Tag

livre

Browsing

Celle qui s’était mise au pastel (1)

Parallèlement à l’aquarelle, je dessine aussi souvent avec des crayons pastel. C’est en voyant les dessins de l’artiste Beya Rebaï que j’ai eu envie de me renseigner et hasard, cette dernière venait juste de sortir un livre pour s’initier au pastel. Il y a eu un petit temps entre le moment où j’ai eu le livre et le moment où je m’y suis mise car je n’avais pas de matériel mais depuis j’ai essayé de reproduire quasiment tous les jours…

Istanbul à jamais : partir sur les rives du Bosphore

Je n’ai jamais été à Istanbul mais quand j’ai parlé de cette ville dans une story sur Instagram, plusieurs personnes m’ont dit à quel point elles gardaient de cet endroit des souvenirs forts et émus. Cet « envoûtement », on le ressent sous la plume de l’auteur, Samuel Aubin qui a vécu à Istanbul plusieurs années. Dans Istanbul à jamais, roman très documenté, il nous raconte comment le coup d’état avorté de juillet 2016 a changé progressivement le climat de la ville…

Ordinary people : Futurs parents s’abstenir

Sur le bandeau du livre, Diana Evans est comparée à Dolstoï et Dickens. N’étant lectrice ni de l’un ni de l’autre, je ne me lancerai pas sur cette piste. Tout ce que je peux vous dire, c’est que j’ai été bluffée par l’analyse au scalpel du couple avec enfants faite par l’écrivaine dans Ordinary People. J’ai du dire au moins 10 fois « qu’est ce que c’est bien vu ! » ou « qu’est ce que c’est bien dit ! » (oui un peu pauvre…

Ici n’est plus ici de Tommy Orange

Avant d’ouvrir Ici n’est plus ici, je ne connaissais pas grand chose de la culture amérindienne. Tommy Orange m’a mise tout de suite dans le bain avec une introduction sanglante (dans tous les sens du terme) sur l’histoire des Amérindiens. Cette histoire tellement lourde à porter qu’elle marque les individus, génération après génération. A travers ce roman et à travers la galerie de douze personnages (prenez quelques notes histoire de ne pas vous paumer), Tommy Orange souhaite donner les mots…

Journal de L. : Redonner la voix à Lolita

Ce que j’ai tout de suite remarqué avec Journal de L. (1947-1952), c’est sa couverture. Elle est gaufrée et en creux est écrite la première phrase du journal. Il y a cet or orangé qui se détache sur le titre, le nom de l’auteur, la maison d’édition, la 4ème de couverture. En ouvrant le livre, on découvre sur les rabats,de part et d’autre, les lettres qui forment le surnom Lolita comme si on commençait la lecture avec une image partielle…

Coup de coeur livre : Le discours de Fabrice Caro

D’habitude les livres que je n’ai pas envie de reposer mêlent petite et grande histoire, sont des sagas ou des romans choraux. Rien de tout cela avec Le discours de Fabrice Caro et même plutôt le contraire : unité de temps, unité de lieu, unité de décor, tout se passe dans la tête du personnage principal, le même jour, dans un même lieu, au cours d’un repas familial. Le point de départ de l’histoire ? Une demande de discours à…

Pin It