Tag

maternité

Browsing

Modèle : Miss Zen

mise en circulation : 11 septembre 2009

Avis du client :

J’ai pris possession de ce modèle il y a un an, les frais de livraison étaient offerts mais aucun accessoire n’était fourni.

Le concepteur a prévu une série d’options et d’équipements qui font que je me suis attachée rapidement au modèle malgré les imperfections du produit.

Je tiens à signaler aux personnes intéressées par un modèle similaire qu’il n’est pas économe (couches, vêtements, gros appétit) et que de plus, son autonomie en fonctionnement est assez faible, la batterie demandant à être rechargée assez rapidement.

Par contre le modèle Miss Zen possède soit une mémoire interne pleine de promesses soit une touche « repeat » non localisée qui lui permettent de redire certains mots : chocolat (je jure que c’est vrai !), tête, encore.

Rien à redire sur la finition extérieure, d’ailleurs on s’extasie assez régulièrement sur le modèle qui a tendance à en profiter et à minauder. La finition intérieure connait des ratés. La poussée dentaire par exemple connait un défaut de programmation et remet en cause la caractéristique « modèle silencieux ».

Il semble qu’il y ait un faux contact dans la télécommande car le modèle refuse de s’endormir dans sa poussette, de se tenir debout toute seule ou de faire du quatre pattes mais se déplace en faisant du moonwalk assis. Une révision est envisagée .

Je regrette parfois de ne pas avoir pris l’assistance téléphonique 7 jours sur 7 ou mieux le renvoi ou l’enlèvement à domicile du produit sans frais mais un éclat de rire ou une clownerie de sa part et soudain voilà que ma série limitée me semble parfaite.

Petit clin d’oeil à ma chipie qui a eu 1 an samedi !

Pas glop : le questionnaire d’une ville des pays-bas qui demanderait aux femmes (s’il est mis en place) lorsqu’elles sont dans leur 16ème semaine de grossesse si elles pensent être une bonne mère ? comme j’ai plutôt tendance à penser qu’on ne naît pas mère mais qu’on le devient ça m’énerve…et les pères dans tout ça? la petite graine et puis s’en va?

Pas glop : la retraite des femmes est aujourd’hui largement inférieure à celles des hommes car les femmes s’arrêtent de travailler pour élever leurs enfants et parce qu’en plus pour un poste équivalent à celui d’un homme en 2010 les femmes sont toujours moins bien payées…

Glop : samedi dernier je suis allée voir le dernier spectacle de Florence Foresti à la Bourse du travail à Lyon et rayon parent indigne, elle en connaît un bout

Pas glop : la salle n’était pas climatisée

Pas glop : j’étais mal placée (pourtant je suis arrivée 3/4 d’heure avant) et j’ai passé tout le spectacle à me tordre le cou pour la voir sur scène..ça gâche un peu le goût du plaisir comme dirait Jean-Jacques

Glop : cette nana a une énergie et une pêche incroyable sur scène et j’adore quand elle danse ! En matière de prestation scénique, c’est pour moi le pendant de Gad Emaleh et en plus les thèmes de leur dernier spectacle se répondent  puisqu’il est question pour l’un de paternité ou pour l’autre de maternité (mais pas que)

Glop : Florence Foresti est mon amie car elle aussi elle s’emmerde royalement au square (et rêve de creuser un tunnel sous le toboggan qui mènerait droit à Zara), elle aussi a revu ses beaux principes, elle aussi s’est retrouvée avec des objets moches mais pratiques depuis qu’elle est maman, elle aussi a du mal à plier sa poussette (et en conclut que cet article n’a pu être conçu QUE par des hommes), elle aussi adorait les jouets en bois jusqu’au jour où elle s’en est pris un dans la figure..

