Tag

masterchef

Browsing

J’ai raté quelques émissions de Masterchef (surtout depuis que j’ai su qui était en finale, ça a perdu quasiment tout intérêt) et voilà en allumant qu’il n’y a plus que 5 candidats, plus d’épreuve sous pression et seulement 4 épreuves. Heureusement j’ai encore quelques repères comme l’humour incroyable de Carole Rousseau qui, pour introduire la première séquence consacrée aux sandwichs, annonce que les candidats ont du pain sur la planche. Youhou !

Anton nous fait un caca nerveux anti-hamburger qui pour lui n’est pas un sandwich (sic). Olivier, alors qu’il pense avoir commis une erreur dans son choix de viande, est le premier sélectionné. Candeborde nous propose un modèle de sandwich niçois plein de couleurs mais je mets au défi quiconque de l’attraper sans en mettre partout…oui même pour les blonds )

 Pour la seconde épreuve, Masterchef reçoit Joël Robuchon qui demande de préparer une ...salade de tomates originale. C’est la fête ce soir , d’ailleurs en arrière plan Carole Rousseau arrive avec les cotillons et les langues de belle-mère. Bon il parait qu’il faut se démarquer sur le dressage et les assaisonnements. Au niveau visuel, cela donne des jolies choses. Pour le goût, il y a des choses qui me mettent plus l’eau à la bouche qu’une salade de tomates mais je suis ravie que ce soit Pierre qui séduit le plus le jury car j’aimerais bien qu’il gagne Pierre (allez oui osons le chouchou officiel) .

Direction le pays Basque près de Bayonne où, surprise,  les candidats doivent associer des produits locaux et et du chocolat pour 7 joueurs de pelote basque. Pourquoi ils me font ça à Masterchef ? le chocolat c’est bon en dessert ! Absence de matériel, mauvaise gestion du temps, pour Simon comme pour Annelyse ça semble mal barré. Ça court dans tous les sens, ça stresse, ça transpire…j’aimerais pas être à leur place. Je rate quasiment toute la dégustation car ma neufbox foire pour la seconde fois dans l’émission..pour une fois qu’il y avait des desserts au chocolat ). Au moment du verdict, aucun jeton jaune pour Ludo qui en conclut que les joueurs n’ont pas compris son plat …humilité Ludo, humilité.

On nous invite alors, avant le boulevard pub, à prendre  » un plaisir gourmand à regarder masterchef avec les pruneaux d’Agen« …m’est avis que si on force un peu trop sur les pruneaux, on ne voit pas grand chose de l’émission.

Après la coupure pub, on comprend que Simon a remporté la partie basque…ça sent mauvais pour Annelyse (mais les pruneaux n’y sont pour rien).

Pas de four, pas de gaz pour la dernière épreuve mais une cuisson grillée à la plaque en fer appelée Tepan Yaki. Un chef japonais fait une démonstration en 10 minutes et prépare légumes et gambas avec des gestes d’une précision impeccable. Ludo et Annelyse ont à leur tour le même temps pour reproduire le plat sauf que c’est un peu massacre à la plancha pour  les gambas. Ludo fait sa déclaration d’amour à Frédéric Anton en attendant de savoir s’il va rester ou pas. … quelques larmes aux yeux plus tard, il apprend qu’il reste …dommage (oui je prends partie et alors ? bon en même temps je le savais  depuis le début).

 Alors à votre avis qui sera en demi-finale ?

 

Plutôt que de me lancer dans un compte rendu chronologique de l’émission Masterchef épisode 2, saison 3 qui m’auto-ennuie (alors j’imagine même pas les lecteurs/lectrices), voici un petit palmarès perso de la soirée d’hier soir:

