la devanture ne paie pas de mine mais dont le cadre (un coin totalement perdu en bord de mer) et la cuisine lui assurent une clientèle de fidèles habitués. J’aurais pu oui…

Regarder le phare s’allumer à intervalles réguliers, baisser la tête par réflexe en apercevant des chauves-souris, découvrir en bord de plage un cirque et des chameaux au clair de lune, ressentir un pincement au cœur en regardant le chérubin danser lors d’un concert au bar de la plage et réaliser qu’il grandit trop vite, pester contre les grains de sable qui malgré les douches se retrouvent dans les draps, s’émouvoir devant ses enfants dormant paisiblement côte à côte, tenter d’emmagasiner le bruit des vagues …

Pourquoi il la ramène autant Richard Cocciante ? elles sont aussi chouettes mes vacances )




T’aurais pu enlever ta polaire quand même ..t’as vu la chaleur qu’il fait?

Laisse moi profiter de mes vacances comme je le veux


Papa, maman, regardez je tiens debout dans mon bateau !


Papa, regarde comme je joue bien au ballon !



Maman, t’as vu les fruits qu’on a fait en sable?


Au secours, je veux sortir !


Tu disais quoi déjà ? profiter des vacances?

Tais-toi et tartine bien dans le cou !


Oui je sais la saga playmobil normalement c’est le samedi mais les habitudes j’aime pas ça )

Et toi, les vacances à la mer tu aimes ça?

Aujourd’hui, j’ai testé pour toi les mers de France et de Navarre et en la matière je suis intraitable ! 

Un jour de tempête, rien de mieux que la Pointe du Raz


Pour ses marées, St Malo me semble imbattable


Pour éviter les filles trop bien faites qui courent suavement jusqu’à la mer, il n’y a pas mieux que les plages de galet


Pour son coté la mer dans la ville, Barcelone est en très bonne position


mais pour la baignade, il n’y a pas mieux que la mer des Antilles, sa température, sa transparence, sa couleur

Et toi, quelle est ta mer préférée?

(Ceci est ma participation au défi photo du jour de Virginie B)

Edit : seules les photos 2 et 4 sont de moi

Pin It