Tag

marques

Browsing

Au départ, j’avais prévu d’écrire un billet sur les merveilleux chocolats de Fabrice Gillotte et puis j’ai reçu un énième mail d’une agence qui m’a décidé à franchir le pas d’un article auquel je pense depuis longtemps. Je m’excuse auprès des lectrices/lecteurs non blogueurs, tout ça est un peu de la cuisine interne.

Souvent j’entends que les nouvelles blogueuses sont vénales, n’hésitent pas solliciter les marques ou agences pour recevoir des produits, cadeaux ou organiser des concours. Moi j’aimerais vous parler de la façon dont nombre d’agences me contactent à travers quelques exemples.

Oui mais non

La semaine dernière on (le nom de cette marque me brûle les lèvres, d’autant plus que c’est quand même la seconde fois qu’elle me fait ce coup là), me propose de participer à un concours culinaire parce que mon blog est sympa et correspond à l’esprit. Comme la recette à imaginer me plait, je réponds favorablement et je reçois aujourd’hui un message me disant qu’elle a reçu beaucoup de réponses positives et que finalement je ne suis plus sélectionnée mais que si j’attends sagement jusqu’en automne, peut-être que j’aurais une nouvelle chance. Dites-moi si j’ai la grosse tête mais je trouve l’attitude grossière.

Chère blogueuse

Au moins, mon interlocuteur avait-il personnalisé un minimum le message envoyé. Avant je répondais à tous les messages même si c’était pour dire non. Maintenant quand j’ai le sentiment que le type ou la nana a fait un copier-coller avant de me balancer sa proposition, je ne prends plus la peine de cette politesse. Une feinte consiste à changer juste le prénom après « Bonjour » (mais attention à l’erreur de prénom, oui oui ça arrive). Il suffit de lire les premières lignes du mail pour comprendre que cela pourrait s’adresser à n’importe qui d’autre, ça reviendrait au même. Ça vous donne envie vous ?

Avalanche de communiqués de presse

Abordons le cas du communiqué de presse. J’en suis inondée, au moins la moitié n’ont, en plus, absolument aucun rapport avec les thèmes que j’aborde sur le blog.  Parfois j’ai même un petit mot d’accompagnement « pouvez-vous reprendre cette information ? » « pour vos prochains sujets, pensez à …. ». Si cela peut servir de veille pour se tenir au courant de l’actualité d’une maison ou d’une marque, éventuellement être partagé sur facebook ou twitter, honnêtement je ne vois pas l’intérêt de reprendre ce genre de contenu dans un billet de blog. Le blogueur n’est il pas sensé livrer un point de vue personnel sur quelque chose qu’il a testé, goûté, vu ….?

Les concours

Parlons concours !  Organiser un jeu concours apporte certes du trafic sur un blog (mais un lectorat volatile et qui, souvent ne revient que lorsqu’il y a quelque chose à gagner) selon l’importance du lot mais cela prend aussi du temps pour tirer au sort, contacter les gagnants qui ont oublié avoir joué, récolté les adresses postales, etc. Alors quand l’agence précise que vous faites gagner des places de ciné mais que vous n’en aurez pas pour vous car il n’y en a pas assez ou que c’est à vous d’envoyer les lots et bien je ne donne plus suite.

L’argument choc de la visibilité

« Mettez la bannière de mon site dans votre colonne + des liens dans votre article en échange nous vous offrons une visibilité.  » Les agences qui usent encore de ce type d’argument pensent-elles que les blogueuses ne savent pas lire leurs statistiques (sur google analytics par exemple) pour savoir d’où viennent leurs sources de trafic ? Or hormis de gros portails (Hellocoton, Libéfood en ce qui me concerne), cet argument est nul.

 Le one shot plutôt que la fidélisation

Globalement et si je me base uniquement sur mon expérience de vieille blogueuse (7 ans que je blogue cette année), les marques qui ont instauré ce que j’appellerai un « lien de fidélité » sont peu nombreuses (mais il y en a quelques unes qui j’espère se reconnaitront si jamais elles lisent ce billet). La « collaboration » dure le temps d’une opération unique et la marque pense ensuite que toutes les infos qu’elle va nous balancer (promo, soldes, nouveaux produits…) seront automatiquement relayées parce qu’elle nous a offert une fois un cadeau. Personnellement j’ai plus envie d’être l’ambassadrice de maisons qui raisonnent dans la durée, qui me donne le sentiment que je ne suis pas interchangeable et avec qui dans le temps il est agréable de « travailler ».