Glop : Florence Foresti ne s’est pas transformée en maman à 100%, elle continue de faire la bringue avec ses copines et se rend compte qu’elle vieillit (l’expérience du miroir on l’a toutes vécue un jour je t’assure), elle a 15 ans quand elle est amoureuse et reproche au mec avec qui elle vit ce pour quoi elle a craqué 6 mois plus tôt

Pas glop : et le couple dans tout ça? quasiment absent de son spectacle pourtant je m’en suis posée des questions avant de sauter le pas et je ne pense pas être la seule (si?)…elle aurait pu parler de sexualité une fois que l’enfant parait, il y a matière non?

Glop : j’ai beaucoup ri, bref si tu as l’occasion de la voir en vrai (à mon avis rien à voir avec la télé où il y a déperdition comme pour une pièce de théâtre ou un ballet), cours-y !

Sur ce, je te souhaite un excellent week-end )

Pas glop : je suis en train de vivre ma dernière semaine de congé parental…lundi je remets mon tailleur et mes escarpins…en  vrai je me contente de retourner bosser sans la panoplie de la working girl )

Glop : ce congé m’a permis de profiter de Miss Zen jusqu’à ses 6 mois et même si cela va me faire un drôle d’effet de ne plus partager mon quotidien avec elle, je n’aurais pas le sentiment de la laisser entre les mains de quelqu’un d’autre beaucoup trop tôt comme cela avait été le cas pour le chérubin (congé de maternité classique .….Sarkozy veut réduire la durée du congé maternité, je propose son allongement à 6 mois pour celles qui le souhaitent!)

Pas Glop : Mince, le congé parental ce n’est pas des vacances ! je me suis levée aussi tôt que d’habitude pour emmener le plus grand à l’école, j’ai passé plus de temps à faire du ménage que d’habitude car je me disais que comme j’étais à la maison, celle-ci devait être nickel..j’aurais pu profiter de ce temps sans travail pour prendre des leçons de piano, aller au cinéma, suivre des cours de danse mais niet j’avais deux enfants sur les bras !

Glop : avant de me lancer dans la grande aventure du congé parental, j’avais plutôt entendu le récit de jeunes mamans qui avaient accueilli le retour au travail avec soulagement…pas de symptôme de manque en ce qui me concerne…j’ai vraiment apprécié ces 3 mois de rab qui m’ont permis de prendre le temps de vivre, de savourer de tous petits instants, d’offrir au chérubin un rythme de vie confortable et une entrée à l’école maternelle en douceur…et niveau blog, j’ai eu assez de temps pour écrire autant que j’en avais envie…le pied quoi…d’ailleurs je suis à la recherche d’un travail à la maison, si tu as des idées, contacte-moi )

Pas Glop : j’aimerais bien pouvoir bosser, lire, m’occuper des enfants, passer du temps à deux ET continuer sur le même rythme qu’actuellement mon blog mais je ne dors pas 4h par nuit et je ne suis pas une superwoman alors une zone de ralentissement est prévue…

Glop : je vais à nouveau être payée ! Quand je lis que le congé parental est un choix, ça m’énerve un brin pour tout dire….le jour où il sera rémunéré comme un smic, là on pourra parler de choix…

Pas Glop : attention le congé parental peut entraîner un dérèglement de la personnalité, tu peux te transformer peu à peu en femme ennuyeuse qui ne parle que de ses enfants…si tu ne veux pas tomber éternellement sur la boîte vocale de tes copines ou si tu veux éviter de voir ton gars bailler aux corneilles quand tu lui racontes ta journée, je te conseille d’essayer de garder une vie sociale et de profiter du samedi pour t’enfuir un peu de ta bulle familiale

Glop : j’étais là pour réceptionner les colis (nombreux étant donné que je partage ma vie avec un psychopathe des jeux concours)…

Pas Glop : j’étais là aussi pour répondre à toutes ces sociétés qui veulent mon bien et en particulier que je paie moins d’impôts… avant je leur expliquais que j’étais fière de payer des impôts, maintenant je ne leur laisse plus le temps de finir leur première phrase )

Glop : je n’ai plus ressenti le blues du dimanche soir

Pas Glop : parfois (souvent ?), les enfants sont pénibles, ils te sortent même par les yeux…j’ai attendu alors avec une impatience non dissimulée le retour de l’homme le soir « tiens, chéri, c’est cadeau ! »

Glop
: une plus grande complicité s’est installée entre mon fils et moi, car je n’étais pas dans les starting-blocks pour le bain, le dîner, les histoires et au lit…j’avais le temps d’écouter ses matinées d’école quand nous déjeunions en tête à tête…

Pas Glop : le soir quel plaisir de parler avec un adulte de sujets d’adulte ! )

Pas Glop : je n’ai vraiment pas envie d’y retourner

Et toi, le congé parental tu en penses quoi?

