Tag

magie

Browsing

L’année dernière à Noël mon fils avait 7 ans et croyait encore au Père Noël même si on voyait bien qu’il se posait certaines questions (les chariots remplis de jouets c’est juste pour le fun ? des parents volontaires qui donnent un coup de main et partent en expédition dans le Pôle Nord le jour J ? ). Comme par un stratagème de sioux, on avait réussi à partir de l’appartement avant Noël avec au pied du sapin juste une assiette de biscuits et qu’en revenant quelques jours plus tard, les enfants avaient trouvé au même endroit des cadeaux , ses doutes avaient été balayés ….provisoirement.

Quelques mois plus tard, un peu avant Pâques, je revenais à pied du centre ville avec mon fils (oui la croix rousse c’est pas vraiment Lyon vous savez) quand il a commencé à me dire que les lapins, les poules et les cloches c’était un peu du grand n’importe quoi. Je ne savais pas s’il attendait de moi que je confirme ou que je réfute alors j’ai appliqué ma méthode habituelle en lui demandant ce qu’il en pensait lui. Le mot « parents » est tombé, des copains avaient confirmé et là, j’ai fini par avouer pensant que le chapitre était clos. Mais il n’était pas décidé à en rester là et il a enchaîné sur Noël….c’est à ce moment de l’histoire familiale qu’au lieu de changer de sujet, créer une diversion quelconque, j’ai marmonné et acquiescé pensant qu’il était assez grand pour accueillir cette révélation.

J’ai fait preuve d’un manque total de discernement (et de psychologie aussi sûrement) car il s’est véritablement effondré en larmes sur le trottoir, inconsolable pendant un temps qui m’a paru interminable alors que la culpabilité maternelle me grignotait intérieurement. J’étais celle qui lui causait sa première grande désillusion et j’aurais volontiers laissé ce rôle à ses copains. Lui qui est tant passionné par la magie, l’illusion, voilà que je lui servais du terre à terre même si j’ai refusé mordicus de lui donner plus de détails sur l’organisation de la « supercherie ».

Pendant les jours, les semaines, les mois qui ont suivi, le sujet a été ultra sensible. Dès qu’il repensait à notre conversation, il fondait en larmes et à chaque fois il exprimait sa déception immense. Il ne voulait plus attendre jamais parler de Noël, plus voir de dessin animé avec le moindre bout de pompon blanc ou de manteau rouge. J’avais beau essayé de lui dire que c’était un secret qu’il partageait maintenant avec les grands…lui il me regardait avec cet air de me dire pourquoi as-tu été aussi pressée que je grandisse ?

Je craignais que par dépit il vende la mèche à sa sœur  surtout dans ces moments où ils se disputent et ne sont pas à une vacherie près.

Finalement il a tenu sa langue, les larmes se sont espacées et le sujet est moins revenu sur le tapis.

Et à trois semaines de Noël, voilà que je l’observe faire sa liste au Père Noël très consciencieusement, me demander si le traineau  en exposition au marché de Noël du quartier est bien le vrai et vivre cette période avec toujours la même excitation….je ne sais pas s’il joue le jeu pour sa soeur, s’il a effacé de sa mémoire cette révélation ou s’il a envie d’y croire malgré tout mais en tous cas toute la magie n’a pas disparu.

 

Chaque année, quand l’anniversaire des enfants approche, je me lance dans une intense cogitation pour trouver LE gâteau qui fera briller les étoiles dans leurs yeux. Bon, à vrai dire, au tout début, ils étaient trop jeunes pour vraiment apprécier et c’était juste pour m’entraîner pour les années suivantes…sauf que maintenant impossible de revenir en arrière et de présenter un gâteau yaourt et quelques bougies après avoir préparer le gâteau Trotro (2 ans), le gâteau monstre (3 ans), le coffre de pirate et le gâteau rock and roll spécial playmobil l’an dernier.

Comme le fiston a une passion (passagère?) pour la magie, j’avais déjà un thème de fixé. Ensuite je voulais quelque chose de sympa visuellement mais de bon aussi et si possible une base jamais essayée. Je n’avais pas de pâte à sucre sous la main et je n’étais pas plus emballée que ça pour cette idée. Je souhaitais aussi que le décor soit entièrement comestible, c’est là que j’ai pensé aux oursons à la guimauve (vu la chaleur, pas forcément évident de les préserver intact).