J’ai mis le terme « travailler » entre guillemets car je me demande si une partie du malentendu ne vient pas de là. La blogueuse est-elle vue comme quelqu’un qui vit de son blog ? c’est ce qui expliquerait qu’on trouve normal qu’elle se déplace à ses frais sur un événement à Paris pour ensuite écrire un article gratuitement mais pour lequel elle doit se libérer pendant une journée. Or à part peut-être quelques personnes qui ont un trafic énorme qui leur permet de tirer un revenu publicitaire de leur blog, blogueur n’est pas un métier. Parfois un tremplin, parfois une vitrine. En même temps, bloguer prend du temps, voire beaucoup de temps (imaginer une recette, écrire, prendre des photos, les retravailler…), il ne me parait donc pas choquant que dans la relation marques/ blogueurs, les seconds demandent une contrepartie quel qu’en soit sa nature aux premières.

J’aurais aimé étayer cet article avec des extraits de mails mais il est trop tard pour que j’aille fouiller dans mes archives. Je crois qu’à l’avenir je vais les mettre de côté dans un dossier spécial pour un futur bêtisier…il y a de quoi faire : )

Pour conclure, je voudrais quand même préciser qu’il y a heureusement des gens avec qui c’est un plaisir de collaborer, des gens qui ont su adapter les relations presse aux relations blogueurs, des gens qui prennent le temps de lire VRAIMENT mes billets et avec qui j’ai envie de continuer le chemin.

Allez promis demain j’arrête de râler et je reparle gourmandise : )

Et vous, quelle est votre expérience sur ce sujet  ?

crédit photo : techi.com

Ah il est mortel ton nouveau jean boyfriend, tu l’as trouvé où ?

Mortel tu ne crois pas si bien dire car pour obtenir un aspect vieilli si à la mode actuellement,  il faut projeter du sable à très forte pression sur le tissu et ce sablage des jeans est un processus très abrasif. Pratiqué sans protection adéquat dans des petits ateliers par des ouvriers, le sablage manuel peut provoquer la silicose, maladie pulmonaire incurable et parfois mortelle causée par l’inhalation de poussières de silices.

En Turquie, un des pays principaux producteurs de jeans, une cinquantaine d’ouvriers sont décédés de la silicose après quelques mois d’exposition et plus de la moitié des 10 000 sableurs pourraient être affectés par la maladie.

Depuis son interdiction officielle en Turquie, la technique (qui perdure dans les ateliers clandestins du pays ) a été exportée dans d’autres pays comme l’Inde, la Chine, le Bangladesh, la Syrie, l’Egypte, le Mexique ou le Cambodge.

 

 

C’est pour cette raison que le Collectif Éthique sur étiquette (créé en 1995 et qui regroupe des associations de solidarité internationale, des collectivités locales, des syndicats, des mouvements de consommateurs et des associations d’éducation populaire) a lancé la campagne contre le sablage.

Plus d’une centaine de marques et de distributeurs de jeans ont été questionnées sur leur pratique en terme de sablage des jeans et exhortées à cesser ce processus dangereux pour la santé.

Et toi, en attendant tu fais quoi ? tu dis adieu aux jeans? (j’avoue qu’à 35 ans je suis toujours très jean)

1) tu peux visionner la vidéo de la flash mob qui a eu lieu le 2 mars

IL EST MORTEL CE JEAN from GASP! FILMS on Vimeo.

IL EST MORTEL CE JEAN from GASP! FILMS on Vimeo.

2) tu signes la pétition en ligne sur le site www.stop-au-sablage.org (sur lequel tu trouveras également la réponse des marques au courrier dont je t’ai parlé plus haut (ça peut aider pour savoir la prochaine foi où acheter ton jean ) pour que la technique de sablage prenne fin

 

3) tu parles de la campagne autour de toi et tu expliques pourquoi il faut stopper le sablage des jeans aux  fashions victims de ton entourage,  à tes copines qui ne jurent que par l’aspect usé du denim, ta fille ! Sur le site www.stop-au-sablage.org, on te suggère même des façons drôles et inventives de créer ton jean vintage !

Alors ton jean vieilli, prêt(e) à y renoncer?

Article sponsorisé

Facebook
Twitter
Wikio
Pin It