  • Les meilleures phrases des enfants (avant qu’ils ne partent au lit ) : « Maman tu sais fabriquer les pâtes comme à la télé ?  » , voilà comment j’ai perdu 10 points dans l’estime du fiston à peine 5 minutes après le générique du début. Ma fille en voyant Carole Rousseau « Ah maman avec ses cheveux  » …no comment )
  • Les mots les plus techniques (que je ne connaissais pas ) : laminoir, contiser, salambo (pour cette pâtisserie avec de la pâte d’amande appelée plus prosaïquement gland).
  • L’épreuve qui m’a fait le plus saliver : celle des pâtes ex æquo avec celle où il fallait reconnaitre 15 pâtisseries mises sous cloche ( forêt noire, fraisier, paris brest, saint honoré, opéra, poire bourdaloue, tarte au citron meringuée, pudding, kouglof , charlotte, tarte tropézienne, vacherin, Linzer torte, salambo) et où tout le monde ou presque a confondu tarte aux pommes et tarte bourdaloue. Ballot )
  • La phrase la plus ambiguë : AnneLyse et Hasnaa vous remportez un cours magistral avec Frédéric Anton..comme on n’a pas vu une seconde du cours en question, j’ai imaginé que la leçon était très particulière )
  • Les meilleurs répliques : Je me suis régalé moi-même (Ludovic, goûtant un de ses plats et toujours étouffé par sa modestie); Je me suis trop libérée sur les poivres (Martine en plein libertinage)
  • Le moment le plus Youpitralala : quand Carole Rousseau a demandé aux candidats de se mettre en file indienne..j’ai cru qu’ils allaient tous se mettre à chanter mets tes deux pieds en canard, c’est la chenille qui redémarre…malheureusement c’était juste pour former les équipes )
  • Le plus beau décor : le pont du Gard pour l’épreuve pendant laquelle les candidats ont du reproduire l »entrée et le plat du chef Jérôme Nutile avec un mistral de dingue.
  • La pub la moins appropriée pour une émission culinaire : un spot pour un spray anti-poux, miam miam !
  • Le plat le moins réalisable à la maison : celui proposée par la chef Rougui Dia (non mais quelle ligne et quelle classe !, elle goûte vraiment à ce qu’elle cuisine ? ), un Saint Pierre à la fleur de caviar, compliqué et cher.
  • Le candidat le plus craquant : Pierre dont les joues rosissent quand il est en pleine pression derrière les fourneaux…enfin tout ça est très subjectif on est d’accord )
  • Les aventures les plus courtes : elle s’arrête pour Martine lors de l’épreuve bœuf bourguignon qui n’est pas vraiment du bœuf bourguignon et avec des calamars (cherchez l’erreur) et pour Jérémy lors de l’épreuve finale.

..et c’est probablement la chronique la moins longue jamais écrite sur Masterchef mais j’ai tenté de répondre en même temps à une offre d’emploi (qui s’est avérée bidon, le genre de site où il faut payer pour pouvoir postuler..Joie et sérénité ) alors j’ai jonglé comme j’ai pu et j’ai tenté de retenir l’essentiel.

Complément d’information, ressentis, cris d’ indignations ou de protestation bienvenus )

 

Hier soir, de manière tout à fait attendue, j’étais devant la reprise de l'émission culinaire Masterchef, saison 3. Je m'étais bien organisée et fait mes courses en ligne pour regarder tranquillement la télé avec mon plateau repas. La voix off insiste sur le nombre de candidats au départ toujours aussi affolant et sur le fait que ce sont tous des amateurs. La sexologue préparera-t-elle des moules? Le constructeur de chalets une pièce montée ? Bon ok je sors)

Sur ce, le jury fait une entrée digne de rock star, à côté Lady Gaga c'est du pipi du chat, surtout que la prod balance dans la foulée un énorme camion noir, de la fumée, des néons… on croirait presque un spectacle de Johnny au stade de France. Allumer le four, allumer le four ..

Est-ce pour concurrencer la sexy attitude d’ Anton que Candeborde a choisi un look barbe de trois jours ? telle n’est pas la question.

Lors de la première épreuve, les candidats doivent préparer du bar ainsi que les garnitures et les sauces à l’issue de laquelle seuls 50 d’entre eux resteront. Les coups de cœur du jury sont AnneLyse qui cuisine habituellement dans 4m2 comme quoi les moyens ne font pas tout, Ludovic que j’ai du mal à trouver sympathique et Sébastien (le fameux constructeur de chalets).

Pour la seconde épreuve, je suis aux anges puisqu’il s’agit de confectionner un millefeuille avec 3 difficultés : la cuisson du feuilletage, la réalisation de la crème pâtissière et celle du fondant. Les candidats ont une heure pour réaliser cette pâtisserie avec la recette devant les yeux. A cette occasion, la prod nous présente Olivier, banquier, un métier sur-représenté il me semble, saison après saison dans Masterchef. Étrange qu’on ait envie de changer de métier quand on est banquier, non? )

Avant de voir le résultat final, on a le droit à la première page de pub avec un slogan jusque là inégalé « le cheval, le cheval, le cheval c’est génial » (bravo les gars vous vous êtes mis à plusieurs pour nous pondre ça ?). Suivent Saint Albray, Hunger Games, Evian, le déo Cavaillès, Calgon, Elle & Vire..cherchez l’erreur )

Au niveau esthétique, les très honorables millefeuilles côtoient les catastrophes (la palme revient à un truc qui ressemble à deux biscottes) mais rien n’égal l’original qui a le don de me faire saliver derrière l’écran.