Edit : Pour égayer ce mois de mars qui risque de n’être pas qu’une partie de plaisir pour moi, je te propose un rendez-vous ici demain pour la saga playmobil du samedi avec un concours inside et j’espère avoir plein de participations délirantes !

Pour finir la semaine, je te propose un glop/pas glop sur les joies et les peines qui suivent l’accouchement.

Glop : Ah la première gorgée de bourgogne  accompagné d’un morceau de fromage non pasteurisé et de bon pain…

Glop : l’avantage quand on prend peu de poids, c’est qu’on en a peu à perdre une fois l’accouchement passé

Pas glop : cela dit, les deux derniers kilos ils s’accrochent …et je te parle même pas des 10 kilos que j’avais en trop d’avant…

Glop : j’ai dégonflé : du ventre, des jambes, des pieds…je peux enfiler autre chose que des tonks

Pas glop : la perspective de séance de rééducation du périnée (vu la belle épisiotomie j’ai peu de chances d’y échapper) comme activité physique alors que je rêve de cours d’aquagym ou de danse.

Glop : chouette cette fois j’ai échappé aux hémorroïdes (désolée les nullipares, je ne vous cache rien!)

Glop : recevoir du courrier chaque jour dans sa boîte aux lettres réelle et virtuelle, des messages de félicitation, des jolies cartes et des cadeaux de naissance

Pas glop : ressentir une certaine nostalgie quand on croise des gros bidons en se disant que cela ne nous arrivera plus alors qu’à la fin on n’en pouvait plus (on n’est pas à une contradiction près non?)

J’en profite pour signaler un article publié dans le magazine Famili consacré au politiquement incorrect spécial maternité,  à savoir :
– oui tu peux  détester être enceinte même si tout le monde t’affirme que c’est la période la plus épanouissante de ta vie

– non la naissance de son enfant n’est pas forcément le plus beau jour de ta vie, surtout si tu as souffert pendant des heures ou que cela ne s’est pas passé comme prévu

– non on ne ressent pas forcément le fameux instinct maternel à l’instant où l’on croire le regard de son enfant…le sentiment de mère il se construit avec le temps pour pas mal de femmes

– oui tu as le droit de penser que ton bébé n’est pas très beau parce que fripé, rougeaud, trop petit, poilu…mais tu ne peux pas le rendre ou l’échanger )

– oui il est possible que tu te sentes au plus bas de ton niveau de séduction et je t’assure on est toutes passées par là…même le facteur ne te regarde plus )

– non tous les papas ne sont pas des nouveaux pères débordant d’amour tout de suite…il faut leur laisser de temps aussi d’apprendre un nouveau rôle

–  oui tu as le droit de regretter ta vie de célibataire parce qu’au début un bébé c’est du 100% pour lui et pas grand chose pour toi mais tu vas finir par t’organiser…

En bref, décomplexe ! la maternité n’est pas forcément idéale…

Et si ce week-end tu t’ennuies, tu restes bien au chaud, tu as 5 minutes de libre, participe au concours L’été Indien et gagne un super colis gourmand !

Prière de ne pas tricher en lisant directement les lignes de la fin de ce billet, la question qui brûle toutes les lèvres, qui te tient en haleine depuis le début de la semaine, qui éclipse dans l’actualité de yahoo la mort de Philippe des 2 be 3….le locataire est-il une fille ou un garçon ?