 Pour la base, j’ai préparé un gâteau très fondant aux amandes et aux framboises car il fallait une texture qui, à la fois, ne s’écroule pas, mais permette de planter des éléments du décor dedans. J’ai mis des framboises fraiches à la place des surgelés mais seulement une barquette, sinon je n’ai pas touché à la recette. Il est moelleux, il se déguste peut-être plus facilement en été qu’un gâteau au chocolat bref je le conseille hors anniversaire.

Pour le décor, le nœud papillon, le chapeau et la cape du magicien sont en pâte d’amande (avec du colorant alimentaire rouge) ainsi que le coffre. J’ai utilisé des mikado pour la baguette comme pour délimiter la scène et planter les rideaux, des pailles d’or pour le fauteuil et un carambar pour le cerceau (et j’ai triché pour le côté lévitation avec une pique en bois).

Un peu de barbe à papa autour et c’était prêt…simple mais efficace, le fiston n’en revenait pas…la magicienne c’était moi l’espace d’un instant )

Maintenant j’ai un mois pour trouver une idée pour Miss Zen )

 

Non je n’ai pas chopé d’insolation ce week-end, je vis juste avec un enfant de presque 6 ans dont la dernière passion depuis quelques mois est la magie. J’utilise le terme passion parce qu’il en parle toute la journée (maman je te fais un tour? doit être la phrase la plus prononcée, il suffit ensuite de remplacer maman par papa, mamie, tatie, les prénoms des copains, etc), parce qu’il en rêve, parce qu’il connait par coeur les DVD de Dani Lary et Eric Antoine jusqu’au plus petit bonus. On a même écrit au fan-club de Dani Lary pour lui demander un autographe. A cette occasion, on a appris que chaque année est organisé dans la Drôme un pique nique magique. Tu viens avec ton panier vide et Dani Lary le remplit de victuailles d’un coup de baguette magique….ou un truc du genre ). On a toujours pas reçu l’autographe en question, je vais peut-être devoir dire à mon fils qu’il a envoyé une lettre invisible.

C’est dans ce contexte que drapé de sa cape et coiffé de son chapeau de magicien, mon fils est venu me voir hier matin en me demandant de lui donner une banane pour qu’il la coupe sans la toucher. Tu peux comprendre que je l’ai regardé d’un air un brin circonspect…j’imaginais déjà la purée de banane sur la table du salon.

Moi  » si ça te dérange pas, on va le faire ensemble ton tour« 

Lui « super, remets le bonus pour bien tout comprendre« 

Moi « Chic« 

Je n’allais tout de même pas me transformer en mère castratrice, brisant ses rêves de devenir lui aussi un grand prestidigitateur. Soulignons au passage que je suis en général limitée au rôle de spectatrice, sa sœur ayant pris la place officielle d’assistante. Pendant qu’il se prépare ou qu’il dissimule un objet, on la voit passer en second plan (ou en premier plan , la mise en scène manque encore de précision) en train de 1) se coiffer 2) se nettoyer la figure avec une lingette 3) traîner un objet quelconque et plus globalement faire diversion. Difficile de garder son sérieux.

Bref me voilà, devant la télé, la banane posée sur la table, en train d’écouter le tour de passe-passe d’Eric Antoine. Allez je suis sûre que tu meurs d’envie de savoir comment tu peux couper une banane sans la toucher…non? tant pis je le dis quand même. En préparation du tour, perce des trous invisibles de loin, à plusieurs endroits, avec une épingle dans la peau de la banane et jusqu’à l’intérieur. Présente la banane au spectateur côté face (si tu fait les petits trous côté pile). Mime avec ta main le geste de trancher la banane sans la toucher façon karaté kid, commence à enlever la peau et la, oh miracle, le fruit est déjà en tranches.

Pas sûre que ce soit très clair sans visuel….ce qui est certain c’est qu’il faut que je retourne acheter des bananes )

Et toi, un David Copperfield dans ta famille?