Pour enchaîner sur l’épreuve suivante, la prod filme Paris vu d’en haut et je ne peux pas m’empêcher de lâcher un « c’est beau quand même« ..L’homme me réplique « Yann Arthus Bertrand sort de son corps« . Ah on s’amuse, on s’amuse.

Vu la façon dont les candidats sont habillés (manteaux, écharpes) et comment ils grelottent, on comprend que l’émission a été tournée il y a bien longtemps.

C’est le moment de l’épreuve par équipe où il s’agit de réaliser une entrée et un plat avec comme élément principal la pomme de terre. Ratte en trois façons, pavé de charlotte, gnocchis en deux façons, la patate ça les éclate  comme diraient nos amis du cheval c’est génial.

C’est l »équipe rose menée par Olivier le banquier (il y en a plus que deux qui suivent) qui est éliminée.

Il faut encore éliminer 5 candidats et dans l’épreuve finale on demande aux personnes présentes de cuisiner en même temps qu’Anton un pigeon au foie gras. Les candidats ont chacun une télé devant eux avec les gestes du chef, on pourrait penser que cela va être simple. Sauf que tout va très vite et que les champignons sont à peine cuits qu’il faut émincer l’échalote, puis rouler le foie gras dans le chou ainsi de suite. Au moment du dressage, l’écran s’éteint et chacun doit improviser en un quart d’heure pour présenter une belle assiette.

La voix off souligne que le plat doit être digne de figurer à la carte d’un grand restaurant. C’est un gimmick de l’émission..si je regarde tous les épisodes, je m’amuserai à compter combien de fois cette expression est employée. Ça ne vaut tout de même pas l’inoubliable ‘le jour se lève sur l’île de la tentation mais ce n’est pas une journée comme les autres« .

L’émission s’achève enfin avec la plupart des candidats montrés en reportage. Je zappe depuis le début entre écran de télé et écran de mon ordinateur et là mes yeux tombe sur twitter sur le nom des finalistes. Je ne sais pas si ces deux noms s’avèreront vrais mais du coup j’ai nettement moins envie de regarder la suite )

Verdict de ce début de saison 3 :  des candidats qui sont pas marrant, marrant, je regrette des profils comme celui de Xavier mais ils se décontracteront peut-être un peu plus avec le temps, un format toujours aussi long, trop long mais un jury que je retrouve avec plaisir.

Et toi tu as regardé Masterchef  ? un(e) chouchou ?

 

 

Ce soir Masterchef avait sorti le décor de Noël -sapins géants blanc, robots, énormes sucettes-, on s’attendait presque à voir débarquer Carole Rousseau en mère Noël ou les membres du jury relookés en Rois mages mais ce sont 8 enfants âgés de 9 à 11 ans qui ont débarqué sur le plateau.

Pour continuer dans la thématique, la boîte mystère avait une forme de paquet cadeau même si le contenu n’en était pas vraiment un ( foie gras, cèpes, fond d’artichaut, poires, langues, marrons). Le challenge principal consistait à réussir la cuisson du foie gras mais visiblement cela n’a pas impressionné les candidats dont le niveau est apparu vite élevé (proposer une vinaigrette à la mangue à 9 ans ça donne tout de suite le ton). Dès cette première épreuve, Jean m’a impressionné par la beauté de son assiette..j’ai 25 ans de plus que lui mais je suis incapable d’un dressage aussi professionnel.

Puis on a demandé aux chefs en herbe de reconnaitre légumes, fruits et herbes aromatiques en duo et dans un temps imparti et on s’est rendu compte au passage qu’ils avaient tous, à des degrés divers, des caractères bien trempés.

La troisième épreuve consistait à décorer une bûche ancienne génération (enfin qui mangent encore des bûches à la crème au beurre aujourd’hui?) et c’est Eliot, l’adolescent du groupe qui n’y croyait pas mais qui boosté par Carole Rousseau (eh oui c’est difficile à croire mais Carole s’est dépassée hier soir) a présenté la bûche qui a séduit le plus le jury. Personnellement aucune ne m’a réellement mise l’eau à la bouche. La pire était tout de même celle de Jérémy, gamin qui semblait avoir les doigts branchés dans la prise en permanence : débordante de crème au beurre rose et verte…un peu comme certains gâteaux dans les vitrines des magasins asiatiques de Belleville…pouah !

