Tag

magazine

Browsing

Quand une ex-bibliothécaire vit avec un dingue de presse sous toutes ses formes, difficile de rater les nouveautés en kiosque. Ce week-end j’ai donc découvert un nouveau magazine Néon destiné au 25-35 ans ..même si je ne suis plus dans cette tranche d’âge (déglutissement d’acceptation), je n’ai pas envie de passer tout de suite à Modes & Travaux  )

D’abord j’ai lu le plus gros titre sur la couverture en me disant « chic on parle d’amour »…le sujet n’a rien de nouveau mais ça me passionne toujours autant …peut-être que le jour où cela sera secondaire, il sera temps que je m’abonne à Modes & Travaux.

Ce premier numéro coûte seulement 1.50 euros, vu l’épaisseur du magazine et la richesse du contenu, c’est vraiment attractif. Je doute cependant que le titre vive s’il maintient son prix de lancement.

Et à l’intérieur qu’est ce qu’on trouve ? le magazine est découpé en 6 parties : partager, voir, ressentir, connaitre, avoir et respirer. J’ai trouvé dans chacun de ces chapitres, des sujets qui m’ont intéressé, des idées plutôt originales :

les savoirs inutiles pour briller en société : sais-tu que la carpophobie est la peur des fruits? (ça doit être dur à vivre quand même…panique au marché et au supermarché, elle s’évanouit à la vue d’un étal de fraises) ; sais-tu que les vaches auxquelles on donne un prénom produisent plus de lait ?

les tubes de ma vie ..enfin pas la mienne mais celle d’une personne connue à qui on demande de citer ses morceaux préférés avec  à chaque fois quelques mots pour expliquer pourquoi, quel souvenir cela évoque

un reportage « je t’aime ..sauf quand tu votes » …il vote Sarko et elle Joly..Pour moi totalement impensable ..question de tolérance ou plus compliqué que ça ?

des souvenirs d’enfants adoptés, un sujet qui me touche parce que j’ai un cousin adopté… et l’idée de l’adoption m’a longtemps titillé

un article sur le peer-to-peer landing (quand des particuliers prêtent à d’autres particuliers)..et si on se passait des banques?

un focus sur le burger symbole un temps de la malbouffe et devenu chic l’hiver 2011/2012 avec des adresses ailleurs qu’à Paris (applaudissements de provinciale)

la rubrique ma dose de culture pour 40 euros ou comment remplir son panier de biens culturels sans dépasser cette somme avec des idées de lecture, ciné, expo ou musique

J’ai bien aimé aussi la rubrique dans quel monde, dans quelle société vivons nous ?  …j’ai redécouvert Bruxelles à travers un parcours et les bonnes adresses d’une de ses habitantes…..et bien entendu je me suis gardée pour la fin les pages consacrées au coup de foudre.

Bref, j’ai été vraiment agréablement surprise pour ce nouveau magazine auquel j’ai bien plus accroché que Causette …j’espère qu’il tiendra ses promesses avec les numéros suivants …

Et toi, la presse magazine tu la lis ou pas ?

Dans les kiosques à journaux, un nouveau magazine lyonnais a vu le jour depuis peu : les 69èmes. Comme il ne coûte qu’1 euro, je n’ai pas passé 10 minutes à le feuilleter avant de me décider et il s’est retrouvé sur ma table de chevet.

Il y a une telle offre de magazines aujourd’hui quelque soit le domaine (presse féminine, cuisine, déco..) que je me suis demandée comment ce nouveau titre pouvait se distinguer. Personnellement à part la maquette qui ne m’emballe pas vraiment et le graphisme de certains articles qui mériterait mieux (en particulier celui concernant les carnets de voyage), j’ai d’abord tilté sur le dossier spécial « Qu’est-ce qu’on fait le dimanche à Lyon? ». En tant qu’ex-traumatisée des dimanches d’hiver devant Michel Drucker (encore aujourd’hui la vue du personnage peut provoquer chez moi des réactions incontrôlées), je suis toujours à la recherche d’un bon plan pour que le dimanche soit aussi gai que le samedi. Flâner, jouer, bruncher, se détendre, buller, faire ses courses, participer à des ateliers, chiner, se cultiver, le magazine propose plein d’adresses et d’idées à garder.

Ensuite la gourmande que je suis s’est arrêtée sur la recette du Carrot Cake et pas n’importe laquelle puisqu’elle est partagée par une anglaise expatriée à Lyon depuis 5 ans..un gage d’authenticité et un goût de reviens-y j’espère. Le résultat sera-t-il à la hauteur de mes espérances ? je teste et je reviens pour le verdict.

