Tag

maternité

Browsing

L’autre nuit j’ai repensé à cette soirée, il y a 5 ans, moi me tordant sur le canapé, persuadée d’avoir une indigestion alors que l’homme dormait  tranquillement à quelques mètres de là..voilà comment le locataire au chaud depuis 9 mois, m’a signifié qu’il commençait à se sentir  à l’étroit dans ses appartements.

Après avoir pris un bain supposé relaxant (le plus dur étant de sortir ensuite de la baignoire), vérifié le contenu de mon sac de maternité, pris une dose non négligeable de spasfon qui eu autant d’effet sur mes contractions que des fraises tagada, réveillé le futur père le plus sereinement possible, attendu que cette foutue salle de travail soit libre pendant un temps qui me parut interminable (je suis sûre aujourd’hui que c’est une technique de sioux des sage-femmes), insulté l’homme qui osait ouvrir un magazine, écouté un monitoring pendant toute une matinée , à 13h13, ça ne s’invente pas, mon fils est né.

Aujourd’hui quand je le regarde et que je le vois si grand, j’ai du mal à croire qu’ il a été assez petit pour tenir dans mon ventre et cela ne va pas aller en s’arrangeant.

5 ans que les fils se tissent entre nous, que notre relation s’enrichit de mille et un petit détails, que ma boîte à souvenirs le concernant se remplit jour à jour de nouvelles anecdotes. Parfois j’ai l’impression de connaitre cet enfant comme ma poche et puis voilà qu’il me surprend, qu’il va là où je ne l’attendais pas.

5 ans que j’apprends à devenir maman, même si je suis persuadée que je ne recevrais pas le diplôme de la bonne mère s’il était délivré par ces pédopsychologues qui ont envahi l’espace médiatique et qui, à coups d’injonctions contradictoires (dont celle selon laquelle quand même la mère parfaite n’existe pas…suivi de 1000 recommandations de phrases à ne pas prononcer, d’attitudes à ne pas tenir) déboussolent plus qu’ils n’aident.

Il y a 5 ans je ne connaissais rien au babycook, chaises hautes, marques de vêtements pour enfant, dessins animés ou musique pour les tout-petits. Aujourd’hui je connais tous les génériques de ses héros préférés, je sais quel modèle de pantalon il faut à un petit garçon pas bien épais et quand tu me dis « turbulette » je ne pense pas à une pratique érotique.

Pendant ces 5 dernières années, j’ai aussi éprouvé des sentiments inconnus jusqu’à ce qu’il ne débarque dans ma vie : cet attachement maternel qui, pour moi, n’a été ni immédiat ni inné mais qui me transforme en tigresse quand on s’attaque à mon petit homme; cette terreur intérieure quand je l’ai vu souffrir (j’aurais alors donné n’importe quoi pour prendre sa douleur); cette impuissance, parfois, à le raisonner ou à le calmer (c’est loin d’être tous les jours facile); cette chaleur qui m’envahit quand il rit et que ses fossettes se creusent, quand il se serre dans mes bras ou quand je le vois heureux tout simplement.

Conservera-t-il de ces 5 premières années des souvenirs, des mots, des saveurs? se remémorera-t-il nos sorties, nos vacances ou nos disputes? Peut-être gardera-t-il des traces de cet anniversaire que je lui souhaite très très joyeux !

Et toi, de tes 5 ans tu as quelles images ?

Attention cette photo est trompeuse et ne correspond en rien à ma vie quotidienne de maman avec sa fille !

Dans mes rêves : ma fille naissait avec des cheveux qui poussaient très vite en de magnifiques boucles et par le plus grand miracle puisque ni son père ni moi n’avons les cheveux frisés (mais sait-on jamais le chérubin était bien blond comme les blés jusqu’à ses deux ans avec des parents bruns)

Dans la réalité : ma fille est née avec quasiment pas un poil sur le caillou, pas chauve mais presque, avec juste du duvet de bébé..comme ses premiers mois, on avait oublié de me livrer son cou et que je trouvais sa tête disproportionnée par rapport à son corps (comme chez de nombreux tout-petits, ne nie pas ), elle avait un côté Mini-me (mais je te rassure aujourd’hui je la trouve super jolie)

Dans mes rêves : du fait de sa superbe chevelure, personne ne se trompait sur son sexe ou employait le mot bébé dans ses phrases au cas où il y ait erreur sur la marchandise