Non ne me remercie pas pour t’avoir remis dans la tête cette chanson de Douchka, en ce début de semaine c’est cadeau ) En outre, le titre n’est pas totalement arbitraire puisque lundi dernier, j’étais en famille à Disneyland Paris, profitant des places gagnées par l’homme.

Tu constateras que même Mickey ne peut rien contre le ciel gris/noir typiquement parisien sur les photos qui suivent. Heureusement nous avons échappé à la pluie et comme ce n’était ni un week-end, ni des vacances scolaires, ni un mercredi, nous avons aussi évité la foule et les files d’attente pour les attractions.

A part ça, je n’avais pas mis les pieds dans ce parc d’attraction depuis 3 ans et je l’ai redécouvert avec autant de plaisir que les fois précédentes et sans lassitude. Citrouilles géantes ou plus petites, spectacle avec le maître des ombres et les figures effrayantes des dessins animés Disney, costumes et chapeaux de sorcières dans les boutiques, distribution de bonbons aux enfants, il flottait comme un air d’Halloween.

 


 

Inutile de préciser que la journée a filé très vite et même si nous sommes arrivés à l’ouverture du parc nous sommes surtout restés dans Fantasyland . Nous avons quand même eu le temps de découvrir l’attraction Buzz l’éclair. Armés de nos pistolets laser et assis dans nos voitures pivotantes, nous avons visé dans tous les sens et à la sortie, en voyant les scores, j’ai admis que mon fils, 5 ans, m’avait battu à plates coutures (oui mais lui il ne tournait pas le volant ça compte non?).

A part ça, j’ai ricané en voyant les gens se balader avec des oreilles de Minnie …et j’ai essayé tous les serre-têtes inimaginables y compris celui avec les oreilles de Pluto ..grande classe )

Quant à Donald cité dans mon titre, il a visiblement mal amorti un saut lors d’une chorégraphie (faut dire que cela doit être balèze de danser avec un costume aussi lourd et un champ de vision limité) et en coulisses je l’ai vu claudicant et soutenu par ses camarades…une scène qui aurait pu figurer dans le roman Anissa Corto de Yann Moix.

Sur le trajet de retour à Lyon, alors que je consultais fébrile mes mails et voyait que pendant que je m’amusais mes petits camarades de promo bossaient sérieusement, mon fils me demandait déjà « c’est quand la prochaine fois qu’on ira à Disney?« …pas de doute on reviendra !

…non pas de ce que j’ai envie de faire avec toi (quoique si tu as envie de m’emmener dans un super salon de thé par exemple, ça ne se refuse pas) comme dirait Rose mais la liste de choses dont je rêve pourrait ressembler à ça :

1- Fards à paupière pour un maquillage smoky

2- le dernier album d’Asa

3-des bottes camel Duo adaptées à mes mollets

4- une bouillotte (même si c’est pas glamour ) pour mes pieds glacés même avec des chaussettes

5- le dernier roman de Laura Kashischke

6- Des escapades en Italie ou ailleurs

7- des carnets

8- du chocolat

9- non c’est pas une boîte pour mettre mes dents de lait )…un objet pour représenter des amitiés que j’aimerais préserver soigneusement

10- Un collier comme celui-là

11- Un réflex

12- De l’amouuuuur sous toutes ses formes 🙂

Cette liste n’est bien entendu pas exhaustive : j’aurais pu inclure des playmobil (eh oui), 10 séances de cellu M6, un magnifique sac camel Texier que j’ai reperé, la santé bien-sûr, et plein d’autres choses totalement utopiques ou fantasques…

Et la tienne de liste, idéale, fantasmée ou bien réelle, elle ressemble à quoi? Celle que tu as dans la tête ou dans un carnet ?

Avec Virginie B, je t’invite à publier ta liste de Noël sur ton blog jusqu’au 10 décembre minuit. Chacune  nous sélectionnerons la liste pour laquelle nous aurons eu un coup de cœur, la forme étant aussi importante que le contenu. Alors à tes collages, montages, dessins, légendes, laisse filer ton imagination, fais-nous rêver !

Les deux plus belles listes gagneront (une chez Virginie B et une chez moi) un cadeau chocolaté !

Prêt(e) à dégainer ta baguette magique?

Pin It