Toujours rayon gastronomie, j’ai aimé le test des meilleurs salons de thé de la presqu’île. Lorsque j’ai la chance d’avoir un moment de libre sans enfant, j’adore aller boire une tasse de thé avec une amie (ce n’est pas Virginie B qui me contradira) et déguster une pâtisserie anglaise. Par contre, l’auteur de l’article a commis un oubli impardonnable : il n’a pas parlé de Chez Guillemette !

Le magazine les 69èmes publie également un banc d’essai de produits de beauté testés par des lectrices, mettent en lumière de nouvelles petites entreprises lyonnaises, et dynamise tout agenda avec des événements, salons, concerts à venir. C’est comme ça par exemple que j’ai appris que Lyon vintage, salon de la décoration et de la mode vintage, aurait lieu à l’Hippodrome de Bron Parilly le samedi 4 et le dimanche 5 février prochain.

J’espère que ce magazine confirmera ses débuts prometteurs dans les prochains numéros !

Et toi, une revue coup de coeur?

Tous les ans, je pourrais écrire le même billet sur le fameux blues du 1er janvier. Cette année, j’avais mon lot de raisons pour mettre la tête dans le four : j’ai raté une superbe occasion de visiter un pays dans lequel je n’aurais probablement jamais l’occasion d’aller (je n’en dis pas plus, si ta curiosité est piquée, rendez vous sur Fais toi la belle car elle, elle part), tout ça pour un devoir sur table (il y a de quoi être énervée non?), mon ordinateur qui n’a même pas 6 mois affiche le message « hard disk error » après une soi-disant réparation qui m’a coûté 55 euros et  le frigo transforme en glace une partie des aliments qui finissent donc à la poubelle.

Pourtant cette fois je me suis organisée un plan anti-déprime. J’ai préparé une salade de fruits exotiques pour faire le plein de vitamines et parce que ça change de la couleur du ciel. J’ai mis de côté une pile de magazines -ceux que je n’ai plus le temps de lire ces derniers temps – pour avoir de quoi bouquiner, feuilleter sur mon sofa (pourri donc) en sirotant un bon thé.

Je me suis glissée dans un bain Cake Gourmand (merci Séphora) et comme cela m’arrive environ une fois par an, c’était encore meilleur. J’aurais bien tester dans la foulée l’huile de massage dans la même collection Oh my chérie…j’avais oublié dans les vapeurs du bain que j’avais deux enfants.

J’ai rassemblé toute la joyeuse troupe devant la télé pour regarder un classique de Disney, Pinocchio plutôt que de m’atteler à la pile du repassage du dimanche de fin d’après-midi.

Bref j’ai feinté et ça a plutôt bien fonctionné. Cela dit, si l’année prochaine, on m’offre les Antilles pour les fêtes de fin d’année, je n’ai rien contre )

Et toi, le 1er janvier t’a mis dans quel état?

crédit photo : babysoftail

Samedi : assister à un concert en plein air place de la croix-rousse puis préparer un apéro amélioré , un petit rituel qui s’est installé sans qu’on y prenne garde ce soir de la semaine et auquel il est bien difficile de déroger vu que le fiston en parle toute la semaine tellement il trouve ça extra …des petites olives, un verre de -bip- avec des glaçons, des choses à grignoter, presque pas de vaisselle, après une journée de travail, je l’ai encore plus apprécié cet apéritif Angélita

Dimanche : constater que mon charme agit encore….sur un bébé de 10 mois qui me bombarde de sourires …c’est sûr j’ai un ticket avec le fils de ma sœur

Lundi : profiter du fait que tout le monde est à la maison pour traîner un peu, préparer un pain perdu aux fraises et regarder la pile de repassage sans la toucher (malheureusement elle n’a pas disparu pendant la nuit)

Mardi : recevoir le magazine Milk envoyé par Virginie B. et le feuilleter allongée dans mon lit après une journée au travail qui s’est apparentée au jour le plus long (comme tous les mardis en fait) et qui m’a collé un mal de tête terrible (comme tous les mardis aussi )

Mercredi : assister en compagnie de Bergie et Lucky Sophie à la première d’une pièce dans laquelle joue Madame Sophie…la féliciter comme elle le mérite (et pour les lyonnaises tu peux aller l’applaudir à l’espace 44 ces lundi et mardi soirs) et finir la soirée en terrasse d’un café avec la troupe au complet alors qu’il fait très doux et que ma bouteille de -bip- est bien fraîche

Jeudi : regarder les avant-derniers épisodes de Desperate Housewife ..les savourer d’autant plus que l’on sait que c’est bientôt fini

Vendredi : s’entendre dire par un collègue que « ce sont toujours les meilleurs qui s’en vont » …euh sauf que je suis loin d’être encore partie …enfin c’est toujours bon en prendre )

Et toi, ta semaine, pourrie, jolie, fleurie?