Dans la réalité : sa calvitie m’obligea à utiliser de manière démesurée le rose et le prune dans ses tenues..mais même en jupette, certains la prirent pour un garçon

Dans mes rêves : mon enfant était sage comme une image avec la coiffeuse se regardant dans la glace en minaudant et attendant patiemment que sa coupe soit finie

Dans la réalité : c’est toute juste s’il ne faut pas la ligoter au siège..la dernière fois la coiffeuse s’en est tenue à la frange puis a lâché l’affaire devant ses sauts de capri et ses pleurs

Dans mes rêves : Miss Zen acceptait sans rechigner les barrettes, chouchous, serre-têtes et autres accessoires auxquelles j’ai tout de suite pensé quand j’ai appris que je venais d’accoucher d’une fille

Dans la réalité : je m’estime déjà heureuse quand j’arrive à passer quelques coups de brosse dans ses cheveux. Le temps de pose d’une mini-couette ou d’une petite coiffure a rarement excédé 30 secondes malgré mes tentatives de diversion dès l’objet accroché « oh regarde un oiseau !  » (pas toujours crédible en plein appartement je l’avoue)..pourtant ça lui va tellement bien !

Qui a dit déjà qu’ être mère c’est faire le deuil de l’enfant parfait ?

Récemment en rentrant dans une boutique de vêtements pour enfants, j’ai réalisé que ma fille grandissant, j’allais quitter sous peu le rayon bébé 3mois-23mois dans lequel par une tournure de l’esprit que je n’explique pas, je trouve tout systématique plus mignon. Adieu mini bodies, chaussettes minuscules, robes de poupée, pyjamas tout petits.

Tout ce qui est mini serait-il plus mimi?

En tous cas ça marche avec les mini-rochers Suchard qu’on mange avec moins de culpabilité à cause de la taille (à condition de ne pas en reprendre un second) ainsi qu’avec les mini-desserts servis avec les cafés gourmands (ça permet d’en goûter plusieurs quand le choix pour un bec sucré est  cornélien). Quand je m’imagine au volant d’une voiture, c’est en smart parce qu’on peut la garer dans n’importe quel sens en ville et que ça m’arrange carrément (j’ai oublié les sièges auto, les courses, les enfants et la poussette dans mon scénario).

Ça fonctionne très bien aussi avec les mini-vernis (pas de gaspillage et des mini-prix qui permettent de changer la couleur avec ses envies), les mini-bouteilles plus faciles à transporter, les mini pieds, oreilles des bambins bien plus attendrissants que dans leur taille adulte.

Les mini-cuisines en bois ou les mini-ateliers de bricolage auraient tôt fait  de me transformer en parfaite femme d’intérieur alors qu’en taille normale ces deux activités au quotidien me paraissent nettement moins attractives.

Une démonstration en images sans plus attendre :

mini maillot de bain deux pièces

 

mini culottes

 

mini petons dans mini chaussures

Néanmoins le mini n’est pas à 100% mimi : les mini-jupes (pas du tout raccord avec mes jambes), les nouveaux mini livres qu’on peut glisser dans sa poche (c’est mon côté réac ), les magazines en mini-format (prête à payer plus pour les lire en grand), les mini-piscines (quand je pense à la galère que ça va être à vider à chaque fois que les enfants vont vouloir l’utiliser), les mini espaces de change dans les TGV (au secours !)…

Et toi, du mini dans ta vie ?

Le jour de la fête des mères, j’ai mis une robe décolleté …bon ok je ne ressemblais pas vraiment à Monica Cruz, même de dos dans le noir mais mon fils l’a tout de suite remarqué et m’a complimenté « maman, tu es belle » et l’homme de renchérir.

Sauf que je ne les ai pas cru…ou plutôt  j’avais envie de leur dire : « oui mais vous c’est pas pareil ! …même en jogging, le cheveux gras et la peau terne, vous ne me trouveriez pas moche..Ou vous oseriez pas le dire « . Oui, je sais je suis pénible.

Je n’ai jamais été une tombeuse, une bombe. Dans la rue, on n’a jamais parlé de moi, les hommes n’ont jamais été nus, ne se sont jamais jetés sur moi pour m’arracher ma vertu (copyright Balavoine).