Le plus dur restait à venir puisqu’il a fallu ensuite que les enfants reproduissent les St Jacques poëllées servies avec un jus de cidre et de pommes que Frédéric Anton sert dans son restaurant…rien que ça )  Même si les chefs aidaient les candidats plus que dans la version adulte, les assiettes présentées étaient ressemblantes à l’original et les St Jacques parfaites côté cuisson si on en croit les appréciations du jury. Alors que Jean et Flavie gagnaient leur place en finale, pour consoler les autres participants, Carole Rousseau poussait une porte coulissante laissant entrevoir une avalanche de jouets et de cadeaux parmi lesquels les enfants étaient invités à se servir …il lui manquait juste le bonnet rouge finalement à Carole.

La dernière épreuve m’a semblé affreusement stressante depuis le confort de mon canapé : réaliser pour 10 personnes un plat avec des ingrédients imposés dans un restaurant du Bois de Boulogne et dans un laps de temps très court. On était loin du steak/frites tu t’en doutes mais fallait de l’imagination pour rendre appétissant du chevreuil, du céleri et des poires. Entre poêles et casseroles surdimensionnées par rapport à leur taille, j’avais envie de leur filer un coup de main mais eux semblaient plutôt apprécier l’exercice. Jean a servi une noisette de chevreuil (si je te dis que j’aime pas le chevreuil après la bûche, ni le foie gras chaud d’ailleurs, je vais passer pour quelqu’un de pénible non?) sur un écrasé de céleri et sa poire pochée. Flavie a proposé une version plus délicate (moins chasse selon Sébastien Demorand) mais cela n’a pas été suffisant pour qu’elle remporte cette première édition de Masterchefs des enfants.

Les enfants sont formidables, à vous les studios )

Et toi enfant tu aidais en cuisine ou pas?

J’avoue j’ai un peu lâché l’affaire sur les derniers épisodes de l’émission vu que je bûchais sur divers devoirs mais ce soir je ne voulais pas rater la finale Xavier/Élisabeth.

La première épreuve consiste en une boîte mystère géante préparée par Pierre Hermé avec des ingrédients indispensables pour la pâtisserie, des fruits et des épices. Il faut utiliser tous les éléments (melon, pêches, abricots, du chocolat blanc, du lait) sinon c’est pas drôle ) pour réaliser 3 mignardises et un dessert en 2h30..quelle épreuve de malade !

Élisabeth se lance dans des macarons cardamone/chocolat blanc/framboise/fleur d’oranger (gonflé, non?) devant le roi (pour moi) de ce biscuit mais prépare une salade de fruits pour le dessert (banal, non?). Xavier propose des fruits pochés de son côté. Le jury fait la tronche. Du coup Élisabeth décide de réaliser une glace à moins d’une demie-heure de la fin de l’épreuve. Devant les présentations, inutile de préciser que je salive sur mon canapé.

Le dessert de Xavier convint plus le jury que ses mignardises alors qu’Élisabeth a plu avec ses macarons. Le suspense est entier. Xavier a 12 points, Élisabeth 16 points.

Pour la seconde épreuve, les candidats doivent préparer un menu pour 30 personnes et les chefs après s’être approvisionnés au marché. Je crois que j’aurais passé une nuit blanche à leur place ! Heureusement chacun a une brigade de choc avec lui (les candidats qui sont restés dans les 10 derniers) pour les aider dans ce challenge.

Le menu d’Élisabeth : des noix de St Jacques poêlées, servies avec des tagliatelles de légumes, un filet de bar et une religieuse à sa façon.

Le menu de Xavier : tartare de dorade exotique en entrée, thon snacké avec sauce aux fruits rouge et petits légumes et une tartelette aux framboises.

L’entrée de Xavier est plus appréciée que celle d’Élisabeth. Son dessert n’est pas d’une originalité exceptionnelle mais ne déplait pas. La religieuse à base de macarons d’Élisabeth est juste magnifique ! j’en veux, tout de suite !

Le résultat est une totale égalité entre les candidats (tu y crois toi?..bon on va dire qu’ils étaient très bons tous les deux mais pas forcément sur les mêmes plats). Du coup Élisabeth a 31 points, Xavier 27 points.