Celle d’Arwen

Celle de Virginie B

Celle de Cla

Edit : un petit clin pour le super papa (mais pas que..) qui me supporte quotidiennement

Edit 2 : si tu n’as pas encore vu la vidéo d‘Electroméninges qui réalise des moelleux au chocolat façon Dexter, c’est le moment ici et surtout fais partager, fais circuler !

Je me la raconte hein avec un titre pareil ? mais tu vas vite te rendre compte, grâce à ce glop/pas glop,  que le jour du tournage de l’émission Paroles de mamans (dont le thème était les bébés nageurs) à laquelle j’ai participé mercredi dernier à Paris je n’en menais pas large  :

Pas glop : restituons le contexte, j’étais une jeune fille extrêmement timide, je suis une femme toujours timide, je déteste les photos et quand je vois une caméra familiale qui tourne, je me planque sous la table….en toute logique, je devrais refuser ce qui risque d’être un supplice pour moi.

Glop : certains évoquent la fameuse audace des timides…je préfère parler de mini-défis que je me lance de temps en temps et celui-ci en est un de taille, il y a une part certaine d’excitation.

Pas glop : cela dit, le matin même, dans ma salle de bains, mes dessous-de bras n’ont jamais été autant enduits de déo…j’en glisse même un dans mon sac, au cas où le trac me fasse transpirer comme Johnny au stade de France

Glop : me voilà devant des studios de télé et c’est peut-être mon côté midinette mais je ne peux pas m’empêcher de trouver cela extraordinaire…les grosses valises noires pleine de câbles, les techniciens qui ont tous l’air super cool, la pancarte sur laquelle est écrit « Virginie Elfira », je suis dans l’ambiance

Pas glop : ah non je ne suis pas là pour écrire une étude ethnologique ? on m’attend au maquillage? euh je peux passer aux toilettes, j’ai soudain l’impression que  ma vessie s’est étrangement rétrécie pendant le trajet aller en TGV

Pas glop : j’arrive à la salle de maquillage avec l’air de celle qui est une habituée des lieux mais quand on me présente les autres blogueuses présentes sur le plateau, je zappe la moitié de leur nom car je commence à me demander pourquoi je suis ici

Glop : assise dans le fauteuil avec appuie-tête, je me détends alors que mes cernes disparaissent sous les pinceaux experts et magiques de la maquilleuse. Celle-ci  me demande si elle me met du mascara, je réponds très vite « oui « puis pense « mince et si je fonds en larmes en plateau car je suis paralysée/ trop nulle / morte de trouille »

Pas glop : la présentatrice de l’émission rentre dans un pantalon dans lequel je n’arriverais même pas à mettre un bras, elle a des longs cheveux blonds et des beaux yeux bleus…..je me sens moche

Glop : ouf avant le vrai tournage, on répète et on a même le droit à nos papiers…je m’extasie sur le décor, les photos des bannières des blogs qui défilent derrière nous, le nombre de caméras et de personnes nécessaires pour une émission

Glop : on est super bien briefé par Leslie, la directrice de la publication de Paroles de mamans, qui nous rassure et essaie de nous détendre …visiblement entre deux séquences, on a l’air toutes super concentrées, limite nervous breakdown..personnellement je boirais bien un petit mojito histoire de me détendre )

Pas glop : ayé c’est mon tour, je balance mon texte, j’ai les mains moites et qui tremblotent..Pourvu que cela ne se voit pas au montage

Glop : on entend sur le plateau  la voix du réalisateur enfermée avec toute l’équipe dans la cabine de montage…ça fait très pro )

Pas glop : le challenge est double, il faut prononcer son texte pas trop vite, sans bafouiller, de manière intelligible et se tenir le plus naturellement possible sans être avachie non plus sur les canapés …je t’assure que ce n’est pas gagné d’avance

Glop : je m’attends à ce que le réalisateur pleure dans son micro, mette fin à sa carrière mais pas du tout Leslie nous félicite et nous assure que le rendu est très bien, très pro

Pas glop : bon il faut quand même la refaire parce que c’est comme ça pour un tournage, il y a toujours plusieurs prises..