Les pronostics étaient lancés ici même sur ce blog dans un glop/pas glop spécial grossesse : les uns pronostiquant une fille (Till the Cat, Virginie B,  Dgina), les autres un garçon (Majusdule) …quant à Pivoine elle allait même jusqu’à proposer un prénom : Victoire.

Après m’être amusée des différentes méthodes pour deviner le sexe sur les forums, je n’étais pas plus avancée.

Vint l’échographie du 10 septembre, quelques heures avant l’accouchement, pendant laquelle le médecin prononça ses mots qui firent tout basculer « Ne regardez pas l’écran, je suis vers les fesses du bébé« …j’en conclus que le locataire avait un attribut si important que je l’aurais forcément deviner sur l’écran.

Le rythme cardiaque mesuré sur le monitoring qui suivit me confirma dans mon idée et à l’homme je déclarais au téléphone « je sens le petit homme » (cette phrase prononcée hors contexte aurait pu passer pour une révélation Sarkozienne)

Aussi ne fut-il pas surpris outre mesure quand entrant dans la salle d’accouchement, dans sa belle tenue de combat bleue, la sage-femme lui déclara « Il est déjà là !« 

Comprenant subitement qu’il était arrivé un peu tard après la bataille et jetant un regard affolé vers mon entre-jambe histoire de vérifier les dires de son interlocutrice, il croisa le spectacle merveilleux de l’épisiotomie et renonça peut-être à l’idée de me retoucher un jour. Il déglutit et demanda confirmation « C’est un garçon alors ? »

La sage-femme protesta alors « Mais non c’est une fille ! » (elle se mordit la langue pour ne pas ajouter « je parlais du bébé banane« )

…et je vis une larme briller dans les yeux du papa…

Une heure du mat, j’ai des frissons, je claque des dents et je monte le son…non en vrai, je suis juste en train de me faire pipi dessus…à moins que….

2h du matin : …et voilà elles arrivent les fameuses contractions et elles ne font pas semblant…le locataire a fait traîner les choses et maintenant il a l’air de vouloir quitter les lieux en se jetant contre les murs

3h15
: je suis peut-être une chochotte mais je n’en peux plus…alors je rappelle la sage-femme  (j’ai obéi sagement  et ne l’ai pas sonné pendant une heure…le temps d’arpenter ma chambre dans tous les sens en testant les techniques de respiration apprises pendant les cours de préparation à l’accouchement) qui me déclare étonnée que le moment est venu….hein, quoi? je m’étrangle..à peine le temps de téléphoner à l’homme pour lui dire de ramener sa fraise rapidement  que je suis embarquée sur un fauteuil roulant…

3h20 : la sage-femme qui m’accueille est une blagueuse, elle me fait croire que je ne vais pas pouvoir avoir de péridurale…son humour est douteux…en fait elle est très sérieuse et je connais un grand moment de solitude !

3h25 : attendre ou pas attendre l’homme ? le temps qu’il passe le relais pour garder le chérubin et qu’il arrive, vais-je pouvoir serrer les jambes ?

3h 30 : non là vraiment il faut que le locataire sorte, qu’on en finisse et vite !

3h 40 : poussez comme si vous faisiez de l’apnée me demande la sage-femme…j’ai jamais d’apnée, ais-je envie d’hurler..je ne vais jamais y arriver ! à l’heure actuelle, même une émission de Cauet me semblerait dure à comprendre…

3h50 : ah ça c’est sûr que niveau sensations, sans péridurale, je suis servie…et dire que belle-maman trouve que c’est agréable de sentir passer le bébé…on ne doit pas avoir la même définition du mot agréable…à moins qu’agréable et écartèlement soient synonymes…

3h53 : le bébé est posé sur mon ventre….je suis un peu shootée par le gaz proposé pour soulager la douleur alors j’en oublie de compter les doigts de mains et de pieds de ce dernier mais je m’enquiers du sexe de celui-ci….la sage-femme me dit de le découvrir par moi-même….

Le papa finira-t-il par arriver? dans quel état? le locataire est-il une fille ou un garçon? dernier épisode prochainement (oui je sais je suis une femme machiavélique…)

Pin It