Pourtant avant que je devienne maman, j’avais quelques prétendants, les mots doux et la cour qui avec, quelques admirateurs même si je n’étais pas célibataire et ma foi, cela était loin d’être désagréable.

Depuis 5 ans, je suis devenue totalement transparente, je ne croise pas l’once d’un regard charmeur, je n’ai droit à aucun plan drague même totalement ringard, personne ne veut mon numéro de téléphone si ce n’est les cuisine Vogica.

Je ne me balade pas tout le temps une poussette greffée dans les mains, je ne parle pas de ma progéniture après 2 minutes de conversation en dégainant les photos, je me maquille et mets des bijoux, j’essaie de rester féminine.

C’est vrai que j’ai un peu oublié mon corps, que je n’en prends pas soin comme il faudrait. Je le camoufle souvent car je le trouve trop rond et trop mou de partout. Mon budget fringue n’existe plus depuis que leurs armoires sont à remplir régulièrement.

J’ai abandonné la danse faute de temps…il y a quelques jours j’ai testé l’Urban dance avec Coachclub et j’espère persévérer, je continue de lire Zermati sans brûler les étapes. Peut-être qu’il faut que je me réapproprie un peu plus tout ce qui est en dessous de ma tête et que le jour où je me trouverais jolie… mais la route est longue.

J’ai toujours envie de séduire, de rire pour des bêtises entre copines à la terrasse d’un café, d’écouter les histoires de cœur de mes amies célibataires….derrière la mère, la femme est toujours là mais faut croire qu’elle est totalement planquée.

et toi, tu arrives à être femme et maman?

Chouette un billet gai, tu as pensé, en lisant le titre du billet…ben oui mais la vie ce n’est pas que le mariage de Will et Kate (et la nuit de noces aux Seychelles à 4500 euros la nuit..je me demande ce que tu as pour ce prix là ..une baignoire en or et du caviar en petit déjeuner?) et puis si jamais mon expérience pouvait être utile même à quelques personnes…

Si cela pouvait éviter les réactions stupides qu’on se prend en pleine tronche le jour où ça arrive…

Reprenons au début : un jour, tu trouves ton prince charmant, ta motié, celui qui te donne envie d’avoir un enfant…oui parce que personnellement je n’avais pas l’envie d’enfant chevillée au corps, ex-nihilo, dès le lycée…la maternité je l’ai envisagé comme le prolongement d’une histoire d’amour…

Bref arrêt de pilule et quelques mois plus tard, le fameux test pipi, la joie partagée à deux et la projection qui commence déjà, l’avenir encore bien flou mais pensé non plus à deux mais à 3…

Jusqu’à cet après-midi où les tâches de sang m’ont conduites aux urgences et où une interne m’a annoncé sans prendre de gants que l’embryon n’ avait plus d’activité cardiaque

Et là c’est la chute, le vertige, le trou noir …aucune de mes copines déjà enceinte ou maman n’est passée par là, j’en ai entendu parler vaguement mais c’était un peu comme si cela n’arrivait qu’aux autres…

L’interne en face de moi qui voit peut-être plusieurs fausses couches par jour me parle curetage, cytotec, élimination de l’œuf…je suis à 12 semaines de grossesse et le lendemain j’ai rendez-vous pour la première échographie officielle…dans ma tête, je suis encore enceinte …

Je m’effondre, je m’accroche aux bras de l’homme, j’ai l’impression que je suis la première à qui cela arrive, pourtant les infirmières n’arrêtent pas de me répéter que c’est courant, que je suis jeune, que la nature fait bien les choses…si seulement elles pouvaient se taire …

L’interne m’engueule car je ne comprends rien à son injection de sérum anti-rhésus (je suis rhésus négatif)..j’ai rarement vu quelqu’un d’aussi peu psychologue…il est 3h du matin, elle doit être fatiguée…

Les jours passent, je me sens vide, seule et en même temps je n’ai envie de parler de cela à personne…ou plus exactement seules les femmes qui sont déjà passées par là ont une certaine légitimité à mes yeux et sont susceptibles de me comprendre ….je surfe sur les forums, je m’abrutis d’histoires les plus terribles les unes que les autres…je ne retiens que le pire, celles qui enchaînent fausse couche sur fausse couche…