Pas glop : je suis encore moins naturelle pour la seconde prise que pour la première

Glop : heureusement c’est la première prise en ce qui me concerne qui sera retenue..je peux repartir la tête haute )

Glop : on a enfin le droit de piocher dans les si tentantes assiettes de bonbons posées sur la table …non ce ne sont pas des faux mais il est interdit d’y toucher avant car parler la bouche pleine ça fait désordre (et surtout des assiettes à moitié vides c’est un peu cheap à l’image)

Glop : nous faisons quelques photos de groupe pour immortaliser ce moment qui sort vraiment de l’ordinaire

Pas glop : je me vois dans la grande télé et je réalise que je n’aurais pas du mettre ce chemisier blanc…j’ai juste l’air énorme…

Glop : cela a été l’occasion pour moi de rencontrer trois nouvelles blogueuses que je n’avais jamais vues et dont je vous conseille d’aller voir les blogs : Ma poussette à Paris (je suis fan de ses BBgood/BBbad), Maman on bouge (une foule de bons plans pour sortir en famille à Paris et en région parisienne qui me donnerait presque envie de retourner y vivre) et Notre petite vie (presque) bien tranquille (celle que je connais peut-être le plus virtuellement car je la suivais quand sa fille était petite).

Un grand merci à Jessica, Leslie et toute l’équipe de Paroles de mamans pour cette aventure extra-ordinaire le  temps d’une après-midi !

Edit : Pour l’instant la vidéo n’est pas en ligne mais rassure-toi je te tiendrai au courant …ou pas )

Sur ma table de chevet en Mars, les livres plutôt courts se sont  succédés mais pas forcément à folle allure :


Après avoir lu en novembre dernier, Les feuilles mortes de Thomas H. Cook, j’ai découvert avec beaucoup de plaisir Les leçons du mal du même auteur. Jack Branch est fils de bonne famille, professeur dans le lycée d’une petite ville du Mississipi. Il se prend d’affection pour un de ses élèves, Eddie Miller, fils du « tueur de l’étudiante », mort en prison quinze ans plus tôt. Tout le monde le tient à l’écart comme si le mal était héréditaire, comme s’il ne pouvait échapper à son destin. Jack suggère à Eddie de mener une enquête sur son père et peu à peu maître et élève vont se rapprocher mais cela ne sera pas sans conséquence. C’est brillant, érudit, bien construit, bien écrit mais si vous aimez le suspense haletant, les meurtres, le sang, passez votre chemin.

 

J’ai dévoré en deux soirées, Sukwan Island de David Vann, l’histoire d’un père qui décide d’aller vivre avec son fils de 13 ans dans une cabane totalement isolée du reste du monde sur une île du sud de l’Alaska. L’atmosphère est rapidement terriblement tendu, le roman est d’une telle noirceur qu’elle en est oppressante.

 

Avec G229 de Jean-Philippe Blondel, j’ai changé radicalement d’ambiance puisque j’ai suivi l’auteur dans sa classe, ses cours et sa vie de professeur d’anglais dans un lycée. J’ai aimé la tendresse et la nostalgie qui s’en dégage, j’ai refermé le livre avec un autre regard, plus compréhensif, plus doux, sur ceux qui occupaient le tableau noir il y a déjà si longtemps.

C’est ici qu’on se quitte de Jonathan Tropper est le roman avec lequel j’ai terminé ce mois de Mars. J’ai adoré son humour, son regard si juste sur nos faiblesses, nos travers, nos points faibles..très souvent j’ai même eu envie de recopier des passages entiers ! J’ai mis du temps à me décider à lire cet auteur car je pensais que c’était très léger mais maintenant, je n’ai qu’une envie : découvrir ses autres romans.

Confidences à Allah de Saphia Azzedine est le plus sombre de tous ses romans. Ici il est question du destin de Jbara, bergère née pauvre, perdue dans les montages et vite rejetée par sa famille. Soumission physique au père, soumission physique aux hommes à qui elle vend son corps pour ne pas coucher dehors, Jbara restera toujours libre dans sa tête malgré tout mais ne connaitra jamais vraiment le bonheur.

Et côté magazines, j’ai découvert :

assez branchouille, même s’il y a des idées rigolotes

 

Je préfère largement le nouveau titre rayon cusine, Zeste rempli de recettes et dont la maquette est très agréable à lire, plus moderne que cuisine actuelle mais peut-être plus accessible que Saveurs par exemple.

J’ai aussi pu lire le magazine Egg dont toutes les futures mamans parlent …plein d’idées modes, des articles pas gnan-gnan, un coup à (presque) regretter de ne plus être enceinte )

Et toi, ton gros coup de cœur lecture du mois de Mars?

 

 

Pin It