La dernière épreuve se déroule dans le restaurant de Frédéric Anton. Fallait bien que la production fasse pleurer un peu les candidats qui, cette année, n’ont pas beaucoup versé de larmes, alors elle fait venir une partie de leur famille. Cette fois, les candidats doivent travailler le même ingrédient (les langoustines dans un cas, des cailles dans un autre cas) pour présenter leurs plats. A les voir courir dans tous les sens, je me demande comment on peut gérer ce stress sans incidence sur sa santé tous les jours.

La raviole aux langoustines d’Élisabeth me fait saliver mais n’est-ce pas un peu radin ? (une raviole par assiette !). Xavier a cuisiné une caille aux cèpes et aux langoustines..il est 23h mais je trouve ça très appétissant. Dommage qu’on ait pas l’odeur car les chefs répètent plusieurs fois que ça sent très bon. Pas de dessert pour cette épreuve, snif.

C’est l’heure du direct (ou faux direct comme l’année dernière) et la dernière coupure pub (pitié !). C’est aussi interminable que l’Eurovision, qu’on en finisse. A tour de rôle, les membres du jury attribuent des points aux candidats pour l’entrée et le plat réalisés lors de la dernière épreuve. Les candidats sont à parfaite égalité avant que Frédéric Anton distribue ses notes. En fonds sonore, la production nous met la musique à suspense comme si on était dans un policier.

C’est Élisabeth qui remporte la finale Masterchef 2011 …sous vos applaudissements ) (à mon avis, les candidats le savaient déjà).

Cette année, j’ai le sentiment que l’émission a eu une connotation plus sucrée que les éditions précédentes..pas vraiment un problème pour moi ). Si il y a une version 2012, un jury avec une femme (plutôt qu’une présentatrice qui n’apporte pas grand chose) ça serait pas mal, non?

Et toi, c’était qui ton candidat favori ?

Hier soir je me suis particulièrement éclatée car les desserts étaient à l’honneur.

Bon pour la première épreuve, ce n’était pas vraiment sucré puisqu’il faut réaliser un plat mariant viande et poisson, les candidats préparent leur plateau et à la dernière seconde, on leur annonce qu’ils doivent cuisiner non pas avec les ingrédients qu’ils ont choisi mais avec ceux de leur voisin. Caméra braqué sur Carole Rousseau qui souligne « Les chefs ont joué la surprise, surprenez les chefs !« 

Pour la seconde épreuve, on a demandé aux candidats de décorer une pièce montée toute blanche, nue, vierge. Eric fait « du ravalement de façade » plutôt que de la décoration de pièce montée. Nathalie propose un gâteau rouge, un peu french cancan; celle d’Eric est plutôt pour un divorce selon les chefs.

Dans l’épreuve sous pression, Eric et Olivier doivent réinterpréter un petit salé aux lentilles en ajoutant du foie gras, de la pâte feuilletée et des fruits de la passion. Eric se fait sermonner car « le fruit de la passion qui pouvait faire le twist » ne se sent pas. L’homme pronostique que c’est Eric qui va partir car il n’y a pas eu de petit reportage sur lui..et après la pub, c’est bien lui qui est éliminé.

L’épreuve en extérieur consiste à préparer un buffet pour 120 clients du club Med de Royans avec 5 entrées, 5 plats, 5 desserts différents.Mathias est le chef d’équipe rouge, Bernard passe toute la durée de l’épreuve à faire ses magrets, Xavier a la moutarde qui lui monte au nez. Marine, chef des bleus, voit l’heure de la fin s’approcher avec stress. Tiens Carole Rousseau ne fait pas partie du voyage, pas de petite phrase de sa part ). Le score final est de 84 pour les bleus dont les desserts m’ont fait saliver à 36 pour les rouges.

Et Pierre Hermé, mon idole, arrive sur le plateau pour l’épreuve finale ! Il a l’air sympa et pas grosse tête. Les candidats ont deux heures pour proposer une pâtisserie avec du litchi, de la rose et de la framboise comme dans son célèbre ispahan. Xavier est content car Pierre Hermé lui dit qu’il y a une touche de poésie dans son assiette mais la rose n’est pas assez présente. Emilie propose 3 religieuses pas jolies. Le Saint-Honoré de Bruno est moche, on dirait que Barbie a vomi. Finalement c’est Emilie qui est éliminée mais elle part avec un gâteau qui donne super envie )

 

Et toi, y a t-il un pâtissier que tu admires?

Pin It