Je trouve mes proches maladroits quelque soit leur réaction : s’ils n’évoquent pas le sujet, c’est qu’ils s’en foutent; s’ils m’en parlent, je me braque…je ne supporte pas les conseils (attends trois mois que ton corps se nettoie; change-toi les idées…)

Je culpabilise aussi : je pars à la recherche des actes dans mon passé qui auraient pu causer la fausse-couche ( qui reste souvent sans cause précise)..n’ai-je pas couru l’autre jour pour attraper le bus? est-ce que finalement j’en avais vraiment envie de cet enfant? tout y passe, du plus farfelu au plus absurde…

J’ai l’impression que cette histoire glisse sur l’homme, j’en conclus très vite que pour lui c’est plus simple, il n’a pas vécu ce début de grossesse, tout cela était abstrait…le jour où nous sommes assez forts pour en parler vraiment je découvre que je me plante dans les grandes largeurs, qu’il s’est senti aussi coupable que moi, atteint dans sa virilité, persuadé d’être la cause du problème…

Et puis le temps passe et un jour je me sens prête à recommencer …et cela se solde par une seconde fausse-couche que je vis paradoxalement de manière très différente comme si cette fois le ciel ne me tombait pas sur la tête, comme si cette fois j’y étais préparée…ce n’est pas pour autant plus facile à vivre..

Mes fausses couches sont restées sans explication…inutile de te préciser que les grossesses sereines je n’ai jamais connues, j’ai vécu chaque mois qui passait comme un sursis…pour ma première grossesse, je n’ai absolument rien acheté pour le futur bébé avant mon sixième mois, j’ai commencé à « respirer » à l’échographie morphologique et à « souffler » le jour de sa naissance…

Même une fois né, j’ai eu peur de le perdre ce bébé…j’étais obnubilée par la mort du nourrisson et chaque nuit pendant longtemps j’allais vérifier qu’il bougeait bien, je me réveillais en catastrophe parce qu’il n’avait pas pleuré…

Un billet juste pour dire que les fausses-couches sont peut-être fréquentes mais pas banales…elles ne s’effaceront jamais …malgré ma joie d’être maman deux fois aujourd’hui, j’ai toujours autant de mal à en parler  presque 5 ans après, sans être saisie d’émotion…

 

Accusée, levez-vous ! voici vos principaux chefs d’accusation :

– tentative de noyade de votre fille sous les bisous

– perte de toute objectivité au visionnage de ses photos

– abus de sourires niais et de l’emploi de la phrase « elle est trop belle ma fille »

Vous vous rendez compte de l’image que vous donnez aux nullipares?

Monsieur le président, Mesdames et Messieurs le jury, pour ma défense sachez  :

– que, depuis qu’elle a eu sa première coupe de cheveux, elle est encore plus craquante qu’avant

– qu’elle m’accueille tous les matins quand je vais la cueillir dans son lit d’un coucou à faire fondre les icebergs et que les quelques mots qu’elle énonce sont des petites perles qui s’échappent de sa bouche à 7 dents

– qu’elle a la peau plus douce qu’après le meilleur gommage-hammam de la terre

– qu’elle s’auto-chatouille (vidéo dans le dossier contenant les pièces à conviction pour  le prouver) pour produire ses fameux éclats de rire qui m’envoient à chaque fois au tapis

– qu’elle regarde son frère comme s ‘il était la réincarnation des jardins suspendus de Babylone et que même si cela est suivi d’une chamaillerie, j’en suis tout attendrie

– qu’elle observe le monde avec une telle attention qu’on a le sentiment qu’elle ne veut pas en perdre une miette. Le moindre de mes gestes devient un exploit du quotidien : j’enfile un pull mais dans ses yeux, je suis Gérard d’Aboville qui traverse l’Atlantique à la rame; je ferme les volets et je suis Soria Bonaly qui réussit un triple lutz.

– qu’elle maitrise à la perfection une moue tout à fait irrésistible

– qu’elle devient hystérique en apercevant au choix un morceau de brie, une baguette de pain ou un chien/un chat dans la rue

– que, même son côté casse-bonbons, (elle n’est systématiquement qu’intéressée par les objets dans les mains de son frère,  ou elle me prend mon stylo et mon carnet à chaque fois que je commence à écrire à côté d’elle ) est attendrissant

Mesdames et Messieurs le jury, je plaide donc coupable mais avec circonstances atténuantes…

Acquittée ou condamnée?

Pin It